Première semaine de juin

Nââândé ? !

Je ne vais pas parler de l’actualité brûlante de ces quelques jours et des manifestations d’humeurs, un peu hypocrites, suite à la mort d’un militant d’extrême-gauche. Je fais volontairement l’impasse sur ce sujet, à cause de sa nature (trop de récupérations) et du manque d’informations (les versions sont trop discordantes).

Je vais plutôt parler de discussions que j’ai eu avec des collègues docs. notre place au sein d’un EPLE se réduit à peau de chagrin. en effet, le rectorat de notre académie, une dans l’ouest de la France, a impulsé les inspecteurs de notre académie à monter le concept des 3C. Je me suis déjà exprimé sur ma réticence, et je le suis encore. Néanmoins, je pense que nous, les docs, ne devrions pas rater la marche du train.

je dis bien la marche du train, car comme la science, la documentation scolaire évolue, et notre métier est en train de se faire, de se réinventer. Je me souviens qu’en 1997, on parlait de cyber-doc, je trouvais ce concept intéressant et réaliste. Il l’est encore aujourd’hui. J’en ai même fait le titre de mon netvibes avec ce concept.

Aujourd’hui, le CDI peut devenir un 3C. Dans mon EPLE, c’est presque déjà fait. Non, mon CDI n’est pas openspace, mais j’ai beaucoup de personnes différentes qui travaillent tous les jours dans le CDI (assistante sociale, COP …). Tout cela fait que le CDI où je travaille n’est pas mon CDI, mais un lieu de travail partagé, notamment en petits groupes. Cependant, plutôt que de se laisser tomber dans les 3C, autant le faire en pleine connaissance de cause.

Mes collègues disaient que notre place actuelle est menacée. A plus d’un titre : pourquoi payer quelqu’un qui va commander livres et revues, alors que la médiathèque a quelque fois les mêmes ressources, il vaudrait mieux mutualiser les ressources. Pourquoi acheter des documentaires et annales, alors qu’on peut les avoir en ligne ? Pourquoi acheter des romans alors qu’on peut les avoir en format numérique ? Évidemment, vous allez me dire qu’il y a un coût, mais la différence n’est pas forcément énorme, et les services en ligne sont plus importants et intéressants.

De même, pourquoi payer quelqu’un pour surveiller un fond documentaire dans un opsenspace, alors qu’une personne de la vie scolaire pourrait le faire. Je sais ce n’est pas une idée reluisante, mais elle peut arriver en vrai. Je pense que notre place, si elle existe encore, doit changer. Beaucoup de mes collègues, qui ont vu l’évolution du métier depuis bien plus longtemps que moi, disent que cette tendance des 3c n’est pas forcément un effet de mode, mais que cela est plus profond. ainsi, mes collègues ont anticipé ce changement, et sont devenus plus encadrants d’élèves. Certains les accompagnent plus individuellement, d’autres sont plus formateurs de professeurs, d’autres sont devenus des relais de veille professionnelle …

Nous sommes obligés de muter, et cela, nous nous devons de le montrer aux étudiants en M1 et M2. Ne rien cacher, afin que nous les entendons pas se plaindre qu’ils ne savaient pas, qu’ils n’ont pas été formé pour « ça », afin qu’ils ne s’écrient pas Nâândé d’un ton dramatique (voir les articles de Yahoo!Actualités, ma page netvibes et la page Babelio).

  • Infos essentielles

La politique familiale change. L’Etat réfléchit à réduire, voire ôter, les allocations familiales pour les ménages les plus riches. Au nom de la crise, on enlève le social aux plus riches. Vous me direz tant mieux, mais enlever une aide à une famille aisée et qui compte beaucoup d’enfants, cela ne paraît pas si facile que cela … (Voir l’article de franceinfo.tv)

Ca bouge en Turquie. La protestation contre le régime, un peu étroit, continue. Ce n’est plus seulement une manifestation contre l’anéantissement d’un parc pour monter un hôtel. C’est aussi l’expression d’une alternative populaire, pas encore politique, qui se tend à travers le pays. C’est un peu le printemps arabe, mais irons-nous vers un hiver rigoriste, comme cela se passe en ce moment en Egypte ? (voir l’article du Nouvel Obs).

  • A suivre

WTF ??! Il y a peu, les législateurs reconnaissaient l’intérêt des logiciels libre dans les établissements scolaires. Fleur Pellerin avait été jusqu’à dire que cette disposition était dans l’air du temps, et ces logiciels présentaient des intérêts non négligeables, notamment leur coût. Or, sous la pression, les législateurs sont revenus sur leurs décisions … La priorité aux logiciels libres a été supprimée, et remplacée par « la détermination du choix des ressources utilisées » entre logiciels libres et logiciels propriétaires. C’est bien, dans les périodes de crises, on ne change rien, de peur de faire mieux. Des fois , je me dis que si de telles personnes ont été élues te qui ne comprennent pas l’intérêt des logiciels libres, alors ils devraient la place à ceux qui savent, notamment les membres de l’April (voir l’article de clubic-pro et de la page wikipédia).

  • Valeur 0

Une simple erreur et le drame peut arriver ; vers un statut quo ? ; la sortie de crise grâce à l’extérieur ? ; pour le droit de copier ; la Croix, en retard, comme d’habitude ; bonne question ; le mode participatif en poupe ; aider les librairies, la culture localisée ; le « catholicisme zombie » ; adoucir les moeurs, surtout en ce moment, n’est pas un luxe ; c’est dur pour tout le monde… ; … ici aussi ; et bien oui … et ça ne fait pas plaisir ;

  • En vidéo

Voici un artiste, dans le bon sens du terme, Papaoutai de Stromae

Image de prévisualisation YouTube