Tous les billets de janvier 2009

Voyage au bout de la nuit – Louis-Ferdinand Céline

jeudi 15 janvier 2009

Fiche de lecture de Clothilde 1ère L1 (lycée Van Dongen)

Présentation de l’auteur et du type d’ouvrage :

Louis Ferdinand Céline, de son vrai nom Louis Ferdinand Destouches, écrivain français, mais aussi médecin, né en 1894 et mort en 1961. Son nom d’écrivain Céline était le prénom de sa grand-mère.

En 1912, il participa aux combats de la première guerre mondiale dans les Flandres occidentales. Il fût alors blessé et reçût une médaille militaire en 1914. Il séjourna à Londres en tant qu’auxiliaire au consulat français et voyagea en Afrique.

La guerre finie, il passa son baccalauréat en 1919 puis poursuivit des études de médecine.

Louis Ferdinand Céline ouvrit alors une nouvelle forme d’écriture, jugée dérangeante par certains, dans laquelle il utilisait tous les niveaux de langue en donnant à ses écrits un style oral.

Suite à la publication de Voyage au bout de la nuit il se consacra alors totalement à l’écriture, abandonnant son métier de médecin.

Le livre Voyage au bout de la nuit fut publié en 1932. Les expériences vécues par Louis Ferdinand Céline sont retranscrites dans ce roman.

Présentation de l’histoire :

Bardamu, le narrateur, s’engage dans l’armée en 1914 et se trouve confronté aux horreurs et à l’absurdité de la guerre. Il refuse toute forme d’héroïsme qui est censé aller de paire avec la guerre, et préfère résister à cette folie par le seul moyen possible, en étant lâche. Après une tentative échouée de désertion, Bardamu revient à Paris blessé. Traumatisé, il dû également faire un séjour dans un hôpital psychiatrique. Refusant de retourner à la guerre, il partit en mission en Afrique où il découvrit la colonisation, retrouvant de nouvelles horreurs humaines.

Le livre est ainsi divisé en plusieurs parties, l’une qui raconte le parcours de Bardamu lors de la guerre, une autre une fois qu’il est parti dans les colonies. Et enfin lorsqu’il se trouve à New York avant de rentrer à Paris.

Mais quoi que fasse Bardamu, il est confronté à de nouveaux malheurs, et atrocités. Que cela soit la guerre, les exploitations coloniales, ou la misère lors de son passage à New York.

L’intérêt historique de l’ouvrage :

L’histoire nous montre le point de vue d’un soldat qui ne veut pas se battre, car il n’approuve pas la guerre en soi, ne désirant pas mourir pour une cause qu’il n’arrive pas à comprendre. Il n’arrive pas à voir les Allemands comme des ennemis et la guerre comme un honneur. On peut aussi voir les différents points de vue durant cette guerre. En effet, les soldats et les gens restés à l’arrière ont une attitude complètement différente par rapport à la guerre. Les soldats sont vus par les civils en véritables héros tant qu’ils se battent, être au front est vu comme un profond acte d’héroïsme. Mais ils sont confrontés directement aux difficultés de la guerre, devant tuer pour ne pas être tués, et cette terreur estompe parfois le patriotisme. Barmadu par exemple, est considéré comme un grand homme par Lola. Pendant sa convalescence, elle est heureuse d’être à son bras. Mais finalement quand il fait son séjour à l’hôpital psychiatrique elle ne le considère plus comme tel, le voyant comme un simple lâche qui refuse de combattre.

Lorsqu’il part dans les colonies, Bardamu, juge la colonisation de même sorte que la guerre, c’est-à-dire comme un mal.

Finalement nous pouvons voir que Bardamu aborde des principes d’antinationalisme, trouvant que le patriotisme est une fausse valeur dans laquelle s’égare l’homme. D’anticolonialisme lors de son séjour en Afrique. Durant celui de New York, nous pouvons aussi relever des caractères anticapitalistes. Enfin, nous avons pu voir que les différents systèmes hiérarchiques sont souvent remis en cause et montrés comme absurde, ce qui nous permet de penser que des principes anarchistes sont sous-entendus dans ce livre.

Votre avis sur le livre :

Le style d’écriture qui se révèle être « oral » est un des défauts souvent reproché a ce livre. Personnellement, cela ne m’a pas spécialement dérangé. J’ai trouvé ce livre intéressant, non seulement par le point de vue du personnage, mais aussi de la manière de procéder de Céline. En effet, il fait comme une analyse de l’homme, le détaillant, montrant l’absurdité de ses actes, avec une certaine procédure médicale, par découpe.

sources utilisées:

http://louisferdinandceline.free.fr/

http://livres.fluctuat.net/louis-ferdinand-celine.html