Première semaine de mai

RSF rappelle cette semaine, par le biais de la « journée mondiale de la liberté de la presse« , les difficultés que les personnes lorsqu’elles veulent informer et s’informer. Si le droit à l’information est garanti dans notre pays, la France, elle ne l’est pas dans d’autres. Dans son livre, « les prédateurs », l’organisation internationale épingle 17 chefs d’Etat, et aussi des organisations ou groupes influents dans certaines régions (la dictature cubaine, les FARC …). Pour information, la France est au 43ème rang, avec comme remarques : « mises en examen, placements en garde-à-vue et perquisitions dans les médias, mais aussi ingérence des autorités politiques, notamment du chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy ». Tout n’est pas rose …

  • Info essentielles

Crise et arnaque : on n’entend parler que de cela : la Grèce va être sauvée par ses compères européens du marasme dans lequel elle se trouvait. La réalité est moins angélique, car certains se frottent les mains. Je m’explique : si la Grèce emprunte elle-même, au vu de sa situation économique et de sa notation par les agences de marchés, elle devrait emprunter pas loin des 10%. Cela veut dire que rembourser 100€, elle doit en emprunter 110. Alors elle se tourne vers l’UE, et voilà ce qu’ils lui proposent. les pays européens fixent leur taux à 5%, c’est mieux que 10. Mais la plupart d’entre eux n’ont pas les fonds nécessaires, alors ils empruntent eux aussi. Prenons le cas de la France :

– elle emprunte 16.8 milliards aux marchés à un taux de 2%, cela veut dire qu’elle emprunte en fait 17.136 milliards d’euro.
– elle donne ces 16.8 milliards à la Grèce qui doit lui rembourser intégralement avec un taux à 5%, elle lui redonne en fait 17.64 milliards d’euro
– du à son taux la France a une dette de 336 000 € (17.136-16.8) , mais elle récupère 840 000€ (17.64-16.8)
– elle fait donc un bénéfice de 504 000€

Pour faire court avec cette démonstration mathématique, le France va se faire de l’argent sur la crise grecque. Tous les pays le font, cela donne une idée de la solidarité européenne … C’est bizarre, l’Assemblée Nationale n’a opposé aucune résistance pour cet endettement … (Voir les articles de Libération et du JDD).

La psychiatrie forcée : Mme Le Ministre de la Santé, Mme Bachelot Roselyne, vient de proposer des aménagements pour l’accès aux soins de psychiatrie sans consentement. En réponse à une agression mortelle d’un jeune étudiant, l’ Etat décide plusieurs points :

– des soins pourraient ne pas être demandés aux personnes visées, mais obligatoires ;
– on remplace la notion d’hospitalisation par celle de soins, cela veut dire que ces soins seront donnés soit en hospitalisation classique, soit en soins ambulatoires (c’est-à-dire des soins qui demandent un suivi mais pas d’hospitalisation);
– cela sera aux médecins de décider si une personne malade peut être un danger public, et donc prise en charge

Mme le Ministre décrit l’action : l’entrée se fait en hospitalisation classique, puis après un temps d’observation et la rédaction de trois certificats médicaux, le patient peut être mis en soins ambulatoires soit en hospitalisation. Le médecin peut alors décider de relancer le patient qui ne vient pas prendre son traitement (avec l’aval du directeur de l’hôpital), y compris par la force. Quant aux sorties d’essai, elles seront strictement suivies par un collège d’experts. L’un des buts avoués est de ne plus concentrer la psychiatrie à la ville (Voir les articles de 20Minutes et de Libération et du dossier de Hôpital Montfort).

  • A suivre

De l’explication de l’évacuation de la nappe de pétrole : en prenant l’exemple de l’huile dans l’eau des scientifiques expliquent les complications de l’évacuation de la nappe de pétrole (Voir l’article de « En quêtes de sciences »).

–  Du temps de l’indemnisation  de Xynthia :la tempête a détruit des familles, et leur patrimoine aussi. Pour tenter de répondre aux problèmes, l’Etat vient de débloquer 20 millions pour les indemnisations. Cette aide est réservée aux particuliers. Que faire pour les professionnels de la mer, dont certains ont vu leur travail réduit à néant ? 20 millions, une digue ou d’autres dispositifs coûtent-ils aussi chers ? (Voir l’article de News-assurance).

L’éolien n’aurait plus le vent en poupe (je sais qu’elle est facile) : le Grenelle de l’environnement 2 revient sur le devant de la scène. Un sujet fait polémique : l’énergie éolienne. Afin d’éviter la prolifération anarchique de ces outils, certains parlementaires décideraient de classer ces éoliennes comme des « Installations Classées pour la Protection de l’Environnement », ce qui est un classement proche des usines « SEVESO » qui concernent les sites à risques. Les conséquences seraient rapides : la construction d’éoliennes serait soumise à des règles beaucoup plus strictes, ce qui entraîne des inquiétudes de la part de professionnels du secteur. Il y a environ 140 entreprises qui vivent du secteur éolien, et malgré la volonté de faire de cette énergie un élément moteur de la France (notre pays devait atteindre 23% d’énergies renouvelables, dont l’éolien, d’ici 2020), une telle disposition de lois mettrait un sérieux coup de frein à la moitié des projets en cours. De quoi faire réfléchir … (Voir l’article de France Soir).

Le gel des dépenses : François Fillon vient de décider du gel « en valeur » des dépenses de l’Etat jusqu’en 2013. Cela ne veut pas dire que l’Etat ne dépensera plus (il faut bien payer les salaires!), mais qui ne se revalorisera pas par rapport à l’inflation. Si un produit augmente du à l’inflation, l’Etat n’essayera pas de maintenir son pouvoir d’achat, d’où une certaine baisse des traitements des employés publics. E n plus, le Premier Ministre a décidé aussi que les opérateurs de l’Etat devraient faire le même mouvement (ce sont des organismes ayant un lien avec le fonctionnement de l’Etat). Economie, économie, quand tu nous tiens (voir les articles et dossiers du Monde, de budget.gouv.fr et de performance-public.gouv.fr).

  • Valeur 0

Le départ à la retraite de plus en plus loin ;  attentat raté à NY ; l’absentéisme scolaire en progression en France ; l’empreinte écologique de Twitter ; de la place des réseaux sociaux dans les entretiens d’embauche ; le coût d’une voiture ; le prix des calories dans un restaurant ; la retraite à 63 ans? Mais non, ce sont des allégations qui reposent « sur rien » (E. Woerth) ; « c’est le plus grand des voleurs, oui, mais c’est un gentleman … » ; oui, il y a des élèves absents, mais ne pas exagérer tout de même ; de la protection de la vie privée ; du problème des langues ; le CFCM ne promeut pas les « maîtresses » ; de la fiabilité (?) de l’adresse IP ; le président nigérien est mort ; 18 ans qu’ils attendaient cela ; tu quittes l’école, t’es fiché ;

  • En extra :

Evaluer des compétences (académie de Poitiers) : dans ce court dossier, on donne des résultats sur des évaluations, certes un peu originales pour certaines (une classe de 5ème sans notes), mais qui peuvent nous donner des pistes pour l’avenir …

Des cours en vidéo sont proposées, en accès libre.

Laisser un commentaire