Première semaine de mai

Du discernement

En excluant une élève à cause de son comportement, un simple collège de France ne pensait pas attirer autant les média. Il est vrai que le contexte semblait déjà explosif avant que cette affaire n’arrive. Le collège subissait déjà des pressions de la part de groupes d’élèves, nourris pour certains dans la provocation et pour d’autres dans la dérive idéologique religieuse.

Il ne faut pas se tromper de débat. L’exclusion de l’élève en question n’est pas due à la question vestimentaire, en tout cas pas comme premier argument. On voir fleurir sur les réseaux sociaux que la jeune fille a été renvoyée car elle portait une jupe trop longue … Alors qu’on pouvait interdire, il y a quelques années, l’accès d’un établissement scolaire à des jeunes filles pour avoir porter des jupes trop courtes. Décidément la jupe pose autant problème. Si on se tient à ce raisonnement, on est dans le faux.

Du discernement, les propres mots de la Ministre pour illustrer la décision collégiale de l’équipe éducative. Cette décision a été motivée par le comportement de l’élève, et non pour sa tenue. Ce sont ses provocations, notamment dans le langage, qui a poussé l’équipe à signifier à la jeune fille son exclusion.

Ne nous trompons pas de débat, la jupe n’a pratiquement rien avoir avec ça (voir l’article du Monde, adresse de l’image ici).

  •  Infos essentielles

La police anti-émeute. Si je devais ne retenir qu’une chose des autorités népalaises, c’est cela que je retiendrai. Je pensais naïvement aux secours comme les pompiers, des médecins, des infirmiers et des brancardiers par milliers. Mais non, le gouvernement du Népal envoie sa force anti-émeute.

Curieux décalage. Un Gouvernement dépassé par l’ampleur du séisme, et une corruption qui gangrène ce pays. Je ne connais pas l’ampleur de la corruption, mais si elle est avérée, cela qu’un exemple de plus que le détournement d’argent provoque des conséquences insoupçonnées.

Le séisme est immense, et les répliques à venir seront peut-être nombreuses. Les aides tardent, l’insalubrité s’installe, les maladies aussi … Pendant ce temps-là, en France, on égrène le nombre de morts et de ressortissants français. Le problème que l’acheminement est très compliqué, et qu’il n’y a rien pour aider les sauveteurs, dont certains n’ont que leurs mains pour enlever les décombres (voir les articles des Echos, de BFMTV et de LCI) .

  • A suivre

– On se demande comment évaluer les compétences informatiques des élèves. Certains d’entre nous se raccrochent au B2I, qui est loin de satisfaire. Voici une proposition de l’équipe de Mozilla qui échelonne des compétences « essentielles » à leurs yeux. Entre culture numérique et vraie pratique, le référentiel de compétences web de Mozilla me semble plus pertinent. si vous ne voulez ne pas être en retard, regardez ce que propose Mozilla (voir l’article de NetPublic).

 

– La réforme du collège n’arrête pas de provoquer des polémiques. Et ce n’est pas la réponse de la Ministre qui va calmer le jeu. Au lieu d’essayer d’expliquer sa démarche calmement, elle essaie de gronder. Autant lui dire, cela ne va pas à Mme La Ministre. Car non seulement elle ne rassure pas, mais en montrant les crocs, elle donne une impression de passer en force. Quels sont les points d’achoppements ?

-> en premier lieu, on ne fera plus l’état des connaissances selon les années et les disciplines, mais selon un cycle, soit de trois ans soit autre. Les évaluations qui seraient faites chaque année pourraient perdre de la valeur au profit des évaluations placées en fin de cycle. Bref, répandre des CCF pour tout le monde, même si personne ne l’a demandé.

-> Faire en sorte que les élèves connaissent le latin. Ce deuxième point, mis au clair par Mme la Ministre, souligne le fait que le grec va disparaître, que le latin sera mis dans le cours de français. En faisant cela il y a plusieurs conséquences : un, la classe de latin va disparaître, et la possibilité de l’apprendre exclusivement. Deux, mettre le latin en français ne veut pas dire que les élèves vont apprendre à écrire et parler le latin en classe de français. Trois, supprimer la distinction professeurs de lettres classiques et modernes pour les regrouper. Quatre, enseigner la civilisation latine aux professeurs de français, c’est ne pas permettre aux profs d’histoire de le faire. Cinq, comment trouver le temps d’enseigner le latin alors que le programme de français ne va pas s’alléger ?

-> Les langues vivantes sont mises à mal aussi, et notamment l’allemand. Mme la Ministre fustige ceux qui voulaient les classes bilangues. Et va après parler de l’allemand. Il y a un amalgame : toutes les classes bilangues ne sont pas couplées avec l’allemand. La grande majorité certes, mais as toutes. Et dans le cas d’une alliance avec l’allemand, c’est d’abord pour préserver cette langue en perte de vitesse, non pour la réserver à quelques « élus » que Mme la Ministre souligne. De plus, permettre aux élèves de commencer une seconde langue en 5e, ne veut pas dire que l’allemand s’en sortira le mieux, car qui nous dit que la seconde langue choisie ne sera pas l’espagnol ?

Pour toutes ces questions et bien d’autres, car je ne parle même pas de l’histoire qui est saccagée, je pense que Mme la Ministre devrait mettre de l’eau dans son vin et comprendre que discuter calmement des idées ne veut pas dire être faible. Car plus que la réforme, Mme la Ministre vise à préserver son image de femme déterminée. Elle l’est, assurément, mais il ne faudrait pas non plus qu’elle en devienne sourde (voir les articles du Figaro, du Parisien, d’Europe 1, adresse de l’image ici) .

  • Valeur 0

Qu’est-ce qu’un FabLab en fait ? ; la résistance de l’imprimé ; le BYOD à l’école ; une canicule qui se prépare ; c’est pas un peu tard ? ; dans le couloir de la mort ; un nouveau président au Soudan ; lui qui taclait les autres … ; on est loin d’Arnold et Willy ; la honte ; un rapport attendu ; si on pouvait arrêter les petites guéguerres … ; un nœud difficile à démêler ; la Défense sanctuarisée ;

  • En vidéo

Un groupe, un vieux groupe on peut dire, mélangeant chants et sitar. Un groupe britannique, voici Pentangle avec l’album Basket of Light

Première semaine de mars

Le mois de la femme

 

Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours : juste pour préciser que l’autorité et la soumission sont issus de notre culture et rien d’autre. Il n’y a pas d’ordre divin, mais bon à Rome on ne doit pas voir les choses de la même façon, à dire que les hommes sont supérieurs aux femmes, même si des radicaux croient qu’exciser est synonyme de pureté.

Source : Cartoon Movement (adresse de l’image ici).

  • Infos essentielles

La refondation de l’Ecole. Encore une loi d’orientation , encore une idée … Comme disait Coluche  » il a des idées sur tout, ou surtout des idées ? « . M. Le Ministre de l’Education a présenté devant l’Assemblée son projet, un projet phare du quinquennat du Président de la République. Trois idées majeures parsèment cette réforme : priorité aux classes d’enseignement primaire, la formation des enseignants et le temps d’apprendre.

– Pour la première notion, on s’appuie sur le recrutement de professeurs (60 000 créations de postes) et  de mettre deux professeurs dans une seule classe dans les secteurs en difficulté. On peut aussi noter la scolarisation des enfants de moins de 3 ans(aussi dans les quartiers en difficultés ? ).

– Pour la formation des enseignants, un cadre légal va être posé pour créer les ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education), sans oublier toutes les modalités qui vont avec (temps réduit, rémunération …).

– Pour le temps d’apprendre, on se base sur les activités péri-scolaire et la mixité sociale, bref revenir à une carte scolaire.Sans oublier une concertation sur une modification du Bac possible.

Ce qui n’est pas dans cette réforme mais dont on parle évidemment : le rythme scolaire hebdomadaire et la réduction des vacances d’été. Ce qui est gênant dans cette refondation, est que le cadre paraît flou. A part la création légale et nécessaire des ESPE, tout le reste est soumis à discussion. Avec le parasitage des rythmes scolaires, qui est soutenu mordicus par le Ministre, tout paraît modulable. Il est évident que M. Peillon veut rassembler tous les députés derrière son projet (c’est peut-être naïf) et veut discuter avec tout le monde. Mais cela entraîne un discours flou, car on ne sait pas où cela va mener, tant que les négociations (qu vont être âpres) ne sont pas terminées (voirles articles du Parisien).

  • A suivre

La Hongrie, l’autre pays de la démocratie ? On a du mal à y croire, tant les dispositions modificatives de la Constitution de ce pays restent controversées. Le moins que l’on peut dire, c’est que la présidence affiche une toute puissance que la Cour Constitutionnelle ne peut interrompre. Voici quelques explications :

– La Cour ne peut plus statuer sur le fond et ne peut se référer à aucun article datant d’avant 2012.

– Le départ à la retraite des juges se fera à 65 ans, mais surtout la nomination de ces derniers se fera par une seule personne, proche du pouvoir actuel, qui ne devra rendre des comptes à personne.

– La famille y est définie que dans un seul cadre : une homme et une femme et qui élèvent ensemble des enfants (le cas de divorce posera problème ici, sans compter les familles monoparentales, etc.). L’exclusion d’autres cas s’accompagnera peut-être l’exclusion d’aides. C’est comme on interdisait aux mères qui élèvent leur enfants seules qu’elles n’ont pas le droit aux allocs.

– Le parlement statue aussi sur la religion et les édifices. Seul décisionnaire dans ce domaine, cette assemblée peut néanmoins nuancer son propos ou le réviser, en cas de procès. encore faut-il trouver un juge courageux, qui « oserait » se montrer ingrat envers un pouvoir qui l’a nommé à ce poste …

Bref, un pays rêvé pour certains démocrates … (Voir l’article du Monde)

  • Sur 10 …

Nouvelle rubrique dont le principe est de partir de 10 cas (individus par ex.) et de représenter rapidement une information et la place qu’elle prend. Cette fois-ci :  le cancer.

 

 

 

 

Sur 10 personnes qui ont eu un cancer en 2010

 

 

 

3 étaient des femmes et donc 7 étaient des hommes

 

 

Plus de la moitié des 10 personnes avaient découvert leur cancer après 65 ans

 

 

Sur 10 cas de cancéreux masculins , les cas les plus fréquents représentaient à eux seuls plus de 5 cas sur 10. Idem chez la femme.

 

 

Pour les femmes, le cancer du sein concernait 3 à 4 cas sur 10. Le cancer de la prostate représentait à lui seul entre 3 et 4 cas chez les hommes. Vous croyez que cela a évolué ? Hum, ces chiffres sont d’actualité. Plus que jamais.

Source : Unicancer

 

  • Valeur 0

Une menace noire ; une victoire? ; de peur d’une nouvelle guerre … ; la douleur est là ; touche pas à ma nageoire ! ; une maladresse ; donner sens ou prendre corps ? ; l’énergie est notre avenir, sécurisons-la ! ; don’t be evil ; des activistes ; l’assaisonnement salé ; de la précarité ; une question épineuse ; bref, on ne sait rien … ;

 

  • En vidéo

Une rencontre inoubliable : Brassens, Brel  et Ferré. Ceci est la première partie, 4 autres sont en lien sur le site de You tube.

Image de prévisualisation YouTube