Les ders d’avril

Le devoir et la grâce


Deux termes qui résument la dernière œuvre de Cyril Lemieux. C’est un essai qui nous montre plusieurs éléments, intéressants lorsqu’on veut comprendre les infos :

Sans titreSans titre 2

– L’auteur nous explique que les sciences humaines ne se sont pas développées comme elles l’avaient promis. Entendez par sciences humaines la sociologie, l’anthropologie et l’histoire. Pourquoi une telle accusation ? Cyril Lemieux énonce le fait que les sciences humaines avaient pour ambition de comprendre l’être humain ainsi que son environnement. Tous les êtres humains, d’où une vocation universaliste des sciences humaines. Or, l’auteur annonce que les neurosciences (c’est dans votre cerveau que tout est écrit), des évolutionnsites néo-darwinistes (c’est dans vos gènes que tout est dit),  ont pris la place des sciences humaines. L’auteur souligne que les êtres humains ont renoncé à réflechir sur eux-mêmes, sur ce qu’ils font et sont, sur leur vie, et qu’ils se sont remis à l’arbitraire. Si vous êtes pas bon dans le sport, c’est parce que votre cerveau vous avertit du danger imminent, ou si vous êtes obèse, rancunier et fumeur, c’est parce que vous avez les gènes correspondants, ou si vous vous vous habillez et pensez de cette façon, c’est parce qu’on vous l’a enseigné.

– Afin de comprendre les hommes, rien ne vaut l’étude. Pour l’auteur, chaque action décrit le quotidien et le mode de pensée d’un individu,  et dépeint son environnement. Ne pas oublier l’environnement, car un individu fait et vit avec les autres de son entourage. C’est cette manière de vivre qui fait penser à l’auteur que les êtres humains, vivent selon une grammaire qui leur est propre. Afin de percer cette grammaire, il est essentiel que la personne qui veut comprendre le mécanisme humain saisisse les valeurs des individus, ce qui constituent la « face« . Et de ce qui se cache derrière. Cette dernière est une notion développée par Erving Goffman, et elle précise que c’est l’image qu’a choisie un individu lorsqu’il communique. Prenons deux individus, A et B.

A critique B sur les valeurs de son interlocuteurs  au cours d’un débat et reste campé sur ses positions.
Cela est mal vu par B, car c’est plus qu’une critique :
B est crispé car A dénonce ce qui n’est pas supportable à ses yeux, et pense qu’il devrait changer d’attitude.
Le problème est que ce mode de vie régit les actions de l’individu et définit sa vie.
Le débat s’enlise …
– Cyril Lemieux énonce aussi que les sciences humaines se doivent d’avoir l’ambition de construire les grammaires de tous. Car les sciences humaines font partie intégrante de la vie de chacun, et peuvent apporter des solutions aux crises politiques, économiques, sociales et cultu(r)elles. C’est dans  l’analyse des actions de chacun que les personnes peuvent se comprendre et vivre ensemble. Mais on n’a jamais dit que c’était facile … ( ci-dessus un détail de la couverture de son livre et une photo de l’auteur disponible sur cette page, voir les articles cités d’Angola Press, du Nouvel Obs, du Monde, du Parisien, du Figaro, de 20Minutes, de France Info, et du Point qui m’on aidé à écrire l’édito).
  • Infos essentielles

La Belgique, une utopie ? Ce pays va-t-il disparaître ? Voici une question douloureuse. Au coeur du conflit, la langue flamande, dont les tenant craignent sa disparition prochaine. Les Wallons et les Flamands n’ont pas évolué, pire ils se sont embrouillés encore plus. La langue flamande donne une base pour certains habitants, qui la confondent avec la loi. Je m’explique : dans certaines communes, la langue flamande vous fait passer en priorité pour acheter des maisons par exemple. En France, on appelle cela de la discrimination. En Belgique, de la sauvegarde du patrimoine flamand. La question n’est pas de savoir qui a tord ou raison, mais comment vivre ensemble, car malgré tout, les Wallons et les Flamands ne peuvent vivre qu’ensemble. Il faudrait être aveugle pour croire le contraire (Voir l’article de La Croix, source de l’image ici).

La campagne mondiale de l’Education : cette semaine commence la campagne pour l’Education. En parallèle avec le Mondial, des manifestations seront organisées pour promouvoir l’enseignement. En France, l’organisation « 1 BUT : l’Education pour tous !  » a déjà commencé et met en scène des « matchs-lecture ». Le but est de mobiliser les partenaires autour de l’éducation, au sens large ici (Voir les articles et le détail des manifestations sur VousNousIls et de educationpourtous.com)

La greffe du visage : c’est une première mondiale. Une équipe de spécialistes espagnols ont réussi la greffe totale du visage. Chapeau bas, car cela n’est pas seulement la greffe de la peau, mais aussi les muscles et les nerfs ! Il ne reste à l’individu à s’habituer à son nouveau visage … (Voir l’article du Nouvel Obs).

  • A suivre

Noriega en France. Manuel Noriega vient d’être extradé prochainement. Cet individu est un ancien dictateur du Panama. Ancien agent double au profit des Etats-Unis, puis bras droit de Torrijos, le précédent dictateur, il devient le chef de l’armée en 1983, puis succède à Torrijos lorsque celui-ci meurt dans un accident d’avion. Parvenu à la tête de l’Etat du Panama, il en devient le chef incontesté, mais mis au ban par les Etats-Unis. La raison ? La cocaïne et le blanchiment d’argent. C’est aussi pour ces raisons qu’il avait été condamné par la France en 1999, le le gouvernement français de l’époque s’était engagé à le rejuger. Ce qui est chose faite (Voir les articles du Nouvel Obs et de Wikipédia).

Garzon, encore ! Des manifestations se multiplient pour soutenir le juge Garzon. Certains accusent le fait qu’on aurait pas le droit de juger les personnes accusées de lèse-humanité, car il y aurait une certaine amnistie qui aurait du empêcher le juge d’agir envers les anciens franquistes. Le juge avait argumenté son action sur les disparitions du au régime de Franco. Le juge Varela, qui doit juger le juge Garzon, a écarté la plainte de la Phalange, l’un des trois accusateurs. Il doit maintenant se décider si les accusations restantes valent un procès de Garzon. Il est rare que je garde la même information une semaine sur l’autre, mais Garzon en vaut la peine … (Voir les articles de l’Humanité et du Nouvel Obs).

  • Valeur 0

La lecture et les gènes (cela ressemble à la ZPD de Vygotski) ; portrait des professeurs ; on se plaint que Google rentre dans notre vie privée, Facebook ne fait pas mieux ; ils peuvent tenter ; Facebook (encore ! ) inquiète ses partenaires ; une jeune fille motivée ; Ben Brik libéré ; une secte sur le l’App. Store ; portrait des jeunes français internautes ; 10 outils pour travailler avec Twitter ; le marketing de demain ; la vente de profils FB ;

  • En extra :

Des nouveaux services de l’ONISEP : un service d’aide national en ligne  et par téléphone(« mon orientation en ligne »), une géolocalisation des formations près de chez soi et, un « passeport numérique » recensant les formations que les élèves ont choisi depuis elur début de leur scolarité (cf webclasseur).

Evaluation d’un site web : le site « Chercher pour trouver » a mis à jour l’une de ses pages : l’évaluation d’un site web;

– Programmes de Seconde : le Ministère a publié  au J.O. certaines disciplines (notamment les enseignement d’exploration) à l’œuvre dès septembre (éléments de 8 à 15);

– Ecrire des bulletins avec OpenOffice : pour pas cher, et assez bien fait, voici un outil pour les personnes n’ayant pas d’ENT sous la main …

Première semaine de décembre

  • Infos essentielles

L’Europe se préoccupe des TIC : l’UE vient d’élire une commissaire en charge des problématiques liées à l’essor des technologies de l’information et de la communication. Inclus dans un nouveau portefeuille politique appelé « digital agenda » ou programme  numérique, Mme Neelie Kroes  (en photo, source : NetEco) prend la suite de Viviane Reding, et sera l’arbitre entre les entreprises de télécommunications et les pays. Première charge : gérer les activités de « l’INFSO » (Direction générale Société de l’information et Médias) ainsi que de « l’Enisa » (Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information). Cette nomination est imoportante car le prédécesseur de Mme Kroes, Mme Reding, n’avait pas pu créer une équipe véritablement indépendante. La Commission Barroso prend alors en compte les enjeux de ces thèmes, et décide de travailler sur la place des télécommunications en Europe. Une première donc (voir l’article de NetEco).

  • A suivre

la réforme de la garde à vue : afin de rendre présent l’avocat tout au long de la garde à vue, des professionnels se battent pour faire évoluer le droit. Pour certains d’entre eux, des affaires peuvent être annulées car elles ne respectent pas les droits de l’Homme, notamment le fait qu’un individu puisse avoir une entrevue avec son avocat dès le début de la garde à vue. Le syndicat des forces de sécurité s’y opposent. Le débat commence juste (voir l’article du Figaro).

les minarets  sont-ils de trop? La confédération Helvétique a voté contre la construction de minarets. Ce vote populaire a eu un résultat surprenant, mais a aussi provoqué un malaise inattendu dans ce pays et dans l’ensemble de l’Europe.  Le vote est assez ambigü car les votants contre la construction de minarets s’opposent à la construction de minarets, mais ils n’ont rient contre cette religion :

1- le vote porte sur les minarets, qui sont une représentation visible, et leur installation dans le paysage urbain. De plus, les muezzin ne peuvent pas appeler à la prière en Suisse.
2- Etre contre la construction de minarets ne veut pas dire être contre l’Islam, certaines mosquées n’ont pas de minarets (Voir l’article de l’Express).

Le grand ménage?: l’UE commence à faire le tri des dépensiers. Depuis peu de temps, Bruxelles épingle les parlementaires trop couteux. L’UE dévoile les salaires et les avantages que bénéficient les législateurs, avec des scandales à la clé (bien que cela ne soit pas le but poursuivi). Le début d’une récommandation européenne sur les revenus des parlementaires nationaux? (Voir l’article de Presseurop).

Je suis malade, mais je me soigne : la journée mondiale de la lutte contre le SIDA a lieu chaque premier décembre. Un rappel nécessaire pour dire que l’on ne guérit pas encore de cette maladie, que la tri-thérapie permet d’atténuer les effets. Comme le rappel Sidaction (image prise sur filippa1985.wordpress) :

– on n’attrape pas le virus par des moustiques, la salive, mais par voie sexuelle ou par contamination par seringue usagée
– on attrape le SIDA même si on fait l’amour avec une vierge
– Le SIDA n’est pas un cancer
– cela touche homosexuels et hétérosexuels. (Voir l’article de LCI).

La victime ? John Demjanjuk, un apatride d’origine ukrainienne, est accusé d’avoir participé à l’Holocauste. Ce cieil homme, atteint d’une maladie incurable, est l’ancien gardien de Sodibor et de Treblinka. Il avait été déjà accusé en 1988 par Israël, à l’époque pour Treblinka, puis acquitté. Il a émigré aux Etats-Unis, puis rapatrié en Allemagne pour le camp de Sodibor. Argumentant le fait qu’il ait été un ancien gardien mais malade, son avocat à demander une suspension d’audience pour Demjanjuk. Cela lui a été refusé. La Cour de Justice allemande le condamnera-t-il?

Le Kosovo est-il valable? La Cour Internationale de Justice (ou CIJ) examine la véracité juridique du Kosovo. La Serbie a saisi cette instance car elle ne reconnaît pas  l’Etat. Pourtant il paraît peu probable que les Kosovars réintègent la Serbie, mais la décision est attendue par d’autres Etats comme l’Espagne (pour la Catalogne), la Russie ou la Grèce face à des peuples qui s’autoproclament indépendants (Voir l’article du Monde).

L’abscons cours de français : E. Davidenkoff a écrit un livre critique sur l’enseignement du français. Trop technique, opaque, le cours de français ne donne pas le goût de lire. Même, un auteur qui fait transparaître ses sentiments à travers un personnage, n’est pas un message pour son lecteur, mais, selon les programmes officiels, c’est uniquement de la fiction. Bref, être écrivain, c’est être creux à l’intérieur !  Ce n’est pas nouveau  cette défiance des membres du CNP (Conseil National des Programmes) vis-à-vis du monde littéraire, comme si raconter des histoires n’était pas un travail… Pour mémoire, voici la liste des membres du CNP (la liste est longue) :

M. Marc BACONNET, inspecteur général de l’éducation nationale (lettres)
Mme Sylvie BIDART, institutrice maître-formateur
M. Claude CAPELIER, professeur certifié de philosophie (IUFM)
M. Rémy COSTE, professeur certifié de mathématiques
M. Claude DESCHAMPS, professeur de chaire supérieure (mathématiques)
M. André HUSSENET, inspecteur général de l’Education nationale (établissements et vie scolaire)
M. Ludovic JULLIEN, professeur des universités (chimie)
M. Jean-Hervé LORENZI, professeur des universités (sciences économiques)
M. Michel MERLE, professeur des universités (mathématiques)
M. Jean-Pierre PESRON, professeur agrégé de philosophie (IUFM)
M. Joseph PHILIPPS, inspecteur général de l’éducation nationale (allemand)
Mme Evelyne PISIER, professeur des universités (droit public et sciences politiques)
Mme Marie REYNIER, professeur des universités (mécanique)
M. Bernard ROULET, professeur des universités (physique)
M. Pierre-Henri TAVOILLOT, maître de conférences à l’université Paris IV
M. Tzvetan TODOROV, directeur de recherches au Centre national de la recherche scientifique (lettres)
M. Alain TROUSSON, professeur agrégé de philosophie (IUFM)
Mme Yvette VEYRET, professeur des universités (géographie)
M. Michel VOLOVITCH, professeur des universités (sciences du vivant)

Ce qui est à suivre, c’est la refonte, promise et prochaine, des programmes de lycée, vers plus de clarté ? (Voir l’article du Figaro).

  • Valeur 0

Santa Barbara au Moyen-Orient, la fusée des régionales est lancéel’élection présidentielle au Honduras met à mal ce pays, tu veux ton vaccin ou pas?, tu est sûr de vouloir ton vaccin?, il est bon, il est frais mon vaccin la voiture écolo pour les plus riches d’entre nous, Michel Barnier : un homme dans un panier de crabes, Dubaï : une Atlantide?, les marges des grands distributeurs, comme quoi, on peut être un ancien terroriste et devenir président…, il court, il court le furet …, un « petit poucet » parmi les grands, le vilain petit canard, marre de la politique du bâton, mon mac, c’est pas du cochon.