Tous les billets de la catégorie ‘Exposés’

La fresque sur la Grande Guerre

mardi 9 juin 2009

Le mardi 17 mars, nous avions un module fresque sur le thème de la première guerre mondiale, avec les élèves d’Arras. Cela s’est déroulé dans leur lycée. Nous étions aidés par un artiste : Samir, qui nous donnait beaucoup de conseils. Je faisais parti du premier groupe qui a participé à l’élaboration de cette fresque.

Lorsque nous sommes arrivés dans la salle d’art, il y avait deux grandes toiles destinées à notre peinture. Nos correspondants ont commencé à peindre sur la toile de droite, recouvrant tout d’abord le milieu en couleur kaki, afin de représenter des buttes. Sur celles-ci, ils ont ensuite dessinés des croix blanches pour symboliser les victimes de la guerre. Et pour finir, ils ont peint avec leurs mains du bas de la toile jusqu’au buttes, en rouge et noir. Le kaki rappelait très bien la guerre, l’uniforme… Le blanc des croix insistait sur l’innocence des soldats, le rouge et le noir créaient un contraste qui soulignait la douleur présente dans cette guerre. De plus, le fait de peindre avec les mains, créait une impression de « traces », de souffrance et cela renforçait le côté sauvage, de la guerre. La progression du bas du tableau, qui représentait l’horreur , vers le haut avec les croix blanches presque au niveau du ciel, était intéressante car on partait de la souffrance, puis on atteignait la mort et donc, la fin de l’horreur, la fin de la guerre. C’était une toile triste parce qu’il s’en dégageait beaucoup de douleur, cependant elle était bien réalisée et il me semble que ceux qui l’on peint on réussi à faire ressortir et à produire exactement ce qu’ils souhaitaient. Cette peinture était assez symbolique.

Fresque de droite :

Les élèves de Lagny et quelques élèves d’Arras, on peint sur la toile de gauche, créant en premier un ciel rouge sombre, puis un champs de bataille ou l’on pouvait distinguer des fils barbelés des explosions blanches sur fond gris sombre et des soldats gris et rouges. Sur ce tableau les couleurs étaient très foncées et très dispersées afin de mettre en valeur la difficulté et le chaos liés à une guerre comme celle-ci. Des choses réelles étaient représentées, grossies, et de couleurs parfois différentes des codes de représentation traditionnels ( exemple : soldats en papier rouge…) On recherchait moins les impressions dans cette fresque là : il s’agissait de représenter la guerre, et les éléments importants d’un champs de bataille, en les valorisant, on faisait plus appel à la compréhension, à l’analyse, qu’à l’impression…Le ciel rouge sombre en revanche, annonçait la tonalité du tableau et du front périlleux représenté.

Fresque de gauche :

Samir nous incitait souvent, à prendre du recul par rapport à notre travail, et à réfléchir aux matériaux que nous pouvions employés, afin de rendre la toile plus intéressante et plus personnelle.

Comme nous étions nombreux à peindre, on tournait afin que chacun puisse apporter quelque chose à la fresque. Ceux qui avaient déjà peint , s’appliquèrent à réaliser une feuille commémorative de la guerre et de l’échange qu’ils décorèrent ensuite.

J’ai choisi de résumer cette activité parce que je l’ai bien aimé et parce qu’elle a été possible grâce a une participation collective.

Laurène de 1L1 (Lagny)

Début du module :

Fresque à la fin de notre module :


Café littéraire à Lagny

vendredi 6 février 2009

Aux élèves des 1ères L1 et L2

Samedi 14 février de 9h à 12h, un café littéraire est organisé.

Maison des lycéens

Apportez votre roman.

Pour le préparer, analysez la façon dont l’auteur traite les points suivants :

– Description des combats, de la violence.
– Présence de la mort dans le roman ?

– Description de l’attente

– Les relations entre poilus.
– Description des poilus, de leur courage, de leurs souffrances : des héros ?
– Perception/présence de l’ennemi
– Les liens familiaux
– La perception de l’arrière par les poilus.
– La description des difficultés de l’arrière
– Le message/jugement délivré par le roman sur la guerre.

On vous proposera de lire des extraits en lien avec ces thèmes. Essayez d’ici samedi de les repérer !

Télécharger les documents qui seront distribués samedi :

polycopies-cafe-litteraire


La vie au quotidien dans les tranchées (1914-1918)

mercredi 3 décembre 2008

Exposé de Pauline, 1ère L2 (lycée Van Dongen)

La tranchée, c’est l’endroit où le soldat passe le plus de temps. Ce sont des chemins de bataille creusés dans la terre dans le but de protéger les troupes contre les attaques ennemies. Il s’y bat, mais passe la plupart de son temps à y dormir, y manger et s’ y distraire.La vie dans les tranchées a souvent été horriblement dure : le danger permanent, le froid en hiver, les rats, les poux, les odeurs nauséabondes, l’absence presque totale d’hygiène et le ravitaillement mal assuré. La pluie et la boue ont été de grands ennemis pour les soldats. Le plus terrible était la relève qu’ils vivaient comme un véritable supplice malgré leurs moments de temps libres.

Mais comment les soldats vivaient-ils dans leur tranchées ?

(suite…)


Les Soldats Réfractaires

jeudi 27 novembre 2008

Exposé : Les Soldats Réfractaires.

Cynthia, 1ère L2, (lycée Van Dongen)

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France, les soldats français sont mobilisés en plusieurs régiments. «Nous partions à la guerre sans nous poser de questions. A l’époque, il y avait un vrai sentiment de patriotisme […] On était comme des frères» se souvient Claude-Marie Boucaud (un des derniers des poilus français, mort en 2005 ). Ainsi tous les soldats sont prêts pour une guerre qu’ils pensent courte mais qui va tourner en un cauchemar mondial.

Les actes de désobéissances ont-ils existé ? Comment les poilus ont-ils accepté d’obéir ?

(suite…)


La propagande visant à mobiliser les soldats et l’arrière en France

mercredi 12 novembre 2008

Exposé de Marine, 1ère L2 (lycée Van Dongen)

Exposé : La propagande visant à mobiliser les soldats et l’arrière en France

Lors de la première guerre mondiale, la propagande est l’outil le plus utilisé et le plus efficace pour mobiliser les soldats et l’arrière. En effet cette communication est capable de s’adresser à un large public. Son but est politique et vise à ce que les Etats diffusent leurs opinions politiques afin de les faire adopter ou même les imposer à son peuple. Ainsi les meilleurs dessinateurs et caricaturistes seront appelés à créer des affiches publicitaires de propagande. L’affiche, les journaux deviennent les médias incontournables à une époque ou ni radio ni télévision n’existaient. C’est pourquoi, les Etats belligérants comme la France vont énormément l’exploiter.

Comment le gouvernement français utilise-t-il la propagande pour mobiliser ressources militaires, économique et humaines dans le conflit et ainsi donner à la guerre son caractère « totale », les civils étant mobilisés tout comme les soldats ?

(suite…)


Les femmes pendant la Grande Guerre en France

vendredi 7 novembre 2008

Exposé : Les femmes pendant la Première Guerre mondiale en France

Emilie, 1ère L2 (Lycée Van Dongen)

La première guerre mondiale a commencé en 1914 et s’est étendue jusqu’en 1918. Cette guerre devait être courte mais elle s’est finalement déclarée comme une guerre longue et totale, c’est à dire qu’aucune personne n’a pu rester à l’écart aussi bien les civils que les militaires, hommes, femmes ou enfants.

Nous allons voir quel a été l’impact de cette guerre sur les femmes et l’avancée de leur émancipation en France ?

(suite…)