deuxième semaine de mars

Le pays de la poisse

On parle de beaucoup de choses sur la catastrophe nucléaire au Japon, une petite chronologie est à faire il me semble. Sur cette page, on peut recenser les faits. Premier point, tout commence par un séisme le 11 mars. Ce tremblement de terre est de magnitude 8.8 sur l’échelle de Richter, le plus fort jamais enregistré. Le Japon est coutumier du fait car il subit de nombreux séismes, c’est pour cette raison que beaucoup de leur bâtiments ont des normes asti-sismiques. On va faire un peu de géographie :

La capitale est Tokyo, située dans le cœur du pays. L’archipel nippon est constitué de quatre îles : Kyushu, Shikoku, Honshu, et Hokkaïdo. L’accident nucléaire se trouve à Sendai, en Honshu. Tokyo s’y trouve également. Les deux villes ne sont séparées que par 250 km.

Le Japon est un lieu où il y a beaucoup de séisme car plusieurs plaques tectoniques s’y trouvent. L’archipel nippon est au carrefour de quatre d’entre elles : la plaque eurasienne, la plaque d’Amérique du Nord, celle du Pacifique et celle des Philippines. Sur la deuxième carte, on s’aperçoit même que les plaques ne constituent pas un bloc uni, mais possède plusieurs petites plaques. Ainsi pour la plaque eurasienne, il y a quatre ensembles tectoniques : l’Okhotsk, l’Eurasie, l’Okinawa et L’Amour. Pour la plaque des Phillippines, il y a l’ensemble Phillippines et Mariannes. Bref, tout cela pour dire que le lieu est très instable. A l’heure actuelle, le Japon a été encore frappé par un séisme (mardi 16).

Le second élément est le tsunami. Arrivé peu après le séisme. Ce dernier provoque des vagues de 4 mètres de hauteur, s’abbatant sur le littoral nippon à une vitesse entre 50 et 100 km/h.

Ce sont ces deux premiers éléments qui provoquent le troisième : l’explosion nucléaire de la centrale de Fukushima, à Sendaï. Dans cette centrale, il y a six réacteurs, dont un en maintenance. Le réacteur 1 explose, faisant sauter son toit et la protection qui allait avec. Le samedi 12, les experts nippons ont des doutes sur la résistance d’un autre réacteur, le 3.

En même temps, dans un autre lieu de l’archipel, un volcan se réveille, le dimanche 13. C’est le quatrième élément. Comme pour les plaques tectoniques, le Japon est encore mal situé : il est placé sur la ceinture de feu du Pacifique. Cette ceinture est un ensemble de volcans, en activité ou qui peuvent se réveiller brutalement. Cet alignement correspond à celui des plaques, mais aussi des principales fosses océaniques, et l’archipel se trouve en plein dedans (voir la carte suivante).

Le lundi 14, le réacteur 3 cède à son tour. Les experts s’inquiètent de la solidité du réacteur 2, situé dans le même bâtiment que le réacteur 1. Le gouvernement nippon demande à ses habitants de se retirer de la centrale d’au moins 20 km, tout en excluant un accident de type Tchernobyl. Le lendemain, le réacteur 2 explose à son tour, le 4 lâche peu après. Celui(ci était en maintenance, car baigné dans une piscine d’eau pour le rafraîchir. La piscine se vide, laissant le combustible à l’air libre. on demande aux habitant de se retirer de 30 km, et de s’y calfeutrer. Les ambassades rappellent leur ressortissants, des japonais fuient vers le sud. On commence à parler d’un catastrophe de type Tchernobyl, car la puissance dégagée, si une comparaison pourrait être faite, serait de 70 fois celle qui avait été enregistrée en Ukraine.

Cinquième élément : les nuages toxique. Incontrôlable, ce nuage est rempli de particules nocives. Selon cette vidéo, la Russie s’apprête à faire évacuer les îles Sakhalines, voir la première carte, qui se trouve au nord de l’archipel nippon. On parle aussi d’un autre nuage qui pourrait toucher la capitale.

Avant-Dernier élément, le plus difficile peut-être à percevoir : le rejet de matière toxiques. Car qui dit explosion d’une centrale dit aussi que le confinement a lâché. Cela veut dire que les matières toxiques sont en contact avec l’air, avec les conséquences que cela pourrait avoir sur l’environnement et sur l’homme.

Dernier élément : la neige. Cet énième évènement pourrait retarder les secours, et la maintenance des réacteurs.

Le bilan : on dénombre environ 5000 morts, et 8000 disparus. Cela pourrait encore évoluer. Des secours aux abois, qui tentent de sauver la situation, une méfiance des autorités et experts nippons, et un problème sur les bras : comment s’assurer de la sûreté nucléaire, notamment en France ? En plus, le problème des centrales nucléaires nippones ne seraient pas une nouveauté … Pour mémoire, voici un lexique qui peut être utile. (Voir l’article de Sud-Ouest ; de Wikipédia ; du Télégramme ; rtbf.be ; de France-Soir ; du Monde ; de Challenges; de Libération ; et la vidéo d’Euronews, images prises sur Wikipédia ).

  • Infos essentielles

L’équilibre budgétaire : comme l’Allemagne le souhaitait, des pays de l’Union tentent de parvenir à un équilibre, et que celui-ci soit marqué par la loi. C’est le cas de la France, qui s’apprêterait à adopter ce système lorsqu’il sera voté. Il est stipulé que les finances doivent être équilibrées, et que le déficit doit être résorbé, avec l’aide d’éléments qui freineraient le remboursement de la dette. Contrairement à l’Allemagne, cette obligation législative ne met pas de date-butoir pour arriver à l’équilibre, mais compte sur plusieurs programme pluri-annuels pour cerner les dépenses et les amoindrir. Dernier élément : le Conseil Constitutionnel pourra la loi de finances ou la loi de financement de la Sécu, cela veut dire que ces lois devraient être revues à la baisse (voir la dépêche de l’AFP).

  • A suivre

L’intervention en Libye : Kadhafi reprend du terrain, avec l’aide de ses mercenaires. La communauté internationale se réunit pour pouvoir mettre en place un zone d’exclusion aérienne, ce qui pourrait provoquer une intervention, surtout si la communauté de l’ONU pense que Kadhafi pourrait commettre un génocide envers ses ennemis (voir l’article du Monde).

  • Valeur 0

Voilà ce qui est original ; défendre sa liberté d’expression ; un recours pour Florence Cassez ; mouvement d’armées an Côte d’Ivoire ; bonne prise de filet ; un jeu écolo sur FB ;

  • En extra :

A l’abri de rien : voici un site spécialement dédié au mal logement, sur un support qui prend de plus en plus d’ampleur : le webdoc.

La propriété intellectuelle : paru au B.O. il y a peu, ce texte fait le tour d’horizon sur cette question législative.

  • En vidéo:

Voici une vidéo dont je ne me lasse pas, les bons titres sont éternels …

Image de prévisualisation YouTube


Première semaine de janvier

Avant tout :

(image prise à cette adresse)

L’information qui nous touche beaucoup en ce moment c’est ça :

(photo prise sur metrofrance.com)

Alors n’oubliez pas d’aller sur ce site-là, et sur celui-ci


  • Infos essentielles :

La politique du (pire) chiffre : la police n’en peut plus. Trop d’objectifs à atteindre, trop d’interpellations demandées, trop de résultats. Les policiers voudraient que le maintien de l’ordre ne soit plus synonyme de prime à la verbalisation (voir l’article de l’Humanité).

La « taxe Google » : une rapport d’un député signale que la rémunération des artistes pourrait passer par une taxation des recettes publicitaires. Ainsi chaque société qui ait des recettes publicitaires et qui serait installée en Europe serait taxée. Le rapport avec Google ? Elle a de gros bénéfices publicitaires, et est installée en Irlande. Le financement par la publicité pourrait devenir une véritable pépinière pour les artistes (Voir l’article de Rue 89).

  • A suivre :

Y a pas de petit profit : la France a acheté trop de doses de vaccins. A l’urgence sanitaire succède l’urgence d’écouler leurs stocks. Le temps presse, les vaccins sont périssables … D’autres pays font aussi de la vente de vaccins (comme l’Allemagne ou l’Italie). Une concurrence qui se fait sur les prix coutants. En face, des pays qui en demandent, comme le Qatar. Mais l’Ukraine, qui n’a plus de moyens d’en acheter, comment fera-t’elle? C’est bientôt les soldes non? (voir l’article du Parisien.fr).

Fait divers : j’ai pas l’habitude d’en parler, mais voici un sujet qui peut entraîner un débat, et peut-être une loi : un meurtre à Aubagne par un déséquilibré mental. Cet individu, libéré par un régime de « sortie d’essai » , était sous surveillance. Visiblement, ce n’était pas la bonne option. Qu’auraient du faire les médecins, l’enfermer à vie ? Mais combien d’autres sont dans le même cas ? Et ceux qui sont dans une situation proche, lesquels sont réinsérables ? (voir l’article du Monde.fr).

premier casse-tête de l’année : la transmission du nom de famille connaît des soubresauts. Depuis 2004, vous pouvez transmettre le nom de famille du père ou de la mère ou les deux à votre enfant. Dans le cas où il y a les deux, l’enfant en transmettra un des deux lorsqu’il sera marié. Pour une femme, vous pouvez accoler le nom de votre mari au votre par un tiret (ex :Caral Bruni-Sarkozy). Si vous possédez un nom composé, vous avez un espace pour votre nom de famille (De Villepin). Or si les deux parents transmettent leur nom à leur enfants, les deux patronymes sont séparés d’un tiret, comme dans le cas de celui d’une épouse qui accole son nom à celui de son mari. La suite ? (Voir l’article sur Journal d’un avocat).

Une nouvelle option au lycée ? Une nouvelle  ?option « Informatique et sciences du numérique » en classe de terminale scientifique apparaitrait en 2012.  Au programme : la représentation des données (les formats) , les couches logicielles (système, interface, applications, extensions), l’algorithmique, les réseaux et leurs usages. Voici une avancée intéressante, surtout qu’une chaire vient d’être créée au Collège de France. Deux remarques : l’informatique va-t’elle devenir une future discipline au lycée, comme la technologie l’est au collège?, pourquoi cette option ne serait accessible qu’aux élèves S, les autres seraient-ils trop bêtes pour comprendre l’informatique, qui peut s’apprendre autrement que par le hardawre, puis le software, puis les réseaux? (Voir l’article de l’April).

Les artisans mieux protégés : une loi va améliorer la vie des artisans. En effet, lorsqu’ils sont en faillite, leurs vbiens sont hypothéqués. Avec cette disposition, les artisans n’auraient plus leurs bien saisis automatiquement. (Voir l’article de 20minutes.fr).

Les victimes indemnisées : les personnes ayant participé essais nucléaires français entre 1960 et 1996 et étant atteintes de maladies radio-induites aux  seront indemnisées. Cette indemnisation sera envoyée aux personnes concernées si et seulement si le lien entre les essais nucléaires et la maladie est prouvé (voir l’article de Vie publique.fr).

Les sources du journalistes mieux sauvegardées : une loi datant du 4 janvier 2010 détaille le droit à la source du journaliste. Ainsi, celui-ci ne pourra révéler sa source lorsqu’une enquête judiciaire demande la divulgation des sources par « intérêt […] d’ordre public ». Les mesures employées pour mettre à jour les sources seront proportionnelles au « but légitime » de l’enquête. De plus, les journalistes ne vivront plus les perquisitions sans magistrat, et pourront s’opposer à la saisie de documents révélant leurs sources. Dans ce dernier cas, le juge d’applications des peines et de rétention aura le dernier mot (Voir l’article de Vie publique.fr)

  • Valeur o :

j’y perds mon latin ; il a des idées sur tout, ou il a surtout des idées ? ; rouler, c’est toujours ça de pris … ; le Yémen aussi ; petit traité d’eurosceptisme ; le Yémen encore ; l’hydre de Lerne moderne taxe carbone, version 2 ; business is business ; trop jouer nuit … ; petit à petit, l’ogre fait son nid … ; Luc, nous voilà (encore une fois) ; le nouveau statut de France Télévisions ; j’y peut rien , je suis comme ça ; c’est moi qui a la plus haute ! ; Tout va très bien, Madame la Marquise ! ; c’est désolant ; laissez la presse tranquille ; des mots à bannir ; sauvegarder son emploi coute que coute ; le mien aussi a plein d’applis le bug de 2010 ; les « IP pirates » ; les épreuves des docs change; les soldes aussi ; on essaie de se trouver des excuses ; Vous aurez la vie moins chère avec Priba ! ; une évolution du livre? ; la valeur du concours ; parents face à la cyber-addiction ; les effets nocifs de l’écran ; pesticides ? danger ? ; la cigarette qui dérange ; le prix de l’informationation ; des coïncidences ; si Agnès Van Zanten l’a dit alors … ; je veux rester en Suisse ! ; de la clarté pour la grippe A; une évolution du livre (bis)? ; la belle et les clochards ; il est mort le « grizzli » ; une dette est une dette ; 29000 à ma gauche ! Qui dit mieux? ;