Première quinzaine de juin

 De la nécessité de se battre

 

On obtient rien en ne faisant rien. Vous connaissez l’adage. Aujourd’hui, pour les docs et collègues, on nous annonce monts et merveilles. La cause ? Le 3C. Pour ceux qui ne connaissent pas, le 3C est censé remplacer le CDI avec des dispositions nouvelles. On fusionne la vie sco avec le CDI, on met dans un coin chacun et on trouve un autre bureau pour la ou le COP. Le but est d’avoir un lieu semi-ouvert, sorte de cafét et de bibliothèque.

 

On peut se poser des questions sur ces dispositions, après tout c’est original, si on ne pointe pas le problème des recrutements. En effet, les COP, puis les docs et après les CPE sont des personnels qui n’ont pas des heures d’enseignements à proprement parler, cela ne veut pas dire qu’ils n’en font pas. L’intervention des COP dans les classes est cadrée dans une volonté d’informer les élèves sur leur orientation, mais aussi les préparer à leur avenir. Apprendre les filières et savoir où on va, c’est de l’éducation. Les docs font des heures d’enseignements, que certains ignorent. Là où certains collègues croient qu’on ne fait que lire, le doc travaille en concertation d’autres profs sur des heures dédiées à l’enseignement. Cela peut prendre la forme d’heures d’IRD, de TPE, de PPCP ou autres. Ces heures existent, c’est juste qu’elles sont méconnues. Les CPE peuvent intervenir dans les heures d’AP et dans des projets notamment sur la vie en communauté et le relationnel. Ces heures, qui ne sont pas des heures magistrales, peuvent déboucher sur la réalisation de productions diverses et être évaluées. Il me semble que la note de vie sco est encore d’actualité.

Alors pourquoi regrouper les CPE, les docs et les COP. Ils vont pas faire une partie de belote. La raison est que le manque de recrutement est criant. Les COP sont sur plusieurs établissements, les docs et les CPE sont en nombre réduits dans un EPLE. Il y a aussi recrutement et remplacement. La nuance est double : d’un côté, un nombre de néo-tits faible, et de l’autre l’utilisation exhaustive de personnels non-titulaires.

                                 Pour le premier cas, le nombre de nouveaux titulaire est faible. Suite à la politique de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux, le nombre d’admis au concours est resté bas pour les docs, le COP et les CPE alors qu’il y a de la demande. Les retraités ne sont pas remplacés et ceux qui restent doivent plus travailler. C’est surtout le cas des COP qui couvrent des surfaces très étendues de bassin.

                                    Pour le second cas, il y a l’utilisation de personnels non-titulaire. Les CPE connaissent bien la situation où l’emploi de contractuels est courant, car moins cher, plus malléable en fait . Je n’oublie pas non plus l’utilisation de contrats précaires au sein du personnel de surveillance et d’encadrement. Pour les docs, il y a une donnée supplémentaire. Si le rectorat ne trouve pas de titulaire, je zappe la case des TZR car c’est une donnée très très rare, on fait appel aux contractuels (les vacataires n’existent pas en doc) ou aux reconvertis. Ces derniers sont des personnes de l’enseignement qui veulent changer de travail (par exemple ne plus être prof devant des élèves) et qui veulent se reconvertir en doc. Il y a là un soucis majeur : 1- n’importe quel prof de discipline peut demander à être reconverti en doc, alors que le doc ne peut pas être reconverti sur simple demande en prof ou en autre chose ; 2- comme c’est une simple demande, les reconvertis peuvent avoir un aménagement de temps en tant que doc, alors qu’un prof qui se reconvertit dans une autre matière que la sienne (par exemple un prof de physique qui devient prof de maths) n’a pas toujours ce bénéfice ; 3- ce système grille l’emploi de titulaire car c’est un poste de perdu pour un vrai doc ; 4- vous pouvez avoir de bons reconvertis sur poste, mais ils ne seront qu’après un certain nombre d’années, alors qu’un néo-tit connait mieux le métier dès la première année (notamment l’utilisation d’outils informatiques et la loi).

Alors le 3c apparaît en solution pour certains : moderniser le CDI qui fait vieille bibliothèque, pour le rendre plus actif, comme les learning-centers (ou LC). Ces derniers sont des lieux de recherche informatique développés dans certaines facultés outre-manche et outre-atlantique. Ces LC sont basés quelque fois sur des bases religieuses, mais surtout des postulats : 1- le personnel doit pouvoir répondre à tout moment aux problèmes des élèves ; 2- il n’y a pas de fonds documentaires à proprement parler, juste d’un équipement informatique, certaines fac ont leur 3C qui est logé dans un immense couloir ; 3- la tâche la plus importante du personnel du LC est de veiller sur la qualité du réseau informatique, d’y faire de la maintenance ; 4- au cas où, le personnel du LC peut être appelé dans d’autres lieux de la fac pour d’autres tâches. En sachant que le 3C s’inspire du LC, cela fait plaisir de voir les missions de services des CPE, des docs et les COP battues en brèche par des illuminés des TICE.

Alors fusionner les différents personnels dans un seul pour travailler dans un ou plusieurs lieux d’un EPLE c’est sûr que c’est gagnant. M’enfin je voudrais juste revenir sur quelque chose, vous allez me dire qu’il n’y a pas de rapport. Le dépeceur canadien a été repris il y a peu, et ce dernier avait un compte FB. Des fans le suivaient, cela a été aussi un moyen de le retrouver je pense. Mais les fans, qui voulaient de l’extraordinaire étaient servis avec ce dépeceur. Quand on ne se pose pas la question sur ce qu’on voit, sur la valeur d’une vie, et qu’on reste scotché sur un écran (pour voir notamment les matchs de foot en streaming) et qu’on est scandalisé lorsqu’un quelqu’un vous dit que non vous n’avez pas le droit d’aller sur FB parce qu vous êtes dans un lycée, ou, que vous vous dites que vous allez le droit d’aller visionner ce que vous voulez parce que c’est accessible sans vous demander pourquoi (comme la diffusion de films en ligne), et bien il ne faut pas s’étonner de ces fans qui suivaient le dépeceur canadien. Apprendre à lire et à comprendre ce qu’il y a sur le Net, c’est juste une des capacités du doc. Je suis juste persuadé que si on en fait pas d’écologie d’infos sur le Net, on devient objet d’Internet, et non citoyen.

  • Infos essentielles

– Le ministre de tous les élèves séduit. Notamment la FCPE mais aussi l’APEL. Cette formation est l’association des Parents pour un enseignement libre, prône les parents comme les premiers et ultimes éducateurs de leurs enfants. Quoi de plus normal pour un ministre des élèves d’aller leur parler. Lors du congrès de l’APEL, M. Peillon a posé quelques lignes directrices, qui ne sont pas neuves :

Alléger les programmes, ce qui est en débat depuis des années ;
supprimer deux heures de cours par semaine au collège et au lycée, pourquoi pas, cela voudrait dire qu’il faudrait supprimer des semaines de vacances, et c’est une tentative qui a déjà été avortée il y a peu;
améliorer la formation initiale des enseignants, ça ne ferait pas de mal ;
revaloriser leur salaire (de l’enseignant), les premiers échelons ont déjà été réévalués ;
impliquer les parents dans les choix d’orientation, ce qui est déjà le fait ! ça c’est une vraie méprise car dans l’état actuel des choses, le chef d’établissement (avec tout l’équipe pédagogique derrière) propose une orientation, mais ce sont les parents qui ont le dernier mot. Comment croyez vous que l’on remplit les classes avec des élèves qui n’arrivent pas à lire ?  ;
créer un véritable métier pour accompagner les enfants en situation de handicap, les formations spécifiques existent, notamment le CAPA-SH, il y a même des sections spéciales comme les ULIS ou des instituts dédiés comme les IME ;
encore développer l’utilisation pédagogique d’outils numériques, cela fait quelques années que les outils numériques sont promus, mais attention à la poudre aux yeux.

Après l’APEL la Peep. Cette organisation se dite séduite par le discours du ministre  sur l’évolution de la note des élèves. M. Peillon souhaite revenir sur l’évaluation afin que les notes soient perçues comme un encouragement et non comme une sanction. Cela fait un peu penser à l’auteur de la « constance macabre », mais on ne sait pas vraiment où le ministre souhaite aller. Quelles pistes ? Revoir les redoublements afin qu’ils deviennent rares, enlever l’évaluation chiffrée des élèves du primaire et de la maternelle ?

N’oublions pas lors du Congrès de la FCPE, que M. Peillon définit son poste non comme Ministre de l’Education mais comme le ministre de tous les élèves. Cela nous rappelle la pédagogie où l’élève est au centre des préoccupations éducatives. En choisissant sciemment les associations de parents d’élèves, et ne parlant d’abord pour les élèves, M. Peillon a juste oublié quelque chose, les professeurs. Vous allez me dire que ce n’est pas important, et bien cela pourrait bien changer…   (Voir les articles de Ouest-France, du Républicain Lorrain et du Point).

  • A suivre

– Le loyer des appartements encadré. C’est la prochaine mesure annoncée par la Ministre du Logement, Mme Duflot, et elle concerne les propriétaires. Lorsque le locataire partait, le propriétaire pouvait fixer à sa guise le loyer. Prochainement il ne pourra plus, car entre deux locations (et uniquement dans ce cas), le loyer ne pourra être majorée qu’avec l’indexation des prix (Voir l’article du Monde).

– Les périodes de maternité seront prises en compte pour les mères. Bien que cela reste une interruption de travail, la durée de la maternité s’ajoutera aux annuités afin que celles-ci ne pénalisent plus les mères. Un bon choix il me semble (Voir l’article d’ArriègeNews).

– Pour contrer l’exode médical, l’Ordre des Médecins demande au gouvernement d’imposer la contrainte aux nouveaux arrivants. Comment ? Pendant 5 ans, les jeunes médecins resteront exercer la médecine générale selon deux principes : cette durée s’applique dans leur région d’internat (si cette région est considérée comme un « désert médical ») ou dans une région choisie par l’ARS et l’Ordre (afin de combler une région vide). Tout cela afin d’équilibrer les régions et l’accès à une médecine générale de proximité (Voir l’article de SantéMédecine.net).

  • Valeur 0

La ministre de quoi déjà ? ; le retour du mauvais fils prodigue ? ; savoir, comprendre … et anticiper ? ; les vieilles habitudes ont la vie dure  ; un avis intéressant à lire ; la beauté de la barbarie ; l’action ; choisir n’est pas toujours évident ; les abeilles sont-elles des quantités négligeables ? ; la canicule, le retour ? ; un projet qui pourrait combler bien des hommes ; autres espoirs ; chroniques nécrologiques ; payer pour débloquer une situation ; pour les nouveaux docs : une piste de réflexion sur le métier ; toujours pour les docs : allier le livre et le numérique ;

Première quinzaine d’octobre

Défense, défenses

 

Le Prix Nobel de médecine est allé à trois personnes. Bon l’une des trois est française, c’est pour cela que nous en parlons. Mais pas seulement. En effet, leur travail porte sur la défense des systèmes immunitaires sur les infections. Leur découverte porte sur le renforcement du système, et aussi des réponses possibles aux attaques que subit l’organisme. Cela ouvre des voies de recherche sur une meilleure protection (Voir l’article de France24).

Ci-dessus le français Jules Hoffman (adresse de l’image ici) , l’américain Bruce Beutler (adresse de l’image ici)  et le canadien Raplh Steiman (adresse de l’image ici).

  • Infos essentielles

Les retraites : comme pour la laïcité, je vous mets en vidéo un entretien d’un membre du COR vis-à-vis des retraites. Le COR, ou Conseil d’Orientation des Retraites est l’organisme qui émet des propositions pour améliorer notre système de retraite. Et il y a du boulot. Dans cette vidéo, ce membre, qui est neutre vis-à-vis des partis politiques, expliquent des chemins possibles pour un particulier pour avoir une retraite convenable. Comme pour la laïcité, il est important, à mon avis, d’entendre les spécialistes, et pas seulement les communicants.

http://www.dailymotion.com/video/xl705q

  • A suivre

– Du sitting : il y avait la place Tahrir, puis l’occupation en Espagne des indignés, et aussi Bruxelles. Aujourd’hui la révolution, ou du moins la manière de changer le monde, se passe à Wall Street. Nous ne savons pas ce que cela va devenir, mais au moins, il est rassurant que des places financières soient aussi (pré)occupées par ce type de rassemblement. Reste plus que la place Beauvau, Francfort … (Voir l’article d’Avaaz.com et du Monde).

– La Syrie, oui mais sans Bachar. Depuis peu, le gouvernement Français souhaite que les choses changent en Syrie. Au risque de prêcher dans le désert, ou de parler de choses qui ne regarde pas la France, le gouvernement souhaite une meilleure démocratie en Syrie, sans Bachar (Voir les articles du Figaro et du Parisien).

Comment voir la guerre. Comme chaque année, une réunion de journalistes se tient à Bayeux pour parler des correspondants de guerre. La technologie a envahi la guerre afghane, comme l’avaient fait les  premiers reportages et films sur la guerre vietnamienne. Pour autant, là il ne s’agit pas vraiment de s’opposer à la guerre. Les journalistes montrent l’envers du décor, avec une humanité que l’on croyait absente lors des conflits armés. Non les soldats ne sont des bêtes sauvages, assoiffées de sang et mus par la volonté de détruire. Non, ce ne sont pas des barbares. On montre des individus, embarqués dans des situations difficiles, chargés de traquer les extrémistes talibans, mais aussi de protéger les Afghans. Cependant, si les nouvelles technologies apportent un mieux, les journalistes signalent que l’on peut perdre pied avec la réalité. A force de travailler sur l’image, jusqu’à la travailler à la perfection, on perd conscience qu’il s’agit d’abord d’être humains. La technologie c’est bien, mais elle ne remplace pas l’humain. (Voir l’article de Slate.fr).

  • Valeur 0

Tellement vrai … Et c’est un peu triste aussi ; le sourire pour ses opposants, le trouble pour ses amis : une leçon de courage ? ; protestants ? enfermés ! ; allaiter, informer; RIP ; deux ans de plus ; de la décomposition en signe d’avertissement ; purée, un mois … ; du courage pour certains, de l’oubli pour les autres ; 20 choses à savoir sur les navigateurs selon Google ; des bookmakers sur le Prix Noble de Littérature ? ? ; voilà qui est utile ; un autre type de financement ; de l’aboutissement d’une réflexion naissent des ambitions ; ils y sont presque ! ; la menace ;

  • En aparté

American teacher : the Teacher Salary Project ou comment arrêter de croire que le rêve américain s’applique aux professeurs ;

La formation motivante ou comment faire réussir les élèves (c’est juste une piste de travail) ;

Les réseaux sociaux et le CDI ou comment intégrer ces outils dans le quotidien ;

La prévention de la cybercriminalité ou comment comprendre cette nouvelle question ;

Le futur des CDI ? (A lire à partir de la page 96) ou comment on pourra vivre de notre métier ;

La Fête de la Science du 12 au 16 octobre ou comment nous éveiller ;

La journée mondiale de la Santé mentale ou comment les autres réalités

 

  • En vidéo

On m’a demandé la différence entre une musique un peu bof, et une musique qui a été travaillé. Voici donc la comparaison :

La musique bof est celle de Maroon 5 (Moves like Jagger). Une musique répétitive, cela veut dire que les samples utilisés ne bougent pas ou très peu. Pas de nuances dans le rythme, c’est une musique qui cherche à faire danser, rien de plus. Les chants sont très centrés sur les refrains, et pas vraiment sur des couplets. Cela alourdit la répétition, qui donne à cette chanson l’impression qu’elle peut nous ennuyer encore 5 minutes de plus. Ce n’est pas vraiment une performance musicale. Voici la vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Dans le rôle d’une musique travaillée voici celle de Keziah Jones (Lagos VS New-York). Keziah Jones est un musicien nigérien qui a inventé un style de musique : le blufunk. Dans cette brève vidéo, il est seul et avec sa guitare. Le morceau prend forme lentement avec sa seule guitare, que le musicien remplit de ses paroles. Ce n’est pas répétitif, car les notes changent, évoluent, et même le refrain de la fin n’est pas totalement avec celui du début.

Image de prévisualisation YouTube