Français, sans commentaires

22 04 2009

L‘association Les indivisibles lutte avec humour et ironie contre le racisme ordinaire. Depuis fin 2006, Rokhaya Diallo, sa présidente, veut combattre les clichés liés à la couleur de peau ou à l’exotisme des prénoms : ne plus être catalogué comme « noir », « arabe » ou « asiatique ». Une initiative citoyenne.

UNE ET INDIVISIBLE

reconcilRokhaya a été victime de préjugés racistes comme beaucoup des membres de l’association : anecdotes quotidiennes qui les ont fait s’orienter vers le  choix du raitement humoristique du racisme. Le nom de l’association, lui, fait référence à la république française « une et indivisible » dans la Constitution. Mais  comment concevoir une identité nationale quand justement, une origine culturelle différente, une couleur de peau confrontent ces jeunes « issus de l’immigration » (vocable répandu) et nés en France, à des réflexions désobligeantes, voire imbéciles, sur le lieu de naissance ( » T’es né ou ? »), les facultés particulières (« les noirs sont bons en sport »), le niveau d’études.

Pour Rokhaya Diallo, il n’est pas tant question de racisme que d’ignorance, qui fait le nid des préjugés ; les media et la publicité entretenant le recours aux clichés habituels pour parler des personnes non-blanches.

ACTION SENSIBILISATION

Pour sensibiliser l’opinion et faire évoluer les mentalités, les Indivisibles ont créé un site internet : de courts dessins animés permettent de faire passer le message auprès d’un public jeune et non politisé. On peut y lire également, la charte des Indivisibles ; celle-ci met en évidence les termes impropres utilisés pour décrire les français non-blancs et éradiquer du vocabulaire des évidences  grossières  comme « tous les arabes ne sont pas musulmans » ou « On est plus français de sang que ceux qui ont obtenu la nationalité par droit du sol ». Témoignages et interviews enrichissent le site.

Dans le sens de cette orientation de dérision, les y’a Bon awards (ancien slogan de la marque Banania) ont été remis fin mars 2009 aux auteurs des pires déclarations du PAF, de la pub ou du cinéma ; une sorte de « prix citron » qui attire la vigilance des citoyens sur la portée des mots et assurent une audience aux actions  de l’association : débats dans les écoles et les entreprises, mais pas encore de partenariats avec les institutions.

Nous sommes tous riches de nos racines et appartenances. Les Indivisibles tendent à développer l’idée d’un citoyen français aux couleurs, religions et influences culturelles plurielles sans réduire l’identité à un contexte géographique ou une appartenance ethnique.


SOURCES


Tags : , , ,

Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire