Tous les billets de la catégorie Oeuvres

Phèdre, Racine, 1677 (Patrice Chéreau)

1ES2, 1ES2 SEQ 3, EAF, Oeuvres, Vidéos 0 commentaire »

[ina]http://www.ina.fr/archivespourtous/popup.php?vue=partenaire&partenariat=2e5905185ec4de5bf0a246a9e35d3dc9&noresize[/ina]

Tags :

Phèdre de Racine

1ES2, 1ES2 SEQ 3, EAF, Oeuvres, Vidéos 0 commentaire »

[ina]http://www.ina.fr/archivespourtous/popup.php?vue=partenaire&partenariat=5b21222fa294f3115ee533cc4cdc9872&noresize[/ina]

Phèdre de Racine (Anne Delbée)

1ES2 SEQ 3, 2ndeA, EAF, Oeuvres, Vidéos 0 commentaire »

[ina]http://www.ina.fr/archivespourtous/popup.php?vue=partenaire&partenariat=fd1f4068931d4c47f516231d87eddea8&noresize[/ina]

Tags :

Exemples de registres

1 GES, 1 GES SEQ1, 1 GES SEQ2, 1ES2, 1ES2 SEQ 1, 1ES2 SEQ 2, 1ES2 SEQ 3, 2ndeA, EAF, Méthodologie, Oeuvres 0 commentaire »

Dans le document ci-joint (source : http://lycees.ac-rouen.fr/bloch/blochintra/IMG/pdf/Module_registres_textes.pdf) vous trouverez des extraits illustrant les différents registres : module_registres_textes

REGISTRE REALISTE : description de la pension Vauquer dans Le Père Goriot de Balzac (1885)
REGISTRE COMIQUE (SATIRIQUE) : description de la guerre dans Candide de Voltaire (1759)
REGISTRE LYRIQUE : discours amoureux dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen (1968)
REGISTRE PATHETIQUE : description de Lalie dans L’Assommoir de Zola (1877)
REGISTRE POLEMIQUE : description du carnaval dans « Causerie triste », article de Maupassant publié dans Le Gaulois (1884)
REGISTRE TRAGIQUE : Madame de Tourvel explique à une amie qu’elle part pour ne pas céder à Valmont, dont elle est amoureuse (Les Liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos, 1782)

Tags : , , ,

Hugo fait la révolution en poésie

1 GES, 1ES2, Auteurs, EAF, Méthodologie, Non classé, Oeuvres 0 commentaire »

Réponse à un acte d’accusation (extrait), Les Contemplations, Hugo

Quand je sortis du collège, du thème,
Des vers latins, farouche, espèce d’enfant blême
Et grave, au front penchant, aux membres appauvris;
Quand, tâchant de comprendre et de juger, j’ouvris
Les yeux sur la nature et sur l’art, l’idiome,
Peuple et noblesse, était l’image du royaume;
La poésie était la monarchie ; un mot
Etait un duc et pair, ou n’était qu’un grimaud
;
Les syllabes, pas plus que Paris et que Londres,
Ne se mêlaient ; ainsi marchent sans se confondre
Piétons et cavaliers traversant le pont Neuf;
La langue était l’Etat avant quatre-vingt-neuf;
Les mots, bien ou mal nés, vivaient parqués en castes ;
Les uns, nobles, hantant les Phèdres, les Jocastes,
Les Méropes, ayant le décorum pour loi,
Et montant à Versaille aux carrosses du roi;
Les autres, tas de gueux, drôles patibulaires,
Habitant les patois; quelques-uns aux galères
Dans l’argot; dévoués à tous le genres bas,
Déchirés en haillons dans les halles; sans bas,
Sans perruque; créés pour la prose et la farce;
Populace du style au fond de l’ombre éparse;
Vilains, rustres, croquants, que Vaugelas leur chef
Dans le bagne Lexique avait marqués d’une F;
N’exprimant que la vie abjecte et familière,
Vils, dégradés, flétris, bourgeois, bons pour Molière.
Racine regardait ces marauds de travers;
Si Corneille en trouvait un blotti dans son vers,
Il le gardait, trop grand pour dire: Qu’il s’en aille;
Et Voltaire criait : Corneille s’encanaille
Le bonhomme Corneille, humble, se tenait coi.
Alors, brigand, je vins ; je m’écriai: Pourquoi
Ceux-ci toujours devant, ceux-là toujours derrière?
Et sur l’Académie, aïeule et douairière,
Cachant sous ses jupons les tropes effarés,
Et sur les bataillons d’alexandrins carrés,
Je fis souffler un vent révolutionnaire.
Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire.
Plus de mot sénateur! plus de mot roturier!

Je fis une tempête au fond de l’encrier,
Et je mêlai, parmi les ombres débordées,
Au peuple noir des mots l’essaim blanc des idées ;
Et je dis: Pas de mot où l’idée au vol pur

Ne puisse se poser, tout humide d’azur !
Discours affreux ! – Syllepse, hypallage, litote,
Frémirent ; je montai sur la borne Aristote,
Et déclarai les mots égaux, libres, majeurs.
Tous les envahisseurs et tous les ravageurs,
Tous ces tigres, le Huns, les Scythes et les Daces,
N’étaient que des toutous auprès de mes audaces;
Je bondis hors du cercle et brisai le compas.
Je nommai le cochon par son nom; pourquoi pas?

Tags : , ,

Le XVIIème siècle

1 GES, 1ES2, 2ndeA, Auteurs, EAF, Oeuvres 0 commentaire »

Voici un site magnifique pour apprendre et découvrir plein de choses !

Tags : , ,

Le mariage de Figaro

1ES2, 1ES2 SEQ 3, Oeuvres 0 commentaire »

1ES2, Séquence 3

Quelques images pour introduire notre travail sur le théâtre :

http://www.dailymotion.com/video//pdivobject%20classid=clsid:d27cdb6e-ae6d-11cf-96b8-444553540000%20width=480%20height=381%20codebase=http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,40,0param%20name=allowFullScreen%20value=true%20/param%20name=allowScriptAccess%20value=always%20/param%20name=src%20value=http://www.dailymotion.com/swf/klOD2ndVylIjmynZOd&related=1%20/embed%20type=application/x-shockwave-flash%20width=480%20height=381%20src=http://www.dailymotion.com/swf/klOD2ndVylIjmynZOd&related=1%20allowscriptaccess=always%20allowfullscreen=true/embed/objectbr%20/stronga%20href=http://www.dailymotion.com/video/x3ekx1_le-mariage-de-figaroLe%20Mariage%20de%20Figaro/a/strongbr%20/emenvoyé%20par%20a%20href=http://www.dailymotion.com/valsitavalsita/a/em/divp Tags :

Présentation du roman Thérèse Raquin

2ndeA, AI, Oeuvres 0 commentaire »

Les élèves de 2nde A entament l’étude du roman ; voici leurs premières remarques (travail en AI) :

Thérèse Raquin de Zola

Le roman est paru en 1867 ; Emile Zola est né le 2 avril 1840, il est décédé le 29 septembre 1902.

Il a aussi écrit plusieurs romans comme  LAssommoir (1887),  Germinal (1884), La bête humaine (1890).

Au collège, il a fait connaissance d’un futur peintre qui s’appelle Paul Cézanne.Il a fait des études mais il a échoué au bac.Il fut journaliste.
Le roman est d’abord paru sous forme de nouvelle sous le nom Un mariage d’amour (1866).
Ce roman nous raconte la vie d’une femme nommée Thérèse Raquin, elle est désolée, triste, strictement éduquée ;  au chapitre 8 elle est décrite comme une femme hypocrite, elle a grandi dans le mensonge, car elle était obligée de cacher son vrai visage,  de contenir sa vraie nature (« on sentait en elle des souplesses félines, des muscles courts et puissants, toute une énergie, toute une passion qui dormaient dans sa chair assoupie. » au chapitre 2)
Elle se marie avec son cousin Camille toujours malade ;  tout la famille se transporte à Paris parce qu’il veut travailler dans une grande administration.
Pendant que Camille profite de son travail pour flâner sur le chemin, Thérèse,elle, reste chez elle dans la boutique où elle travaille avec sa tante et son chat François.
Dans ce roman l’auteur a utilisé des lieux qu’il connaît (pour planter le décor du roman).
On retrouve des thèmes communs par exemple Zola est l’ami de P. Cézanne peintre et dans son roman, Camille retrouve son vieil ami Laurent,  peintre.

Leïla, Fatima, Kenza, Kouta et Aurélia, 2nde A

Tags :

A propos de Gnathon …

1ES2, 1ES2 SEQ 1, Méthodologie, Oeuvres 0 commentaire »

Voici un texte savoureux du baron d’Holbach : L’art de ramper, à l’usage des courtisans. Une plaisante façon de réviser tout ce qui concerne le texte descriptif et argumentatif, le registre comique, les procédés littéraires visant à blâmer des vices. Bonne lecture !

ICI (merci au blog l’[email protected] d’idées).

Tags :

Présentation de l’humanisme

1 GES, 1ES2, 1ES2 SEQ 1, 2ndeA, Auteurs, EAF, Méthodologie, Non classé, Oeuvres 0 commentaire »


Pour lire le calaméo en taille normale, cliquez ici.

Tags :

Un aller simple

Oeuvres 0 commentaire »

de Didier van Cauwelaert (prix Goncourt 1994).

Voici un roman assez court et qui se lit très bien, que je vous recommande. Pourquoi se lit-il très bien ? Eh bien, le style est à la fois travaillé et fluide, l’humour et l’ironie sont très présents dans la première partie du roman puis laissent la place à une certaine émotion qu’on n’avait pas prévue.

Comment une telle histoire peut-elle s’achever ? Tel est aussi l’intérêt de ce roman qui est bâti sur une bonne idée : un garçon est recueilli bébé par des Tsiganes des quartiers Nord de Marseille ; comme il a été trouvé dans une Ami 6, il est nommé ainsi puis finit par être surnommé Aziz au point que tout le monde est persuadé qu’il est effectivement marocain. Comence alors pour le jeune homme une quête d’identité qui prend racine dans un atlas de légendes offert par un professeur : ainsi, ce n’est pas la réalité qui rejoint ou dépasse la fiction, mais c’est bel et bien la ficition qui nourrit et enrichit l’imaginaire du garçon, et partant du lecteur, dans un parcours initiatique que l’on fait avec lui ; à nous de vivre ensuite avec ce livre, ou à partir de lui en route vers notre propre quête.

Tags : ,

Quels romans lire ? (2)

1 GES, 1ES2, 2ndeA, Auteurs, EAF, Oeuvres 0 commentaire »

XIXe SIÈCLE
BALZAC, La Cousine Bette ; Le Père Goriot ; Eugénie Grandet ; Le Colonel Chabert ; Le Lys dans la vallée ;  La Peau de chagrin et tous les autres ! Il faudrait pouvoir tous les lire tellement ils sont grands, ces romans !


BARBEY D’AUREVILLY, Une Vieille maîtresse (ou comment ne jamais se débarrasser de son ancienne maîtresse…)


DUMAS, Pauline (je ne l’ai pas encore lu mais il fait partie de ma pile ! ! Il paraît qu’il est vraiment intéressant et qu’il plaît aux élèves !)


DUMAS, fils La Dame aux camélias (un roman d’amour qui fait pleurer ! Très beau roman romantique, je vous le conseille !)


FLAUBERT, Madame Bovary (mon livre culte, mais,évidemment, comme c’est « un livre sur rien », il ne faut pas le lire au premier degré puisqu’il n’y a rien ! quoique …) ;

L’Education sentimentale (« Ce fut comme une apparition »… voilà l’impression faite sur Fabrice Moreau par Mme Arnoux ; « Jamais il n’avait vu cette splendeur de sa peau brune, la séduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumière traversait. Il considérait son panier à ouvrage avec ébahissement, comme une chose extraordinaire. Quels étaient son nom, sa demeure, sa vie, son passé ? Il souhaitait connaître les meubles de sa chambre, toutes les robes qu’elle avait portées, les gens qu’elle fréquentait ; et le désir de la possession physique même disparaissait sous une envie plus profonde, dans une curiosité douloureuse qui n’avait pas de limites »

…et puis « Leurs yeux se rencontrèrent »… mais la vision va être interrompue par la voix de … M. Arnoux … !)


HUGO,  Les Misérables (énorme roman que vous pouvez lire en version abrégée : à lire car il faut connaître les malheurs de Cosette à cause des Thénardier, la générosité de Jean Valjean qui va l’aider, et surtout l’horrible inspecteur de police Javert ; avez-vous entendu la polémique qui court en ce moment au sujet de ce roman ? car on (le romancier François Cérésa) a osé écrire une suite ! Est-il possible qu’un auteur s’approprie l’oeuvre d’un autre pour poursuivre l’histoire ? N’est-ce pas aussi un bel hommage rendu ? Ou bien un coup de pub ? L’avis de Pierre Assouline ici.)


MAUPASSANT, Une Vie (pas toujours facile, la vie en province, surtout pour Jeanne qui rêvait de bien autre chose qu’un mari pareil !) ; Bel-Ami (ou l’art de réussir dans la société grâce aux femmes); Pierre et Jean (histoire émouvante de deux frères ; un roman qui se lit vite et bien).


STENDHAL, Le Rouge et le noir (un des plus grands romans et surtout des plus connus ! Il faut le lire! Découvrez ce qui se passera lorsque Julien Sorel aura croisé la route de Mme de Rênal …) ; La Chartreuse de Parme (un roman romantique ! qui se déroule en Italie dans des paysages magnifiques, une histoire d’amour entre Fabrice del Dongo et Clélia ; il faut lire la scène où Fabrice participe, malgré lui, à la bataille de Waterloo !)


VALLES, L’Enfant ; Le Bachelier ; L’Insurgé (trilogie passionnante, à lire à votre âge !)


VERNE, Vingt mille lieues sous les mers ; Voyage au centre de la terre (des romans qui fournissent de bons exemples pour vos dissertations sur le problème de plaire et/ou instruire, sur celui de l’imagination, inspiration / travail, documentation, démonstration…).


ZOLA, Les Rougon-Macquart : la Curée ; Le Ventre de Paris ; Son excellence Eugène Rougon ; Nana ; Pot-Bouille ; Au Bonheur des dames ; Germinal ; L’OEuvre ; La Terre ; Le Rêve ; La Bête humaine ; L’Argent , L’Assomoir (etc. En général, vous en avez lu au moins un ; mon préféré est
L’Assomoir : et vous ?)


Tags : , , , , ,