Première semaine de mars

Docker et les GED

Bonjour à tous, voici un sujet qui pourrait nous atteindre. Je parle des GED, ou gestion électroniques des documents. Bien sûr nous sommes avec e-disoc dans un SIGBD (ou un système intégré de gestion des documents). E-sidoc est censé pallier les manques d’un GED, car il permet de gérer à distance la base et le fonctionnement de celle-ci.

Jusque-là, nous sommes sur nos pieds. Mais après cela se corse.

Avec l’explosion du Data (d’où le Big Data), nous serons peut-être obligé de revenir sur ce modèle intégré, car : il est lourd, et il coûte cher. Or, les avancées technologiques apparaissant, les nouveautés  dans les GED (d’où sont issus BCDI et e-sidoc) apportent un regard neuf : plus de simplicité, avec une interface web et avec un coût moindre.

C’est dans ce paysage qu’apparaît Docker. Issu d’une start-up française, Docker permet d’accéder à des applications, bases ou registres en ligne. Les plus de Docker sont :

– Docker est très rapide,

– qu’il a une maintenance assez suivie,

– qu’il permet d’accéder à des applications très variées (on peut accéder à un GED, mais aussi un système d’exploitation en entier),

 – Docker est open-source,

– C’est une réussite technologique et commerciale,

– son coût : faible.

Vous allez me dire : stop ! Quel est l’intérêt des GED et de Docker ?

Si nous nous rapprochons du modèle actuel, nous sommes dans un système d’interface web avec une base que l’on peut utiliser à distance. nous sommes dans un modèle de logiciel qui s’approche des logiciels SaaS. Avec les GED et Docker, nous franchissons une étape supérieure, en fait deux pour être exact. Je vais tenter d’être clair : Nous avons tous des raccourcis sur notre bureau, et ceux-ci nous donne un lien sur des applications locales. Avec Docker, ces applis seront délocalisées,  et non seulement e-sidoc serait délocalisé, mais BCDI aussi (ça c’est la première étape supérieure). L’intérêt de Docker, c’est sa portabilité, cela veut dire que sur n’importe quel poste, on pourrait utiliser BCDI, ou e-sidoc.

Là vous me direz encore : stop ! Ce que vous me décrivez, c’est un ENT.

Oui, mais Docker va plus loin (là c’est la deuxième étape supérieure). Comme je l’ai dit, il peut importer sur un poste une interface d’un logiciel, l’attribue des dépendance (librairies, extension, plugins et autres) et rend le logiciel virtuel. Cela veut dire que le jour où vous avez un soucis avec votre base, et bien il ne se passera rien sur votre disque dur, car votre base, comme votre logiciel, a été virtualisée, donc pas de dommages matériels pour votre ordinateur. Et pour la gestion des GED, cela peut signifier un plus, car toute communication à distance admet un historique des données. Donc, plus besoin de sauvegarder de manière périodique votre base, car vous pourriez toujours revenir en arrière le cas échéant.

Là où nous nous entêtons vers un modèle cher (BCDI pèse dans un budget), il y a un virage à prendre. Le Canopé de Poitiers prendra-t-il ce virage, au risque de perdre son produit phare ?

  • Infos essentielles

La neutralité du Net, établissons ensemble des règles communes. C’est l’objectif que c’était fixé Obama. Comment établir des règles communes sur une notion aussi vague que celle-ci ? La neutralité, comment la qualifie-t-on ? Avec quels critères. Aux Etats-Unis, le FCC, le régulateur américain des télécoms, a décidé que les FAI ne pouvaient pas ralentir ou mettre en avant des sites. En instaurant une interdiction où certains sites seraient privilégiés, le régulateur a permis que l’accès à n’importe quel site ne dépendait pas du statut du site, mais uniquement de la machine et du serveur, et c’est ce que l’on vit à l’heure actuelle.  Ce seul critère permet de garantir l’accès à tous les services, sur le web, depuis les ordinateurs, tablettes ou smartphones. On devrait s’en inspirer… (voir l’article du Point)

  • A suivre

– La prime d’activité. Nouveau nom pour un nouveau dispositif. Simplifions la vie de travailleurs modestes, partagés entre la prime pour l’emploi et le RSA. Voici le but de Mr Valls, Premier Ministre de la République Française. C’est un vaste chantier … (voir l’article de l’Express).

– Valls ne s’arrête pas en si bon chemin. D’autres propositions sont venues s’ajouter. Derrière ses idées, Mr Valls a une ligne directrice : réduire la fracture sociale raviver la mixité sociale. En jouant sur l’école (retour à une certaine carte scolaire), le logement (sanction financière sur les communes où le taux de logement social est top bas) et bien d’autres, Mr Valls veut ouvrir ces quartiers à la France entière, dans un esprit « paternaliste » (voir l’article du Figaro).

  • Valeur 0

C’est pas moi, c’est pas moi … ; hé m* … ; agiter le chiffon rouge ; le dira-t-on assez ? ; ça date depuis 1997 cette histoire … ; du rififi à Oslo ; le diesel, un ami qui vous veut du bien ; don’t be evil ? ; villa quoi ? ; après il y en a qui encensent ces extrémistes ;

  • En vidéo

Allez, pour changer, un petit Nougaro, Côte d’Azur, juste avant le printemps, ça fait du bien

Image de prévisualisation YouTube

Première semaine d’avril

Il fallait bien que cela arrive …

… Et un remaniement, un. Presque un reniement, sans faire jeu de mots, tant le nouveau gouvernement ressemble à l’ancien, loin du slogan du changement. Evidemment dans l’esprit, il fallait que ce nouvel organigramme décisionnaire soit au charbon, le nouveau Premier Ministre a bien dit que c’est un « gouvernement de combat ». Reste à enlever les guillemets pour que cela soit reconnu de tous. Il y a du boulot sur la planche.

Ce qui est marrant, quelque part, ce sont les média. On dit souvent que les Français se détournent des personnes politiques, je me demande pourquoi ils ne l’ont pas encore fait pour les média. Bon sang, le traitement du remaniement a été nul, à plat. Entre les comparaisons de mode des nouvelles ministres femmes, comme si elles n’avaient rien dans la tête ; le retour de l’ex-femme du gouvernement, comme si le plus important ne serait pas le portefeuille du ministre ; des média qui ont enterré M. Ayrault, car pas assez ferme, et qui veulent en faire une exhumation politique avec cette question posée naïvement : « pourquoi n’a-t-on pas gardé J.-M. Ayrault? » ; ou encore les discours des opposants, vous me direz qu’ils doivent bien faire quelque chose, critiquent le nouveau gouvernement avant même qu’ils puissent faire un pas.

Franchement, il y aurait des choses à revoir, mais bon, comme une info chasse l’autre …

  • Infos essentielles

Enfin ! La neutralité du Net a été sauvegardée. Bruxelles a fait en sorte que le réseau mondial ne soit pas assujetti aux desiderata des fournisseurs d’accès. En adoptant des amendements, nous sommes arrivés à une définition par normes de l’usage et de la réglementation d’accès au web, et la neutralité du Net est inscrite dans la loi, ainsi de la manière dont on peut la défendre. Voici les amendements (en anglais, mais expliqués en français) :

– sur la réglementation : « internet access service«  means a publicly available electronic communications service that provides connectivity to the internet in accordance with the principle of net neutrality, and thereby connectivity between virtually all end points of the internet, irrespective of the network technologies or terminal equipment used; » (amendement 242). Il est écrit que l’accès au web se fait sur les principes de la neutralité du net, indépendamment de votre équipement.

– sur la contrainte des FAI : « End-users shall have the right to access and distribute information and content, run and provide applications and services and use terminals of their choice, irrespective of the end-user’s or provider’s location or the location, origin or destination of the service, information or content, via their internet access service. » (amendement 236). Il est écrit ici que les FAI fournissent un accès et des services qui vont avec, indépendamment de votre localisation géographique, l’origine ou la destination du service du FAI (comme la hot-line) et peut importe l’information ou les données transitées.

En sauvegardant la neutralité du Web, on fait d’Internet un bien commun, et cela n’est pas une mauvaise chose (voir l’article de la Quadrature du Net, et des amendements votés).

  • A suivre

– La démocratie a du mal, notamment à Ankara. Après avoir fait interdit Twitter ou You Tube, la justice turque avait décidé d’invalider la censure du réseau social. Cela n’a pas empêché le président turc de critiquer la justice de son pays (Voir l’article de Libération).

– Disparaîtra-t-elle ou pas ? La nouvelle Ministre de l’Ecologie a déclaré il y a peu que l’eco-taxe pourrait être révisée, voire annulée ? (voir l’article d’Europe 1).

– Des nouvelles peu rassurantes en Guinée : le virus Ebola ne se guérit pas. Il n’y a pas de vaccin. Les professionnels de la santé font tout pour éviter la propagation (voir l’article de France Info).

  • Valeur 0

Oups ; à toute chose malheur est bon ; intéressant ; ah ouais ; des projets, des idées, des actes ? ; on (en) est où là ? ; la valeur ajoutée des lycées, une valeur obscure ; à en rire jaune ! ;

  • En vidéo

Un clip un peu assez violent pour expliquer en images ce qu’est une veuve noire, attention de ne pas en voir une… Jabberwocky pour Photomaton

Image de prévisualisation YouTube