Critique du livre « Signe Distinctif : Roux » par Anouk Bloch-Henry. Territoire de lecture. M.B. C.T.

Nous avons  aimé ce livre car c’est un roman court, facile à lire, et on partage le quotidien d’un adolescent qui grandit sans père mais qui veut quand même réussir dans la vie. Harold (l’adolescent en question) possède un signe qui le distingue des autres, Harold est roux. Le fait d’être roux fait bien sentir qu’à cet âge toute différence est synonyme de mépris, d’exclusion, de moquerie, et de prendre un ado comme bouc-émissaire pour se défouler sur lui, bien évidemment sur autrui, ce qui renforce le côté  immature des personnages du livres excepté Harold et Axelle.

Mais ce jeune garçon ne va pas se laisser faire, il va tomber amoureux d’une de ses camarades de classe qui se nomme Axelle, elle qui l’aime tant et qui va même jusqu’à quitter son petit-ami Matthieu.

Anouk Bloch-Henry ( l’auteur ) en profite pour citer le site web Facebook, critiquant l’influence que ce site possède sur les jeunes. Ici le site est utilisé comme un moyen de lancer une véritable « vendetta anti-roux » ; « like » de blague de plus en plus glauque… Au point d’arriver à un « mouvement anti-roux » incontrôlable. L’auteur manie parfaitement les émotions d’Harold, nous faisant éprouver sa joie, ses blessures, son espoir, ses souffrances etc … Il nous montre même que Harold reste fort grâce à l’amour de sa mère et d’Axelle.

La fin est aussi très touchante, Axelle réunit une troupe de 4°ème et de 3°ème  pour lutter contre la campagne anti-roux que mène Matthieu et son acolyte Etienne. Ainsi, ils se colorent tous les cheveux en roux, se réunissent au lien de rendez-vous de la future chasse au roux.

La bataille s’annonce sanglante, Etienne tente de stopper la marche anti roux qu’il a lancée mais en vain, les adolescents sont là pour casser du roux et en voila dix qui se présentent devant eux. Harold armé d’un tesson de bouteille fait face à un membre de la chasse au roux, le blesse alors mais avant que Harold ne lui fasse trop mal et que la bataille entre la clique d’Axelle et les chasseurs de roux commence la police arrive alors, tout le monde fuit mais Axelle et Harold se retrouvent ensemble au commissariat, se retrouvant ensemble dans la même cellule pour des retrouvailles émouvantes.

 Si vous êtes en quête d’émotions je vous conseillefortement ce livre

Baptiste

It's only fair to share…Share on Facebook
Facebook
0

Critique du livre « La Traversée » Territoire de lecture.

J’ai aimé ce livre car  l’histoire que vit Seyba est profonde et touchante car les liens qu’il tisse avec les personnes qu’il rencontre tel que Nafi, Thiane, Samory,  ou les passagers de la barque sont forts et émouvants, de plus, la façon dont Jean Christophe Tixier a ordonné son livre, le fait que l’on soit tout d’abord plongé dans le naufrage de la barque à cause de la tempête puis qu’il explique sa vie avant son départ, donne une impression de nostalgie, nous faisant éprouver de l’empathie pour ce personnage ayant quitté son foyer afin de rallier l’Europe.

Il y a aussi un passage émouvant dans le chapitre intitulé « Youssou » qui m’a beaucoup plu, c’est le moment où Seyba propose à son ami Youssou de partir avec lui en Europe, proposant même de lui payer la traversée grâce à l’argent sale que leur envoi Fodé, l’aîné de la famille, devenu braconnier.Pendant une longue année, Youssou s’est persuadé que  tout était tellement plus facile en Europe pour se rassurer concernant son choix mais la nuit du rendez-vous avec le passeur, Youssou  douta tellement qu’il vint à penser que son choix n’était pas le bon et décida de rester, alors il observa son ami partir, après avoir dit au passeur qu’il était seul.

L’histoire du livre est originale et émouvante, nous faisant remarquer les différences sociales par rapport à nos vies,il y a beaucoup de suspens du fait des nombreuses interludes servant à raconter la vie de Sam avant son départ, les actions y sont importantes et très détaillée, et l’attachement que l’on éprouve à l’égard de Sam devient vite très puissante.

La fin est aussi touchante que le reste du livre, car la scène est très bien rendu, de part la fièvre de Sam, ses délires fantasques, le navire apparaissant comme un sauveur au milieu de cet océan de désespoir, le doute concernant  les gardes-côtes, décidant de leur avenir selon leur nationalité, Italiens= nouvelle page à écrire en Europe et Libyens= tortures et interrogatoire puis être reconduits au pays et nouvelle traversée dans l’espoir d’une vie meilleure.

La fin est brusque car après s’être autant attaché à Sam, on voit savoir ce qu’il lui arrive et l’on veut connaitre sa nouvelle vie mais l’auteur a  fait exprès de la rendre si abrupte afin de rendre hommage au 200 000 migrants ayant tenté de se rendre en Europe et au 3 500 ayant perdu la vie dans ce périple, croyant tous en un avenir meilleur.

Pour ça et bien d’autres raisons, je vous conseille fortement de lire ce livre !

                                                  Thomas

It's only fair to share…Share on Facebook
Facebook
0