Troisième semaine d’avril

Un volcan s’éveille et un ciel européen s’effondre.

Depuis le week-end dernier, le volcan de l’Eyjafjöll, en Islande,  a eu une irruption volcanique. Résultat: un énorme nuage de cendres, dont on ne sait si elles sont néfastes pour la santé des insulaires. On peut voir la chronologie des évènements en suivant la galères des compagnies ferroviaires :

– D’abord, une situation imprévisible ;

– les compagnies aériennes se retrouvent bloquées ;

– mais l’espoir demeure, car si les aéroports étaient fermés jusqu’à mardi cela ne veut pas dire que ce blocage s’éternisera;

– et en effet, la situation évolue du fait de la baisse de l’irruption volcanique.

Du coup, les internautes du monde entier ont vu défiler nombre de témoignages, comme celui-ci, et cela n’a pas empêché certains de faire des jeux de mots, des  blagues et même des jeux sur le volcan. Tout cela pour dire, que pour une fois qu’un évènement naturel n’a pas provoqué de morts, on peut le prendre avec un peu plus de légèreté. Tout ceci pour dire aussi que nous ne sommes que des hommes et femmes, et que ne nous sommes pas au-dessus de la nature (image prises ici).

  • A suivre

Le Stic impulsif : un commandant de la police passe prochainement au tribunal de Meaux. Son crime ? Avoir dénoncé l’inexactitude du fichier Stic. Durant son service en 2007, il interpelle ses supérieurs en mentionnant que ce fichier est « en dehors des clous, il n’est jamais mis à jour, et je ne vois pas quel est son intérêt policier » . En 2008, il va même jusqu’à démontrer sa thèse en fournissant à un journal des fiches de stars dont Johnny Haliday, en y montrant des faits dépassant le temps de conservation légal. Résultat : il est suspendu de ses fonctions puis réintégré par le tribunal de Meaux. L’affaire ne s’arrête pas là, car le commandant ne reçoit pas le traitement du à son service (il n’a pas les primes) et ne peut pas s’approcher du Stic (outil de travail quotidien). Le voici donc dans une situation un peu impossible car il ne peut exercer pleinement son activité  (à cause du Stic) et par conséquent ne reçoit pas l’intégralité de son salaire. D’où sa demande d’assigner le ministre de l’Intérieur de la République française, M. Hortefeux (Voir le long article mais passionnant de Libertés surveillées) 

In the mood from hell : le juge Garzon est plus que jamais dans la tourmente, et son cas divise l’Espagne. Balthasar Garzon est le juge qui a fait tomber Pinochet, qui a travaillé sur la dictature de Peron en Argentine, interrogé Kissinger sur ses relations sur les dictatures liées à l’opération Condor, a demandé l’exclusion du Conseil de l’Europe Silvio Berlusconi pour ses relations avec la chaîne de télévision Teleinco, sur le blanchiment d’argent de la plus grande banque espagnole BBVA, et a mené campagne contre les Etats-Unis sur la guerre en Irak. Le juge est assigné devant le tribunal sur deux affaires : la première concerne des malversations, mais surtout la deuxième porte  sur son activité contre les dictateurs. Le premier cas est assez simple : le juge aurait été liée à une banque, celle de  Banco Santander. Il aurait négocié  l’aide financière de la banque, alors qu’au même moment, il instruisait contre son président. Le deuxième est assez incroyable : des associations d’extrême-droite ont déposé plainte car le juge aurait créé un « artifice juridique » lui permettant de condamner ou de faire condamner des dictateurs dont Pinochet. Cet artifice reste à démontrer, et rien ne rpouve que ne sont pas les accusateurs qui montent un artifice pour s’attaquer au juge. Bref, on reproche au juge d’avoir fait son boulot, mais de manière inhabituelle… Des associations se mobilisent pour Garzon, alors qu’une troisième plainte contre le juge arrive. Cette dernière porte sur des écoutes téléphoniques d’un présumé réseau de corruption touchant des politiques du Parti Populaire espagnol… Verdict, le 22 avril (Voir les articles du Monde et de Libération).

« Je suis un homme pressé » (Noir Désir) : voici peut-être le prochain président de France Télévisions : Alexandre Bompard (photo prise à cet endroit) . De cet énarque, on retiendra qu’il est président d’Europe 1 (Lagardère en est le propriétaire), qu’il cultive l’analyse rapide et la décision, et qu’il a beaucoup changé d’entreprises avant le vent ne tourne… au vinaigre. De ses admirateurs, comme de ses détracteurs, on souligne sa capacité, son investissement. Ce qu’on supporte moins, c’est qu’il est très « froid »… D’autres soulignent le fait qu’il a été conseillé par Alain Minc, ce dernier étant l’un des conseillers de Nicolas Sarkozy. Ce même Minc qui presse le président de vendre la régie publicitaire de France Télévisions. Vente qui a été bloquée par le conseil administratif de la chaîne, dirigée par De Carolis, qui n’apprécie pas qu’on lui donne un successeur, nommé par l’Elysée… En fait, tout cela paraît compliqué, sauf si vous commencez par la vente de la régie et que vous remontez à la nomination de Bompard, l’enchaînement se tient, mais il est parfois bien difficile de comprendre le cours des évènements …  (Voir les articles de 20Minutes et de Rue 89).

Le téléchargement illégal : un plus ? Le GAO, ou Government Accountability Office, est l’équivalent de la Cour des Comptes aux Etats-Unis. Cette structure dénonce l’attitude des entreprises du divertissement et des logiciels envers les sites de téléchargement illégaux. Leurs agurments ?  Pour le GAO, la perte d’un pour un, c’est-à-dire que lorsque vous piratez un logiciel cela équivaut à une perte, est impossible à chiffrer. Pourquoi ? Parce que le bien substitué est moins cher que l’original. Deuxièmement, dans son rapport, le GAO énonce le fait que les industries extrapolent les données (faibles déjà) pour en faire tout un pataquès. Troisièmement, le GAO signale que les indudtries du divertissement se basent sur des études, or le GAO n’en trouve nulle trace … et Dernier point, le GAO réfute par avance toute existence d’une économie parallèle et demanderait plutôt une étude (sérieuse celle-ci) sur les impacts positifs du téléchargement illégal (Voir l’article du Monde et du rapport, en langue anglaise, du GAO).

Les chemises rouges ont défilé en Thaïlande. Leur revendication : faire chuter le premier ministre actuel, responsable selon eux, de la mauvaise situation du pays et des divisions internes. Ces chemises rouges sont aussi communistes.  Les mêmes chemises veulent aussi faire revenir l’ancien premier ministre, renversé par un coup d’Etat en 2006. Après cela se complique. Il y a a les chemises jaunes, radicaux de l’autre bord, près des chemises noires, groupe para-militaire qui met le feu aux poudres assez souvent. Puis il y a les chemises roses, des transfuges. Que fait le roi là-dedans ? Depuis qu’il n’a qu’un rôle honorifique, il est le premier spectateur des coups d’Etat de l’armée, qui le maintient sur son trône, tout en voulant faire ce qu’elle désire… Un tel galimatias, cela fait frémir, surtout que la situation continue de se durcir…(Voir les article du Monde et du Parisien).

– Du coup, l’exemple avec le Kirghizistan fait écho. Car le président de ce pays a été renversé. accusé de népotisme, il a été contraint à l’exil. Mais l’ancien chef de ce pays n’a pas pour autant jeté l’éponge… En plus une autre crise se profile … (Voir les articles du Monde, de Libération et du Nouvel Obs)

  • valeur 0

« Je suis le mal-aimé … » ; les bons, brutes et truands ; le coup de la panne coûte cher ; le classement des lycées ; la retraite en images ; la retraite en film ; tempête dans un bénitier ; le bénitier de la tempête ; une TVA pour les livres numériques ? ; des succès de la publicité : making off ? ; de la dénonciation citoyenne ? ; la réforme du permis de conduire ; en attendant le corpus de la loi et de son décret ; une étude intéressante sur les jeunes et Internet ; exemple d’une plate-forme éducative ; le délit d’usurpation numérique ; You Tube perd de sa liberté ; nombre de requêtes censurant des informations de Google ou de You Tube ; en attendant le corpus de la loi et de son décret (II) ; les FAI ne veulent pas être les dindons de la farce ; Google in fact ; un espace jeux vidéo dans une médiathèque ; de l’observation des pirates ; de l’observation des pirates (II) ; faire de la pub avec 0 € ; des conflits d’intérêts ;

  • En extra :

Cnaturel : un dailymotion sur la faune;

– Données de la Banque mondiale sur la France;

Zotero devient un logiciel;

– un web-documentaire sur la prison ;

– une image nous donnant une idée de l’utilisation du papier-toilette:

Première semaine d’avril

Cette semaine commence la 5è conférence francophone VIH/Sida en Afrique. C’est à Casablanca que se tiendront les réunions. Cette conférence, qui va durer trois jours, va amener des scientifiques sur l’avancée de la maladie et des moyens de la combattre. Mais pas uniquement. Il s’agit aussi de démystifier la maladie, de la rendre telle qu’elle est, et de parler d’un sujet tabou, mais qui touche 35 millions de personnes dans le monde. Mais surtout, il s’agit aussi de parler des droits des malades.

Dans certains pays, il existe des lois conter les porteurs du virus, ou de privations de droits ou de pressions sur un malade. Le VIH est une maladie, ceux qui la portent ne l’ont pas choisi. Certains habitants de par le monde n’y croient pas. Le site d’Onusida explique bien cette crainte de la contamination par les personnes saines mais remplies de préjugés. Ce qui leur manque, c’est quelque chose qu’on ne devrait cesser de marteler à qui veut l’entendre ou non, informez-vous !


  • Infos essentielles

Le procureur représente-t-il une autorité judiciaire ? : la France vient d’être condamnée à verses des indemnités à des marins d’un cargo cambodgien. La condamnation se porte sur le fait que pendant 13 jours, les militaires français avaient consignés les marins à bord avec leur cargaison de cocaïne. Cette arrestation a eu lieu en 2002, pourquoi en parler que maintenant ? Car les plaignants ont déposé un recours sur l’absence de liberté durant ces treize jours. Ils ont eu gain de cause, car la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) avait décidé en 2008 que le procureur de Brest, qui avait ordonné la privation de liberté aux marins, n’était pas une autorité judiciaire, car non indépendant. De cette simple affaire un peu exotique, car l’arrestation a eu lieu au Cap-Vert, s’est trouvé un débat qui a un retentissement tout à fait actuel : la place du procureur dans la justice, et cela avant la réforme pénale, où le juge d’instruction doit disparaître. Mais la CEDH a été fine, elle a reconnu que la privation de liberté était injustifiée, mais n’a pas répondu sur le statut du procureur. La question de la réforme du Parquet est à venir, mais pourrait avoir des complications, surtout si d’autres affaires viennent mettre à mal l’indépendance du Parquet (Voir l’article du Figaro).

– Impossible de passer sous silence cette information, 13,4% de la population vit en France en dessous du seuil de pauvreté. Soit plus de 1 sur 10. C’est effarant, ça a de quoi nous laisser pantois … (Voir l’article du Monde).

  • A suivre

Des intérêts très secrets : il y a un an, en 2009, M. Sarkozy annonce la fin de la publicité sur les chaînes publiques après 20h, puis totalement en 2011. La régie publicitaire de France Télévisions, chargé justement de remplir les espaces publicitaires ne sert alors plus à rien pour les espaces après 20h. D’où la décision de sa vente à des partenaires privés. La vente a eu sa réponse en 2010, car les gagnants sont Stéphane Courbit et Publicis. Le premier est producteur d’émissions (il contrôle la société de production de Nagui), c’est un individu qui a déjà une place sur la programmation de France Télévisions, et qui pourrait ensuite s’occuper d’espaces publicitaires pour son compte. Publicis a l’air moins dangereux, sauf qu’elle compte en son sein Alain Minc. Ce dernier est conseiller auprès du président de la république française, et il aurait demandé la vente de la régie publicitaire à M. Sarkozy. Publicis pourrait être aussi bien vendeur qu’acheteur d’espaces publicitaires pour le compte de  France Télévisions … Il y a clairement conflits d’intérêts, bien que la vente est légale, mais de la manière qu’elle a été réalisée l’est peut-être moins. D’où la réaction indignée de M. Mitterrand, ministre de la culture. Certains parlementaires ne se demandent s’il ne faudrait pas mieux revenir sur la réforme de la publicité sur les chaînes publiques … (Voir l’article de la Tribune).

Le CNLL existe ! : Le Conseil National du Logiciel Libre est né le 18 février 2010. Son but est de promouvoir les logiciels, les applis et les OS (système d’exploitation) libres, ainsi que les manifestations qui leurs sont attachées auprès des pouvoirs publics et des entreprises. Vous pouvez accéder au site correspondant à cette adresse.

La revalorisation salariale ? : Le ministre de l’éducation a annoncé une hausse du salaire pour les jeunes collègues entrant dans le métier. Un sympathique collègue a écrit un article intéressant sur les deux premières années. Résultat : les nouveaux collègues perdent un an de cotisation, et en plus, ils perdront de l’argent ! Vous n’en êtes pas sûr : regardez ! (voir l’article de « un zest d’EPS »)

Le Vidéo In Print ? : Une nouvelle forme de publicité arrive dans nos magazines : le Vidéo In Print (ou VIP). Ce procédé permet d’insérer de courtes vidéos sur un support papier. Pour ce faire, un écran LCD souple est inséré, et des vidéos (pré-sélectionnées) peuvent êtres choisies. Le 2 avril, le magazine Les Echos mettra à disposition une page de VIP.  L’avenir de la pub ? Il est difficile de confirmer ou d’infirmer cette information, et pour cause : seulement 10.000 exemplaires possèderont cet écran LCD, mais il semblerait bien que cela ne soit pas un poisson d’avril …. (Voir l’article du Nouvel Obs, de Turbo.fr, et de TarifMédia).

Le BEPC baroque ? : selon un récent rapport, le brevet des collèges pourrait être supprimé, car inadapté … (Voir l’article du Figaro).

  • Valeur 0

De la désinformation à combattre ; des mots dangereux pour votre ordinateur ; après avoir trop grandi, le web devrait-il mincir ? ; un autre point de vue ; le maigre bilan du Sidaction (comme si la maladie était banale !) ; de l’insécurité alimentaire ; du « pacte carrière » ; le nerf de la guerre ne résout pas tout ; le statu quo en Thaïlande ; la fin d’un journal ; une fondation contre l’illettrisme ; la FNH claque la porte ; un Chinois en Suède ; des villes Google ; Hadopi en retard ; le LTE, une alternative ; le wiki, peu utilisé sur le web pour la formation professionnelle ; des usages numériques en éducation ; les experts en humour ; procès de l’Erika : alourdissement des peines ; des actes de violences envers les médecins recensés ; copier, c’est pas permis ! ; des problèmes de compétences des « digital natives » ;

  • En extras :

Le jeu du pendu du doc : jeu classique mais avec une originalité : autour du vocabulaire de la documentation;

Panel de compétences : sur le site de l’Académie de Poitiers, se trouve un site sur les compétences des élèves à évaluer, très intéressant;

Creative Commons Search : portail qui vous permet, avec l’aide de plusieurs moteurs  et outils de recherche (Google, Flickr …), de trouver des pages réalisées avec la licence CC  ;

Connaisez-vous bien votre histoire ? : il est quelque fois bien difficile de se rappeler certains évènements. Après jeux-geographiques, où vous deviez trouver des localités, voici son homologue jeu-historiques ;

– Des villes en haute définition : à l’aide d’une souris, vous pourrez embrasser du regard une ville. Deux choix vous sont proposés : Paris et Dresde;

Le CAREN : ou catalogue des ressources éducatives numériques

Des traces sur le web : la CNIL (Commission Informatique et Libertés) recense les différentes traces laissées par l’utilisateur ;

1er avril : liste de poissons d’avril parus sur Internet sous forme de carte sémantique.