L’Innovation et Education Lab, une rencontre entre chercheurs, praticiens, innovante et très internationale, c’est pour vous

L’Innovation et Education Lab diffuse et partage des connaissances scientifiques et professionnelles dans le domaine de l’innovation en éducation. L’ouverture et la comparaison internationale sont des ressources utiles pour mettre en évidence les changements de l’école et aider les professionnels à mieux les comprendre.

Ce site permet d’explorer les nouveaux mondes de l’éducation, de donner la parole aux praticiens et aux chercheurs, sans chercher à dispenser des recettes ou des prescriptions idéales. Il propose de partager différents types et contenus d’expertise au service d’une intelligence collective et de la réussite de tous.

Depuis plusieurs décennies, la recherche internationale s’est intéressée à  un certain nombre de problématiques relatives au changement des organisations scolaires et à l’accompagnement des professionnels de l’éducation. Se sont ouvertes de nouvelles pistes de réflexions pour l’école, à partir de multiples expériences, innovations, et expérimentations mises en œuvre à travers le monde.

 

Le MOOC propose de donner du sens à  ces transformations pour ceux et celles qui souhaitent comprendre les enjeux de l’école aujourd’hui et demain. Le but est d’éclairer ces évolutions à partir d’éléments de comparaison internationale, de réflexions de chercheurs, mais aussi de prises de parole d’enseignants et de cadres. Loin de se limiter à une vision française de ces questions, le MOOC part de l’idée que « le monde est notre salle de classe ».

Ce MOOC initie un voyage sans frontières et une exploration en terre inconnue, à la découverte d’autres visions de l’école. Il valorise les savoirs et les savoir-faire des professionnels tout en offrant un espace de développement au-delà du travail au quotidien : « L’expérience est une lanterne attachée dans notre dos qui n’éclaire que le chemin parcouru » (Confucius).

Explorez !

Dans ce Mooc en ligne, la navigation est soit linéaire, soit au gré du tableau d’auto-positionnement en préface, sorte de carte, ou de radar  de votre navigation tout au long de du parcours.

Il est fondé sur l’hypothèse que vous êtes ou allez devenir faiseur de projet, acteur du changement pour l’école de demain ;  et que vous cherchez ici des points d’appui pour étayer, enrichir , renforcer, élargir connaissances, compétences, opportunités, liens et faire de votre projet une action innovante et durable.

10 modules pour explorer les nouveau mondes de l’école. Elle se construit aujourd’hui avec les contributions des élèves et des enseignants sur le terrain, comme par le partage des acquis de la recherche au niveau international.

10 verbes pour rendre intelligible à tous les acteurs ce qui change dans l’éducation et chez vous.

  1. Explorer(inquiry)
  2. Apprendre (Cognition)
  3. Traduire (transfer)
  4. Créer (creativity)
  5. Expérimenter(innovation)
  6. Diriger (leadership)
  7. Accompagner(continuous professional development)
  8. Evaluer (assessement)
  9. Partager (community and stakeholders )
  10. Diffuser (scaling up and dissemination)

 

Chacun des 10 modules propose 4 possibilités pour parcourir le thème:

  • Un auto-test pour s’éprouver ou réviser, ou passer à autre chose; enrichir son « capital » (ou Mooc Box)
  • Un apport théorique en vidéo;
  • Des études de cas ou exemples qui permettent d’appréhender la variété ou les variations du thème;
  • Des techniques, méthodes ou outils pour s’engager dans la démarche du thème;

Le temps estimé par module peut être de 30 mn à 1 heure. Vous êtes le maître de votre temps.

Ce Lab propose différentes ressources (MOOC, blog, modules, etc.) afin de faciliter une exploration ouverte et aléatoire, à l’image d’un voyage cumulant expérience après expérience. Il s’enrichit progressivement de nouveaux contenus et outils pour les professionnels de l’éducation.

Curiosité et découverte sont deux vecteurs importants de l’apprentissage.

« Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions » (Confucius)

Bonne exploration !

Les auteurs

  • Romuald Normand, professeur des Universités, expert européen et Directeur du Centre Franco-Chinois pour l’Innovation en Education, Université Normale de Pékin (puisqu’on parle d’innovation);
  • François Muller, enseignant encore, concepteur de RESPIRE, réseau social de l’éducation, auteur de «Diversifier » (André de Peretti) et de plusieurs ouvrages en éducation et en formation;
  • Thierry Foulkes, enseignant, vidéaste et dronaute, d’autres choses aussi;
  • Ruth Bourchier, conseiller national pour l’enseignement du français, Nouvelle-Zélande, traductrice, formatrice;

lien: https://www.innoedulab.com/

Shaking up Education – Reconstruire l’école en Guadeloupe

Après le cyclone Irma qui a ravagé les terres des îles de Saint-Martin et de Saint-Barth en Guadeloupe , c’est bien une « table rase » des biens et des infrastructures et des difficultés durables de tous ordres pour les habitants, pour les familles, pour nos amis et collègues de l’éducation.

C’est pourquoi il devient intéressant de s’attarder quelque peu sur une situation exceptionnelle, inédite, où la « table rase » n’a pas été le fait d’une « émotion » (dixit XVIIème siècle) populaire ou révolutionnaire, mais la conséquence d’un fait naturel catastrophique, le tremblement de terre de Christchurch en Nouvelle-Zélande au printemps 2011.  Catastrophe en grec a du sens: c’est mettre dessus-dessous. Quand tout est dévasté, par terre, bâtiments, infrastructures évidemment, mais aussi structures de commandements, réseaux matériels et immatériels, il faut donc tout reconstruire.  Oui, mais comment ? Et derrière le « comment », c’est le « pour quoi » qui jaillit;  il faut assumer cette question, la faire rouler, la partager au risque de tout faire comme « avant »; et de signifier que plus cela change, moins cela change.

Shaking up Education (bouleverser l’Éducation)

J’avais rencontré en 2011 lors du séminaire « créativité » à Hamilton des collègues enseignants de Christchurch, démunis en tout bien matériel et en toute structure scolaire, s’impliquaient pour leurs élèves, pour que tout vive et revive, dans l’invention d’une Ecole où on apprend. Quand les murs tombent, qu’est-ce l’Ecole ?

En septembre 2011, un groupe Shaking Up Christchurch Education (SUCE) se mobilise, coordonné par  Cheryl Doig, consultant de CORE-EDU, pour créer une vision pour l’avenir d’études dans la ville, en tentant de penser l’alternative  ‘au retour’ à leurs sites originaux et la reprise de leurs routines normales. C’est une occasion unique de  repenser l’éducation à un niveau systémique,  de mise sur des expériences nouvelles, et aussi de proposer à l’échelle locale des dispositifs à échelle mondiale.

Le groupe SUCE a mis en ligne et à notre disposition les premiers éléments de leur travail: il me semble intéressant d’en livrer quelques extraits, en en reprenant esprit, termes et formalisation.

Une approche globale et système de l’Education dans son territoire

Le groupe s’interroge d’abord sur les facteurs qui influent et conditionnent le fonctionnement de l’Ecole, et sur les modalités et processus: non seulement les ressources physiques, mais aussi les ressources humaines, le degré d’équipement technologique, la conception des écoles, ou encore (et surtout) le mode de gouvernance, tout en prenant en compte la dimension de la communauté à supporter budgétairement ces transformations.

Cette approche système a été aussi fondée sur un mode large de consultation des personnels et des acteurs pendant tout l’été, un processus toujours ouvert, nettement affiché dans leur conclusion: « In a networked world, the power is in individuals working together to co-create the future. It is a time for taking action. Education is a key driver in the recovery of our city – let’s make it extraordinary. »

Dans un monde en réseau, le pouvoir réside dans le travail collectif des individus, à créer ensemble le futur. Il est temps de passer à l’action. L’Education est la clé qui conduit à la restauration de notre Cité. A nous d’en faire quelque chose d’extraordinaire ».

Plusieurs facteurs conditionnent le futur en NZ (et seulement la NZ ?):

  • – le vieillissement de la population: qui travaillera ? Qui paiera les impôts ?
  • – l’accroissement de la diversité ethnique: quels seront nos collègues, nos voisins ?
  • – la répartition de la population: où vivront les personnes ? Sera-ce une répartition mixte urbaine/rurale ? Quel mode d’habitat sera privilégié ?
  • – le fait migratoire : peut-on lutter contre la fuite des cerveaux ? Quel sera l’impact en cas de changement de flux migratoires ?
  • – la mutation des emplois:  quels seront les besoins en emplois manuels ? Est-ce que l’agriculture restera le fer de lance de notre économie ? Qu’en sera-t-il du chômage des jeunes ?
  • – La question « sociale » : serons-nous capable de diminuer les troubles qui touchent les enfants (pauvreté, abus, santé) ? Qu’en sera-t-il des questions de violence et de suicide chez les jeunes ?
  • – Les nouvelles technologies:  quelles seront leurs évolutions et comment devons-nous nous adapter ? Quelles en sont les implications sociales, légales mais aussi éthiques ?
  • – développement durable: serons-nous capable de supporter notre économie, notre bien-être, notre environnement ?

Ces facteurs « sociétaux » sont à prendre en compte dans un système d’éducation NZ qui affiche clairement des objectifs ambitieux du XXIème siècle dans l’équivalent de notre « Socle commun ». Cependant, la région de Christchurch connait des difficultés scolaires avérées: en 2009, seuls 69,8 % des écoliers atteignent le niveau 2 du NCEA, les résultats des filles sont meilleurs que ceux des garçons. Mais seulement 47 % pour les écoliers maoris et 59,7 % des enfants « pasifika ».

He waka eke noa: A canoe where we are all in without exception
Ministry of Education 2010 Statement of Intent – Karen Sewell, Secretary for Education

L’analyse de la réalité et des besoins, et d’abord des élèves, permet dans une deuxième phase d’inviter les acteurs à « imaginer »; nombreux témoignages sont donnés. Ils permettent ainsi de définir quelques principes fondateurs du système éducatif:

  • – il sera clairement orienté vers l’apprenance
  • – il sera centré sur le futur
  • – il sera structuré en un système cohérent
  • – il sera durable dans son fonctionnement et dans ses coûts

 

Une approche orientée « apprenance »

Le « learning » est un principe fondateur du système NZ (depuis 1989, nous l’avons déjà signalé); ici, à Christchurch, la « refondation » permet d’en avoir une déclinaison actualisée:

  • il implique les apprenants en tant que partenaires dans leur apprentissage
  • il intègre la dimension culturelle des apprenants
  • il crée et offre des occasions d’apprendre aussi variées qu’il est possible
  • il définit le rôle des enseignants en fonction des besoins des élèves
  • il fournit explicitement les résultats définis pour l’apprentissage des élèves
  • il encourage la participation des élèves dans une série d’expériences diverses, conçues en fonction de résultats exigés et selon des pratiques efficientes
  • il assure la réflexion individuelle et institutionnelle; l’action est suscitée et soutenue par les données relatives aux apprentissages des élèves et aux performances institutionnelles
  • il met l’accent sur l’apprenance des étudiants dans les processus de recrutement, d’embauche, d’orientation, d’évaluation et de développement personnel
  • il conserve son attention sur le « learning », qui est constamment repris dans les documents institutionnels, dans la politique éducative, dans les efforts collectifs et dans le mode de management.
  • il garde une vision à long terme, en en garantissant ainsi l’investissement
  • il bénéficie d’une forte adhésion de la communauté qui encourage les étudiants à prendre des risques, à essayer de nouvelles choses et à persévérer.
  • Il promeut une conduite au niveau de l’institution cohérente et alignée sur la mission apprenante de celle-ci.

 

L’Ecole du futur, c’est pour aujourd’hui

“Mo tatou, a, mo ka uri a muri ake nei –(Pour nous et pour nos enfants après nous)

Le deuxième principe structurant est d’organiser le « futur », selon plusieurs domaines:

  • – une vision du curriculum (ou du parcours) qui évolue en s’ajustant au contexte
  • – de nouveaux modèles de direction et de rôles
  • – de nouveaux modèles de gouvernance
  • – de ré-imaginer des lieux et des places pour apprendre
  • – de nouveaux rôles pour les enseignants (qui il est et ce que nous faisons)
  • – une vision renseignée sur le rôle des technologies
  • – de nouvelles façons de penser et d’apprendre
  • – soutenir un apprentissage tout au long de la vie
  • – développer des capacités mentales et de résilience  afin qu’ils puissent répondre positivement au changement

Quelques développements suivent sur la politique éducative et sa prise en charge, de sorte à aboutir à la construction d’un modèle sous forme de HUB interreliés:

Le chantier reste en 2017 ouvert à Christchurch; faire en sorte que le « shake up » tellurique soit aussi un « shake up » sur la façon d’apprendre et d’organiser l’Ecole. Les propositions affluent et convergent sur l’intérêt et la nécessité de prendre appui sur une base très large, incluant d’évidence les élèves dans l’opération.

Apprendre de l’expérience de Christchurch

2017 – A l’épreuve des réalités et des choix politiques locaux et gouvernementaux, le plan de Shake up ne tient pas toutes ses promesses ; familles et équipes enseignantes n’ont pas toujours été associées aux projets de regroupement des écoles, de restructuration de la « carte scolaire » (dirait-on en France) et au plan des transports.

11 écoles ont fusionné pour créer cinq nouvelles écoles. Treize écoles ont été fermées, dont deux qui ferment volontairement leurs portes. Les familles ont dû faire face aux coûts supplémentaires liés aux transports et aux préoccupations concernant la conception de nouveaux espaces d’apprentissage, alors que le personnel de l’école s’inquiétait de la sécurité d’emploi. 68% n’étaient pas satisfaits du niveau de communication des fonctionnaires et du gouvernement. 58% ont estimé qu’ils ne pensaient pas avoir reçu les ressources appropriées à la suite de l’annonce.

La principale leçon : l’impact sur les enfants a été sous-estimé, en fonction d’experts en psychologie. – Le ministère aurait dû examiner plus attentivement les effets du stress vécu par le personnel de l’école de stress et les directeurs.

Faisons en sorte que notre organisation devienne « apprenante », que le territoire de Guadeloupe dans les composantes variées de sa population devienne « apprenant » avec l’aide de ses représentations politiques, institutionnelles, de ses forces vives.

photo prise sur le bateau en Guadeloupe, 2016, uniforme d’un collège.

Sources :

Site : http://www.rebuildchristchurch.co.nz/networks/shaking-up-christchurch-education

Groupe facebook : https://www.facebook.com/Shaking-Up-Christchurch-Education-237629182954820/?ref=nf

http://www.stuff.co.nz/national/education/82053224/education-ministry-admits-start-of-christchurch-schools-shakeup-not-handled-well

Quelques ressources pédagogiques aussi pour en parler avec les élèves

Les pages de Futura Sciences sur les catastrophes naturelles

Le dossier pédagogique Tsunami 2004 (Café pédagogique)

L’enfant face au traumatisme, Hélène Romano, 2013

Comment accompagner des élèves en deuil, dossier pdf, académie de Rouen, 2004,

Rêver son Ecole, c’est maintenant… et c’est en NZ (épisode 10)

Trois ans plus tard, les écoles sont sorties de terre sur de nouveaux concepts d’apprenance

Image de prévisualisation YouTube

_______________________________

Le fantasme de la « table rase » surgit ça et là, quand tout va mal, quand c’était « mieux avant », quand ce serait mieux « aprés »;  c’est une tendance récurrente de  notre pensée française, depuis (au moins) notre Révolution, mais laquelle, 1789, 1793, 1794, 1799, 1801, 1815, 1830, 1848,  ad libitum.  Dans cette période pré-électorale, les propositions fusent, et s’arcqueboutent,  et se renforcent, selon que l’on perçoit le changement possible ou dangereux, selon que l’on analyse la situation en bilan actif ou passif. Cependant, les leçons de l’Histoire, ici et là, nous apprennent que cette politique de table rase n’a jamais été bénéfique, et faire fi de la continuité du passé, nier les héritages prégnants dans l’organisation, dans la routine des pratiques, dans les esprits et dans les concepts,  se retournent contre les instigateurs du changement, tôt ou tard.

C’est pourquoi il devient intéressant de s’attarder quelque peu sur une situation exceptionnelle, inédite, où la « table rase » n’a pas été le fait d’une « émotion » (dixit XVIIème siècle) populaire ou révolutionnaire, mais la conséquence d’un fait naturel catastrophique, le tremblement de terre de Christchurch en Nouvelle-Zélande au printemps dernier.  Catastrophe en grec a du sens: c’est mettre dessus-dessous. Quand tout est dévasté, par terre, bâtiments, infrastructures évidemment, mais aussi structures de commandements, réseaux matériels et immatériels, il faut donc tout reconstruire.  Oui, mais comment ? Et derrière le « comment », c’est le « pour quoi » qui jaillit;  il faut assumer cette question, la faire rouler, la partager au risque de tout faire comme « avant »; et de signifier que plus cela change, moins cela change.

Shaking up Education (bouleverser l’Éducation)

J’avais rencontré cet été lors du séminaire « créativité » à Hamilton des collègues enseignants de Christchurch, démunis en tout bien matériel et en toute structure scolaire, s’impliquaient pour leurs élèves, pour que tout vive et revive, dans l’invention d’une Ecole où on apprend. Quand les murs tombent, qu’est-ce l’Ecole ?

En septembre 2011, un groupe Shaking Up Christchurch Education (SUCE) se mobilise, coordonné par  Cheryl Doig, consultant de CORE-EDU, pour créer une vision pour l’avenir d’études dans la ville, en tentant de penser l’alternative  ‘au retour’ à leurs sites originaux et la reprise de leurs routines normales. C’est une occasion unique de  repenser l’éducation à un niveau systémique,  de mise sur des expériences nouvelles, et aussi de proposer à l’échelle locale des dispositifs à échelle mondiale.

Le groupe SUCE vient de mettre en ligne et à notre disposition les premiers éléments de leur travail: il me semble intéressant d’en livrer quelques extraits, en en reprenant esprit, termes et formalisation.

Une approche globale et système de l’Education dans son territoire

Le groupe s’interroge d’abord sur les facteurs qui influent et conditionnent le fonctionnement de l’Ecole, et sur les modalités et processus: non seulement les ressources physiques, mais aussi les ressources humaines, le degré d’équipement technologique, la conception des écoles, ou encore (et surtout) le mode de gouvernance, tout en prenant en compte la dimension de la communauté à supporter budgétairement ces transformations.

Cette approche système a été aussi fondée sur un mode large de consultation des personnels et des acteurs pendant tout l’été, un processus toujours ouvert, nettement affiché dans leur conclusion: « In a networked world, the power is in individuals working together to co-create the future. It is a time for taking action. Education is a key driver in the recovery of our city – let’s make it extraordinary. »

Dans un monde en réseau, le pouvoir réside dans le travail collectif des individus, à créer ensemble le futur. Il est temps de passer à l’action. L’Education est la clé qui conduit à la restauration de notre Cité. A nous d’en faire quelque chose d’extraordinaire ».

Plusieurs facteurs conditionnent le futur en NZ (et seulement la NZ ?):

– le vieillisement de la population: qui travaillerai ? Qui paiera les impôts ?

– l’accroissement de la diversité ethnique: quels seront nos collègues, nos voisins ?

– la répartition de la population: où vivront les personnes ? Sera-ce une répartition mixte urbaine/rurale ? Quel mode d’habitat sera privilégié ?

– le fait migratoire : peut-on lutter contre la fuite des cerveaux ? Quel sera l’impact en cas de changement de flux migratoires ?

– la mutation des emplois:  quels seront les besoins en emplois manuels ? Est-ce que l’agriculture restera le fer de lance de notre économie ? Qu’en sera-t-il du chômage des jeunes ?

– La question « sociale » : serons-nous capable de diminuer les troubles qui touchent les enfants (pauvreté, abus, santé) ? Qu’en sera-t-il des questions de violence et de suicide chez les jeunes ?

– Les nouvelles technologies:  quelles seront leurs évolutions et comment devons-nous nous adapter ? Quelles en sont les implications sociales, légales mais aussi éthiques ?

– développement durable: serons-nous capable de supporter notre économie, notre bien-être, notre environnement ?

Ces facteurs « sociétaux » sont à prendre en compte dans un système d’éducation NZ qui affiche clairement des objectifs ambitieux du XXIème siècle dans l’équivalent de notre « Socle commun ». Cependant, la région de Christchurch connait des difficultés scolaires avérées: en 2009, seuls 69,8 % des écoliers atteignent le niveau 2 du NCEA, les résultats des filles sont meilleurs que ceux des garçons. Mais seulement 47 % pour les écoliers maoris et 59,7 % des enfants « pasifika ».

He waka eke noa: A canoe where we are all in without exception
Ministry of Education 2010 Statement of Intent – Karen Sewell, Secretary for Education

 

L’analyse de la réalité et des besoins, et d’abord des élèves, permet dans une deuxième phase d’inviter les acteurs à « imaginer »; nombreux témoignages sont donnés. Ils permettent ainsi de définir quelques principes fondateurs du système éducatif:

– il sera clairement orienté vers l’apprenance

– il sera centré sur le futur

– il sera structuré en un système cohérent

– il sera durable dans son fonctionnement et dans ses coûts

Une approche orientée « apprenance »

Le « learning » est un principe fondateur du système NZ (depuis 1989, nous l’avons déjà signalé); ici, à Christchurch, la « refondation » permet d’en avoir une déclinaison actualisée:

  • il implique les apprenants en tant que partenaires dans leur apprentissage
  • il intègre la dimension culturelle des apprenants
  • il crée et offre des occasions d’apprendre aussi variées qu’il est possible
  • il définit le rôle des enseignants en fonction des besoins des élèves
  • il fournit explicitement les résultats définis pour l’apprentissage des élèves
  • il encourage la participation des élèves dans une série d’expériences diverses, conçues en fonction de résultats exigés et selon des pratiques efficientes
  • il assure la réflexion individuelle et institutionnelle; l’action est suscitée et soutenue par les données relatives aux apprentissages des élèves et aux performances institutionnelles
  • il met l’accent sur l’apprenance des étudiants dans les processus de recrutement, d’embauche, d’orientation, d’évaluation et de développement personnel
  • il conserve son attention sur le « learning », qui est constamment repris dans les documents institutionnels, dans la politique éducative, dans les efforts collectifs et dans le mode de management.
  • il garde une vision à long terme, en en garantissant ainsi l’investissement
  • il bénéficie d’une forte adhésion de la communauté qui encourage les étudiants à prendre des risques, à essayer de nouvelles choses et à persévérer.
  • Il promeut une conduite au niveau de l’institution cohérente et alignée sur la mission apprenante de celle-ci.

 

L’Ecole du futur, c’est pour aujourd’hui

“Mo tatou, a, mo ka uri a muri ake nei –(Pour nous et pour nos enfants aprés nous)

Le deuxième principe structurant est d’organiser le « futur », selon plusieurs domaines:

– une vision du curriculum (ou du parcours) qui évolue en s’ajustant au contexte

– de nouveaux modèles de direction et de rôles

– de nouveaux modèles de gouvernance

– de ré-imaginer des lieux et des places pour apprendre

– de nouveaux rôles pour les enseignants (qui il est et ce que nous faisons)

– une vision renseignée sur le rôle des technologies

– de nouvelles façons de penser et d’apprendre

– soutenir un apprentissage tout au long de la vie

– développer des capacités mentales et de résilience  afin qu’ils puissent répondre positivement au changement

Quelques développements suivent sur la politique éducative et sa prise en charge, de sorte à aboutir à la construction d’un modèle sous forme de HUB interreliés:

 

Le chantier est donc ouvert à Christchurch; faire en sorte que le « shake up » tellurique soit aussi un « shake up » sur la façon d’apprendre et d’organiser l’Ecole. Les propositions affluent et convergent sur l’intérêt et la nécessité de prendre appui sur une base trés large, incluant d’évidence les élèves dans l’opération.

A suivre donc.

 

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

10/10- Le changement, c’est un voyage.

10- le changement, c’est un voyage

il n’existe pas de solutions clés en main pour sortir une unité éducative de ses difficultés.  Michael Fullan dans son livre Change Forces. The Sequel, London, Taylor & Francis Group (1999), dans son travail d’accompagnement du changement dans plusieurs systèmes éducatifs nous adresse à distance quelques courts messages :

1.On ne peut jamais préconiser à l’avance le changement (plus la réalité est complexe, moins on a de prises sur elle)

2. Le changement est un voyage et non une planification (il est rempli d’incertitudes et il peut même avoir des effets pervers, càd contraires à ceux recherchés

3.Les problèmes et les difficultés sont nos amis (ils sont inévitables et il n’est pas possible d’apprendre sans eux)

4.La vision d’ensemble du changement et la planification stratégique viennent après coup (une vision et une planification prématurée rendent aveugles aux réalités)

5.L’individuel et le collectif doivent s’équilibrer (éviter l’isolement des individus mais aussi trop de réflexion collective)

6.Les solutions imposées d’en haut, par la hiérarchie, ou les solutions adoptés d’en bas, par l’établissement, ne marchent pas à elles seules   (il faut concilier les deux approches dans le dialogue et la concertation)

7.Les liens de l’établissement avec son environnement local sont essentiels pour son succès (on apprend mieux de ses partenaires qu’en se focalisant sur ses problèmes internes)

8.Chaque individu peut être un acteur du changement (il y a un expert en chacun de nous, une connaissance ou une compétence à partager)

 

Naviguer dans les pages

Découvrez ici le sommaire de l’ouvrage écrit avec Romuald Normand pour poursuivre ce voyage dans cette « transformation silencieuse »..

un PREZI en ligne pour découvrir en images et en témoignages ce que le livre développe de manière plus linéaire;  clic sur l’image dessous:

PREZI

Ecole, la grande transformation ? éd. ESF, 2013 (PREZI)

 

7/10 – Le changement, c’est dialogique.

Dans un format qui correspond mieux à la lecture comme aux publics des Cahiers, je pourrais proposer dix phrases et dix outils pour accompagner le changement -(avec les images et les graphiques en plus °)
  1.    le changement,  « c’est pas pour nous »
  2.  le changement, c’est la perception du changement
  3. le changement, c’est long et difficile
  4. le changement, çà commence bien par quelque chose
  5.  le changement, ce sont des actes
  6. le changement, c’est systémique
  7. le changement, c’est dialogique
  8.  le changement, ça s’accompagne
  9.   le changement, c’est du développement
  10.   le changement, c’est un voyage

7- le changement, c’est dialogique

Le concept de dialogique porté par Edgar Morin entend restituer cette situation contemporaine où coexistent dans une même réalité des contraires apparents ; le changement tiraille autant les individus que les organisations locales.  Plus que jamais, l’Ecole et l’ensemble de ses personnels, du bas et du haut, sont pris dans la dialogique entre conservation, transmission, institution d’une part, et évolution, innovation, voire « refondation » d’autre part.  J’avais pris il y a peu d’années l’image métaphorique et dynamique de la Grande Vague d’Ho Ku Sai pour exprimer ce que le changement peut être dans l’Education, du point de vue des acteurs.

 

Juger <- -> comprendre

fatalisme sociologique <- -> acte pédagogique

Évaluer <- ->  accompagner

Indicateur <- ->  indication

Contrôler <- ->  vérifier, réguler

Confidentialité <- ->  déprivation des pratiques

Militantisme <- ->  professionnalisme

Transversal <- ->  didactique

Formation <- -> développement professionnel

Changement <- ->  identités professionnelles

Application de réforme <- ->  résolution de problème

Statuts <- ->  compétences

Hiérarchie bureaucratique <- ->  leadership

tâche <- ->  Activité

Performance immédiate <- ->  temps du projet

Je sais <- ->  je ne sais pas (faire) (tout seul)

Expertise externe <- -> négociation convenable

Approche scientifique <- -> prégnance des « idées sur les choses »

Absolutisme <- ->  pragmatisme

Diapositive11

Le changement touche directement personnels et organisations instituées dans leurs routines, légitimes un temps, puis bousculées de manière à présent accélérée de sorte à provoquer une désarticulation de systèmes logiques par ailleurs.  Il est aidant pour tous de reconnaître ces dilemmes auxquels chacun se trouve confronté et tenter de les résoudre de manière partagée ; car on n’a pas raison tout seul.
Maurice Blanchot avançait : « la réponse, c’est le malheur de la question. ». Sans doute, faut-il aider les collègues à affronter ces dilemmes, à l’occasion d’un changement ici et maintenant. Une école en milieu populaire a construit sa dynamique grâce à un groupe de « partage des doutes et des difficultés », coordonnée par sa directrice, formée, elle, pour conduire dans le temps ces débats qui renforcent la professionnalité de son équipe.

On trouvera des éléments structurants et des analyses :

3/10- Le changement, c’est long et difficile

 

Dans un format qui correspond mieux à la lecture comme aux publics des Cahiers, je pourrais proposer dix phrases et dix outils pour accompagner le changement -(avec les images et les graphiques en plus °)

 

3-      le changement, c’est long et difficile

C’est long – On ne change pas tout tout de suite, s’agirait-il même de cela ? Les effets d’une pratique dans sa classe, qui plus est d’un dispositif plus large ne se mesurent qu’après plusieurs semaines, voire des mois. La compétence pour un élève se construit sur plusieurs années ;  devenir un bon professionnel dans l’enseignement à la même aune. Il en est ainsi pour la compétence collective d’une équipe en  établissement. Greffer une nouvelle routine professionnelle, changer un peu l’organisation, instaurer une pratique coopérative, c’est se donner les moyens d’influer sur le climat, les relations dans l’établissement, et sur les apprentissages des élèves selon une durée comprise entre deux et cinq ans. Le facteur temps est essentiel et pourtant il est trivial de constater qu’il est peu pris en compte dans la gestion collective de l’établissement.  Mobilité des enseignants, mais alternance des personnels de direction, variabilité incertaine des conditions et des moyens d’une année à l’autre représentent des contraintes certaines pour garder le cap.  Dans le changement, il y a paradoxalement une continuité à rechercher pour atteindre un « développement  durable » des compétences.

 

C’est difficile – Les équipes témoignent aussi de difficultés dans ce chemin ; la réelle difficulté proviendrait du cumul de petites contraintes de nature différente,: dans cette transformation silencieuse, les équipes sont à la fois actrices et sujettes aux changements dans des établissements et écoles déterminées par des routines administratives ou pédagogiques.

– au  niveau de l’établissement : faiblesse de l’audit-diagnostic initial, contraintes organisationnelles (organisation du temps de travail des personnels et absence de flexibilité, calendrier des examens et stages), contraintes réglementaires (cadre juridique régissant l’EPLE et l’école, les statuts des enseignants avec un temps hors classe non prévu, partenariats mal établis, absence ou carence de la communication institutionnelle en direction des enseignants et des parents ;

– au niveau de l’institution : un environnement peu porteur professionnellement (absence ou carence de valorisation des équipes engagées, absence de ressources identifiées à l’interne/externe en accompagnement et évaluation), budgétairement (insuffisance de l’assise budgétaire) et techniquement (manque de fiabilité de l’équipement informatique) ;

– au niveau d’une organisation: résistances de certains personnels souvent engagés dans une routinisation de leur pratique, gérer l’incertitude et l’imprévu dans un système contraint par ailleurs (programmes, horaires réglementaires par matière ou discipline, examens).

La litanie des difficultés ne peut masquer pourtant la dynamique de certaines équipes et la réussite manifeste de centaines d’actions entreprises. L’attribution causale externe, ainsi que le qualifient nos amis psychiatres, est une forme de projection de sa propre intériorité.

Le changement comme une vague

La méta-analyse des actions suivies en innovation a permis de dessiner  une modélisation en deux vagues décalées, qui rend compte d’un cycle repéré : Par un point rouge sur la vague, repérez votre niveau de changement.

Diapositive22

 La « roue » des difficultés

La « roue des difficultés » recense les principaux domaines évoqués par les équipes en changement (sur une base de 2700 actions suivies, juillet 2013). Identifiez celles que vous rencontrez ? Quelles sont les difficultés qui sont contextuelles, puis structurelles ?

Diapositive14

 

(source MEN-DGESCO-DRDIE)

Quelles sont celles sur lesquelles vous pouvez avoir prises ? Tout de suite, ? Dans quelques temps ? Que proposez-vous ?

la suite demain.

Au Japon 4/5: le développement professionnel des enseignants, l’étude de leçon »

  1. Introduction au Japon et quelques ressources sur l’éducation
  2. L’école numérique, ‘l’école du futur » de Nishiyuka à Saga
  3. Raccrocher les décrocheurs, le lycée Shuoh à Osaka
  4. Le développement professionnel des enseignant, « l’étude de leçon»
  5. L’évaluation des établissements

Au Japon, il existe une tradition d’études de la leçon qui fait se regrouper les enseignants pour évaluer collectivement leurs pratiques et les améliorer, notamment par l’analyse des erreurs des élèves. Ces études donnent lieu à des conférences publiques suivies par des centaines d’enseignants, de chercheurs et de responsables politiques. Les enseignants ne sont pas isolés mais travaillent ensemble pour améliorer la qualité de leur enseignement de façon à apprendre les uns des autres sur leurs meilleures pratiques professionnelles.

Diapositive4

L’étude de la leçon: une approche japonaise du développement professionnel

L’étude de la leçon est appelée en japonais Jugyokenkyu, jugyo signifiant leçon et kenkyu étude ou recherche. Plus qu’une étude des leçons, c’est une sorte d’enquête systématique sur les pratiques d’enseignement. Les professeurs commencent leur étude de leçon en fixant un objectif qu’ils veulent traiter pendant l’instruction. Par exemple, ils peuvent décider que les élèves seront davantage impliqués dans l’apprentissage des mathématiques entre pairs. Ils se lancent alors dans l’étude des leçons afin d’explorer les stratégies d’instruction contribuant à réaliser cet objectif. Les enseignants élaborent pour cela une planification méticuleuse sous la forme d’un écrit décrivant le dispositif. Ensuite, un des professeurs le met en œuvre avec ses élèves pendant que les autres membres du groupe observent la situation tout en prenant des notes. Puis ils se réassemblent pour discuter leurs observations et partager leurs réactions. Parfois, ils arrêtent là l’expérimentation. Sinon, ils choisissent de réviser la leçon en créant une nouvelle planification et un nouveau dispositif. C’est alors un autre enseignant qui se lance dans l’exploration sous l’observation de ses collègues. Ce travail nécessite environ 10 à 15 heures de rencontres des membres du groupe sur une période de 3 à 4 semaines. Les groupes les plus nombreux sont décomposés en sous-groupes de 4 à 6 professeurs.

Régulièrement, les résultats sont capitalisés et font l’objet de la rédaction dans un rapport écrit publié sous la forme de « bulletin » décrivant le travail accompli ainsi que les réflexions communes, mais aussi les innovations et les améliorations apportées. Cette activité est suivie de prêt par le ministère de l’éducation et ses bureaux régionaux, qui peuvent financer tout ou partie de ces expérimentations. Les établissements travaillant sous ses directives sont assimilés à des « établissements en recherche » (Kenkyushiteiko) et ils contribuent à influencer l’orientation de la politique éducative japonaise. Cette reconnaissance officielle mais aussi l’intérêt des enseignants à l’école primaire et au collège font que ces études sont très prisées au Japon, et elles constituent une part importante de la formation initiale et continue des enseignants. En coopération avec l’université, des établissements accueillent les jeunes formés, mais aussi mobilisent les plus âgés pour une dynamique de changement interne, alors que certains groupes travaillent de manière transversale entre établissements pour former des groupes ou des clubs régionaux.

Pour un professeur  il est donc habituel d’être impliqué dans un groupe à l’échelle de son unité éducative et d’être rattaché à un groupe régional où de multiples expériences sont partagées. Souvent, un conseiller externe aide ces différents groupes à observer et commenter les leçons qu’ils ont planifiées. Ces conseillers sont choisis parce qu’ils possèdent une grande connaissance des questions pédagogiques et disciplinaires et qu’ils sont capables de mobiliser des savoirs théoriques et méthodologiques utiles aux enseignants. Le rôle du conseiller doit se limiter à un accompagnement sans prendre en main l’étude elle-même qui demeure la propriété des enseignants. Les unités éducatives organisent des sortes d’opérations « porte ouvertes » où  ils invitent des professeurs  et d’autres éducateurs à discuter et à échanger sur les résultats d’une étude particulière. Les établissements scolaires ou les écoles ayant une bonne réputation parviennent à attirer un grand nombre de collègues, parfois des centaines venant de tout le pays. Ces opérations portes ouvertes se tiennent généralement lors de colloques régionaux ou nationaux avec des organisations professionnelles. Les rapports ou bulletins sur les leçons circulent entre enseignants et responsables de l’éducation : ils sont diffusés par le réseau des libraires et constituent une grande partie de la littérature de recherche lue par les professeurs japonais.

d’après Clea Fernandez, Learning from Japanese Approaches to Professional Development: The Case of Lesson Study, Journal of Teacher Education, Vol. 53, No. 5, November/December 2002,  393-405

 

A compléter avec Lesson Study in Japan, éd. National association fort the Study of educational Methods, Keisuisha, 2011

Au Japon 3/5 – Raccrocher les décrocheurs, le lycée Shuoh à Osaka

  1. Introduction au Japon et quelques ressources sur l’éducation
  2. L’école numérique, ‘l’école du futur » de Nishiyuka à Saga
  3. Raccrocher les décrocheurs, le lycée Shuoh à Osaka
  4. Le développement professionnel des enseignant, « l’étude de leçon»
  5. L’évaluation des établissements

Raccrocher les décrocheurs au Japon, c’est l’affaire de toute une équipe solidaire qui peut aller loin dans la réorganisation du temps et dans les pratiques d’évaluation.

Diapositive2

http://prezi.com/_tdtlcpbbnwm/le-lycee-shu-oh-osaka-raccrocher-les-decrocheurs-scolaire/

Le Japon maîtres d’excellents taux de réussite scolaire et dans un contexte de dénatalité et de crise économique, découvre ses propres élèves « décrocheurs ». Réussir à l’école, c’est d’abord pouvoir intégrer un « bon lycée » à l’issue d’un examen sélectif à 15 ans.  La scolarité est toujours payante, publique ou privée.

800 lycées offrent la possibilité de faire une  scolarité « par crédits », modulaires, sur une durée plus longue que trois ans.. Et 250 d’entre eux permettent de suivre une  scolarité « à distance ».
L’agglomération d’Osaka compte 8 millions d’habitants. La partie sud est en pleine restructuration, touchée par la crise.

Le lycée SHU-OH est unique au Japon, en réunissant cinq caractéristiques:
– une scolarité à crédits, jusqu’à 9 années
– une scolarité à distance
– une taille « familiale » (550 élèves)
– une équipe cooptée (du fait de son statut privé)
– et des réussites remarquées (un seul abandon cette année)

LE TEMPS MOBILE
Le temps est une variable assumée par l’équipe; il se décline en plusieurs phases:
– un temps long, semestriel
– une alternance de temps scolaire et d’activité péri ou extra-scolaires
– des temps différenciés selon les groupes ou promotions, mais aussi selon les élèves
– des temps rythmés par des groupements de 4 jours sur l’année.  20 jours obligatoires seulement.
– des temps forts de 4 jours  où l’emploi du temps  redevient « scolaire » (séquence de 50 mn)
– des semaines choisies pour permettre à tous de suivre en fonction de ses obligations professionnelles (semaine A ou B)

INFORMALITE DU TEMPS
Du point de vue de l’élève, le temps prend trois formes combinées et fortement individualisées:
– un temps obligatoire de 20 jours dans l’année
– un travail « à distance », suivi par un référent (suivi par téléphone, aucun dispositif numérique, volontairement).
– une fréquentation informelle, individuelle ou par petits groupes, au gré à gré, du fait de la disponibilité des enseignants (même le dimanche).

Prime à la relation pédagogique

La relation pédagogique mixte une situation scolaire traditionnelle dans la forme et des traits de modernité assumée.
Malgré le petit effectif, on ne change pas l’habillage scolaire: une salle de classe, des chaise et des tables bien rangées, un tableau noir et des horaires classiques (pour la période dite « obligatoire »).
Aucune trace du numérique dans les salles. Les seuls ordinateurs sont dans la salle des profs.
La co-animation est quasi-systématique, voire ici la co-formation entre enseignants.

Un enseignement « scolaire » et Modernité des approches – L’enseignement en présentiel se focalise sur les « fondamentaux », basiques pour permettre aux élèves de réaliser leur « dossier ».
On n’exige pas des élèves des attitudes formelles de type scolaire (outre mesure); téléphone autorisé, sorties possibles.
Les approches proposées s’appuient sur la mobilité des connaissances; plusieurs disciplines sont évoquées pour faciliter les passerelles et les applications. En s’appuyant sur la tradition régionale du conte (région du Kansai), l’enseignant part d’une histoire ou invente une situation-problème. Les intervenants n’hésitent pas à prendre des rôles, ou à se mettre en scène (perruque pour… le principal adjoint lui-même °) Le cours n’a rien de « nouveau » ou d’innovant en lui-même; il reste un des moyens, parmi d’autres, d’approfondir connaissances et compétences, il n’est pas une fin.
No more schooling, more learning

 

L’objectif du lycée est de faire « graduer » tous ses élèves.
La scolarité est donc composée de 74 « crédits » ou unités capitalisables, sur une période pouvant aller jusqu’à 9 ans.

Chaque domaine ou matière équivaut à X crédits, et correspond à X heures présentielles obligatoires dans l’année et à X rapports remis.
Ainsi, en début d’année, au cours de l’entretien avec le professeur, un dossier est remis à l’élève: il comprend les « rapports » d’une matière à valider en fin d’année. Ici, le Cahier de maths 1er niveau avec les 9 rapports attendus.
A charge pour l’élève de les rendre, en s’appuyant sur le travail à distance, sur les cours en présentiel ou sur les moments d’accompagnement individualisé

La validation est déterminée par le « schooling » (présence certifée de 20 jours sur l’année) et par la remise des rapports.

Collégialité

Gestion des temps, suivi individualisé des élèves, co-animation sont rendus possibles par une réelle collégialité de l’équipe des 13 enseignants.
Salle des enseignants, ouverte aux élèves
Périodiquement, élèves et enseignants produisent journaux et publications pour rendre compte de leurs actions.

Comme tout lycée privé, la direction relève d’une entreprise; et la direction pédagogique est attribuée à un directeur adjoint, véritable mémoire de la structure.  La cooptation est cependant de mise pour tout enseignant; la formation est participative comme la co-animation et l’évaluation partagée.

 

 

L’innovation au service de tous les élèves, focus sur le raccrochage scolaire en France

Diapositive3
A cette occasion je m’appuierai sur le premier PREZI que j’ai fait en japonais

L’innovation au service de tous les élèves, focus sur le raccroage scolaire (VO)

Au colloque de Saga,(Japon) sur innovation et raccrochage, en complément aussi des choses bien (quand même) en France, et en vidéo (merci Annie Ardelet-Hugon) http://www.youtube.com/watch?v=G09eSSA6k38&list=PLF28A04677166E49B&index=56

Accrochage scolaire. Persévérons.

Au Japon 2/5 – L’école numérique, ‘l’école du futur » de Nishiyoka à Saga

  1. Introduction au Japon et quelques ressources sur l’éducation
  2. L’école numérique, ‘l’école du futur » de Nishiyuka à Saga
  3. Raccrocher les décrocheurs, le lycée Shuoh à Osaka
  4. Le développement professionnel des enseignant, « l’étude de leçon»
  5. L’évaluation des établissements

L’école à l’ère du numérique ? Une « école du futur », l’école Nishiyoka, Saga, Japon

Diapositive1

http://prezi.com/cjlpyp-wxtcj/une-ecole-du-futur-lecole-nishiyoka-saga-japon/

L’école du futur au Japon est numérique, et les résultats de l’école sont étroitement dépendants non seulement des dotations mais surtout des pratiques coopératives, de son organisation responsabilisante et de la collégialité des enseignants.

Quand çà marche  dans une « école numérique »,  ce n’est pas toujours pour  ce que l’on croit…
Pour certains, l’école du futur serait un vaste terrain de jeu des technologies. http://www.01net.com/editorial/608662/lecole-du-futur-aura-des-robots-dans-les-classes/

On préférera plutôt cette synthèse en 10 tendances de l’innovation pédagogique, 2013
Marquées résolument numériques, elles comportent des dimensions plus pédagogiques et centrées sur les apprentissages.
http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/20830/innovation-pedagogique-10-points/

Le Japon s’est engagé dans un programme « école du futur » depuis trois ans; et entend en 2020 avoir équipé tous les élèves de tablettes.
L’école primaire Nishiyoka dans l’Ile de Kyushu accueille des élèves issus de familles de pécheurs d’algues et d’agriculteurs. Anciens bâtiments mais vastes installations.

Equiper les élèves et la classe, oui évidemment
Le dispositif repose d’abord sur la dotation de PC-tablettes à tous les élèves de l’école; le matériel est géré par classe, les élèves disposent d’un dossier personnel en réseau; et les contenus affichés peuvent se projeter sur le TBI de la classe.
L’enseignant(e) dispose dans sa salle d’un TBI, volontairement couplé au tableau noir; usages, ressources et objectifs peuvent varier, se compléter. Les temps sont différents. (ici un petit groupe de renforcement en maths pour élèves dys.)

L’équipement n’est rien sans la pédagogie qui va avec
un taux d’encadrement important – L’école a mis en place un dispositif de type « plus de maitres que de classes »; ainsi pour les modules de maths et de japonais, un professeur prend la classe et le maitre-référent se met en situation d’accompagnateur.

Des temps suffisants pour apprendre–  La pédagogie est très explicite et bienveillante à la fois; des temps importants sont réservés des entraînements d’application, de déduction, moins de recherche ou de création.
L’évaluation ne devient plus notation-sanction, mais suivi personnalisé des petits progrès, à rythme variés selon les élèves.

une évaluation POUR les apprentissages – pédagogie et responsabilisation des élèves dans tous les moments de la vie scolaire. Toutes les classes sont ouvertes, portes et fenêtres. Elles permettent une fois par mois aux parents de venir assister aux cours par exemple.

Déprivatisation des pratiques – Le directeur (l’homme au fond) peut aller et venir dans les groupes et a toujours un geste pour chaque élève.

Il existe pas moins de 10 comités d’organisation et de gestion de l’école; ils prennent en charge l’animation, la vie collective et sa sécurité.

Dévolution de rôles et de responsabilités aux élèves – Dans chaque classe, les élèves à tour de rôle assurent le service du déjeuner pris dans la classe avec le maître.

Au niveau de l’école, le service de propreté est également du fait des élèves (si,si).

La coopération sociale comme vecteur des apprentissages – « mission du mois: se faire des amis » Chaque mois, chaque classe se donne une mission citoyenne (dirait-on en France). Ici, le coeur de l’Ecole bat au rythme de la vie collective et de la coopération. Sans doute une des conditions pour que le numérique prenne à l’Ecole.

Dans la vie quotidienne, des rôles tournants (communication, production, service, valorisation etc…), en partie connus dans nos écoles, beaucoup moins au collège

Un nouveau partage des rôles et des responsabilités
Dans l’école, le directeur est à la fois un chef d’établissement à plein titre: s’il ne recrute pas les enseignants, il les évalue; il est l’ambassadeur de son école et maître tous les élèves. Et il assume une direction plus collégiale et participative: les maîtres disposent d’un véritable open space pour travailler, partager, et chacun assure un ou des rôles en plus de la classe proprement dite. Le projet fait l’objet d’un consensus.
Les enseignants référents des classes suivent attentivement les élèves, par une évaluation accompagnante, mais aussi par une visite trimestrielle chez les familles elles-mêmes, pour s’assurer des conditions de travail de l’enfant.

 

La Refondation à la manière du Japon 1/5

  1. Introduction au Japon et quelques ressources sur l’éducation
  2. L’école numérique, ‘l’école du futur » de Nishiyuka à Saga
  3. Raccrocher les décrocheurs, le lycée Shuoh à Osaka
  4. Le développement professionnel des enseignant, « l’étude de leçon»
  5. L’évaluation des établissements

A l’occasion d’échanges et de contributions autour de l’ innovation pour l’amélioration de l’école et des acquis des élèves en novembre 2013.

L’innovation comme réseau d’échanges et de collaboration

La Vague de l’Innovation – L’innovation en éducation, telle que je l’ai rencontrée et accompagnée depuis plus de quinze ans, m’avait déjà fait croiser le chemin du Grand Soleil, dans la métaphore de la Vague d’Ho Ku Sai   La grande affiche était recomposée de plus de 5000 photos ou documents récoltés au gré des travaux et études conduits sur les terrains de l’innovation. Elles recomposaient une Grande Vague qui indiquait la phase de mouvement que nous vivons actuellement, et différemment perceptible selon les places et/ou fonctions que nous occupons.

Le mouvement est bien international et pas fortement centré sur le numérique, nous l’avions déjà montre avec Romuald dans notre dernier ouvrage : les clés de l’amélioration sont à rechercher plutôt dans les pratiques d’évaluation des élèves, dans la collégialité des équipes et leur compétence à s’auto-évaluer, dans l’investissement dans leur propre développement professionnel

La réflexion est bien trans-nationale, documentée par la recherche, et ici plutôt par des réseaux. C’est bien l’activité de l’internet et la présence sur les réseaux qui nous ont permis d’entrer en contact depuis 2007 ; premières visites à Paris, puis rencontres avec des équipes, d’abord autour des questions de l’éducation pour les très jeunes élèves (maternelles), puis sur les écoles « différentes » ; l’école Vitruve a été invitée alors au Japon en 2009.  L’intérêt se porte actuellement sur la prévention du décrochage au collège ; plusieurs collèges font l’objet d’études sur place (CLG La Marquisanne à Toulon, et CLG Rosa Parks à Chateauroux, Collège de Frégnicourt,  académie de Reims) et les dispositifs de raccrochage.

 

La passerelle France-Japon

Le déclenchement de la mission dépend des contacts issus de l’internet ; sa prise en charge a été le fait de la Société franco-japonaise des Sciences Humaines. Cette société interdisciplinaire et universitaire, rassemblant ses membres sur tout le pays, a été fondé il y a 31 ans par le professeur Hatano, traducteur de Jean Piaget au Japon ; elle s’est rapprochée assez vite de Gaston Mialaret et de Jacques Ardoino du côté français, identifiés comme les porteurs des sciences de l’éducation.  C’est Mme Ishido qui a pris la succession du professeur Hatano ; elle a pu inviter dans le passé Jean Hussenet, Jean Bauberot, Claude Thélot ou encore Eric Présence de Paris V ; les activités de la société combine colloques, formations, éditions et contributions à la recherche pour de jeunes doctorants ; leurs sujets d’étude portent sur les évolutions du système éducatif et notamment en France. C’est une des raisons de ma participation au séminaire de novembre 2013. Il faut remercier particulièrement les personnes qui ont été mes guides et introducteurs dans le Japon de l’éducation :

  • -Mayumi AKAHOSHI, Professeur, Département des études sur l’enfance,  Université Nishikyushu  (Kamizono Campus), Saga
  • – Daisuke Sonoyama, Faculte de Sciences humaines, Dpt. De la sociologie de l’education, Universite de Osaka , Osaka, ,
  • Monsieur Kato, professeur de psychologie de l’enfant, Département des sciences de l’éducation, Université préfectorale d’ Aichi, Osaka
  • Et le traducteur attitré des textes,  Yoshihiko  SHIRATORI, professeur de sociologie, Université de Kobe

Le système scolaire au Japon – quelques ressources bien utiles

Pas besoin de refaire un descriptif très bien fait par ailleurs, en naviguant sur :

A noter un document très complet sur le système éducatif au Japon, actualisé, par Jun OBA maître de conférences à l’Institut de recherche pour l’enseignement supérieur, Université de Hiroshima, à télécharger sur http://home.hiroshima-u.ac.jp/oba/index-f.html

Quelques points remarquables

Dès les classes du primaire, tous les élèves sont pris en charge dans le cadre d’une éducation globale ; les groupes sont constitués en général pour deux ans en suivant le maître : chaque groupe est une petite société où on partage les rôles et les responsabilités au long cours, pour des tâches scolaires évidemment, mais aussi pour des services de déjeuner ou pour l’entretien et le nettoyage quotidien. La participation à ces missions concerne tous les élèves et fait l’objet d’une évaluation de « vie scolaire » » qui permet d’en racheter plus d’un.

Evaluer se dit « Hyouka », et signifie valoriser, apprécier la valeur pour une personne comme pour une organisation.

Les élèves apprennent tout le temps et pour cause ; à la fin du primaire, ils doivent posséder au moins 950 caractères pour écrire, à la fin du lycée, plus de 1500 signes. Un étudiant en connaitra 2000 ; le recours au dictionnaire est de mise. Et personne n’est vraiment capable de dire d’un coup la bonne prononciation des prénoms.

Les élèves passent à la fin du collège un examen sélectif qui leur permet d’entrer en cas de réussite dans les « bons lycées » En l’absence de baccalauréat de fin d’étude, et dans un contexte où les emplois sont à vie, être dans un bon lycée devient un gage de réussite, au moins en potentiel de recrutement par telle ou telle entreprise ; à charge pour elle de spécialiser les études plus tard.

A Saga comme ailleurs au japon le lycée fête les réussites de ses élèves en affichant leur intégration en sortie de scolarité. Une manière aussi d améliorer leur propre recrutement à l’entrée (par concours au Japon).

Les taux de réussite sont excellents, à 98 %, le bémol semble être l’absentéisme perlé et les risques de décrochage d’élèves en cours de lycée.

Ecole, la grande transformation (promenade vidéastique)

En guise de découverte ou encore d’exploration des ressources, documents, références et images de notre ouvrage, l’Ecole, la Grande Transformation ?, éd. ESF, 2013, nous vous proposons une séquence vidéo sonorisée.

Image de prévisualisation YouTube

 

Retrouvez la présentation vidéo, ou encore le PREZI pour naviguer plus librement dans les concepts et les pratiques de l’innovation, du développement professionnel, ou du leadership scolaire. Sinon, le sommaire est ici.

Etes-vous un « bon prof » ?, une série en 5 épisodes interactifs

Le Web Pédagogique : Bonjour François Muller, selon vous, que se cache-t-il derrière l’appellation ”bon prof” ? 

François Muller : Le « bon prof », c’est un peu comme l’Ecole : chacun se fait une idée plus ou moins précise sur la chose, car il en a été le sujet, l’objet, l’acteur, le bénéficiaire ou la victime ; Tout le monde détient sa part de vérité et n’hésite pas à le dire à l’écran, à la sortie de l’école, ou dans les colonnes d’un journal, et ce, que l’on soit mère de famille nombreuse ou Prix Nobel (on observe le même phénomène quand on cherche un « bon » médecin.)

Vous avez sans doute vous-même déjà rencontré de « bons profs » au cours de votre scolarité, ils ou elles se comptent sur les doigts de la main.


Le Web Pédagogique : “Qu’est-ce qu’un bon prof ?” : est-ce la bonne question à poser ?

François Muller : Le qualificatif « bon » s’inscrit directement dans le registre des valeurs (ajoutées) et concerne l’évaluation de l’activité enseignante. Dans ce domaine, notre système d’éducation est saturé d’évaluation. Celle des élèves, celle d’établissements scolaires, celle du système.

À renfort d’indicateurs et de tableaux de bord, de statistiques et d’enquêtes, il est possible de cerner les établissements et écoles à forte plus-value, (avec la modération d’usage et les précautions méthodologiques convenables). Il est cependant bien plus délicat d’appliquer ce type de méthodologie à l’échelle des individus. L’organisation institutionnelle actuelle attribue l’évaluation des enseignants à l’IEN (Inspecteur de l’éducation nationale) de circonscription, dans le premier degré, et à l’inspection pédagogique ainsi qu’au chef d’établissement pour le second degré. Les différences de pratiques se révèlent importantes en matière de modalités, de temporalité, de régularité… et d’efficacité. Nombre de rapports de l’IGEN (Inspection générale de l’éducation nationale) soulignent la difficulté à corréler l’évaluation de l’activité et l’évolution effective des pratiques enseignantes. D’autant plus qu’inspecteurs de discipline et chefs d’établissement peuvent avoir des avis divergents sur les caractéristiques d’un « bon » enseignant.

série de tests pour savoir si vous êtes un bon prof

Graphique extrait de Bruno Suchaut, L’évaluation des enseignants : contexte, analyse et perspective d’évolution, IREDU-CNRS et Université de Bourgogne, février 2012.

D’autre part, la question triviale autour des qualités d’un « bon » prof dissimule une zone de friction tellurique qu’il ne faudra pas méconnaître : naît-on « bon » prof ? Ou devient-on un « bon » prof ?  Entre vocation, aptitudes, formation, compétences et expertise, la question renvoie inéluctablement à la pertinence d’une formation suffisamment efficace qui développe les compétences requises, pour un ensemble disparate de plus de 800 000 personnels concernés, à fort renouvellement attendu pour les cinq prochaines années. Peut-on apprendre à enseigner comme on apprend n’importe quel autre métier ?

Est-ce à vous de répondre à une telle question ? La qualité constatée de l’exercice professionnel est valorisée quand elle est reconnue par autrui, et non autoproclamée ; on peut le faire, certes, mais ce sera sans les effets espérés sur l’entourage ou sur vos élèves. Quels seraient alors les petits signaux, les indices subtils, les gestes naturels qui feraient dire à des élèves, à des parents, à un chef d’établissement : « c’est un bon prof » ? On ne peut pas le dire, mais on peut le savoir.


Le Web Pédagogique : Bonne nouvelle ! Auriez-vous quelques clés pour y parvenir ? 

François Muller : Ce sera à vous, cher lecteur, cher enseignant, de trouver les réponses à cette question à partir de moyens ou de quelques techniques, en une sorte de « miroir » ; et nous nous garderons bien d’y répondre par une affirmation sentencielle qui serait immédiatement contredite. « La réponse est le malheur de la question », écrivait Maurice Blanchot.

A la manière du prisme qui décompose la lumière blanche en une palette de couleurs, la qualité professionnelle pourrait se formaliser en cinq facettes. Pour chacune de ces facettes, nous vous proposerons un exercice d’autotest, afin de vous permettre d’en saisir les éléments ; il sera suivi de quelques outils ou méthodes pour compléter l’analyse. Si vous le souhaitez, quelques éclairages plus théoriques et références jugées utiles vous permettront d’approfondir le sujet.

SOMMAIRE DU DOSSIER
2e série : Des manières de faire, l’enseignant et ses pratiques
3e série : Les qualités de l’enseignant au risque de l’évaluation de ses élèves
4e série : Conseils de pairs experts !
5e série : « Deviens ce que tu es » : le développement professionnel continu pour l’enseignant

Kit de (se)cours-27: des questions créatives pour penser l’alternative de vos pratiques

En vue de la prochaine promotion des jeunes enseignants, et eu égard au cadre référentiel du métier d’enseignant spécial “Refondation”, en préparation de ce que seront les modules professionalisants des futurs ESPE, André de Peretti et moi-même vous proposons un “Kit de (se)cours pour l’enseignant“, en 50 épisodes. Ils paraitront sur le présent blog régulièrement jusqu’au printemps.

C’est un complément (Kit) utile au Manuel de survie de l’enseignant même débutant, éd. L’Etudiant, dont la 4ème édition est sortie en septembre dernier. Il présente en 30 chapitres et 500 pages les enjeux, ressources et pratiques contemporaines du métier.

Le Kit a été référencé par “la Toile de l’Education” du Monde, le 28 janvier 2013 (rubrique ressources pédagogiques).

Check-list pour organiser un « développement professionnel » continu des enseignants

Temps de refondation de l’Ecole, temps de questionnement sur les organisations, dispositifs et acteurs de la formation des enseignants aussi. On évoque beaucoup dans les échanges en ligne ou dans les couloirs les différents scenarii des ESPE, en centrant la question sur la formation initiale et la place des concours. La formation continue ne semble pas une priorité dans l’immédiat.

Il importe juste de signaler que la formation continue, sans doute revisitée dans son organisation, dans les moyens consacrés et dans ses acteurs, est devenue une des clefs de la réussite des réformes dans de nombreux pays. Ce point fait consensus dans une convergence internationale, particulièrement signalée à WISE 2011 et 2012.  Nous l’avons déjà évoqué avec Helen Timperley (vidéo en ligne ici). Romuald Normand en a exposé les grands traits lors des Journées nationales de l’innovation à l’Unesco en mars 2012 (vidéo en ligne ici)

40’26 » Romuald Normand

A toutes fins utiles, nous vous proposons quelques questions qui pourront, en fonction des réponses que vous faites, faire évoluer votre propre représentation de ce que pourrait être une formation efficace pour et par les enseignants.

Liste de questions à se poser pour un développement professionnel efficace

Un développement professionnel soutenu et mobilisateur

•   Est-ce qu’il combine les besoins des personnes et ceux de l’établissement ?

•   Est-ce qu’il engage les enseignants et l’équipe de direction ?

•  Est-ce qu’il prend en compte les besoins d’apprentissage des élèves en fonction des classes et des niveaux de scolarité ?

• Est-ce qu’il est approprié aux différents types d’enseignement et à une dynamique d’innovation ou d’expérimentation ?

•   est-ce qu’il est adapté à l’apprentissage personnalisé des élèves ?

•   Est-ce qu’il intègre les propositions des enseignants et leur permet de faire des choix ?

 

Un développement professionnel situé dans la pratique quotidienne

•  Est-ce qu’il est en relation avec les activités quotidiennes des enseignants ?

•   Est-ce qu’il comprend des programmes de suivi demandant des applications pratiques aux enseignants ?

•   Est-ce qu’il demande aux enseignants de réfléchir au travers de supports écrits ?

 

Un développement professionnel centré sur l’enseignement et les apprentissages

•  Est-ce qu’il met l’accent sur l’amélioration des résultats des élèves ?

•   Est-ce qu’il s’intéresse à la manière dont on enseigne ?

•   Est-ce qu’il aide les enseignants à analyser les erreurs des élèves ?

•   Est-ce qu’il dote les enseignants d’une grande variété de stratégies pédagogiques ?

 

Un développement professionnel qui facilite le travail collaboratif

•   Est-ce qu’il engage les enseignants physiquement, cognitivement, émotionnellement ?

•   Est-ce qu’il engage les enseignants à travailler ensemble selon des objectifs communs ?

•  Est-ce qu’il demande aux enseignants un retour sur leurs pratiques et une auto-évaluation ?

 

Un développement  professionnel durable, continu et interactif

•   Est-ce qu’il exige plusieurs heures de communication sur plusieurs mois ?

•  Est-ce qu’il donne aux enseignants de nombreuses occasions d’interagir ensemble à partir d’idées et e pratiques nouvelles ?

•   Est-ce qu’il est mis en relation avec des expériences professionnelles vécues par d’autres, au sein de l’établissement ou ailleurs ?

Amélioration de l’école et développement professionnel des enseignants, video d’Helen Timperley

Un trés récent rapport de la DEPP note des progrès importants en matière de résultats scolaires, quand la formation des enseignants s’organise d’une certaine manière, sur un temps donné …….(extrait de la DEPP) sur l’expérimentation PACEM

« Un investissement spécifique de formation et d’accompagnement des enseignants peut conduire, sans modifications des moyens alloués, à une amélioration sensible des performances scolaires des élèves », révèle une étude de la DEPP.  Ce travail se base sur l’expérimentation PACEM. Durant deux années des écoles de l’académie d’Aix Marseille ont bénéficié d’une formation des enseignants en mathématiques accompagnée de tests des résultats scolaires des élèves. Les enseignants bénéficiaient de 18 heures de formation sur un point du programme ainsi que d’une plate forme de documentation et mutualisation. Les résultats des élèves sur les deux années ont été évalués par rapport à un échantillon témoin. L’étude montre que les élèves ont sensiblement progressé grâce au travail de formation de leurs maîtres. Les progrès ont été particulièrement bons chez les enfants de milieu modeste. « 

On retrouve ici les éléments de  ce qui est à l’oeuvre dans plusieurs pays dans le monde, sous le concept de « développement professionnel continu », c’est à dire un couplage organisé entre besoins des élèves, pratiques des enseignants, expérimentation,  dispositif de formation, articulation avec la recheche, et évaluation des impacts. Un cycle vertueux travaillé en particulier en Nouvelle-Zélande depuis plusieurs années par Helen Timperley et Brian Annam que nous avions rencontré l’an dernier à Auckland.

Voir la video en VOST (entretien F. Muller, réal: Th. Foulkes, traduction: Ruth Bourchier).

Image de prévisualisation YouTube

Modélisation du dispositif de « développement professionnel »

Les résultats de la recherche conduite conjointement avec Brian Annan sur le « school improvment » et Helen Timperley (Université d’Auckland) sur la literacy auprès de 400 équipes ont été publiées ; certaines conclusions ont été tirées que nous pouvons ici reprendre avec l’aide de Romuald Normand, IFE Lyon .

La recherche internationale a confirmé l’importance des pratiques d’enseignement sur les acquis des élèves, à côté d’autres facteurs plus contextuels ou sociaux, c’est rassurant d’une certaine manière ; mais cela pose la question alors de l’efficacité de leur propre formation.

En la matière, il a été également montré qu’il fallait s’affronter à deux fausses évidences : d’une part, penser que les enseignants disposent des ressources nécessaires pour s’auto-réguler comme de bons professionnels ; d’autre part, qu’il suffisait de s’en remettre à des experts donnant les bonnes recettes pour ce que cela fonctionne. La convergence de plusieurs méta-analyses montrent que ces deux propositions peuvent être amendées : les résultats seront nettement améliorés d’une part les enseignants se mettent en situation d’être les enquêteurs de leurs propres pratiques, d’autre part s’ils s’appuient sur des savoirs non seulement disciplinaires mais aussi pédagogiques.

Le dispositif de « développement professionnel » n’est pas nouveau en lui-même, mais en combinant plusieurs éléments, il agit en système plus cohérent et plus efficace :

–          Un centrage sur un contenu spécifique

–          Des pratiques collectives partagées pour des enseignants similaires

–          Des analyses de situations, des évaluations, des observations

–          Des connaissances issues et traduites de la recherche

–          Des combinaisons de modalités de formation

–          Un processus de formation continuée

10 principes ayant fait leur preuve dans la recherche pour un développement professionnel efficace des enseignants

1.      Se centrer sur les résultats évalués des élèves

Des expériences d’apprentissage professionnel se centrant sur le lien entre certaines situations d’enseignement et les résultats évalués des élèves sont associées à des impacts positifs en termes de résultats.

2.      Des contenus intéressants

Les connaissances et les compétences à développer sont celles qui ont été considérées mme efficaces dans les résultats évalués des élèves .

3.      L’intégration des connaissances et des compétences

L’intégration des connaissances et des compétences essentiels à l’enseignant facilite un apprentissage approfondi et un changement dans les pratiques pédagogiques.

4.      L’évaluation comme enquête professionnelle

L’information sur ce que les élèves ont besoin de savoir et de faire est utilisée pour identifier ce que les enseignants ont besoin de savoir et de faire.

5.      Des multiples occasions d’apprendre et de mettre en œuvre l’information

Pour opérer des changements significatifs dans leurs pratiques, les enseignants ont besoin de multiples occasions d’apprendre une nouvelle information et comprendre ses implications pour la pratique. De plus, ils doivent rencontrer d’autres opportunités dans des environnements qui offrent à la  fois de la confiance et des défis à relever.

6.      Des approches réactives aux processus d’apprentissage

La promotion de l’apprentissage professionnel nécessite différentes approches selon que les idées sont en accord ou non avec les conceptions des enseignants sur les élèves et la meilleure façon d’enseigner.

7.      Des occasions d’apprendre avec d’autres

Des interactions collégiales centrées sur les résultats des élèves peuvent aider les enseignants à intégrer de nouveaux apprentissages dans leur pratique.

8.      Une expertise bien fournie

Une expertise externe au groupe des enseignants participants est nécessaire pour remettre en cause les conceptions existantes et développer le genre de connaissances et les compétences associés à des résultats positifs des élèves.

9.      Un leadership actif

Des leaders éducatifs conçus comme un facteur clé du développement des attentes pour améliorer les résultats des élèves et assurant l’organisation et la promotion d’un engagement dans le cadre de situations d’apprentissage professionnel.

10.  Maintenir la dynamique

Une amélioration soutenue des résultats des élèves nécessite que les enseignants disposent d’une connaissance théorique solide, de compétences à l’enquête fondée sur des preuves, et de conditions facilitées en termes d’organisation.

Source : Timperley, H. (2008) Teacher Professional Learning and Development. International Academy of Education. International Bureau of Education. Paris: UNESCO

« Les formateurs doivent reconnaître la complexité des pratiques professionnelles et apporter de la valeur ajoutée en accompagnant les enseignants dans la satisfaction des besoins d’un public hétérogène, notamment les élèves dont les résultats sont inférieurs à ceux des autres. Il est indispensable d’englober les pratiques des enseignants plutôt que de les contourner et d’apporter des visions et pratiques alternatives par des exemples. Les enseignants ont besoin d’une offre de contenus pédagogiques pertinents et d’un enrichissement de leurs connaissances sur l’évaluation par un mélange de théorie et de pratique. Enlevez n’importe lequel de ces éléments et l’impact a toutes les chances de diminuer.

Une enquête systématique éclairée par des sources fiables est au cœur de tout processus de formation professionnelle continue. Si les enseignants refusent de s’engager dans ce processus, ils n’ont guère d’informations sur ce qu’ils doivent apprendre et faire pour améliorer les résultats des élèves ; ils ne savent pas non plus si les changements qu’ils opèrent ont l’effet désiré.

Le préalable à la réussite de ce processus est que les enseignants soient convaincus que leur propre formation relève de leur responsabilité professionnelle, y compris le souci de vérifier l’efficacité de leurs pratiques sur les résultats des élèves. Ainsi, des cycles renouvelés d’enquête, de renforcement des capacités et d’amélioration deviennent partie intégrante des pratiques quotidiennes. «

My WIse (2): tendances en innovation dans la world education, et en France ?

A Doha, au Qatar, de longues barricades de chantier affichent fièrement des invitations telles que « create »,  « discover », « innovate », « explore », mais aussi « learn »; elles masquent à peine ce qui sort de terre (du sable plutôt), des quartiers entiers, des infrastructures à l’architecture avant-gardistes, telles que l’Education City, vaste campus, entièrement dédié à l’Education (universitaire).

La situation n’est pas sans rappeler ce que fut la France des 30 Glorieuses, envahie de chantiers et de grues, quand un collège par jour s’inaugurait. Elle témoigne aussi d’une situation où l’Education devient un pari contemporain pour l’avenir de ces pays convoqués à Wise.  Le plaidoyer final de Gordon Brown pour la création d’un Fond mondial de l’Education, afin d’atteindre les objectifs d’une scolarisation pour tous en 2015 atteste de cette moblisation des systèmes éducatifs, avec des enjeux politiques et stratégiques non dissimulés.

Les échanges twitters tout au long du WISE attestent d’une « vision » (en anglais) du changement plus systémique en éducation; autant de questions pour nous en France.

 

Tendances de l’innovation en éducation, une analyse mondiale

L’innovation en éducation a franchi un degré semble-t-il cette année en se départissant du tout TICE (ou ICT en anglais);  s’affranchissant des dérives du « tout nouveau » ou des « produits » ou encore des « supports », l’analyse gagne en complexité en s’attachant désormais aux besoins des élèves et aux évolutions sociétales; les TICE regagnent une juste place,  en interrogeant les responsables de l’éducation sur les meilleures stratégies du changement:

Crisis is it the good paradigm to identify Change in Education ?

rethinking innovation in education,

@wise_tweets <in-novatio (latin): introduce a strange element in a structured context

@baldev17 we are all actors of Change, we are institution(s). Think global, change local °)

@lbutgereit: #wise2011 free and open have diff Definitions in diff countries ex. libre en France = école privée, c’est le contraire en UK

RT @oysteinj: Too many holy cows in education

 

Un changement systémique en éducation

Les systèmes d’éducation changent véritablement de « vision », on dirait en français plus savant, de paradigmes, en explorant les dimensions cachées du « learning »,  en en identifiant les conditions dans les domaines du management, des espaces et des personnels.

La revolution du “learning”

Mass innovation, from Charles Leadbeater, video ow.ly/7fNXu

Image de prévisualisation YouTube

RT @Centre4PublicEd: Imagine if we compared hours of learning vs hours in a classroom for every student. What would it tell us?

@mona2008 For schools leaders, innovation is precisely to care about all kinds of knowledge, in a globale approach #wise2011

for leadership, Creating the conditions of innovation: empowerment, open source, shared leardership, learning organization #wise2011

RT @francoistaddei: RT @Stephen_H: #Wised1b #wise2011 Prensky – ‘an individual gives vision and then that idea is shared with others and…

be sure not to confuse ICT and innovation,; good only if you dare creativity, cooperating, critical thinking and learning. #wise2011

consensus for ideas #wise2011 innovation, , critical thnking, creativity, problem solving, entrepreunship, opportunities to be talented

#wise2011 teachers do the « heavy lifting » of delivering content . on ne fera pas l’économie d’un changement de contenus (et d’objectif).

: #wise2011 aging population as opportunity for education to innovation; in France a program « intergenerations » ow.ly/7foA3

l’ens. à distance m’a ramené à la réalité des élèves, leurs besoins propres, leurs style d’app. et a créé du collectif chez eux #wise2011

#wise2011 l’enseignement hybride repose sur la coopération, rôles, responsabilité des élèves, comme l’enst. mutuel du XIXe s en France:

 

Architecture et ergonomie scolaire

RT @euronews_lw: RT @debbieforster: #wise2011 these projects were not « building schools for the future » but creating spaces/opportunities…

changing practices by changing places and spaces of education, HELLERUP SKOLE (Dk) ow.ly/7ghUG

Sydney Center for Innovation in Learning (Australie) SCIL, Stephen Harris, principal of the Year scil.com.au

 

Développement professionnel des enseignants

RT @joseaugusto: RT @timrylands: « If we don’t empower teachers, we are going to be dead in the water » Takes training & respect #wise2011

@ostianemathon identifier les actes professionnels sous l’innovation; vous en déduirez les champs et les modes de formation.

#formens le dvlp prof part d une enquête sur les élèves et sur les pratiques, pas d un programme de discipline , puis d analyses et co-formation. On ne change pas tout seul.

c’est le paradigme de formation meme et les modalités qu’il faut revoir: cf. dispositif de dvlp professionnel au Quebec ou en NZ #formens

 

Evolution des modes et des styles de  management

#wise2011 change take  long time, it is a process; dixt a short video with VIP in education.

USA is not un good example;  . In England, for example, ministry average is 2 years

@drhayatqd #wise2011 engage an systemic analisys betwenn society and education, in the both ways; Education can change society,

equation for Change: the 3 H: hands, heart and head. For all the peoples, specially leaders and managers in éducation. #wise2011

developpe social capital: trust, cooperate,, to care about, ownership, ; Gv( have to give espaces for teams, to achieve reform #wise2011

#wise2011 reform requires stepwise planning and stepwise implementation. need an inner champion for reform

reforme can be achieve if teachers unterstand and fiel the sens (dixit MInister of Pakistan)

 

Le changement de fonction de l’évaluation pour la réussite

When it comes to education, we know the price of everything, but not the value of everything

si l’éducation est couteuse, essayez l’ignorance. Lettre à Obama, sans réponse. #wise2011; quelle est la valeur et non le prix ?

Remember the NZ devise: what is the most important in the world: ? he tangata, he tangata, he tangata (people, people, people). #wise2011

Les Etats Unis sont un mauvais ex pour l’Education; investisseez dans vos enfants, dès trés petits.#wise2011 pour tous les pays.

 

@nayaabs creativity needs secure context and valorisation of  stakeholders, not evaluation or assessments.#wised16

RT @misslamase: RT @SalmaMousa2: « We need to teach our students not just how to solve #problems, but how to define them. »–

RT @RonCanuel: Suggestion: invite 30 young people who dropped out. They too can tell us how to improve education

@nayaabs evaluation means ex-valuere (latin): extract and communicate about the value. #wise2011

#wise2011 « best practices » always being in reference on the values of education and democratics objectives ??

 

Le Prix WISE 2011 ou le Nobel de l’Education

Sir Fazle Hasan Abed is the first WISE Prize for Education Laureate! @BRACWorld

 

La logistique de WISE, des idées pour les Journées de l’Innovaton

Le programme est un modèle d’organisation, permettant un choix de parcours entre séances plénières, assez proches de ce que nous avions organisé en Roumanie (Innover en Français, entre 2006 et 2009), les moyens vidéos en moins.

Wise grande salle de théâtre: la réalisation et le plateau-télé, la retransmission en live sur l’internet, le défilé des tweets, ça fait rêver pour l’organisation des Journées de l’Innovation à l’Unesco à Paris, programmées pour les 28 et 29  mars 2012

 

Innovation in education

Charles Leadbeater, journaliste, conseiller de Tony Blair, et auteur du livre “innovation in education”, édité par WISE.

Charles Leadbeater. Innovation on education, lessons from pioneers around the world .

Ancien conseiller de Tony Blair, Charles, accompagné d’un photographe professionnel, a fait le tour du monde pour repérer et analyser les innovations en éducation. Le parti pris: retenir six idées, six dispositifs qui illustrent le processus de changement. Mais aussi de montrer comme l’innovation sociétale percute (il parle de « clash ») les systèmes éducatifs peu enclins à changer de l’intérieur. C’est sans doute un des contrepoints que nous pourrions apporter à cet ouvrage excellent par ailleurs. L’analyse systémique montre que le changement sourd de partout, dehors comme dedans.

Six peoples, six ideas dans le monde.

  • Talent is everywhere,
  • Quality matters much as quantity
  • Better learning, différent learning, not more schooling
  • New ideas fronm mavericks mixtures in the margins
  • Organisations breed networks and movements
  • More, Better, different, a global agenda

 

La « French Touch » en innovation ?

Plusieurs dizaines de workshops étaient programmés pendant ces trois jours; entrée libre, au choix des participants, pendant ce temps plus informel de navigation personnelle, en concurrence avec de vastes buffets °)

Plus d’une vingtaine de participants se sont attelées à une réflexion trés coopérative et imagée sur les facteurs du changement en éducation dans les systèmes éducatifs institutionnels (pour faire contre-point à Charles Leadbeater).  Revenir sur les causes du changement, mais aussi sur les objectifs plus explicites (et notamment sur les valeurs implicites), nous a permis ensuite de distinguer la dimension système dans nos vieilles institutions.  Le travail a été collaboratif, mélant échanges inter-personnels, analyses en groupes, et écritures reportées ensuite sur « l’arbre de l’Innovation).

Les participants semblent avoir apprécié franchement cette méthode, qui pouvait se distinguer de bien autres ateliers, finalement plus traditionnels dans leur conception et dans leur objectif; nous n’avions rien à mettre en avant (voir à « vendre) que de proposer une analyse partagée, ici mondiale, des conditions du changement, en présentant de la même façon les options prises par l’Education en France (expérimentations nationales, innovations locales, expérimentations systémiques).

A compléter par « Dix mots pour changer l’éducation », dix clips videos autour de dix mots issus de la méta-analyse de 300 actions actuelles, renvoyés à des acteurs (enseignants, inspecteurs, formateurs, élèves et André de Peretti), mentionnées dans Le Monde de l’Education ici: http://profencampagne.over-blog.com/article-la-t-87310407.html

La carte heuristique de l’Innovation, n°1 de la nouvelle série « Territoires d’Ecole », a été présentée à l’occasion, en conclusion; et a retenu l’intérêt de plusieurs responsables internationaux; elle permet d’identifier au delà du concept d’innovation les actes professionnels, et partant, d’envisager des programmes de formation et de développement professionnel.  Cela a été identifié comme un des clés du changement.

Cela a donné lieu à quelques articles dans la presse

http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/11/01/5-membres-de-la-delegation-francaise-au-sommet-mondial-de-leducation-wise-au-qatar-confient-au-monde-leurs-motivations/
Les interventions plus officielles :

@euronews_lw: L’interview exclusive de Luc Chatel pendant le sommet de l’#education. on.fb.me/nQYXsC

Ou son intervention en table ronde « about Achieving Effective Reform: live streaming! bit.ly/qyWtlB

 

My Wise (1) : le monde s’invite dans l’éducation et l’innovation (retour du Qatar)

Rencontrer le monde en un seul espace,  accueillir la différence et oser la rencontre (an anglais, même si en « globish », anglais international), et plus, partager la convergence  sur nos terrains d’élection, la conduite du changement en éducation; j’ai eu ce privilège, à WISE (Worl Innovation Summit for Education), à Doha (Qatar) pendant trois jours pleins, dans le cadre de la délégation française renforcée cette année, et en tant qu’intervenant et animateur d’un workshop « innovations in institutionalised education systems« .

Organisé par la Qatar Foundation, organisme financé par la famille princière, le sommet, troisième édition, a rassemblé prés de 1400 personnes du monde entier, identifiés comme « world educational leaders »: des politiques certes, mais aussi des cadres de l’éducation (présidents d’université, recteurs, directeurs d’institut), des enseignants et formateurs, des partenaires publics et privés, des organismes. Grande mixité des publics et des origines, où l’Europe devient très petite soudain.

L’organisation a privilégié certes des moments officiels, attendus, comme une informalité certaine (on dit « networking ») dans cet immense Centre des Congrès inauguré pour l’occasion;  la sérendipité n’est pas un vain mot, quand vous prenez place pour vite se restaurer et prendre un thé, juste à côté, de gens étonnants; les échanges sont toujours riches:  Je viens tout simplement d’échanger avec Anil GUPLA (India), impressionnant et impressionné (moi) ; il est même à TED, ow.ly/7fnv7…Rencontré aussi Stephan HARRIS, « principal of the Year », Australie, voir aussi le http://scil.com.au/  SCIL  Sydney Centre for Innovation in Learning; Mais aussi les responsables de l’innovation en Sud-Corée, ou encore le directeur d’un institut d’éducation à New York.

Ce sont d’abord des rencontres humaines, des moments rares de rencontres très altruistes, sans rien avoir à défendre forcément, qu’à écouter et comprendre, à confronter expériences et leçons de l’expérience, sans faire fi des spécificités et des contextes. L’histoire de l’éducation s’écrit entre ces lignes.

Twitter s’invite à WISE

Les échanges sont enrichis par une activité TWITTER hors normes;  particulièrement lors des séances plénières et tables rondes, si l es « Grands » ont la parole, les autres la prennent et interagissent en direct sur la tweetline; il a été remarquable de constater que la communication fut dense et argumentée,  sans se limiter à des impressions ou de simples réactions subjectives.  Autant de mots repris et amendés, qui constituent en direct (puis en différé) une sorte de mémoire collective et capitalisée. A nous de décoder aprés.  Les lignes qui suivent s’appuient sur cette collaboration rapide et collective.  Les séances ont été enregistrées ;

Opening Link Opening Plenary Session: CHANGING SOCIETIES, CHANGING EDUCATION
Plenary Session Link Plenary Session 1: RETHINKING INNOVATION IN EDUCATION
Plenary Session Link Plenary Session 2: ACHIEVING EFFECTIVE REFORMS
Plenary Session Link Plenary Session 3: DESIGNING EDUCATION FOR THE FUTURE
Closing Plenary Session Link Closing Plenary Session (voir notamment l’intervention de Gordon BROWN, chap. 6)

 

(suite demain)

Question de représentation: la NZ est au « top down under » (intermède)

Intermède

La toute nouvelle livraison des éditions AUTREMENT,  consacrée à l’Atlas de l’Océanie, nous offre la « vision » (en anglais, cela signifie plus que le simple regard, il s’agit d’une représentation du monde, d’une finalité qui oriente tout le reste) du point de vue de la Nouvelle-Zélande.

 

Ce type de projection cartographique n’est pas nouvelle en elle-même, depuis celles, célèbres de Peters; elle entend restituer la part véritable de l’importance et du poids des espaces géographiques,  en rapport à celle trés européanocentrée et bien vieillissante de Mercator qui présentait un monde à l’échelle de l’Europe.  On pouvait alors découvrir les dimensions exactes des masses contimentales de l’Amérique du Sud, et de l’Afrique.  Un reportage effectué dans l’ancien bureau du Pape Jean-Paul II nous avait montré que le planisphère utilisé au Vatican était celui de Peters. ..

L’originlaité (et réelle nouveauté pour nous autres Européens) est le renversement de l’orientation, nous pourrions dire même le bouleversement, dans ce sens où le Nord n’est plus en haut de la carte, mais bien le Sud.  Le deuxième point remarquable est que la carte s’organise autour d’un centre Pacifique, l’Océanie, pensée comme massif et unique (et non plus scindé en deux). L’Océanie devient « continent », tout au moins, région mondiale avec des nouvelles solidarités, des flux de toutes natures et une dynamique que nous avons encore du mal à apprécier, vu de 20 000 km plus au nord !

Il est ainsi remarquable que la Nouvelle-Zélande soit « on top down under », un slogan que nous pourrons bientôt retrouver à l’occasion de tous les reportages et vidéos du mois de septembre (rugby oblige).

Ce petit intermède géographique peut être un utile complément aux différents posts ici consacrés au système éducatif NZ, à son originalité, sa comtemporanéité, son dynamisme.  Cette représentation nous aidera sans doute à mieux envisager ce que nous pouvons en apprendre; encore le « learning », oui.

 

 

Entrer dans le métier d’enseignant, c’est commencer sa propre enquête sur ses pratiques (NZ, épisode 9)

Devenir professeur en Nouvelle-Zélande, n’a rien d’académique (c’est un terme en anglais qui a une connotation « traditionnelle » et très scolaire) ; les concours de recrutement, qui plus est, nationaux, n’existent pas ; l’entrée à l’université est sélective ; un an  de formation en faculté d’éducation, au niveau Licence comprend trois périodes de formation en établissement.

Après obtention du diplôme, le professeur est employé pendant deux ans comme PRT (pre-registered teacher) ; il dispose d’une sorte de « carnet de compétences », en ligne à présent.

 

 

Ce carnet de bord de l’activité professionnelle est construit en domaines

  • – relations professionnelles et valeurs professionnelles
  • – savoirs professionnels en pratique

Chaque domaine est composé de questions-clé que le jeune enseignant doit renseigner, pour lui, pour son « mentor », afin de « prouver » (on retrouve ici la démarche « inquiry for teaching ») par des actes, des faits (on dit « évidences ») que la copétence est en train de se construire.. La dimension réflexive et co-évaluative, très accompagnate, est prédominante.

Par exemple, une page créée par un mentor pour les enseignants (annees 1/2) qui doivent repondre au Registered Teacher Criteria, http://myportfolio.school.nz/view/view.php?id=64017

Au terme des deux ans de PRT, l’enseignant est validé  pat Teacher Registration Council, le prof devient donc registered, il va avoir un emploi du temps complet, dans un recrutement local, au niveau de l’établissement.

 

 Saurez-vous répondre aux questions-guides ?

 

Relations professionnelles et valeurs professionnelles

1- Relations professionnelles

  • Question réflexive : que dois-je faire pour établir des relations de travail avec mes élèves, avec leurs communautés d’appartenance, avec mes collègues et d’autres pour encourager les apprentissages des personnes que j’ai en charge d’enseignement ?
  • (réponse du professeur ici)

2- Favoriser le bien-être

  • Question reflexive:  comment puis-je montrer dans ma pratique que j’ai à  Coeur de promouvoir le bien-être de tous les élèves dont je suis responsable ?
  • (réponse du professeur ici)

3- Engagement dans un partenariat biculturel

  • Question réflexive :  comment je montre dans mon exercice professionnel  du respect pour les héritages culturels des deux parties du traité originel ?
  • (réponse du professeur ici)

4-  Apprentissage professionnel continué

  • Question réflexive : comment puis-je poursuivre et progresser dans mon apprentissage professionnel en tant qu’enseignant ?
  • (réponse du professeur ici)

5- Exercer un rôle de leader

  • Question réflexive :  comment puis-je aider à ma place mes collègues à renforcer leur enseignement et leur apprentissage ?
  • (réponse du professeur ici)

Savoirs professionnels en pratique

6- Programmes d’apprentissage

  • Question réflexive : que dois-je prendre en compte quand j’établis les programmes de travail pour des groupes et pour des individus ?
  • (réponse du professeur ici)

7- Environnement d’apprentissage

  • Question réflexive :  comment ma pratique d’enseignement favorise un environnement où les élèves  se sentent libres d’explorer des idées et de répondre avec respect aux autres dans le groupe ?
  • (réponse du professeur ici)

8-  Savoir des styles d’apprentissage des élèves

  • Question réflexive : comment ma manière d’enseignement rend compte de la façon dont je comprends les modes d’apprentissage de mes élèves ?
  • (réponse du professeur ici)

9-  Capacité de réaction

  • Question réflexive : comment ma connaissance des différentes forces, intérêts et besoins des individus et des groupes de mes élèves interagit avec la façon dont j’enseigne ?
  • (réponse du professeur ici)

10- Contexte biculturel

  • Question réflexive : dans mon enseignement, comment puis-je prendre en compte le contexte biculturel de l’enseignement et des apprentissages ?
  • (réponse du professeur ici)

11- Evaluation et apprentissage

  • Question réflexive : comment puis-je fournir et utiliser des informations issues de l’évaluation de sorte à faire progresser l’apprentissage de mes élèves ?
  • (réponse du professeur ici)

12-  Enquête

  • Question réflexive : comment puis-je faire progresser l’apprentissage de mes élèves  grâce à l’enquête critique relative à mon propre apprentissage professionnel ?
  • (réponse du professeur ici)

En savoir plus sur le système néo-zélandais

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.