Tous les billets de novembre 2008

Arras, ville « martyre » et bombardée

jeudi 27 novembre 2008

Chronique n°2 : Arras ville « martyre » et bombardée

Une précédente notice a été consacrée à la couverture de la Grande guerre de 1914-1918 dans la presse illustrée et notamment dans un des magazines qui va tout au long du premier conflit mondial tenter de couvrir au plus près l’événement, Le Miroir. A ce titre, nous soulignions l’importance du média photographique et son utilisation débutante puis récurrente dans le journal.


Nous ne sommes pas encore au temps des photographes reporters. Il faudra attendre la guerre civile espagnole de 1936-1939. Pourtant à la lecture et en feuilletant Le Miroir on peut voir la genèse d’une pratique de la couverture photographique de la guerre, en un temps où la censure n’exerce pas encore le contrôle qu’elle exercera ultérieurement. Cela étant dit les registres de la photographie de guerre s’imposent déjà et la qualité propagandiste de la photographie s’affiche d’ores et déjà.


En témoigne ces quelques dix images sur Arras ville « martyre ».
(suite…)


Les Soldats Réfractaires

jeudi 27 novembre 2008

Exposé : Les Soldats Réfractaires.

Cynthia, 1ère L2, (lycée Van Dongen)

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France, les soldats français sont mobilisés en plusieurs régiments. «Nous partions à la guerre sans nous poser de questions. A l’époque, il y avait un vrai sentiment de patriotisme […] On était comme des frères» se souvient Claude-Marie Boucaud (un des derniers des poilus français, mort en 2005 ). Ainsi tous les soldats sont prêts pour une guerre qu’ils pensent courte mais qui va tourner en un cauchemar mondial.

Les actes de désobéissances ont-ils existé ? Comment les poilus ont-ils accepté d’obéir ?

(suite…)


Radio : Les séquelles de la Grande Guerre

jeudi 13 novembre 2008

titre
par Patrice Gélinet
du lundi au vendredi de 13h30 à 14h

Emission radio du jeudi 13 novembre 2008 –

A écouter en ligne (cliquez sur le logo de France Inter – puis une fois la page affichée, en haut à gauche)

Les séquelles de la Grande Guerre

En direct et en public du festival international du film d’Histoire de Pessac


invités

Jean-Jacques Becker

historien, président de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne


Bruno Cabanes

chercheur associé à Sciences-Po Paris


La propagande visant à mobiliser les soldats et l’arrière en France

mercredi 12 novembre 2008

Exposé de Marine, 1ère L2 (lycée Van Dongen)

Exposé : La propagande visant à mobiliser les soldats et l’arrière en France

Lors de la première guerre mondiale, la propagande est l’outil le plus utilisé et le plus efficace pour mobiliser les soldats et l’arrière. En effet cette communication est capable de s’adresser à un large public. Son but est politique et vise à ce que les Etats diffusent leurs opinions politiques afin de les faire adopter ou même les imposer à son peuple. Ainsi les meilleurs dessinateurs et caricaturistes seront appelés à créer des affiches publicitaires de propagande. L’affiche, les journaux deviennent les médias incontournables à une époque ou ni radio ni télévision n’existaient. C’est pourquoi, les Etats belligérants comme la France vont énormément l’exploiter.

Comment le gouvernement français utilise-t-il la propagande pour mobiliser ressources militaires, économique et humaines dans le conflit et ainsi donner à la guerre son caractère « totale », les civils étant mobilisés tout comme les soldats ?

(suite…)


Travail sur les commémorations du 11 novembre 1918

mercredi 12 novembre 2008

Aux élèves de la 1ère L1 (lycée Van Dongen)

Pour le vendredi 28 novembre 2008 :
1)  Par groupe, vous devez récolter les éléments suivants :

  • Photo d’un ou de plusieurs monuments aux morts de Lagny ou des environs (de préférence photo numérique apportée sur une clef USB)
  • Discours de commémoration de l’armistice du 11 novembre de Lagny ou des environs : texte du discours (demandé à la mairie) ou notes prises par vos soins (soyez attentifs au vocabulaire employé, relevez les mots les plus importants : sacrifice, victoire, paix, Europe, patrie, mémoire…  Quelle idée essentielle est mise en avant ? )
  • Repérage à l’exposition sur la Grande Guerre à la mairie de Lagny (du 8 au 22 novembre) à l’occasion du 90ème anniversaire de l’armistice (plus d’infos : cliquez ici)

– Que nous apprend l’exposition sur Lagny pendant la Grande Guerre ?
– Sélectionnez quelques  documents qui pourraient être reproduits dans le livret sur Lagny pendant la Grande Guerre, à donner aux élèves d’Arras.

2) Apportez également les éléments que vous avez pu trouver sur votre histoire familiale.

Des archives vidéos sur les commémorations de la Grande Guerre (site de l’INA) :

Cliquez ici

[ina]http://www.ina.fr/archivespourtous/popup.php?vue=partenaire&partenariat=4a6dbc05ba4321227327739a7de0ac6f&noresize[/ina]


Un 11 novembre « du côté des victimes »

mardi 11 novembre 2008

Un 11 novembre « du côté des victimes »

, 9 novembre 2008

Aucun de ses prédécesseurs n’avait osé : cette année, ce n’est pas à Paris, devant le tombeau du soldat inconnu, que Nicolas Sarkozy présidera les cérémonies officielles du 11-Novembre. Une halte est certes prévue, au petit matin, sur les Champs-Elysées. Mais seulement pour fleurir la statue de Georges Clemenceau. Une fois l’hommage rendu au Père-la-Victoire, le cortège présidentiel quittera la capitale. Destination ? L’ossuaire de Douaumont, dans la Meuse, à quelques kilomètres de Verdun.

C’est là que sera respectée, à 11 heures du matin, la traditionnelle minute de silence célébrant l’arrêt des combats. Là qu’après avoir arpenté l’une des ailes du monument, où sont conservés les corps de 130 000 combattants français et allemands, le chef de l’Etat prononcera un discours devant les représentants d’une trentaine de pays. Mais sauf surprise de dernière minute, la chancelière allemande, Angela Merkel, ne viendra pas. « Son agenda est surchargé », indique l’Elysée, où l’on assure qu’il ne faut pas voir dans cette absence le symptôme de l’actuel refroidissement des relations franco-allemandes. La preuve ? « Elle est venue à Colombey-les-Deux-Eglises le mois dernier. »

(suite…)


La mémoire en chantier

mardi 11 novembre 2008

La mémoire en chantier

: Article publié le 23.10.08

La Grande Guerre représente en France bien plus que de l’histoire. La construction de son souvenir, sélective et changeante, a suscité de multiples productions culturelles.

Le 11 novembre 1964, devant le monument aux morts du village, pendant la minute de silence, le père de Claude Duneton, ancien combattant de 14-18, s’indigne :  » Ah nom de Dieu ! Oui, elle était belle la guerre ! Ça l’a pris d’un coup : il faisait des gestes désordonnés, tout rouge ; j’ai cru qu’il pétait les plombs pour son anniversaire. «  Ainsi débute le roman de Duneton, Le Monument, paru en 2004 (Balland), qui raconte l’histoire des soldats de son village de Corrèze. L’œuvre fait partie de la dizaine de romans publiés cette année-là, chez de grands éditeurs, ayant pour toile de fond la Grande Guerre, souvent des histoires de poilus. La plupart des auteurs sont de la génération des petits-fils ou des arrière-petits-fils.

(suite…)


Les femmes pendant la Grande Guerre en France

vendredi 7 novembre 2008

Exposé : Les femmes pendant la Première Guerre mondiale en France

Emilie, 1ère L2 (Lycée Van Dongen)

La première guerre mondiale a commencé en 1914 et s’est étendue jusqu’en 1918. Cette guerre devait être courte mais elle s’est finalement déclarée comme une guerre longue et totale, c’est à dire qu’aucune personne n’a pu rester à l’écart aussi bien les civils que les militaires, hommes, femmes ou enfants.

Nous allons voir quel a été l’impact de cette guerre sur les femmes et l’avancée de leur émancipation en France ?

(suite…)