Première semaine de septembre

La Syrie : le bon, la brute, le truand, et les pieds nickelés réunis

Bref, cela sent pas bon. Revenons sur les acteurs et les faits :

– le président Assad de la Syrie massacre son peuple. Indignation des pays démocratiques, qui ont en eux la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Indignation double avec l’utilisation du gaz sarin, gaz mortel. Mais avec le problème de l’ingérence, on s’en réfère à l’ONU.

– Le problème avec l’ONU, c’est qu’il faut avoir un consensus avec le Conseil de Sécurité pour intervenir militairement. Sans le consensus, pas de salut.

– La Russie s’y oppose, pour l’instant, parce que : elle fournirait des armes à l’armée syrienne, elle a un point d’ancrage dans cette région du globe justement grâce à la Syrie, et en plus on a découvert des ressources naturelles exploitables dans ce pays. Des raisons économiques à ne pas négliger donc.

– La Chine s’y oppose encore pour d’autres raisons. Elle importe du pétrole venant de cette région du globe, et donc une guerre n’est pas bon pour les affaires, surtout si les affrontements déborderaient de la Syrie. Dans ce cas, la Chine ne serait plus alimentée en pétrole, et autres importations, or, c’est un pays qui utilise de plus en plus les importations.

– Et oui, les autres acteurs qui bloquent sont ceux qui sont autour : le Liban qui pourrait attaquer la Syrie, la Turquie qui rêve de devenir le pays référent de cette région et qui voudrait tout faire pour y parvenir, et enfin l’Iran. Ce dernier est le plus dangereux car ce pays aurait l’arme nucléaire. Et là il est difficile de pouvoir mesurer leur armement. L’Iran bluffe-t-il ?

Comment pouvoir aider le peuple syrien sans embraser la région ? Bonne question surtout :

– l’opposition française a émis des soupçons sur la véracité des vidéos présentées par les Renseignements Français,

– que l’on parle dans certains pays de composants islamistes dans les rangs de l’opposition syrienne, et autant le dire de suite, cet élément ne passe pas,

– que les Etats-Unis seraient prêts à intervenir mais de manière limitée (dans le temps, dans l’espace et dans les modalités) mais avec quelle efficacité ?

– sans oublier que les remontrances de la Russie (qui se rêve de redevenir tel un empire) dissuade pour l’instant qui que ce soit de bouger, à moins que des preuves tangibles soient présentées.

Bref, le paquet de nœuds ! (voir les articles de Libération, du Point, du Figaro, du Monde).

  • A suivre

– La polémique de l’été : Solidarités et Progrès (ou SP) a écris un article sur la réforme bancaire. Au centre de cette polémique : la saisie possible de l’Etat pour renflouer les banques. on peut croire que cela concerne les particuliers, et ceci entraînant un certain nombre de réactions, les unes comme les autres très virulentes envers l’Etat. Bon, on peut souligner certains faits qui méritent d’être confirmés après cet article. Je cite :

« La loi Moscovici prévoit la fusion du Fonds de garantie des dépôts (déjà largement sous-doté) avec le nouveau Fonds de résolution, ce qui pourrait aboutir de facto à l’anéantissement de la garantie publique pour les dépôts inférieurs à 100 000 euros. » (SP) : cette phrase n’est pas tout à fait faux car il y a bien une fusion  : « L’article 6 renforce les missions du Fonds de garantie des dépôts, qui devient le Fonds de garantie des dépôts et de résolution, afin d’en faire le fonds de résolution français. » (amendement CF-25) mais il existe encore une garantie de l’Etat, qui passe par une Autorité : le projet de loi prévoit l’intervention du Fonds, sur décision de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, auprès d’un établissement soumis à une procédure de résolution.

Deuxième élément : vers qui cette loi s’adresse ? N’oublions pas que cette loi vise aussi la séparation des activités bancaires et de dépôt, et que les entreprises peuvent être menées à faire de même si elles ont des activités de financement. Or c’est dans ce cadre que cette loi bancaire s’instaure : l’article L312-4 qui a été modifié par la loi de juillet 2013, indique les établissements concernés (« Les établissements de crédit, les compagnies financières, les compagnies financières holding mixtes et les entreprises d’investissement, à l’exception des sociétés de gestion de portefeuille, agréés en France adhèrent à un fonds de garantie des dépôts et de résolution« ).

Troisième élément : à quoi sert ce fonds de dépôt et de résolution ? Retour sur l’article L312-4 :  » un fonds de garantie des dépôts et de résolution qui a pour objet d’indemniser les déposants en cas d’indisponibilité de leurs dépôts ou autres fonds remboursables et, sur demande de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, d’intervenir, dans les conditions prévues à l’article L. 613-31-15, auprès d’un établissement de crédit, d’une entreprise d’investissement, autre qu’une société de gestion de portefeuille, d’une compagnie financière et d’une compagnie financière holding mixte. » Cela veut dire que lorsqu’il y a des impayés, le fonds décide de renflouer les créditeurs en intervenant (avec l’Autorité) auprès de l’établissement pour le remboursement. La seule fois ou une personne peut être citée dans ce cas, c’est lorsqu’elle fait partie d’un groupe concerné par un impayé. Si cette personne est prise à défaut, c’est dans le cadre de l’établissement qu’elle devra rembourser, et non sur son titre seule.

Tout cela pour quoi : pour une info mal lue, un groupe de personne n’a pas vérifié le texte original ou mal compris. S’en est suivi un certain nombre de sites qui ont relayé l’info sans la commenter, et à la fin, l’info délivrée est fausse. Alors oui cette info est complexe et peut entraîner un certain nombre de réflexions, mais aussi on peut se souvenir que, souvent, la réalité sollicite beaucoup nos fantasmes dès lors qu’elle n’est pas bien expliquée … (lire les articles et décrets suivants : NosDéputés.fr pour le texte original ; Legifrance pour les articles L312-5 sur le fonds de garantie, L312-4 sur les établissements concernés par la loi, L511-20 où on détaille la qualité des identités concernées par la loi, et les articles 612-31-14 et 15 où on détaille la procédure d’intervention du fonds de dépôt et de résolution en coordination avec l’Autorité, et pour finir l’article de Solidarités et Progrès).

– Modifier les chiffres et leur faire dire n’importe quoi c’est possible. D’autant plus lorsque c’est l’INSEE qui le fait, car cette institution a un accès privilégié aux stats qui touchent la France. Dernier exemple : la manipulation des questionnaires sur les chômeurs, avec à la clé, une baisse virtuelle de leur nombre global. L’une des questions qui est soulevée n’est pas celle de la manipulation des chiffres uniquement, mais aussi l’identité des chômeurs. Voilà une définition difficile à arrêter, car elle n’est pas identique selon les pays, même si le BIT (ou Bureau International du Travail) avait essayé de mettre le « la » de cette histoire (voir l’article du Monde et de la page Web de l’OIT).

Etre trop policé ce n’est pas bon. La preuve avec une photo, ratée, du Président de la République. Bon elle est vraiment pas bonne cette photo, elle fait rire, discrédite la personne, et en retire son contexte (ici les rythmes de travail à l’école). Bref, à dégager. Mais en la marquant comme censurée, cette photo subit une seconde vie, et donc, produit l’effet inverse. Cette photo devient populaire. Il aurait été plus simple que le photographe la supprime dès la prise de celle-ci, sans en passer par l’institution AFP (voir l’article de Bigbrowser).

La nomination d’Aminata Touré à la tête du Sénégal pourrait être vu uniquement de la réussite d’une femme en politique. Il est vrai que cette question est importante, notamment pour des femmes occidentales, qu’une femme devienne non pas Premier Ministre mais Président. Nous n’en sommes pas là. Le Sénégal non plus, car Mme Touré est devenue Premier Ministre. On pourrait croire que le limogeage du Gouvernement sénégalais précédent pourrait mettre en difficulté Mme Touré comme une solution à l’emporte-pièce. Là non plus ce n’est pas ce qu’il faudrait voir. Mme Touré était précédemment Ministre de la Justice, mais a un CV bien rempli car elle a déjà travaillé comme experte des Nations Unies et a dirigé le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). En tant que Ministre de la Justice, La « Dame de Fer » du Sénégal a eu des dossiers important à gérer, notamment l’enrichissement personnel de précédents hommes politiques (voir l’article du Monde).

  • Valeur 0

Etre d’accord à 27, ce n’est pas simple ; an evil biscuit ? ; encore des virus nouveaux ; et ça ça continue (encore) ; addiction(s), quand tu nous tiens ; le retour de la 2CV ? ; de la mutualisation des moyens ; maintenance et hygiène des locaux ; une idée difficile à appliquer ; l’accès aux soins toujours aussi important ; buvez, souriez ! ; pressés de s’en débarrasser ? ; encourageant ; non, ce n’est pas un OVNI ;

  • En vidéo

I forgot my phone : une courte vidéo pour ceux qui vivent sans smartphone

Image de prévisualisation YouTube

Et pour finir, le tube de la fin de cet été : Avicii pour wake me up

Image de prévisualisation YouTube

Première semaine de mai

Une illusion

 

Ne restons pas sur l’image désastreuse de politiciens véreux, ou supposés, comme Cahuzac, Guéant, Flosse, Dassault et consorts. Des solutions se dessinent pour sortir de ces marasmes, dont l’idée d’un gouvernement d’union nationale. Plusieurs sondages récents démontrent l’intérêt de certains majeurs français, comprenez ici ceux qui votent, pour un gouvernement d’union nationale. C’est un leurre. Pour plusieurs raisons. L’union nationale donne quelques principes : on prend les meilleurs de droite et de gauche et on les met ensemble. Ensuite, ces personnes sont aussi censées diriger le pays face à l’adversité. Et puis, c’est une solution d’urgence.

On prend les meilleurs et on les met ensemble. Bon, pourquoi pas ? Mais le but est de prendre les meilleurs et de les assembler. C’est idiot, car on prend le problème à l’envers. Le mieux serait de prendre un projet et de réunir toutes les volontés de tous les partis. Ce serait plus un gouvernement de coalition. Là ce serait constructif, car on assemblerait les idées de chacun avant de vouloir réunir le meilleur de bâbord et de tribord. Ce sont les idées qui sont la clé, non le C.V. de chaque personne. Encore faut-il avoir des idées…

Ensuite, ce gouvernement serait censé être lié contre l’adversité. Mais le problème est que l’adversité serait d’abord interne, car les meilleurs de chaque côté n’auraient pas le même avis sur une même question. Alors, pour arriver à une alliance, il faudrait déboucher sur une concertation. Ce qui veut dire beaucoup d’énergie pour se mettre d’accord, avant d’affronter les adversaires de l’extérieur. Le temps de se mettre ensemble, l’extérieur hostile aura déjà agi. Si c’est un gouvernement qui doit réagir de manière unitaire, ça fait désordre.

Les solutions d’urgence, c’est pour le court terme. Pour réagir. Or, on a vu que les réactions efficientes risqueraient de se faire attendre, ou d’arriver trop tard. Donc pour pouvoir se mettre en face des adversités externes, il faudrait que ce gouvernement puisse anticiper, et non réagir. Et c’est là aussi que le bât blesse : les solutions d’urgence ne sont pas des anticipations. Ce qui veut dire qu’il y aurait une contradiction ferme entre la nature de ce gouvernement et ses actions.

Ces trois remarques portent l’idée, il me semble, que le gouvernement d’union nationale n’est pas tenable. Peut-être devrait on se diriger vers un gouvernement de coalition. Mais comme je l’ai dit plus tôt, il faudrait avoir des idées, et des moyens pour les appliquer et du temps pour voir le résultat. Enfin, certains crient déjà au pilori pour le gouvernement actuel alors qu’il n’est là que durant une année, demander du temps pour des idées nouvelles et novatrices, cela ressemble à un vrai défi. Et puis dernière question : qui dirigerait ce gouvernement ?

  • Infos essentielles

– Une des rares ministres à avoir une vraie vision des choses. Mme Pellerin a annoncé que le modèle économique de Dailymotion ne pouvait pas rester franco-français. Elle précise aussi qu’avoir un financement multinational pourrait : 1. garder son identité ; 2. maintenir les emploi et les innovations françaises. La ministre souligne par là qu’importe l’origine du financement si les emplois et les innovations restent. Et c’est cela le plus important (voir l’article de l’Expansion).

Des avancées dans la recherche contre le cancer. On s’est aperçu qu’il existait des points communs entre les différents cancers. Notamment au niveau génétique : des similitudes ont été observées lors de mutations génétiques. (Voir l’article de senegal-actu).

– Autre avancée : une amélioration dans le dépistage de la trisomie 21. Jusqu’à aujourd’hui un gynécologue doit attendre la première échographie pour rechercher la clarté nucale de la nuque. C’est par ce biais que des traces de trisomie 21 sont décelées. Dans le cas où la patiente serait à risques , le médecin propose une amniocentèse. Or il faut attendre le premier trimestre pour faire cela. Un nouveau test prénatal va permettre aux médecins d’agir plus tôt, mais ce test est trop récent pour avoir les retours de ce test. D’un autre côté, il ne faudrait pas non plus dédaigner l’accompagnement de familles dont des membres sont trisomiques (voir l’article de Midi-Libre).

  • A suivre

– Yahoo !, le marché et le soldat Montebourg … Ou comment le Gouvernement Français voudrait que la mondialisation s’arrête à ses frontières (voir l’article de Boursier.com).

– Voici la citation du jour « Nous ne pouvons pas abandonner le chemin des réformes « , de M. Schäuble, Ministre des Finances de l’Allemagne. Celui pense que le sursis accordé à la France pour réduire ses déficits (3% du PIB) est convenable et que notre pays ne doit pas laisser les réformes structurelles. De peur d’incarner comme seul pays l’austérité ? (Voir l’article de Challenges).

Aller sur Mars, un vieux rêve qui va devenir réalité ? Peut-être dans 20 ans alors … (Voir l’article de 20Minutes).

– Des scientifiques américains affirment avoir créé un dispositif qui permettrait de prédire les crises d’épilepsies. C’est un implant dont les preuves, qui sont encore peu nombreuses, sont encourageantes (voir l’article de santenews).

– Les BTS seraient une filière universitaire, non d’excellence mais du commun, voire du populaire. Dans le mauvais sens du terme. Populaire, car peu promues en dehors des filières proprement dites, mais aussi peu promues dans l’Hexagone, mais aussi en Europe … (Voir l’interview sur le café pédagogique et regardez le texte partagé sur Calaméo ci-dessous).

  • Sur 10 …

Chômeurs en 2001, combien en reste-t-il en 2013 ?

S’ils étaient 10 en 2001, ils sont : 11.

4 en 2005, 8.4 en 2008, 11.4 en 2011, 12.4 en 2012 et 13.6 en 2013.

Pour plus de chiffres, voyez la suite ici.

  • Valeur 0

Le passé comme témoin assisté ; de la radicalité religieuse ; un relent ou un vrai retour ? ; y a des records dont on pourrait se passer ; mauvaise com’, car mauvaise recherche d’informationscela pourrait être une mauvaise idée ; avec lui, la France sent le rance ; un vieux serpent de mer ; tant que l’argent va, tout va … ; les propositions de la mission Lescure ; le danger ; be connected ou be evil ;

  • En vidéo

– Une publicité sur la maltraitance des mineurs en Espagne.

– le lien sur le nouveau clip de Psy, car la vidéo avait mal chargée la dernière fois

Le dernier clip de Daft Punk, Get Lucky

Image de prévisualisation YouTube

On peut compter un succès au nombre de ses parodies et reprises, pour Daft Punk et son dernier titre en voici quelques unes : jwktje ; George Barnett ; en version acoustique ; au piano ; c’est bon pour le moral ; version instruments mal réglés. C’est juste un petit florilège, il en existe plein d’autres à découvrir …