L’ÂGE d’OR du THEÂTRE…

Le XVII ème siècle représente l’âge d’or du théâtre, genre littéraire dans lequel s’est illustré avec le plus d’éclat, le génie classique (le classicisme).

En effet, au début du siècle,Louis XIII et Richelieu donnent au théâtre ses lettres de noblesse , en créant des salles de spectacles telles que l’Hotel de Bourgogne, Hotel du Marais et en protégeant les troupes d’acteurs. Ainsi, le public se presse aux tragédies de MAIRET ( 1604-1686) et de Rotrou (1609- 1650) qui reprennent les thèmes et les procédés des romans à la mode (le Roman de Scaron). Le jeune Corneille développe une esthétique BAROQUE. grâce à un jeu d’emboîtement , le théâtre dans le théâtre et la magie d’enchanteur, le dramaturge montre dans sa comédie : L’illusion comique(1636), combien la frontière entre mensonge et vérité, réalité et fiction est ténue. Mais en 1637, Le Cid annonce par son resserrement dramatique aux grandes tragédies des années 1640(Horace, Cinna, Polyeucte).

C’est le point de départ d’une réflexion de plus en plus exigeante sur le code théâtral. Ainsi les critiques et les auteurs de théâtre élaborent ces règles qui contribuent à la perfection des tragédies de Racine. Il s’agit des règles des trois unités: unité de temps, unité de lieu, unité d’action qui forment un tout cohérent, sans épisodes superflus. Les exigences de vraisemblance et le respect des bienséances . Ce bon goût prélude à la naissance de la comédie . c’est au nom de ces mêmes valeurs que Molière met en place la satire de l’excès dans ses oeuvres. Des Précieuses ridicules au Malade Imaginaire, il utilise toute les ressources de la farce au service d’un projet moral qu’il défini lui-même: » Corriger les vices en les ridiculisant ».


Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.