Première quinzaine de janvier

La Hongrie

La République de Hongrie pose des problèmes à l’UE. Depuis que Viktor Orban est devenu Premier Ministre, et que son parti (la Fidesz) est devenu majoritaire, beaucoup de décisions ont été prises dans ce pays. Nous n’allons pas remettre en cause la base démocratique de ce pays, en tout cas pas encore, mais il y a des signes  inquiétants :

– Tout d’abord, le Premier Ministre a modifié la constitution de se pays, en changeant notamment le nom de République de Hongrie en Hongrie. Le mot République disparaît, et cela est du au passé de ce pays. Rappelez vous les cours d’histoire, quels pays ont fait la guerre en 1914-1918 : l’Autriche-Hongrie. Si l’on regarde le pays à cette époque et maintenant, nous notons des différences. Le changement de nom s’inscrit dans une volonté de s’adresser à ces peuples, soi-disant oubliés.

 Ici le Royaume de Hongrie entre 1001 à 1946. Et là le territoire de la Hongrie actuelle (images prises sur Wikipédia).

– Des lois et des dispositifs bizarres sont apparues : le placement de la couronne du royaume de Hongrie a été placée en plein milieu de l’hémicycle, une loi sur les média fait polémique car trop liberticide, et une nomination des plus bizarres pour le poste de directeur du Nouveau Théâtre à Budapest (d’ailleurs de manière générale, les acteurs de l’art se soucient beaucoup du régime hongrois).

– Nous notons aussi une place grandissante de l’extrême-droite de ce pays. Revenons à l’Histoire : la Hongrie s’est battue aux côtés de l’Autriche et de l’Allemagne (la triple Alliance). Depuis cette guerre, la Hongrie restera fidèle à ses anciens alliés. Lorsque Hitler annexe l’Autriche, c’est tout naturellement qu’il se tourne aussi vers la Hongrie. Ce pays considère l’Allemagne comme son ancien et glorieux allié. et les hongrois ont adopté les moeurs des allemands, qu’ils ne considèrent non comme des occupants d’ailleurs.

 Ce qui frappe le plus souvent c’est qu’au nom de l’urgence économique, le Premier Ministre Orban  reprend deux éléments d’anciens régimes qu’il était censé combattre lorsqu’il avait mené son parti pour la première fois au pouvoir : une alliance avec la droite nationaliste, avec un penchant anti-Roms, et une concentration du pouvoir auprès d’oligarques, comme l’URSS l’avait pratiqué dans ce pays jusqu’en 1990. Parce qu’elle ne peut s’immiscer dans la vie politique d’un pays, l’UE tente de faire changer le régime hongrois actuel en mettant l’accent sur la mauvaise gestion économique et sur l’esprit de l’Union. Entre peur de brider la liberté d’agir d’un gouvernement et la liberté de ses occupants, la diplomatie n’est pas facile à mettre en place (Voir les articles de Cafebabel, du Monde, de RFI, de largeur et de France Inter).

  • A suivre

1 sur 7. Un agent de l’Education Nationale est en  état d’épuisement. Attention nous  ne sommes pas dans un état passager, mais bien permanent. Ce burnout (14% pour être précis) démontre que cet état d’épuisement professionnel est la conséquence de pressions psychologiques importantes, cet état ayant des conséquences sur : l’enseignement et la préparation des cours, de la qualité des interrogations, de la gestion de classe, de la rencontre avec les parents, de la volonté d’animer des projets culturels … Bref de la vie du prof (Voir l’article de Libération).

Le point de non-retour du volume du pétrole. Le niveau baisse, baisse, nous devrions en tenir compte (Voir l’article de Sciences²).

Sénégal, ça chauffe. Pas pour la CAN, mais bien pour les présidentielles. La candidature du controversé Waye est acceptée mais pas celle de Youssou N’Dour. Un chanteur qui bride une présidentielle, ce n’est pas nouveau. Mais une commission qui qui est le bon candidat, ça laisse rêveur … Surtout que depuis l’éviction de Youssou N’Dour, le pays recommence à devenir instable. Pour certains en mal de démocratie, regardez bien ce pays (Voir les articles du Monde et de TF1).

  • Valeur 0

Le Huffington, nouvel eldorado juridique ; un peu d’humour ; industries, quand tu nous tiens ! ; on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ; rien de neuf ; industries,  quand tu nous tiens 2 ; l’impact de la crise sur les jeunes actifs ; de l’humour (bis) ; l’ignorance est la plus blessante des armes ; un certain avis ; une idée à creuser ? ; voilà qui est original ; révisons l’économie ; une prophétie de plus ? ; le sexisme n’ pas d’âge ; rien n’est gagné ; et l’AFSSAPS dans tout cela ? ; attrape moi si tu peux ! Ah c’est fait ? Bon tant pis ! ; l’image qui choque ;

  • En plus

Une série de documents sur Internet :

– son aprentissage avec les élèves : des ateliers sur l’utilisation raisonnée , lier l’écriture et l’informatique, la validité de l’info sur la toile,  bien  bosser avec Google, et un moteur de recherche multi réseaux sociaux.

– le changement du Net et de nos pratiques : l’Acta , qui est un nouveau dispositif qui peut brader nos pratiques ; « the lockdown – coming war » ; se construire avec le Net ;

– Un regard sur le métier, méconnu, de professeur documentaliste avec le web

  • En vidéo

Si vous ne connaissez pas, voici des guitaristes virtuoses, que j’avais signalé il y a quelques mois : Rodrigo & Gabriela pour Hanuman

Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire