de Didier van Cauwelaert (prix Goncourt 1994).

Voici un roman assez court et qui se lit très bien, que je vous recommande. Pourquoi se lit-il très bien ? Eh bien, le style est à la fois travaillé et fluide, l’humour et l’ironie sont très présents dans la première partie du roman puis laissent la place à une certaine émotion qu’on n’avait pas prévue.

Comment une telle histoire peut-elle s’achever ? Tel est aussi l’intérêt de ce roman qui est bâti sur une bonne idée : un garçon est recueilli bébé par des Tsiganes des quartiers Nord de Marseille ; comme il a été trouvé dans une Ami 6, il est nommé ainsi puis finit par être surnommé Aziz au point que tout le monde est persuadé qu’il est effectivement marocain. Comence alors pour le jeune homme une quête d’identité qui prend racine dans un atlas de légendes offert par un professeur : ainsi, ce n’est pas la réalité qui rejoint ou dépasse la fiction, mais c’est bel et bien la ficition qui nourrit et enrichit l’imaginaire du garçon, et partant du lecteur, dans un parcours initiatique que l’on fait avec lui ; à nous de vivre ensuite avec ce livre, ou à partir de lui en route vers notre propre quête.

Tags : ,