PREMIERE

Menu
Les programmes

Menu

En Première, nous travaillerons à partir du manuel numérique   Résultat de recherche d'images pour "english sparks 1ere"
Une clé vous sera fournie à la rentrée pour avoir accès aux ressources du manuel.
Chaque séquence travaillée en classe peut s’inscrire dans deux ou trois axes différents.

Cycle terminal

GESTES FONDATEURS ET MONDES EN MOUVEMENT

Pour chacune des deux années, les professeurs abordent au moins six axes sur les huit de
la liste, selon un ordre qu’ils choisissent, chacun d’eux étant envisagé à travers une ou deux séquences.

1) Identités et échanges

Quel rôle joue la mondialisation dans le dynamisme de la vie sociale, culturelle et
économique dans chaque aire géographique ? Favorise-t-elle la diversité ou la menace-telle ? Entraîne-t-elle une affirmation de la particularité ? Modifie-t-elle la particularité locale ou individuelle au profit d’une « citoyenneté mondiale » ?
La mobilité (intellectuelle, physique…) caractérise le monde actuel et implique la
multiplication des contacts, des échanges, des partenariats tout en posant les questions de l’acculturation, de l’intégration, de l’adaptation, de l’inclusion, etc. Cette mobilité suppose le franchissement de frontières géographiques et politiques. Les questions liées à l’ouverture et à la fermeture des frontières sont à la source de nombreuses tensions qui sont traitées différemment selon l’histoire et la culture des zones géographiques concernées. Le terme de frontière est appréhendé dans ses différentes acceptions (frontière historique, culturelle, linguistique, etc.). Les élèves réfléchissent en particulier aux frontières qui existent au sein d’une société entre des groupes différents (entre générations, groupes sociaux, quartiers, clans…). La perception de la mondialisation comme le sentiment de frontière, la réalité des échanges et de la mobilité dépendent de la culture et de l’aire géographique étudiées et il conviendra de les aborder dans ce cadre spécifique.

Mots-clés : frontières / conflits / contacts / ghettos / migrations / exils / hospitalité / droit
d’asile / choc des cultures / incompréhension culturelle et-ou linguistique / frontières
invisibles / solidarité / transgression / protectionnisme / mobilité / déclassement social
ascension sociale / voyages / dépaysement / tourisme / accueil / médiation / dialogue / mixité/ partage

2) Espace privé et espace public

Comment la frontière entre espace public et espace privé est-elle tracée en fonction des
cultures, des croyances, des traditions et comment évolue-t-elle dans le temps dans chaque aire géographique étudiée ? L’espace privé (l’habitation) prend des formes et des
dimensions variables et s’ouvre sur l’extérieur (la rue, les regards, les invités…) selon des
modalités multiples. Étudier les différentes configurations d’espaces privés et publics, leur
fréquentation et leurs transformations permet de mieux comprendre comment est structurée une société. Par exemple, les femmes ont longtemps été, ou sont encore, cantonnées à la sphère privée ; leur accès à la sphère publique (politique, professionnelle, médiatique, sociale) est un mouvement général qui reste d’actualité. La redistribution des rôles au sein de la famille est une conséquence de cette émancipation. Comment s’opèrent les mutations au sein de ces deux espaces privé et public (famille, espaces de sociabilité, travail…) ? Les langues elles-mêmes, dans leur usage, sont conditionnées par cette distinction (argots, registres…) et les cultures étudiées laissent apparaître des variations qu’il convient de relever.

Mots-clés : égalité homme-femme / parité / machisme / féminisme / droit de la famille /
éducation / liberté de mouvement / émancipation / mixité / émancipation / télétravail / lieux de convivialité / type d’habitat / espaces publics / espaces religieux

3) Art et pouvoir

Comment le rapport entre art et pouvoir définit-il les caractéristiques de chaque aire
géographique étudiée à différentes époques ? Le pouvoir s’est toujours appuyé sur l’art et
les artistes pour être célébré, légitimé ou renforcé. Lorsque l’artiste dépend du pouvoir
politique ou économique, son œuvre peut-elle prendre la forme d’une contestation de celuici ? Le rapport entre art et pouvoir donne lieu à diverses interrogations : l’art est-il au service du pouvoir ? Le pouvoir sert-il l’art ? L’art peut-il être un contre-pouvoir ? L’art est-il une forme d’expression politique ? Peut-on concilier liberté de création et contraintes diverses ? Il conviendra d’étudier comment ce rapport à l’art a évolué dans l’histoire pour chaque culture étudiée.

Mots-clés : architecture (résidences, édifices institutionnels…) / peinture (portraits, art
religieux…) / musique (opéras, hymnes, chants…) / littérature (apologies, satires,
dédicaces…) / cinéma (films de propagande, films patriotiques…) / art officiel / contre-culture/ underground

4) Citoyenneté et mondes virtuels

Comment, au sein de chaque aire géographique étudiée, les rapports du citoyen au pouvoir sont-ils organisés et comment ces relations sont-elles modifiées par le développement du numérique ? Dans un monde numérisé et ultra-connecté qui a profondément changé la nature des rapports humains, comment évoluent les relations entre le citoyen et le pouvoir ?
Restent-elles identiques quelle que soit l’aire culturelle portée par la langue étudiée ? Les
nouveaux espaces virtuels semblent représenter un progrès dans le partage de l’information, l’accès au savoir et la libre expression de chacun. Le recours massif aux médias numériques conduit cependant à s’interroger sur ses conséquences, tantôt sur le plan individuel (difficulté à hiérarchiser l’information et à démêler le vrai du faux, réduction de l’engagement réel au profit de l’engagement virtuel, permanence des traces numériques avec atteinte éventuelle à la vie privée, repli sur soi, nouveaux repères sociaux), tantôt sur le plan collectif : les intelligences collectives développent des espaces collaboratifs (encyclopédies collaboratives, wikis, moocs, webinaires, réseaux sociaux…) qui refondent, au moins en apparence, la nature des relations sociales.

Mots-clés : fausses informations / réseaux sociaux / éducation aux médias / paiements
virtuels / données personnelles / intelligence artificielle / wikis / démocratie participative /
censure et contrôle d’internet / cyber-harcèlement / liberté d’expression / usurpation
d’identité / manipulation / blogs / forums / télétravail / lanceur d’alerte

5) Fictions et réalités

Quels sont les modèles historiques, sociaux ou artistiques dont chaque population a hérité et quels sont ceux qu’elle recherche ? Pourquoi se reconnaît-on dans une telle représentation et comment reconstruit-on son propre modèle éthique, esthétique, politique ? Les récits, qu’ils soient réels ou fictifs, écrits ou oraux, sont à la base du patrimoine culturel des individus et nourrissent l’imaginaire collectif. Comment sont véhiculés les croyances, mythes, légendes qui constituent le fondement des civilisations et transcendent parfois les cultures ?
Les figures du passé demeurent-elles des sources d’inspiration et de création ? Comment
les icônes modernes deviennent-elles l’incarnation de nouvelles valeurs ? Les mondes
imaginaires offrent à chacun l’occasion de s’évader de la réalité tout en invitant à une
réflexion sur le monde réel : comment la réalité nourrit-elle la fiction et comment, à son tour,
la fiction éclaire-t-elle ou fait-elle évoluer la réalité dans une aire culturelle donnée ?

Mots-clés : utopies / dystopies /littérature / mythologie / légendes / croyances / sciencefiction / héros / sentiment national / super-héros / figures tutélaires / monuments

6) Innovations scientifiques et responsabilité

Quelles réponses chaque aire géographique étudiée apporte-t-elle aux bouleversements
technologiques et scientifiques actuels ? Le progrès scientifique est à l’origine d’avancées
très positives pour l’humanité, mais donne également lieu à de nombreuses interrogations
sur certains effets induits concernant, en particulier, le réchauffement climatique, la réduction de la biodiversité, ou encore l’épuisement des ressources naturelles dans de nombreuses zones de la planète. La prise de conscience des dangers éventuels liés à ces innovations scientifiques nourrit une réflexion sur l’éthique du progrès dans une aire culturelle donnée.
Le savant est-il responsable des usages de ses découvertes ? Doit-il s’impliquer dans la
sphère publique pour peser sur les décisions politiques ? Quelle marge de manœuvre
possède le citoyen pour faire entendre sa voix ? Comment les sociétés peuvent-elles
prévenir les dérives liées aux innovations technologiques ? Les citoyens tentent d’apporter
des réponses au quotidien, en adoptant de nouveaux modes de consommation. Les
scientifiques, de leur côté, peuvent proposer des solutions qui donnent lieu à diverses
formes de coopération. L’axe invite à observer ces aspects de la question dans l’aire
culturelle concernée et d’explorer les similitudes ou les singularités avec d’autres cultures.

Mots-clés : recherche génétique / vaccins / robots / clonage / OGM / nanotechnologies /
énergies renouvelables / transport / éco-citoyen / ONG / conquête spatiale / recyclage /
covoiturage / surpopulation / aliénation au travail / biodiversité / circuit court / bio / croissanceverte / pollution / dérives sectaires / course à l’armement / mobilisation

7) Diversité et inclusion

Quelles sont, dans chaque aire géographique étudiée, les réponses apportées aux questions posées par l’évolution des sociétés de plus en plus diverses et ouvertes ? Les langues vivantes jouent un rôle fondamental pour l’insertion et la cohésion sociales dans des sociétés de plus en plus cosmopolites. L’étude de la diversité culturelle au sein d’une aire linguistique donnée ou de la variété linguistique au sein d’une aire culturelle favorise une réflexion sur le rapport à l’Autre et permet la mise en place de projets interculturels et plurilingues. D’autres formes de diversité peuvent être explorées : comment évoluent les relations intergénérationnelles ? L’inclusion de personnes handicapées est-elle effective ? Quels éléments culturels conditionnent les relations entre les catégories sociales ? Les questions de la diversité et de l’inclusion gagnent à être abordées ensemble, à travers les arts, les sciences, le droit, la géopolitique, la sociologie, etc.

Mots-clés : handicap / intégration / liberté de mouvement / discriminations / générations /
minorités / langues officielles et langues non reconnues / idiolectes / égalité / émancipation

8) Territoire et mémoire

Comment s’est construit et se transmet l’héritage collectif dans une aire géographique
donnée ? Les espaces régionaux, nationaux et transnationaux offrent des repères
marquants (dates, périodes, lieux, événements, espaces saisis dans leur évolution
temporelle, figures emblématiques, personnages historiques, etc.) et permettent de
s’interroger sur la manière dont se construit et se transmet un héritage collectif. Les
commémorations traduisent un besoin d’élaborer et d’exprimer des mémoires individuelles et collectives. La multiplication des lieux de mémoire pose la question de la relation complexe entre histoire et mémoires. La mémoire d’un individu ou d’un peuple trouve son reflet dans le patrimoine ; héritage dont l’évolution dans le temps témoigne de la relation que chaque peuple entretient avec son passé et, par extension, la manière dont il se projette dans l’avenir. À travers la notion d’héritage, les histoires individuelles se confondent avec le destin collectif ; ces points de rencontre et de tension entre les histoires personnelles et la histoire sont à l’origine de nombreux récits (du témoignage au roman historique).

Mots-clés : espaces frontaliers / monuments aux morts / mémoriaux / traces de l’histoire /
histoire officielle / devoir de mémoire / amnistie / amnésie / quartier historique / patrimoine bâti

Retour haut de page

CECRL

Le programme du cycle terminal s’inscrit dans la continuité des programmes du collège et de la classe de seconde. Il prend appui sur le CECRL élaboré par le Conseil de l’Europe et vise à développer l’autonomie de l’élève dans la pratique des langues vivantes dans les activités langagières suivantes :

Réception

– compréhension de l’oral

– compréhension de l’écrit

Production

– expression orale en continu

– expression écrite

Interaction orale

En fin de classe de terminale générale et technologique, le niveau de compétence visé est pour :

– la langue vivante 1 : B2 (utilisateur indépendant – niveau avancé)*

– la langue vivante 2 : B1 (utilisateur indépendant – niveaux seuil)*

– la langue vivante 3 : A2 (utilisateur élémentaire – niveau intermédiaire)

– la langue approfondie :

. en langue vivante 1 : C1 (utilisateur expérimenté – autonome)*

. en langue vivante 2 : B2 (utilisateur indépendant – niveau avancé)

Retour haut de page