Extrait de Johnny s’en va en guerre, Trumbo DALTON

Dounia, 1L2, Lagny

Johnny s’en va en guerre de Trumbo DALTON

Ce roman est plutôt dur et triste (âmes sensibles s’abstenir!) : le héros, Joe, blessé à la guerre, se retrouve du jour au lendemain amputé des bras et des jambes, sourd et aveugle. Coupé du monde, il se souvient de son passé par flash back. Il essaie malgré tout de reprendre goût à la vie, et espère qu’il sera accepté tel qu’il est. Ce roman publié en 1939 n’évoque guère les champs de bataille, la plus grande partie de l’histoire se déroulant dans l’hôpital où Joe est soigné. mais il traite des conséquences atroces de la guerre – des dégâts physiques et psychologiques, des vies détruites… Dans ce passage qui est une ode à la vie, l’auteur, par la voix de Joe, délivre un message pacifiste explicite.

Il n’y a rien de noble dans le fait de mourir. Même pas si vous mourez l’honneur. Même pas si vous mourez en héros, si vous êtes le plus grand héros que la terre ait porté. Même pas si vous êtes célèbre au point de rendre votre nom inoubliable et qui donc atteint pareille célébrité ? La chose qui a le plus d’importance c’est votre vie mes petit gars. Mort vous n’êtes bons à rien, sinon a servir de sujet aux discours. Ne les laissez plus vous duper. Ne leur prêtez pas d’attention quand ils vous taperont sur l’épaule en disant venez nous allons nous battre pour la liberté ou quel que soit le mot qu’ils emploieront car il y a toujours un mot. Dites tout simplement désolé monsieur je n’ai pas le temps de mourir je suis trop occupé et puis tournez les talons et courez comme le diable. S’ils vous traitent de lâche, n’y prêtez pas attention car votre rôle consiste à vivre et non à mourir. S’ils vous parlent de mourir pour des principes qui sont supérieur à la vie, répondez non monsieur vous êtes un menteur. Rien n’est supérieur à la vie. Qu’y a t-il de noble à être enseveli dans la terre et à se décomposer? Qu’y a-t-il de noble à être aveugle et sourd et muet? Qu’y a-t-il de noble à être mort? Quand on est mort monsieur tout est terminé. C’est la fin. On est moins qu’un chien moins qu’un rat moins qu’une abeille ou une fourmi moins qu’un vermisseau qui rampe sur un tas de fumier. On est mort monsieur et on est mort pour rien. On est mort monsieur. Mort.

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.