Deuxième semaine de février

Et si …

Si la Suisse avait pris la bonne décision, celle de refuser une émigration non-régulée ? Entendonds-nous bien, les Suisses ne refusent que des personnes étrangères viennent sur son sol, mais refusent de ne pas en contrôler le nombre.

En économie, on nous a toujours dit qu’il fallait favoriser les flux de marchandises, de personnes et de capital. En se privant d’un flux non-régulé, la Suisse se priverait-elle des autres ? Non, car cette décision collégiale ne vise pas à interdire l’accès du pays, mais de répondre à des besoins.

De plus, on voit mal certains pays se priver de la Suisse, et pas seulement pour les flux bancaires. Cependant, je ne pense pas que cette direction conservatrice perdure ad viternam, car l’ouverture nécessaire avec l’Europe va peser sur ce pays,qui quoi qu’on en dise, ne désire pas être isolé.

  • Infos essentielles

La « zone dangereuse ». C’est l’expression de M. Didier Migaud, Président de la Cour des Comptes. Dans son rapport datant du 11 février, l’honorable mesure les efforts consentis par le gouvernement français, mais s’inquiète du poids de la dette. Selon le gouvernement, celle-ci arriverait autour de 4,1%, pour M. Migaud, ça sera sans doute plus. Selon M. Migaud, certains secteurs ont moins contribué que d’autres au remboursement de la dette, en particulier la protection sociale et les collectivités territoriales. En gros, d’autres économies seront demandées aux communes, départements et régions. Autre manquement, la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse des professions libérales (Cipav). Celle-ci ne serait pas organisée, pénalisant et membres et l’Etat.

Deux autres points sont abordés. La santé psychiatrique des détenus et l’indemnisation des victimes de l’amiante. Pour le premier point, la Cour s’interroge sur les moyens pour aider les détenus, car la Cour ne possède pas de chiffres de détenus en état psychiatrique fragile, notamment le taux de schizophrène, et que le personnel pour aider ces détenus manque. Alors que l’amiante fait son (grand) retour dans la tour Montparnasse, la Cour fustige les ratés  de l’indemnisation des victimes, notamment sur l’absence, ou la quasi-absence, de responsabilité des entreprises alors que ce sont elles qui financent ce dispositif.

Pour finir, M. Migaud pointe la fragilité et le faible résultat des partenariats public-privé pour le secteur hospitalier, et les carences dans la prise en charge des enfants en danger (voir article de Libération).

  • A suivre

– Un seul mot d’ordre : rassurer, ou l’objectif de la nouvelle présidente de la Fed, afin (ou enfin) de rassurer les marchés (voir l’article du Monde).

– La Turquie, sur le chemin de la division. Une manifestation a été réprimée à Istanbul, sur la censure de l’Internet et les décrets de lois qui en découlaient. Malheureusement, le gouvernement de ce pays ne se distingue pas par sa clarté d’esprit, ni par son intelligence. Un peu comme en Ukraine, des Turcs vont entrer en résistance (voir l’article d’I-Télé)

  • Valeur 0

Changer de nom ou de régime ? ; « Il a des idées sur tout, il a surtout des idées » (Coluche) ; et vous ? ; le million, le million ! ;

  • En vidéo

On nous bassine souvent sur les effets néfastes de jeux vidéo. Je pense que c’est leur usage excessif qui provoque des problèmes. En voici un exemple avec un jeune joueur dépassé par son attitude. Ne le prenez que comme un exemple, rien de plus.

Image de prévisualisation YouTube

Allez, pour les nostalgiques, un petit Helloween, I want out

Image de prévisualisation YouTube

Troisième semaine de mai

Après l’influence, voici le temps de la raison ?

Mme Marisol Touraine, Ministre de la Santé a annoncé des mesures afin de diminuer l’importance des industries pharmaceutiques sur les professionnels de la santé. On peut voir ici l’importance de deux histoires : celle du Médiator et de M. Cahuzac.

Afin d’arriver à un « plus jamais ça », Mme la Ministre propose trois mesures :

– toute donation d’un industriel pharmaceutique à un professionnel de santé dépassant dix euro devra le déclarer ;

– la publication de ces donations et autres données sur le Net ;

– une charte de l’expertise médicale, portant sur des décisions de santé,  et qui repose sur quatre critères :  impartialité, transparence, pluralité et indépendance (voir l’article de franceinfotv).

  • Infos essentielles

Eh bien voilà, nous sommes assez nombreux, mais mal employés. C’est une des conclusions du rapport de la Cour des Comptes sur l’Education Nationale. Ce n’est pas un brûlot, ni un rapport élogieux, mais il semble bien que c’est un rapport assez sévère, mais juste de la situation actuelle… Pas très beau tout cela, mais si cela s’avère juste, il n’en demeure pas moins qu’on n’arrive plus à remplir correctement les objectifs donnés par le Ministre avec les conditions actuelles, je ne parle pas forcément des moyens. Je me permet juste de citer un paragraphe du rapport qui donne le ton : «  Les recherches en sciences de l’éducation montrent que le niveau initial de l’élève, ses caractéristiques personnelles, la composition sociale ou la localisation géographique, c’est-à-dire les données qui s’imposent à l’école, expliquent globalement 80 % du niveau final de l’élève pour une année d’apprentissage donnée. 20 % sont, en revanche, attribuables à l’organisation du système éducatif et à son impact sur l’environnement de l’élève : l’établissement, la classe et l’enseignant. Ces 20 % ont un impact considérable dans la mesure où ils se cumulent tout au long de la scolarité de l’élève. » L’Ecole n’agirait donc qu’à la marge sur le niveau de l’élève …(voir l’article du Nouvel Obs et le rapport en entier de la Cour des Comptes).

  • A suivre

Choisir une bonne contraception, cela devient important. Pas seulement pour les grossesses précoces, mais aussi pour toutes les IST possibles. Il ne s’agit pas uniquement de faire l’amour, c’est aussi un problème de santé intime et public (voir l’article de l’INPES).

– Il est temps de se réveiller. L’anglais à l’université ne constitue pas une menace pour le français. En aucune façon. Donner des cours en anglais ne va peut pas dire que l’on va abandonner la langue française. Se fermer à la langue anglaise fera de nos étudiants des personnes incapables de travailler en dehors de l’Hexagone. Or travailler à l’étranger pour les études supérieures devient presque un condition pour notre avenir, scientifique, économique, politique, social et éducatif. L’enjeu est important, au-delà de l’idée obtue que chez nous c’est mieux qu’ailleurs (voir l’article du Monde).

  • Valeur 0

Un exemple à suivre ? ; c’est possible de payer plus de 100% ses impôts ? ; un avis à lire ; un blog sur une innovation technologique ; une alternance à etherpad ; une géographie de la haine ; une idée originale ; ça sent pas bon ; jugement bizarre ; une bonne idée ; diviser pour mieux gagner ; une version originale d’aborder un sujet économique ? ; dénoncer pour mieux vivre ; avant la chute ? ; il n’y a pas que Cahuzac ;

  • En vidéo

Allez un petit remix : Skrillex, Conte. Musique qui est en fait un remix des musiques de Daft Punk