Seconde semaine de juin

Promise for a golden future

Union Carbide est une entreprise très connue en Inde (image du logo prise ici). C’est une usine chimique dans le secteur des pesticides. Soucieuse d’être présente sur l’ensemble des marchés, elle s’implante un peu partout, notamment en Inde, où elle embauche beaucoup des habitants de ce pays.

Bien qu’ils ne furent pas très bien payés, les ouvriers de cette entreprise ne se plaignaient pas, vis-à-vis des autres ouvriers du pays. Bhopal est la ville indienne qui profite de l’usine. Mais en 1984, une catastrophe arrive: un nuage toxique s’échappe de l’usine, tuant presque instantanément des milliers de personnes. Le bilan sera officiellement de 3500 victimes, alors que les spécialistes de l’époque tablent plus entre 8 à 10 000 morts. En 1989, Union Carbide  versera 470 millions de  dollars au gouvernement, contre la promesse que ce dernier ne fera pas de procès. Cette entreprise sera rachetée par Dow Chemical, en 1999. Pourtant, il y en a eu bien un procès récemment, et les sanctions tombent : les dirigeants de l’entreprise sont condamnés à 2 ans, et 100 000 roupies d’indemnisation. De l’aveu des victimes et de leurs représentants, c’est bien faible, au vu du prix que les familles ont payé. Surtout que le dirigeant de l’usine indienne est officiellement en fuite, et que le gouvernement indien demande son extradition des Etats-Unis depuis 1993. Depuis, Union Carbide a eu aussi des problèmes aux Etats-Unis… Si vous voulez trouvez des détails sur cette histoire tragique, je vous conseille le livre de Dominique Lapierre : Il était minuit cinq à Bhopal.

  • Infos essentielles

Une refonte du code de la nationalité ? Après l’affaire d’un habitant polygame, le Ministre de l’Intérieur de la République Française, M. Hortefeux, voulait déchoir de sa nationalité l’individu en question. Or, il n’est pas possible de le faire sauf dans certaines circonstances comme celle de menacer l’ordre républicain par un acte de terrorisme. Cet habitant n’avait fait que transgresser la loi, mais c’est la nature de cet acte qui pousse aujourd’hui le ministre à demander s’il est possible de modifier l’obtention et le maintien de la nationalité française. M. Hortefeux vise notamment les immigrés : « Lorsqu’un étranger acquiert la nationalité grâce à son mariage avec une Française et que, dans les années qui suivent, il vit dans une situation de polygamie de fait en abusant du système d’aides sociales » (Le Figaro, 09/06/10). Le problème pour le ministre c’est que le droit français ne se penche que sur les mariages civils, il regrette que « des mariages religieux ni des situations de communauté de vie et d’intérêts qui constituent, en réalité, une polygamie de fait, organisée pour qu’un homme vive des prestations sociales perçues par des femmes» ». Comme j’ai souhaité en savoir un peu plus, j’ai fait le tour de l’acquisition de la nationalité par le mariage dans d’autres pays :

– En Allemagne : vous devez renoncer à votre nationalité d’origine, vous devez vivre avec  un ou une  allemande depuis au moins trois ans, vivre dans le pays depuis deux ans, et que votre conjoint allemand n’a pas été naturalisé depuis qu’il est marié. Conditions : détenir un permis de séjour valable, adhérer aux valeurs de la loi fondamentale, avoir un casier judiciaire vierge, avoir un logement, être intégré à la communauté nationale, et notamment parler la langue allemande, avoir des revenus.

– Au Danemark : vous devez là aussi renoncer à votre nationalité d’origine, et selon la durée du mariage, vous avez une durée de reconnaissance adjointe : pour un mariage qui a 3 ans, vous devrez attendre 4 de plus pour être reconnu ; pour un mariage entre deux et trois ans : 5 ans d’attente ; pour un mariage ayant un an : sept ans. Conditions : ne pas avoir de dette, savoir parler danois, ne pas avoir eu de condamnation récemment.

– En Espagne : comme pour les pays précédents, vous ne pouvez avoir qu’une nationalité, sauf pour des ressortissants de pays ayant des liens privilégiés avec l’Espagne (pays d’Amérique latine, Andorre, Philippines, Guinée équatoriale et Portugal). La durée de reconnaissance est de 10 ans, sauf si vous êtes veuf ou veuve d’un espagnol, ou que vous êtes marié avec lui ou elle depuis au moins un an. Dans le cas du veuvage ou du mariage, le couple n’est pas séparé, ou n’a pas fait de démarche de divorce. Conditions : avoir une « bonne conduite civique », savoir parler espagnol et être intégré.

– En Italie : si le couple n’est pas séparé, l’attente peut être de six mois si le demandeur a habité le pays de manière régulière, sinon c’est après trois ans de mariage. Conditions : ne pas avoir été condamné pour des peines portant sur la sûreté de l’Etat ou à ses Institutions, de pas avoir fait une infraction volontaire pour un fait requérant au moins trois ans de prison, même réflexion si la condamnation s’élève à un an et que cette condamnation a été reconnue en Italie (on exclut ici les emprisonnements d’ordre politique), si vous présentez un risque pour la République Italienne. (Voir les articles du Figaro et du dossier du Sénat)

  • A  suivre

La fin des jurys d’assises ? Dans la réforme de la Justice, le gouvernement français annonce une nouvelle proposition : la fin des jurés populaires. En France, lorsqu’il y a un procès pour crimes, le prévenu est alors jugé par des jurys populaires. Ces derniers interviennent lors des procès en Cour d’Assises, au Tribunal Criminel (implanté uniquement à St Pierre et Miquelon) et  au Tribunal aux armées (et dans certains cas).

ju Pour être juré, vous devez avoir plus de 23 ans, sachant lire et écrire, n’exerçant pas certaines fonctions qi peuvent compromettre le verdict (fonctionnaires de police, magistrats, militaires, membres du gouvernement, parlementaires, etc.), avoir été tiré au sort de la liste électorale vous concernant, et ne pas avoir été récusé ni par le Ministère Public (le Parquet , le plus souvent le Procureur), ni par l’accusé. Vous êtes obligé de vous déplacer si vous êtes appelé, et vous délibérez sans les juges professionnels, les jurés sont au nombre de 12, la majorité pour un verdict s’établit à 8.

Que prévoit la réforme ?  Le remplacement des 12 jurés par des 5 magistrats professionnels. Le but ? Rendre plus professionnel les verdicts, les rendre plus posés, en donnant une Cour d’Assise qui ne changerait guère de visage, et surtout un gain de temps pour désengorger les tribunaux. Le problème ? le jury populaire incarne la notion du peuple souverain, celui qui peut juger autrui. C’est extrêmement important, car cette notion de souveraineté se trouve à la base de la démocratie, pilier de la République Française. Et puis aussi, c’est une manière très concrète pour s’intéresser à la justice de son pays. En voici des exemples : en France et en Espagne. Dans certains pays, on s’inquiète de sa disparition, dans d’autres on se réjouit de son retour … (Voir articles de France Info, de Wikipedia, de la Charente Libre, de la Provence, de Bab Khouribga, de la Tribune de Genève et de kokusai-houritsuka.blogspot, image de la statue prise ici)

  • Valeur 0

Une initiative gastronomique ; le refus logique ; en vérité, je vous le dis, comprenez-vous ! ; toujours pas au point ; un nouvel IPhone ? ; l’Insoutenable ;un livre à lire ; bah, trop c’est trop quoi … ; un calendrier interactif pour la coupe du monde 2010 ; c’est quoi cette image vieillotte de mon métier ? ! (qui date de 1996 ! ! !) ; des efforts sont fais, mais … ; quid de ces deux pays ; un état de la France ; ce qui sépare la mémoire virtuelle de l’existence réelle : des archives ; France Inter dégraissée ; une initiative isolée ? ; un avis (à lire) sur les jeux vidéo ; le Gooooooooal ! de Googlele marché du logiciel libre en France ; l’ouverture des paris en ligne à la concurrence ; le nouvel IPhone ! ; le coût de la protection ; le progrès ne se fait pas seul ; l’avenir de l’habitat ? ; la marée noire en une image ; l’avenir de Google ; l’arrivée du moustique tigre ;

  • En extra

de la propriété intellectuelle ; créez votre propre moteur de recherche ; dossier sur les rythmes scolaires ; schéma-type d’une page web (pour ceux qui veulent monter un site ou un blog) ; des séquences en ligne pour les docs ; la communauté de l’enseignement scientifique en Europe ;

  • Vidéos

Voici la bande annonce du dernier Harry Potter ( & les reliques de la mort)

Troisième semaine de mai

Dithyrambique


Adjectif, masculin, vient de dithyrambicus (en latin) ,  lui même issu de  dithyrambicos (en grec), voulant dire littéralement « chant en l’honneur des divinités ». C’est une éloge, un chant un peu pompeux, voire flatteur. Le poème dithyrambe était un poème aux Dieux Grecs, notamment à Dionysos. Les éloges devaient aussi démontrer la capacité de l’orateur à dresser un tableau favorable aux divinités, malgré son état second. Peu importait l’exactitude tatillonne de l’aède, du moment qu’on en ait l’ivraie(sse).

De nos jours, un poème dithyrambe s’apparenterait à un discours élogieux, un peu excessif, un peu poussif. Cela peut concerner un premier groupe d’individus soutenu par une personne importante ou un second groupe. Il s’agit de montrer sa sympathie, ou de manifester son soutien à ce groupe, alors que le reste d’une population n’y est pas très favorable.

Tout le contraire d’une tirade vitupérable envers autrui, ou l’opposé d’un autre sibyllin. Vous me direz, il suffirait d’ignorer cet interlocuteur de mauvais augure ou de le remplacer. Ce n’est pas aussi simple, surtout lorsque cette personne se trouve être incontournable. Vous voici dans l’obligation de courir deux lièvres à la fois, ou de ménager la chèvre et le chou … (Voir les articles de Wikipédia, de Wikidictionnaire, d’Europe1, du Figaro, des Echos, du Point, de Marianne2 et du Nouvel Obs, image de Dionysos à cette adresse).

  • Infos Essentielles

Les BRIC dans la diplomatie : voici des éléments à ne pas oublier. Les BRIC (ou Brésil, Russie, Inde et Chine) constituent un bloc incontournable, il me semble, pour l’économie. Les voici sur une autre scène attendue, celle de la diplomatie. Le Brésil, avec l’aide de la Turquie notamment, a réussi à dialoguer avec l’Iran. C’est la question du nucléaire qui é été abordée, et peut-être que ceci débouchera sur un accord positif. Je pense qu’il nous faudra, en tant que pays occidentaux, tenir compte de ce bloc des BRIC.  Ne pas être toujours aussi vindicatif envers l’Iran, comme le sont les Etats-Unis, mais passer par un dialogue avec de tels pays peut être une solution (voir les article du Nouvel Obs et du Parisien).

Les infirmiers anesthésistes reconnus : enfin ! Les infirmiers généralistes sont reconnus à bac+3, avec le salaire qui va avec. Mais les études pour les anesthésistes durent deux ans de plus. D’où un certain décalage qu’il fallait combler, car une manifestation avait bloqué la gare TGV Montparnasse-Bienvenue, avec beaucoup de trains en retard à la clé. Suite à cette protestation, les infirmiers anesthésistes ont été reçu par la Ministre de la Santé Mme Bachelot Roseline, avec pour finalité : une reconnaissance de leur spécificité à bac+5, avec une revalorisation adéquate (voir la brève des Dernières Nouvelles  d’Alsace).

  • A suivre

Bangkok sous les tirs : depuis quelques temps la Thaïlande est en effusion. Effusion de protestations, de revendications, de dialogue, mais aussi effusions de violence, d’incendies, de symboles. Effusions enfin de sang mais aussi effusions de discours pour parvenir à la paix … (Voir les articles du Point, de RFI, du Monde, de Yahoo Actualités, de Libération, de 20Minutes, de France2 et de La Voix du Nord).

Faites comme moi : et tout ira pour le mieux ! Alors que l’UE ne finit pas de se diviser, l’Allemagne reprend le devant de la scène. Angela Merkel, la chancelière allemande vient de faire une campagne de communication qui ne va pas rester dans les tiroirs. Avec deux interventions, elle vient de mettre son pays en tête de l’Union. Dans la première communication, Mme Merkel a expliqué à ses compatriotes que le plan de sauvetage de la Grèce ne peut se faire sans contre-partie (voir les taux d’intérêt expliqués la semaine précédente), et que l’Union doit être stable comme l’est son pays. Cela veut dire avec rigueur, elle n’a pas peur d’en parler, alors qu’outre-Rhin on s’interroge sur le vocabulaire à employer pour décrire la même chose. La deuxième intervention est pas mal non plus. Mme la chancelière a ainsi interdit les ventes à découvert à nu. Petite explication : cela concerne les banques. Une banque peut acheter des titres, ou emprunts pour les revendre. Les ventes de découvert à nu est le même procédé mais en plus rapide :

1. vous achetez des titres,
2. mais vous les revendez de suite en espérant faire une bonne affaire à un tiers,
3. celui-ci vous les revend pour presque rien car vous les rachetez de suite
4. vous tentez une nouvelle fois de les revendre à un autre pour espérer de rentrer dans vos frais, et ainsi de suite.

Cela concerne les titres rentables à la vente, mais peu chers à l’achat. En regardant l’opération ci-dessus, on comprend que les spécialistes parlent d’opération d’achat et de vente de titres qu’on ne possède pas, car on refile toute de suite la patate chaude à d’autres pour la reprendre lorsqu’elle est tiède, pour la faire réchauffer encore et encore. Si cela devait être un aliment, cela ferait longtemps qu’il serait indigeste. Irritée par la spéculation des marchés sur l’état économique de la Grèce, Mme Merkel pense que cette loi peut limiter la volatilité des marchés financiers. La France ne prend pas le même chemin … (Voir les articles du Point, des Echos, de l’Express et du Nouvel Obs).

  • Valeur 0

Le baby blues au masculin ; la mort du grand-père de l’édition ; les deux frère ennemis s’opposent encore ; l’Hydre de Lerne existe encore ; le « oui, mais » est de rigueur ; open Google ? ; retour sur l’hépatite C ; « ni oui, ni non, bien au contraire » (Coluche) ; un tour de l’actualité en images ; un avis sur Waka (merci la souris curieuse) ;

  • En extra :

La nouvelle circulaire pour les docs : voici un projet qui passe de main en main, tel une patate chaude. Bon cette fois-ci le serpent de mer prend la forme d’un prof-doc plus tourné vers les tice, et plus précisément l’apprentissage de la recherche documentaire. Tels des vrais profs (avec 18h?) on enseignerait l’info en oubliant quelque peu l’ouverture culturelle, la lecture, l’orientation… bon un projet de plus, risque-t-il d’aboutir celui-là ?