Confession d’un enfant du siècle

18 05 2010

generation_ySi vous êtes né comme moi dans les années 80-90, vous faites partie de la génération  » Y » (prononces why), une dénomination américaine pour désigner notre génération, par rapport à celle de nos parents, baptisée « X » (par l’écrivain Douglas Coupland dans son roman Génération X). Le terme « génération Y » est apparu en même temps qu’une évolution du marketing, de la consommation et d’un état d’esprit de la jeunesse, qui n’a rien à voir avec la pyramide des âges. Explications…

PORTRAIT

Enfants des baby-boomers, notre quotidien n’a plus grand chose à voir avec le leur. Nous ne voulons pas être une génération sacrifiée. Les « Y » ont pour penchant de remettre en cause ce qu’on veut leur imposer : non à l’idéologie mais oui à l’engagement social, non aux traditions, oui à la vraie  vie, à la convivialité, aux rencontres interculturelles, non à la hiérarchie, oui au collaboratif et au partage d’informations.

Nos soldats de plomb, ce sont les jeux videos, nous cours d’étudiants, nos travaux pratiques de lycéens se baladent sur clé USB, nos amis virtuels ou non forment une grande famille (Nos parents n’auraient pas pu participer à un apéro géant ?? !). Notre provenance géographique ou nos centres d’intérêt ne constituent pas un handicap et nos CV sont hyper costauds : l’enseignement supérieur et l’accès aux diplômes ne sont plus réservés à une minorité. Alors, elle est pas belle la vie ??

DE NOUVEAUX CODES

tagsDe nouveaux outils, des nouvelles valeurs mais… de nouvelles attentes, sortir des chemins balisés, s’adapter en permanence. A nos comportements consuméristes, correspondent une quête personnelle de reconnaissance, d’identité, d’indépendance mais aussi de nouvelles pratiques de formation, de recrutement, de management.

La génération Y est impatiente mais mobile et branchée. Notre capacité « multi-tâches » sidère nos parents : envoyer un texto tout en conversant ou en répondant à des questions de cours  n’a rien d’étonnant. Pour nous, l’action prime : s’investir dans une association (Sans-papiers, droit au logement, écologie…), c’est plus tendance que d’adhérer à un parti politique. Sociologiquement, le portable nous a aidé à couper le cordon avec nos parents mais nous rapproche de nos amis ; rapidement informés, nous sommes consommateurs de musique, de cinéma… en téléchargement. Tout, tout de suite, c’est un peu notre credo ; « googlisés », nous avons réponse à tout dans la seconde ; Now Generation chantent les Black eyed peas.

Nous avons de la difficulté à entrer sur le marché du travail ; les stages non rémunérés, les C.D.D. à répétition ne nous facilitent pas la tâche et la crise économique aidant, nous prendrons de plein fouet l’ardoise de la dette publique, celle des retraites ou du déficit de la sécu. Alors, au travail, nous voulons une rémunération équitable, un manager à l’écoute ; pas ou peu de rapports hiérarchiques mais un partage de l’information, des décisions clairement expliquées et des compétences avérées ; le statut de « chef » est obsolète. N’oubliez pas que nous représenterons près d’un actif sur deux en 2015.

Nous voulons prendre la relève des quinquas (nombreux !) auxquels se heurtent les quadras, mais sommes-nous prêts ? Car nous sommes comme ça, nous les « YErs« , ambitieux… mais réalistes et si, dans un contexte de chômage élevé, nous ne parvenons pas à atteindre nos objectifs, eh bien, nous créerons nos entreprises grâce à notre réseau. Et puis, même si nous n’avons pas fait de service militaire, nous avons le  casque vissé sur la tête prêts au changement !

CDD

Tags : , ,

Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire