Tous les billets de la catégorie ‘Recherches documentaires’

Les documents de l’échange

vendredi 12 juin 2009

Voici les documents distribués pendant ou autour de l’échange :

La brochure sur les journées à Arras cliquez ici dossier-arras_internet

La brochure sur les journées à Lagny-Paris – cliquez ici

Les textes lus lors de la visite de Paris – cliquez ici textes-lecture-a-voix-haute

La brochure sur la visite du Centre Pompidou-Beaubourg – cliquez ici

La brochure sur le café littéraire (Classes de Lagny) – cliquez ici : poly-cafe-litteraire

L’anthologie réalisée par les élèves de la 1ère L2 de Lagny – cliquez ici : anthologie_internet


Extrait des Champs d’honneur de Jean Rouaud.

mardi 24 mars 2009

Les Champs d’honneur.

Les Champs d’honneur de Jean Rouaud traite de la Grande Guerre d’une façon tout à fait singulière. Il s’agit d’une biographie de la famille de l’auteur. Celui-ci fait le récit de son histoire familiale et le portrait des membres de sa famille. La mort de son père, de sa grande-tante et de son grand-père maternel ravive le souvenir de la disparition de deux frères de la famille, Emile et Joseph ( les grands-oncles de l’auteur), victimes de la Grande Guerre en 1916. L’existence de ces deux frères sacrifiés et l’impact énorme de la Grande Guerre sur la famille de l’auteur ne nous sont dévoilés qu’à la fin du récit. Cela renforce toute son intensité.

L’extrait.

« La lettre de Commercy mit dix ans à arriver jusqu’à nous. Elle marqua pour Mathilde la fin de sa jeunesse, ce moment d’abdication où, si l’on s’autorise encore à rêver, c’est en s’interdisant désormais d’imaginer que la rêverie débouche un jour sur le réel. Dès la formule de condoléances, on comprend que rien de ce qu’on espère vraiment n’arrive jamais, qu’il n’y a pas de miracle, pas d’histoire de Polonaise aux grands yeux mettant le grappin sur un galant petit Français, pas d’amnésie provisoire, mais qu’Emile est bien mort. Simplement, son camarade signale l’avoir enterré de façon sommaire au pied d’un eucalyptus, où il saurait le retrouver si la famille se montrait désireuse de ramener le corps parmi les siens- ce qui avait été, semble-t-il, le désir du mourant et la raison de cet escamotage, pour éviter une inhumation collective ou la lente décomposition sur le champ de bataille. Mais il y a déjà plusieurs lignes que la vue de Mathide se brouille, et sur un clignement de paupières une ribambelle de larmes s’affale sur le papier. Ce n’est pas tant la confirmation de cette mort qu’elle a de toute façon apprise il y a douze ans maintenant, mais ce trait final qui clôt l’attente, cette porte qui se referme. »

Intérêt de l’extrait.

Plus que l’horreur des tranchées, Les Champs d’honneur dépeint le vide et la souffrance créés par la Grande Guerre. Les espoirs et la peine de Mathilde illustrent bien cet aspect de la guerre. En ce sens, cet extrait est à l’image de la totalité du récit Des Champs d’honneur .

De plus, certains éléments de cet extrait soulignent la deshumanisation des soldats et l’impuissance des familles. En effet, la mort d’Emile est présentée comme un fait anodin, une mort parmi tant d’autres, ce que nous pouvons voir à travers les expressions « simplement », « signale »,  » de façon sommaire », « pour éviter une inhumation collective et la lente décomposition sur le champ de bataille ». Les dix ans d’attente paraissent une durée incroyablement longue, les familles semblent impuissantes.

Enfin, comme le suggère l’utilisation du pronom impersonnel « on », les sentiments de Mathilde sont ceux que toutes les femmes de soldats ont pu ressentir en apprenant la mort de leur mari. Mathilde incarne donc toutes les veuves de la Grande Guerre, ce qui confère une portée universelle à cet extrait.


Radio : Les séquelles de la Grande Guerre

jeudi 13 novembre 2008

titre
par Patrice Gélinet
du lundi au vendredi de 13h30 à 14h

Emission radio du jeudi 13 novembre 2008 –

A écouter en ligne (cliquez sur le logo de France Inter – puis une fois la page affichée, en haut à gauche)

Les séquelles de la Grande Guerre

En direct et en public du festival international du film d’Histoire de Pessac


invités

Jean-Jacques Becker

historien, président de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne


Bruno Cabanes

chercheur associé à Sciences-Po Paris


« Le premier film d’un assaut »

samedi 25 octobre 2008

Le site du Monde propose un document cinématographique de l’ECPA (Établissement cinématographique et photographique des armées), présenté comme « rare » : « Le premier film d’un assaut »

Pour visualiser le film, cliquez ici

1er juillet 1916, premier jour de la bataille de la Somme, devant le village de Dompierre (Somme): des soldats s’élancent d’une tranchée vers le no man’s land. L’affrontement lui-même est hors-champ : l’appareil de prise de vue à manivelle est trop lourd pour que l’opérateur puisse suivre les combattants.
Source : http://www.ecpad.fr

1914-1918 : 90 ans après, sur Le Monde.fr
http://www.lemonde.fr/1418


Hors séries

lundi 20 octobre 2008

Aux élèves des premières L d’Arras et de Lagny :
Les numéros spéciaux ou hors séries des journaux commencent à être publiés.

Le 90ème anniversaire de l’armistice (11 novembre 2008) de la guerre de 14-18 approche.

Récoltez des articles sur ce conflit, procurez-vous ces numéros hors-série.

Par exemple, Le Monde vient d’en sortir un (« 14-18 : les traces d’une guerre »).

Hors série du Monde :

Outre des présentations de synthèse sur les mots de la guerre, la photo, le cinéma, ou les fusillés, ce hors-série richement illustré comprend des documents inédits notamment des correspondances du front et de l’arrière (un médecin à Verdun, une jeune fille allemande…), un grand entretien avec l’historien Antoine Prost et un autre avec le président du Sénégal Abdoulaye Wade.

Autres exemples :

(suite…)


Le musée de l’histoire vivante et la Grande Guerre

lundi 13 octobre 2008

Le musée de l’histoire vivante possède un fonds relativement important consacré à la Grande Guerre (1914-1918) et qui constitue une ressource iconographique et documentaire utile pour les enseignants et les élèves.

Ce fonds est constitué principalement :

  • d’importantes collections de presse comme les hebdomadaires L’Illustration et Miroir, pour les plus connus d’entre eux mais aussi Le Pays de France, les Annales, J’ai vu, ainsi que des collections de journaux comme La Patrie, la Victoire.

 

  • Plaques photographiques du service des armées (250 plaques photographiques en noir et blanc.)
  • Collection de cartes postales (500 cartes postales anciennes)
  • Série des croquis de guerre du peintre et dessinateur Th. A. Steinlen.
  • Bibliothèques d’ouvrages, albums de la Victoire.

Dossier Grande Guerre en ligne

mercredi 24 septembre 2008

La Documentation Française met en ligne un dossier très dense sur la Grande Guerre.

Photo : Le transport d’un soldat blessé au poste de secours par deux de ses camarades. © Présidence du Conseil. Photo : SCA, La Documentation française.

Pour le consulter, cliquez sur la photo ci-dessus

1918, la Grande Guerre s’achève..

Quatre-vingt dix ans ont passé, les Français commémorent tout au long de l’année 2008, avec leurs voisins européens, la fin de la guerre de 1914-1918. Par son ampleur, ses conséquences, ce conflit si meurtrier a marqué de son empreinte le XXe siècle. Le dernier poilu français vient de s’éteindre mais l’écho de la Grande Guerre résonne encore dans la mémoire collective.