Poussez la porte d’une librairie ou l’émotion des collégiens…

« Les racines du ciel »de Romain Gary: premier roman écologique!

Qualifié après sa parution en 1956, comme l’un des romans « écologiques », les racines du ciel« est non seulement un roman qui parle de sauvegarde de la nature des éléphants en Afrique Equatoriale Française, quelques années après l’Holocauste et alors que l’humanité effectue ses premiers essais nucléaires et que l’on a découvert l’existence des goulags en Sibérie.

Morel, ancien rescapé des camps de concentration nazie, met la pagaille dans les rouages encore possible de l’administration coloniale: il s’acharne à protéger les éléphants…Les éléphants massacrés par milliers, pour fournir des morceaux de viande fraîche aux chasseurs africains, des tonnes d’usine aux trafiquants du travail aux guides des safaris, les éléphants qui détruisent soi disant les plantations des paysans!

 Utilisé par le mouvement indépendantiste, haï par les chasseurs, accusé de misanthrope, raillé par tous, il prend néanmoins le maquis contre la barbarie et la cruauté sous toutes ses formes, aidé par une poignée de personnes qui l’épaulent dans son combat fou.

La dignité à tout prix, celle des éléphants comme celle des hommes, voilà ce que Morel veut préserver à l’image de son premier combat pour sauver les hannetons alors qu’il était prisonnier des nazis. Il se bat avec une énergie confiante et humaniste pour protéger les derniers représentants sur terre d’une époque révolue, affirmant sa nature humaine contre ceux qui cherchent à la nier: le totalitarisme, la petitesse, l’adversité.

Il aspire à l’humanité, la liberté et le respect de tous.

un bon départ,une bonne organisation et harmonisation, gage de réussite!

Bon vent à tous!!!

un voyage sur les traces de Marcel Pagnol…

« Aubagne,c est le centre du monde« .

Ainsi s exprimait Marcel Pagnol. Et c est ce que nous allons vérifier : le massif du Garlaban et ses collines, le massif de la Sainte Baume, impressionnant de beauté et de mystère, en effet cette barre de calcaire a ete depuis l antiquité, un lieu sacre, couvert dune végétation luxuriante(hêtres géants, ifs, érables…)

Muni de notre carnet de bord, nous allons tout explorer du regard, des sensations, des odeurs et des parfums de cet immense paysage qui monte jusqu’ au ciel. Adosse a un arbre, nous relirons des passages de La Gloire de mon père et Du Château de ma mère, pour les revivre intensément et être au plus prés du récit.

« La figure du moi »

A la différence des oeuvres de fiction, les oeuvres autobiographiques renvoient explicitement à des éléments qui ont une existence réelle en dehors du texte lui-même.

Ces références concernent principalement : 

les acteurs de la communication(l’auteur et le lecteur);

Le contexte temporel et spatial (données historiques,biographiques, philosophiques et idéologiques);

Les objectifs de l’auteur (témoigner, s’étudier…)

Mais par delà sa volonté d’authenticité, le texte autobiographique est aussi une création littéraire,qui met en oeuvre une écriture spécifique: types de textes, tonalités, thèmes, figures de style…

« Oh! Un rhinocéros!!! »

L’art dramatique au XXème siècle est dense et varié. Il s’est affirmé parallèlement au spectacle de divertissement, un théâtre d’idées qui propose une réflexion sur la condition humaine.

19OO-1945: Du comique au tragique

Dans les années 1900 apparaît le genre du vaudeville dont Eugène Labiche à donné l’impulsion. A la fin du XIXème siècle, il n’est alors qu’une comédie comportant des couplets chantés. Mais progressivement avec Georges Feydeau et Sacha Guitry(188561957), les couplets disparaissent : le vaudeville est désormais une comédie dont le thème favori est l’adultère, basé sur les quiproquos et les rebondissements.E

En 1923, Jules Romains écrit une Comédie satirique dans la tradition de Molière: knock (mis en scène et interprété par Louis Jouvet), où il dénonce le charlatanisme de certains médecins et la crédulité de s patients.

En 1929, Marcel Pagnol met en scène un univers pittoresque et des personnages marquants, notamment dans Topaze (1928) et dans sa trilogie marseillaise: Marius, Fanny, César(1936). Le comique repose sur les jeux de mots,les expressions méridionales et l’accent marseillais( immortalisé avec l’acteur Raimu).

Entre les années 1920 et les années 1950, certains auteurs pour exprimer leurs  inquiétudes de la guerre, de la barbarie, puisent leur inspiration dans les mythes antiques, qu’ils transposent dans le monde de leur époque. Cocteau dans la Machine infernale(1933) et Anouilh dans Antigone(1944), lequel s’inspire du mythe d’oedipe . Giraudoux dans la Guerre de Troie n’aura pas lieu (1935). Ce qui conduit à une réflexion sur le Tragique.

 

A partir de 1945: à la fois tradition et nouveau théâtre.

La tradition classique. Henri de Montherlant renoue avec la dramaturgie, l’esthétique du théâtre classique, tant au niveau de l’intrigue que des personnages, par exemple dans La Reine morte(1942).

Le théâtre engagé en Allemagne de Bertolt Brecht: La mère courage et se enfants, la Résistible ascension d’Arthuro UI. En France, les philosophes posent leurs interrogations et leurs idées dans leur oeuvre théâtrale tels que Huit clos, les Mains sales de Jean Paul Sartre ou dans Les justes ou Caligula de Camus.

 

Le théâtre de l’absurde ouvre les voies d’un « nouveau théâtre » , qui a pour objectif la provocation où se mêlent pour la plupart la dérision, l’humour et le tragique. Citons Eugène Ionesco , avec La Cantatrice chauve, Rhinocéros(1959).

Samuel Beckett avec En attendant Godot. Ou bien Jean Genet (Les Bonnes, 1947), Jean Tardieu (Ce que parler veut dire, 1955).

A

A vous de lire maintenant la pièce Rhinocéros d’Eugène Ionesco…

 


 

Le sonnet ou la forme au service du sens!

Le nom de sonnet provient de l’ancien provençal sonnet, diminutif du mot « son » devenu en italien sonetto et revenu en français sous la forme sonnet.

La forme est née en Sicile, au début du XIIIe siècle, d’une poésie rythmée populaire faite pour être chantée. Passée par la Provence, elle se répand en Italie, dans le genre du « canzionere », recueil de poèmes amoureux(en particulier chez Pétrarque) que Maurice Scève fait connaître.

C’est Marot qui compose le premier sonnet en 1536; Du Bellay compose en 1549 un recueil composé uniquement de sonnets , L’Olive, enfin Ronsard assure la gloire du sonnet dans ses Amours,en 1552.

La structure du sonnet est un poème à forme fixe. Il répond à trois séries de contraintes.

1°) Les strophes se répartissent en deux quatrains formant un huitain  (deux fois quatre vers), et en deux tercets, formant le sixain (deux fois trois vers).

2°) Les rimes sont embrassées et semblables dans les quatrains (abba_abba). Dans les recets, trois rimes nouvelles s’organisent de façon diverse.

3°) L’alternance entre rimes féminines et rimes masculines est imposé par Ronsard.

4°) Deux  mètres sont utilisés: le décasyllabe et l‘alexandrin.

 

Le plan d’ensemble du sonnet est généralement dicté par sa composition.

Libre…

La belle Hélène ou celle qui fut à l’ origine de la guerre de Troie*

Comment peut-on s imaginer celle qui fut d une beauté surnaturelle, dit-on?

Blonde, brune, rousse? Quoiqu il en soit, son nom fait rêver Et sa beauté provoqua des ravages.

Fille de Zeus et de Leda, soeur des Dioscures et de Clytemnestre, sa naissance divine y était sans doute pour quelque chose, mais on raronte aussi qu Aphrodite lui avait accordé le don de séduire tous les hommes qu elle desirait...

Elle fut élevée à la cour de Sparte, chez son père mortel, le roi Tyndare, epoux légitime de Leda. Toute jeune , elle fut enlevée par Thésée, alors qu elle offrait un sacrifice à Artemis. Thésée confia la jeune fille a sa mère, le temps d aider son ami Pirithoos à enlever Persephone, la femme du Dieu des enfers Hades, dont il était amoureux. Facheuse manière de se procurer des femmes que de les enlever de la sorte. Hades fou de colère, retint les deux jeunes gens prisonniers, et durant ce temps les Dioscures délivrerent leur soeur et la ramenèrent à Sparte.

C 'est ainsi que Tyndare jugea alors qu il était grand temps de la marier. Tous les rois et princes grecs se précipiterent à la cour pour demander sa main: elle était si sublime. Avant de choisir un époux pour sa fille, Tyndare, tourmente à l' idée que les prétendants puissent se révolter, exigea à tous de prêter serment et jurer de rester fidèle et de venir en aide en toutes    circonstances  à celui qui obtiendrait la main d Hélène. Ils accéptèrent tous, et Ménelas, dont le frère Agamemnon avait épouse Clytemnestre, la soeur d Hélène, fut choisi. Et personne ne soupçonnait encore dans quels malheurs ce mariage allait entraîner les Grecs.

Ménélas succéda à Tyndare, et Hélène lui donna une fille Hermione. Quelques années plus tard, Páris le fils du roi Priam, arriva à la cour de Sparte, Aphrodite, déesse de l 'amour lui avait accordé le don de séduire la plus belle femme , et vous avez deviné, Paris avait entendu parler d Hélène. Et il advint que Paris et Hélène tombèrent éperduement amoureux l' un de l 'autre; et avant le retour du mari, ils s 'enfuirent et emportèrent une partie des trésors de Ménelas. Même si on parle souvent d enlévement d Hélène par Paris, il semble bien qu 'elle ait été consentente (elle avait même abandonné sa fille Hermione, âgée de neuf ans).

Ménèlas fou de colère et de jalousie , ameuta son frère Agamemnon et tous les chefs grecs pour l aider à reprendre Hélène, que Paris a emmenée à Troie, c' est ainsi que la belle Hélène fut à l' origine de la guerre de Troie qui allait durer dix ans  et coûter la vie à tant de grecs que de troyens...

 

 

 

 

Ecoutez les nouvelles…

Lesquelles? Le choix du corpus est  riche et varié., ancré dans un univers contemporain mais mettant en relief des valeurs universelles.

 » Le Proverbe « de Marcel Aymé ( les rapports père et fils et l univers de l école).

«  Ecrire debout  » de Michel Tournier ( le monde  incarcéral)

 » Villa Aurore  » de J M G Le C lézio.(les méfaits du progrès, le paysage défigure)

 Vous vous souvenez de ces récits racontés par un narrateur et répondant à des codes précis tels que la brièveté de l’ action centrée sur un seul évènement, avec un nombre restreint de personnages et dont la construction dramatique aboutit à une chute ?

 

Belle année 2012 aux élèves et à tous les artisans de l’ éducation!

Dispositif de collège au cinema 93.

Ce dispositif organisé par le Ministère de l’ éducation, le CNC, les cinémas de quartiers, offre la possibilité aux collégiens et aux lycéens d acquérir une culture cinématographique, de regarder un film autrement, de développer leur sensibilité artistique.

Au programme : La thématique de la famille .

_« Les quatre-cents coups » de François Truffaut (1958 – 1 heure 35 – noir et blanc)

Biographie de François Truffaut

Critique du cinéma académique et défenseur d'un nouveau cinéma "révolutionnaire, François Truffaut, n'a que quinze ans lorsqu'il fonde un ciné-club, mais sa vie de "bohème", le conduit en maison de redressement. Il fréquente la cinémathèque et sa rencontre avec André Bazin en 1950, est déterminante: le critique de cinéma l'engage dans la revue Travail et Culture, puis le sauve quelques années après de l'armée, que le jeune homme avait déserté. Revenu à l'écriture, dans Les cahiers du cinéma, François Truffaut, s'exerce aussi dans la réalisation , derrière la caméra, avec quelques courts-métrages. Puis il devient assistant de Rossellini. Dés ces premiers longs-métrages, il connait une grande notoriété. C'est l'apparition de la Nouvelle vague de réalisateurs tels que Jean -Luc Godart, Claude Chabrol, Eric Rohmer, Alain Resnais .

Synopsis des 400 coups de François Truffaut:

Antoine Doisnel est un écolier parisien rêveur et turbulent. En manque d'affection, il séche les cours, en compagnie de son meilleur ami René. Un jour pour justifier son absence, il invoque le décés de sa mère. La supercherie découverte, C'est l'engrenage du mensonge.

 

 

Débat sur la corrida!

 

1)Évoquez les préjugés que vous avez sur  la  corrida,dus a une méconnaissance du sujet.

2)Qu est-ce qu une corrida(les étapes, les objectifs, la dimension réelle, réinvestissement du vocabulaire spécifique).

3)Point de vue personnel , défendre une thèse(pour ou contre) en s appuyant sur vos lectures ,extraits de film, peintures.

 

Champ lexical de la « corrida » ou vocabulaire à réinvestir…

Pour Soumeya et pour les autres élèves de troisième qui n’ont pas eu le temps de copier le vocabulaire qui figurait au tableau car il s’est effacé comme par magie!                                                                                                                                                                        Arène: Amphithéâtre, lieu où se déroule le spectacle de la corrida. Lieu vivant où le taureau livre son dernier combat pour défendre la liberté qui a toujours été la sienne.

                                                                                                                                                    Toril:Local où les taureaux sont logés.

Torero: Homme qui combat le taureau.

Picadors:les aides.

_ Muleta: Cape « rouge »qui provoque et dompte le taureau. Les habits de lumière.

 _ Disposition: Possibilité, capacité.

 _Bravoure: Courage, force.

_Ténacité: opiniâtreté.

 _ Tauromachie:  Mise à mort du taureau.

_Figura: Une grande personnalité taurine.

_Effroi: Sentiment de peur.

_Maîtrise: Vertu , être capable de se contrôler.

_Dignité: Vertu, la vergogne, ne pas perdre la face, quelque souffrance que l’on ressente.

_Défier: Sorte de pari ou l’homme « se mesure », se lance des épreuves physiques ou morales. Etre stoïque, montrer que l’on est plus fort que le taureau.

_Dominer: Contraindre à agir contre sa propre nature.

_Vicissitudes: Les accidents de la vie.

_Assaut: Charge.

_Tuer*: Ne se justifie dans le contexte de la corrida que si on met soi-même sa vie en jeu, ce qui exige donc du courage et de la loyauté. Tuer des taureaux, c’est de « toréer »(à chacun sa passion!)

Suprématie: Puissance.

_Domestication: Humaniser l’animal, apprivoiser.

_Faena:

-Honneur

 

_Olés: Accents inimitables, rythme .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Méthodologie d’une rédaction: à vos plumes!

Au brouillon, en temps limité, ne commencez pas immédiatement à rédiger; cherchez vos idées et un enchaînement cohérent d’actions. Tenez bien compte du début du texte, des détails révélateurs quand au genre littéraire ou quant à l‘ambiance. Même si vous imaginez, posez-vous la question »et si c’était vrai? ».    

Tenez compte de la forme imposée par le sujet: narration, description,dialogue,lettre, article de journal, scène de théâtre…  

N’oubliez pas de faire des paragraphes.  

Allez à l’essentiel, ne diluez pas l’action pour faire des lignes. Evitez les phrases pour ne rien dire(ex: « Je me suis levé, habillé, j’ai pris mon petit déjeuner puis je suis sorti. J’ai pris le métro pour aller au collège… au lieu de :  » En arrivant au collège… »)

Limitez le dialogue, s’il y en a, à quelques lignes essentielle, respectez alors la présentation( guillemets, tirets, verbes introducteurs).

N’oubliez pas les émotions des personnages,leurs sensations.            

Soignez évidemment la qualité de l’expression écrite: orthographe, conjugaison, vocabulaire expressif, précis,non répétitif,courant ou soutenu…

Evitez toutes les répétitions,même volontaires.

Pensez aux majuscules, à la ponctuation.

Ecrire les chiffres en lettres, sauf les années ou les siècles(en chiffres romains).

Ne faire aucune abréviation à l’écrit; penser aux doubles négations( ne …pas, ne…plus, ne…jamais).

A l’écrit, il vaut mieux dire « nous » que « on ».    

Evitez le plus possible l’expression » il y a/il y avait », le verbe être (c’est/c’était), ainsi que les verbes banals: aller, faire, vouloir…

Evitez la surenchère de mots de liaison(puis, ensuite, alors…), souvent inutiles et n’utilisez la conjonction  » mais » que lors d’une opposition logique entre deux idées.

Certaines abréviations sont tolérées( vélo, métro, cinéma…) mais on dit « par exemple, télévision, récréation… »; « ça » est l’abréviation de » cela »  .

« copain/ copine »est familier.

Les expressions purement orales sont interdites à l’écrit: « Bon, ben, eh bien, heu… ».                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Racontez, expliquez la corrida ou les différentes formes de discours…

 

 

 

 La couleur du sable, l’odeur du printemps, la musique de son torero, les « olé », tantôt courts, tantôt longs du public, s’imposent…

La vrai rencontre eut lieu entre un taureau de 528kg et entre un matador, avec son habit de lumière. Chaque passe de cape de cet artiste soulève le public, bercé au rythme des « olé » et des accents inimitables de l’orchestre du maestro tejera du théâtre.
Cet art de la corrida, qui s’exécute sous les yeux ahuris du spectateur,est doté d’une dimension supplémentaire: la dimension de la réalité. 

Il règne une tension, celle d’un drame qui va se jouer sous les yeux du public. On assiste à un spectacle, celui de deux silhouettes: celle de la bravoure du taureau et de la loyauté du torreo. Tout est imprévisible! Le matador, sans autre arme que son manteau, joue avec le taureau furieux, le faisant passer à droite et à gauche. Tout cela sans bouger d’un pas lui-même et voyant à chaque passade du taureau, la corne effleurer les vanequilles d’argent de son gilet. 

 

Tout à coup, le matador se soulève et d’un bond lève haut ses aiguilles de tatoueur.

Entrez dans la « ronde » d’un texte!

Au brevet comme en seconde, un travail préparatoire s’impose:

 Etape 1° ) On présente le texte; nature du texte, c’est à dire genre littéraire ou nature du document, date, source, auteur, thème général.

Etape 2°) On découpe le texte sous forme de plan( par exemple, on donne des titres à chaque paragraphe), chaque paragraphe doit dégager une idée.

Etape 3°) On précise l’objectif du texte, l’enjeu du texte et les intentions du texte.

Etape 4°) On analyse le texte, on le précise, on le nuance, on critique.

 

Contrat de l’élève ou le pari de la réussite !

Vous entrez en classe de troisième, c’est à la fois la fin d’un cycle et la préparation à l’entrée en classe de seconde au lyçée. C’est donc une étape décisive dans votre cursus. Prenez au sérieux votre scolarité et n’oubliez pas son enjeu véritable !

L‘enseignement du Français au Collège doit vous permettre de former et de vous forger une personnalité, de devenir un citoyen conscient, autonome et responsable; approchant de l’âge de la majorité, vous devenez des « acteurs « de la vie sociale, par conséquent, vous devez être en mesure à la fin de l’année, de vous exprimer clairement et de structurer votre jugement!

Pour ce faire, vous avez besoin de  connaissances fondamentales dans le domaine linguistique (étude de la langue), culturel,dans les formes de discours , aussi bien à l‘oral qu’à l’écrit

Il faut prendre un bon départ et ne rien laisser au hasard ou en suspend. Vous devez vous organiserclasser vos notes au besoin recopier vos cours pour les assimiler, approfondir, être curieux dans le choix et le maniement des documents, développer l’usage des dictionnaires, du bescherelle d’orthographe, de grammaire et de conjugaison. Il faut être exigent avec vous même, s’entraîner souvent à l’écriture, lire beaucoup, s’intéresser à l’actualité, ouvrir son esprit à toutes formes d’expression et d’art.

 

Vos résultats doivent être exemplaires, si possible, car toutes vos évaluations sont prises en compte pour votre orientation et le choix de votre filière générale ou professionnelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne rentrée 2011 / 2012!!!

A méditer cette réflexion de Guy de Maupassant , extrait de la préface de                «  Pierre et Jean:  » Le roman« , 1887:

 » En somme, le public est composé de groupes nombreux qui nous crient:

– Consolez-moi.

-Amusez-moi.

– Attristez-moi.

_Faîtes-moi rêver.

_Faîtes -moi rire.

_Faîtes-moi frémir.

_Faîtes-moi pleurer.

_Faîtes-moi penser.

 

Seuls, quelques esprits d’élite demandent à l’artiste:

Faîtes-moi quelque chose de beau, dans la forme qui conviendra le mieux, suivant votre tempérament.  » 

plus anciens