Troisième semaine de novembre

Une image vaut mieux qu’un long discours. On en a tous entendu parler, sans vraiment savoir pourquoi cela est important et sans comprendre pourquoi les média en faisaient tous un pataquès. Je vous livre  un récapitulatif de l’information première en France : le remaniement ministériel.

(Image trouvée à cette adresse sur le site du Monde.fr, je suis désolé pour ce manque de place)

  • Infos essentielles

Aung San Suu Kyi est de retour. Libérée samedi depuis son assignation à résidence, l’opposante birmane à la junte militaire a déclaré son premier discours à une foule de partisans venus l’acclamer le lendemain. Dans ce discours, elle appelle la junte militaire au dialogue, afin de sortir le pays dans l’impasse où il se trouve. Bon courage ! (Voir les articles d’Ouest-France et de 20Minutes).

Le travail des handicapés reste encore un casse-tête. L’Adapt (l’association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapés), avec deux autres organismes (l’Agefiph et le FIPHFP) lancent la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées (Voir l’article de Sud-Ouest et le site officiel de la Semaine).

  • A suivre

Dépister le cancer : alors que le nombre de cancers diminuent en nombre (voir la note de la semaine passée), la prévention  du col de l’utérus a besoin d’être soutenue. En espérant que le nombre de personnes concernées diminuent (Voir l’article du Monde).

Ce à quoi servent les dons : le Téléthon a été beaucoup décrié, voire méjugé. Il en reste que cette entreprise (prise ici un sens large)  a permis de construire différents laboratoires de recherche sur la génétique. Avec des résultats. Ainsi lorsqu’on vous dira que le Téléthon est un Télécon, ou qu’il ne sert à rien, vous pourrez répondre qu’une usine va se construire pour répondre aux besoins (grandissants) de patients atteints de maladies rares. Vous pourrez dire aussi que cette usine n’est pas la panacée, et que les dons restent utiles (Voir l’article d’Ouest-France).

Après la Grèce, c’est au tour de l’Irlande de connaître des difficultés pour son économie. Cependant, le gouvernement de ce pays a pour l’instant décidé d’agir seul, malgré les demandes de Bruxelles. Le souvenir de la crise grecque et la plongée de l’Euro restent dans les mémoires des députés européens. Ils ne voudraient pas qu’un autre pays face replonger la monnaie. Pour autant, la situation est si anxiogène (qui provoque des tensions nerveuses) que l’Irlande décide à appeler à l’aide. L’inquiétude s’étend aussi au Portugal(Voir la dépêche du Monde et les articles du Figaro et du Monde.fr).

Où ne pas aller en vacances ? Derrière ce titre un peu ridicule et facile se trouve le classement des pays les plus exposés au terrorisme. En tête se trouve la Somalie, l’Irak, mais aussi en 24e place, la Grèce. Victime d’envois de colis piégés, la Grèce devient, malgré elle, la porte la moins sûre de l’Union, alors qu’elle n’était auparavant que la porte européenne de l’Europe. Gageons que cette situation difficile ne perdure pas… (Voir l’article du Figaro).

Comment faire lorsqu’une région d’un pays veut devenir indépendante ? On y construit une frontière ouverte. C’est la solution trouvée pour le Soudan. Avant le référendum, les deux camps vont signer un texte, s’ils sont d’accord, pour tracer une frontière ouverte ente le nord du pays et le sud. Si le référendum permet à la région du sud de devenir  indépendante, la frontière tracée permettra d’entériner : le choix populaire, la libre circulation des biens et des personnes  (même si elles habitent dans une région et travaillent dans l’autre). Il me semble que cela est une solution diplomate mais aussi pleine de bon sens.  (Voir l’article du Figaro).

Pourquoi les personnes ne veulent pas choisir : je suis tombé sur ce texte (en anglais) racontant le vécu d’un scientifique du MIT (Silicone Vallee). Il raconte qu’il avait mis un dispositif large pour son intervention lors d’une conférence : sans hiérarchie, sans guides restrictifs. Ils voulaient que les auditeurs soient libres d’écouter son intervention et de lire comme ils le souhaitaient sa participation. Ce blogueur a perdu l’attention de ses auditeurs. Il explique notamment que : « choisir peut entraîner de la confusion, de la paralysie et pire de insatisfaction.  » L’auteur du texte explique que le fait de se rassurer est plus important que la perte de l’autonomie. L’auteur écrit aussi que ce phénomène peut se reproduire non seulement dans le cadre d’un travail, mais aussi n’importe où.  Se laisser guider permettrait à un individu d’inhiber sa ou ses frustrations. (Voir l’article du HBR).

  • Valeur 0

TIC et écologie ;  utiliser un outil n’est pas (toujours)  un geste anodin ; un regard sur l’ACTA ; comme le Myanmar ; de la réalité dessinée ; investissez dans l’art ; une inquiétude latente des conditions de travail ; journée mondiale du diabète ; un rapport inquiétant ;

  • En extra :

Les webdocus du Monde ;

Laisser un commentaire