L’informatique : une science à part entière

15 05 2012

Pour la plupart de nos contemporains, l’informatique est perçue comme une technologie. Depuis ses débuts l’informatique a un double aspect :

  • – scientifique, issu de la logique mathématique (que peut-on calculer au moyen d’un algorithme ?)
  • – technique, avec la construction de machines de traitement de données qui chiffrent des messages.

Elle a aussi un statut inédit :

  • – comme les maths, elle étudie des objets abstraits (listes, graphies…) mais
  • – comme les sciences, sa méthodologie repose sur une interaction avec des objets concrets, les ordinateurs.

Ni une branche de la physique, ni une partie des mathématiques, l’informatique est une autre science qui va devenir une matière de l’enseignement secondaire à la rentrée 2012, justifiée par sa méconnaissance alors que ses enjeux doivent conduire à maîtriser la complexité de ses systèmes.

En tant que « science jeune », l’informatique n’a pas encore acquis ce statut de science. L’utilisation quotidienne d’outils informatiques, de plus en plus précoce, laisse croire qu’on peut en acquérir les concepts fondamentaux par une pratique fréquente, comme si l’on devenait cuisinier en mangeant ou musicien en écoutant de la musique !

Pourtant, on observe la distanciation progressive des étudiants et ingénieurs en informatique, par rapport à la maîtrise du fonctionnement d’un ordinateur ou à celle des architectures informatiques, d’où la nécessité de comprendre les grands principes de programmation et les pouvoirs d’expression des langages utilisés afin de les renouveler. Pour preuve : le dernier langage « novateur » : java date de 1995, peut-être un signe de qualité mais au vu de l’impact du web et de la croissance des besoins en informatique, la conception de nouveaux langages s’impose.

L’ISN (Informatique et Sciences du  Numérique) entrera donc dans les programmes de terminale S avec 4 concepts de base : information, langage, machine, algorithme, avec une pédagogie centrée sur la réalisation de projets à travers des travaux de groupes, à raison de 2 h par semaine (Coefficient 2 au baccalauréat). L’enseignement s’appuiera sur des professeurs de mathématiques, de physique qui recevront une formation en présentiel ou à distance. Cette nouvelle option ne visera pas à pré-orienter les élèves mais à les sensibiliser à la diversité des métiers et emplois générés par l’économie numérique.

Dans le cadre de projets menés en équipe, de nombreux domaines d’application peuvent être abordés en lien avec la découverte des métiers et des entreprises du secteur du numérique : graphisme et images, sécurité, prise de décision, communication, robotique, etc… Des connaissances et des compétences en science de la vie et de la terre (code génétique, géosciences) peuvent également contribuer à l’élaboration de ces projets. En se développant largement, la société numérique suscite de nouvelles questions éthiques et juridiques ; les projets conduits auront aussi pour objectif de mettre en lumière ces problématiques.

           Illustration The Huffington Post

  Sources

 



La Geek attitude

23 09 2008

On le côtoie sans le savoir. Il n’a pas le regard hagard ni la démarche hésitante, plutôt un look basique : tee-shirt, jeans, baskets, mais voilà, sa particularité, c’est justement d’être peu visible puisque son meilleur ami… c’est le mac ou le PC. En effet, je veux parler du H.A.O. (Homme Assisté par Ordinateur) ou plus familèrement, du « geek ». Explications.

QU’EST-CE QU’UN GEEK ?

Le mot geek, (prononcez « guique »), terme anglais désigne une personne (plutôt jeune), passionnée de sciences et de nouvelles technologies. On trouve aussi geck en allemand ou gicque à l’est de la France, tout terme qui désigne un fou de carnaval ou, en tous cas, quelqu’un de décalé, de bizarre qui ne s’intègre pas dans la société.

La définition a évolué avec une connotation d' »intello » qui se réfugie dans un monde imaginaire, accro à tout ce qui touche les jeux video, les super-héros, les jeux de rôle…

QUE FAIT UN GEEK ?

A mi-chemin entre le Nerd, terme anglais lui aussi, qui désigne une personne socialement handicapée, polarisée sur ses centres d’intérêt, et le Nolife, qui consacre l’exclusivité de son temps à pratiquer sa passion, le geek participe à des rencontres dont le thème est la démonstration de jeux, la présentation ou les ventes de nouveaux jeux informatiques, ou encore la participation en réseau à des jeux video (LAN party pour Local Area Network).

LE PARLER GEEK

Vous avez bien compris que le geek sort de sa tannière, mais c’est pour retrouver d’autres geeks. Et que fait un geek qui rencontre un autre geek??? Il parle… geek. En clair, le citoyen lambda aurait bien du mal à infiltrer une soirée s’il n’a pas un minimum de connaissances « linguistiques ».

Exemples :

Sur les forums, des petits malins provoquent le chaos par des sujets-polémiques : les esprits s’échauffent. Point de non-retour : le modérateur du forum décidera de les kicker (éjecter), alors un conseil ! Don’t feed the troll (= ne nourrissez pas le troll), autrement dit « N’entrez pas dans son jeu ».

Cela ne risque pas de vous arriver si vous êtes un newvbie (un gentil débutant) ou pire un noob (le boulet qui ne sait rien faire et attend tout des autres). Notez que vous pouvez lâcher votre souris pour aller faire un foot IRL (In Real Life quoi ! sur un terrain).

Bon, en cas de pluie, vous pouvez vous rabattre sur la PES et affronter online vos petits camarades (des gamers plus exactement !). Et si vous gagnez, vous pourrez pousser un woot de satisfaction (pour certains, acronyme -voir l’article sur Ste Edvige- de We Owned TheOther Team = On a eu l’autre équipe !).


Je crois que mon collègue d’anglais tient le bon bout : une séquence sur le vocabulaire geek, doublé d’un TP et le tour est joué : quelques formules bien ancrées dans les petites têtes valent mieux que le langage SMS, non ??

Ressources :

Bandes dessinées :

Web series : Hello Geekette

Chaine de télé : No Life

On y trouve des clips de musique japonaise (Jpop, Jrock, mais aussi de la musique électronique), des « animes » le mardi et le jeudi et des émissions variées sur la culture japonaise et les jeux videos (Wikipedia).