Troisième semaine de septembre

De la provocation ou l’art de rentrer dans le lard (en douceur ! )

publicité des glaces Federici (http://storage.canalblog.com/47/90/628562/56647335.jpg)

Voici un terme qui revient souvent, peut-être à tort : provocation. Cet art qui consiste à mettre son adversaire hors-de-lui pour mieux le déstabiliser ou le décridibiliser est en passe de devenir un sport national. Elle peut aussi faire passer un message, politique ou autre. En voici quelques exemples, liste non-exhaustive:

Par l’image, les glaces Federici affichent une opinion un peu désinvolte de la bonne sœur. Cette dernière étant enceinte, on ne peut qu’imaginer la réaction de Benoit XVI, s’il vient croiser cette affiche. Le tout n’est pas que de faire vendre des glaces en se faisant voir, mais aussi relayer un message sur le célibat des prêtres et des nonnes, notamment du clergé séculier. Le tout concernant la visite du pape en Angleterre, terre qui a exclut la domination de Rome sur les rois anglo-saxons par Henri VIII…

Si la provocation reste toujours très imagée, mais elle passe aussi par les mots. Comme le montre cette dernière (ou avant-dernière?) intervention de M. Woerth à l’Assemblée Nationale, traitant une de ses adversaires de « collabo ». Bon, nous savons que les députés, qui sont censés représenter le pays et la loi, s’invectivent comme des chiffonniers. On pourrait tout de même attendre un autre langage d’un ministre, surtout lorsqu’il se trompe. En effet, lorsqu’un député de gauche est traité de collabo, cela veut dire qu’il est passé à l’ennemi. Or, où vont les députés de gauche lorsqu’ils ont trahis les leurs ? A droite, notamment l’UMP. Reprenez les exemples de M. Kouchner, de M. Lang et de M. Besson. En bref, ce terme est inapproprié et décridibilise son auteur. Mais cela, M. Woerth s’en est pas rendu compte.

Si la provocation use d’image et de comparaison, elle peut aussi utiliser un syllogisme. C’est-à-dire faire un parallèle avec deux situations différentes, et qui n’ont pas ou peu de points en commun. Dans le cas de Mme Reding, le syllogisme opérait ainsi :

Les Roms ont été expulsé par les régimes nazis,
Les Roms sont expulsables en France,
Donc, la politique de Paris ne vaut pas mieux que celle du Troisième Reich.

Comme dans tous les syllogismes, il y a des failles. Là, Mme Reding a comparé ce qui n’est pas comparable. Ou presque : une circulaire du Cabinet du Ministre de l’Intérieur nomme les Roms afin de les expulser. Il est vrai qu’il est honteux de nomme un groupe d’individus et de les expulser. Mais la comparaison avec les expulsions sous les nazis s’arrêtent là, car on ne les envoie pas dans les camps de la mort. D’où les excuses de Mme Reding à la France.

La provocation a de bons restes devant elles, car il est toujours plus facile de critiquer l’autre que de le comprendre … (Voir les articles de Slate.fr, de Libération, de Paris Match et la brève d’Europe1).

  • Infos essentielles

Le manque de moyens pour le fonctionnement de la Justice devient de plus en plus criant. Aujourd’hui est lancé un appel à la grève. Cela concerne d’abord les greffiers. Ce sont eux qui écrivent les arrêts et jugements. Sans eux, pas de trace écrite, donc pas de réalité. Mais au-delà de ce corps, ce sont tous les métiers qui sont touchés.En cause, le manque de moyens budgétaires alloués au Ministère de la Justice. Les problèmes : les retards de payes, un maque d’effectif, des statuts qui se révisent au coup par coup (juge d’instruction, juge d’application des peines, procureurs …), le manque de moyens pour la prise en charge des condamnés, détenus ou innocents; le manque de temps … La colère gronde, car les magistrats peuvent avoir l’impression qu’ils occupent des métiers négligeables, car peu aidés, alors que la Justice a un rôle essentiel en France. (Voir les articles de 20Minutes ; de SFR.fr ; de huyette.net et de France-Info).

  • A suivre

Des objectifs du Millénaire à l’ONU : j’en ai déjà parlé, mais revoici le sujet. Alors que des conférences sur la faim vont s’ouvrir, l’ONU fait le point sur les objectifs à atteindre : des progrès ont été observés, mais des contraintes persistent. Pour rappel voici les huit objectifs de l’ONU :

– réduire de moitié les effectifs de personne en « extrême pauvreté » (1.27 dollar par jour) ;

– assurer l’éducation primaire pour tous ;

– promouvoir l’égalité des sexes ;

– réduire la mortalité infantile ;

– améliorer la santé maternelle ;

-combattre le sida, le paludisme et d’autres maladies ;

– préserver l’environnement ;

– mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

les problèmes: « les crises climatique, alimentaire et économique érodent certaines avancées durement acquises » (Ban Ki Moon)

Rendez-vous donc en 2015… (Voir l’article du Monde et du dossier des Nations Unies).

  • Valeur O

Ecrire comme M. Lévy ; du concept car cher ; à la voiture électrique (chère encore) ; Al-Qaïda à Bagdad ; … Et au Maghreb ; enfin ! ; la dengue est signalée encore une fois en France ; les Journées du Patrimoine ; de l’économie énergétique à grande échelle ? ; l’arroseur arrosé ? ; d’une triple déclaration à une seule pour les mariés ; du discours de la méthode ; la démocratie afghane ; pour les collectionneurs ; une épargne conséquente, mais mal utilisée ? ; l’étendue de la drogue dans le monde ;

  • Infos pratiques

– Comment gérer la motivation ? par trois points : le challenge, la reconnaissance et par l’investissement de chacun. Réponse en vidéo.

– Comment insérer Google Map dans un site web ou dans une vidéo ? Réponse par ici.

Dernière semaine de février

holmesVoici un film qui mérite d’être vu : Sherlock Holmes. Dans cette version moderne, on replonge avec plaisir au sein d’un vieux Londres, et redécouvre l’habitant excentrique du 221b Baker Street. Le synopsis est assez court, mais bien construit. Holmes et Watson arrêtent un dangereux individu, Lord Blackwood. Celui-ci est condamné à mort  et ce dernier est pendu. Or, la police alerte Holmes que Blackwood court toujours, malgré l’autopsie de Watson attestant la mort du Lord. Allez voir la suite … Il y a une phrase du film qui m’a marqué. Alors que Watson s’interroge sur la « résurrection » de Blackwood, Holmes lui répond en disant  qu’il ne s’agit plus de s’interroger sur la véracité de la mort ou de la résurrection de Blackwood, mais sur le comment. Ainsi, il met en exergue une question dont il est souvent difficile à répondre, que l’on peut transposer ici : ce n’est pas pourquoi certaines informations nous touchent plus que d’autres, mais de la manière dont elles le font.

watsonOn peut s’amuser à transposer ce questionnement vis-à-vis de l’actualité : on ne devrait pas dire « pourquoi doit-on rénover le système des retraites? », mais « comment fait-on pour que tous puissent en avoir une? »; à la place de « pourquoi devrait-on créer des emplois pour favoriser l’emploi des jeunes?  » mais « comment permettre une insertion dans le travail pour nos futurs adultes? » ;  de « pourquoi doit-on envoyer nos soldats en Afghanistan? » à « de quelle manière pouvons-nous combattre et réduire l’influence des terroristes? » ; et enfin (mais c’est un jeu sans fin)  de « pourquoi Google travaille avec la Chine » à « comment arriverons-nous à faire prendre conscience aux chinois, et aussi à nous, que le système autocratique actuel n’est pas le meilleur? »

(première image : Robert Downey Jr. en Sherlock Holmes, seconde image : Jude Law en Dr. Watson, prises sur ce site)

Réfléchissons non uniquement sur la nature des infos (sa provenance, son émetteur) mais aussi sur leur portée (dans le temps notamment) …

  • Infos essentielles

Putsch au Niger ou restauration de la démocratie ? Mamadou Tandja avait pris des risques. En tant que président, il ne pouvait pas prolonger son mandat de manière unilatérale, il l’a pourtant fait. Et pour limiter l’opposition démocratique, il avait dissous le Parlement et la Cour constitutionnelle du Niger. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. « Le conseil suprême pour la restauration de la démocratie » avait pris les armes et avait pris en otage le président. Ce conseil, constitué d’un bataillon de l’armée, est dirigé conjointement par Salou Djibo, le colonel Djibril Hamidou, dit «Pelé», et le colonel Abdoulaye Amadou Harouna. Ce dernier est peut-être le cerveau du putsch.  C’est aussi une action qui remettrait la démocratie en place, car elle a été non-violente, car l’armée respecte les auteurs du putsch, car cette action pourrait permettre enfin au Niger de  retrouver des aides internationales (suspendues au coup de force de Tandja). Les ressortissants étrangers ne seraient pas en danger, notamment les employés d’Areva (Voir l’article du Figaro).

  • A suivre :

–  « I gotta feeling that tonight’s gonna be a good night » (Black eyed peas) : Total va subir une grève illimitée. Les travailleurs protestent et s’opposent à la fermeture de la raffinerie Total de Dunkerque. Par solidarité, tous les collègues s’y sont mis. Des réunions entre le président de l’entreprise, des syndicats et l’Etat sont prévus. Maintenant, comment cela va aboutir sans que cela puisse nuire : à l’entreprise, aux travailleurs et aux usagers des stations essence? Comment concilier le dialogue de la ministre de l’Economie (sur le stock d’essence) et sur le fait que la grève peut se prolonger de manière indéfinie? Les syndicats signalent que si les pourparlers échouent, la France va au-devant d’une pénurie d’essence … (Voir l’article d’Ouest France).

Un pied de nez ? : alors que le redécoupage judiciaire n’arrête pas de créer des polémiques, voici une nouvelle qui va à l’encontre des dernières directives ministérielles. Moulins vient se sauver son tribunal. Le Conseil d’Etat a décidé de maintenir les deux tribunaux de Cusset et de Moulins dans l’Allier car : la distance entre les deux villes sont trop importante d’une part, et que Moulins dispose d’une prison qui demande une surveillance importante (300 places) d’autre part. Sans oublier qu’il existe une pléthore de services de l’Etat concourant « au bon fonctionnement du service public de la justice » à Moulins. Les annulations sont donc rares, mais restent possibles s’il y a des circonstances (Voir l’article de Libération).

Manifestation en Côte d’Ivoire : signe de la fragilité de la démocratie ? Ban Ki-Moon est inquiet. Laurent Gbagbo a dissous la commission électorale indépendante  (ou CEI) de la Côte d’Ivoire chargée de la légalité des votes. Suite à cet évènement,une partie de la population ivoirienne s’est réunie dans la rue et a manifesté. L’armée a répondu, avec comme bilan 5 morts et des blessés. Le président l’affirme, une nouvelle CEI sera créée prochainement, mais les manifestations continuent et la répression aussi, dernière en date : la chaîne France 24 a été suspendue … (Voir les articles de l’AFP, d’Euronews.net, de TF1 news et du Monde.fr).

  • Valeur O

On ne montre pas du doigt ! ; je t’aime, moi  (non plus?) … ; le non-engagement des troupes engage le premier ministre néerlandais à démissionner ; la reconnaissance de la défaite ; tout roule pour elledélinquant, moi? Allons traiter cela devant un juge ! ; le compte à rebours est terminé ; deux présidents au couffin du Tibet ; Bollywood et Sénégal : un cocktail intéressant ; une histoire sans la fin ; il est bon mon burger, non mais ! ; non non rien n’est fini, tout tout va continuer … ; et maintenant, que va-ton faireeeuuuh ??? ; le prix de l’info ; des emplois sauvegardés ? ; les barbouzes au Moyen-Orient ; le tarif de la barre de recherche Google sur Firefox ; comment bien utiliser les moteurs de recherche ; un avenir possible ; un point de vue à découvrir ; intégrer les TICE ; Google VS EDF ? ; la crise des mass-media audiovisuels ; une initiative à suivre ; Google et la numérisation des livres ; tomber des nues ; le logiciel libre dans la société civile ; une campagne choc ; trop c’est trop ; l’Euro soutenu par de la spéculation, mouais, rien de très rassurant là-dedans ; la culture à pas comptés ; l’oeil du médiateur ; les femmes et les métiers en avenir ; les femmes et l’avenir des métiers ; l’étranger d’Alger ; le premier maillon qui saute ; de la réserve, de la réserve ! ; mon entreprise ne connaîtra pas la crise ! ; la fin de vie (merci encore M. Vidberg!) ; le prophète ne boit pas … ; mais peut être récompensé ; ce n’était pas le contraire qu’il fallait faire ? ;

  • En extras :

– Le droit change pour l’éducation : l’utilisation d’oeuvres dans un cadre pédagogique (B.O. du 4/12/2009);

– L’orientation des lycéens vers le supérieur ;

– la « policiarisation » ( en voilà un nom barbare) de l’école en jeu (en anglais) ;

– La cartographie sémantique : art de la réflexion.