Première semaine de septembre

Bonne rentrée à tous !

La routine aidant, nous revoici en septembre. Nous avons failli commencer fin août, mais non, les syndicats et le logiciel défaillant avaient persuadé l’ancien ministre de l’Education qu’on ne pouvait commencer avant.

La nouvelle ministre nommée il y a peu, a beaucoup de choses à faire. Nous en sommes persuadés, elle aussi. Seulement, ses objectifs ne sont peut-être pas les nôtres. en effet, si nous nous centrons sur ce qu’elle désire, Madame la Ministre, a surtout parlé de l’égalité hommes-femmes à l’école, de l’éducation prioritaire et a soutenu le discours du Président pour le plan d’équipement informatique des écoles.

C’est bien, mais c’est peu. on touche à des choses importantes, certes, mais qui ne sont qu’à la périphérie de l’Education. Où se situe notre cœur de métier ? Dans le plan d’équipement informatique ? Franchement non. Alors où ? Dans la déclaration du directeur de PISA, qui affirme que notre enseignement est caduc ? Peut-être plus. Nous devons nous poser des questions pour évoluer. OK, mais qu’on ne soit pas les seuls.

Pourquoi les personnes politiques ne se posent pas la question de l’impact discriminatoire des diplômes dans les CV et les parcours des élèves ? Comment réguler la phobie scolaire, si elle peut être régulée ? Comment valoriser nos diplômes, plutôt que de les donner pour atteindre cet objectif misérable des 80% de taux de réussite ?

Beaucoup d’éléments à aborder donc, soyons vigilants. L’Ecole se fera avec nous, mais pas seulement. Ecoutons tout le monde, mais qu’on nous écoute aussi ! (Voir l’article du Monde).

  • Infos essentielles

Peut-on parler de guerre en préparation ? La situation semble confuse en Ukraine. Certains commentateurs en parlent. Je n’ose pas dire le terme de journaliste tant ils s’appuient sur leurs convictions que sur les faits et tant les informations soient aussi vagues et contradictoires.

On a un peu de tout avec ce conflit. Cela ne ressemble pas au conflit en Géorgie, il y a certes des comparaisons, mais cela s’arrête là. Des heurts, des discussions, des attaques, des représailles économiques, des déclarations incendiaires, des habitants qui ne savent qui ils sont … Tout cela en peu de temps et dans un cycle infernal. Bref, on ne sait pas grand’chose de la réalité du conflit. On en parle beaucoup, certes, mais c’est l’imprécision qui demeure.

Il y aurait peut-être un espoir, mais qui peut vite partir en cendres.  (Voir l’article du Monde).

  • A suivre

– Cette déclaration a fait froid dans le dos de tout le monde, mais le fait est que « Le Monde est en train de perdre la bataille contre Ebola » commence à devenir réalité. Malheureusement, l’épidémie ne faiblit pas. MSF (Médecins Sans Frontières) ont dénoncé l’inaction ou l’égoïsme des pays développés pour aider les pays touchés par cette maladie. Non l’aide n’est pas venue. tout le monde reste dans son coin. C’est malheureux à dire, mais tant que les Etats de l’OCEd ne sont pas personnellement touchés, l’aide ne sera qu’anecdotique (voir l’article de Libération).

– La Russie ne connaît pas la crise. Le gaz n’est pas la seule ressource de ce pays, le nucléaire commence à intéresser des nations, en quête de modernité … (Voir l’article d’Usine Nouvelle).

– Comment s’assurer que les démarches de recherches d’emploi sont efficaces ? Comment faire pour que l’Etat ne dépense pas plus qu’il n’a ? Avec quelles manières peut on s’assurer d’une baisse du nombre de chômeurs ?  Bref, il y a tout un tas de questions auquel le Gouvernement tente de répondre. reste à voir la manière (voir l’article de Parisien).

 

  • Valeur 0

Un roi destitué ; de l’esclavage moderne ; quand ça veut pas, ça marche pas ; la rentrée arrive, avec ses taxes ; noter la date ; et cela risque de continuer ; # ; ne froissons pas les chinois ; surprise, surprise ! ; encore et encore ;

 

  • En vidéo

Allez pour la rentrée, un petit tube de l’été : Ed Sheeran pour Sing

Image de prévisualisation YouTube

Première semaine de juin

Ce n’est pas gagné

 

Franchement, tout cela pour ça … Il faut croire que réformer est difficile. Surtout lorsqu’on parle des régions, des départements, des pays. On a parlé de la disparition de régions, puis des fusions. Nous pouvons reconnaître que le sujet n’est pas simple. Comment faire tenir ensemble des territoires qui ont peu de points en commun ? La ou les réponses ne sont pas évidentes. Regardons :

Bon, le choix peut se discuter mais bon, si on veut vraiment faire un découpage pourquoi :

1- ne prend-on pas les régions des représentants européens? Il y a 5 grandes régions, on l’applique directement, le découpage est déjà fait.

2- deuxième alternative : notre numéro de téléphone varie de 01 à 05 pour la métropole. Pourquoi ne pas appliquer ce découpage déjà existant?

Il reste encore trois questions, une fois que l’on arrive à faire cette réforme,  enfin si le Gouvernement y arrive : comment va-t-on nommer ces régions, notamment pour des régions immenses comme l’alliance Poitou-Charentes-Centre-Limousin ? Sur la même idée, comment va-t-on choisir la préfecture ? Non parce que dans l’alliance citée juste avant comment trancher entre Orléans, Tours, La Rochelle, Poitiers ou Guéret ? Sans oublier le débat entre Caen et Rouen, Toulouse et Montpellier. Et, dernière question, l’articulation des compétences de ces ensembles à l’aube de la fin des départements, programmée en 2020 ? Bref, le bordel (voir les articles du Figaro, du Huffington Post et de la carte de cet article).

  • Infos essentielles

Le 6 juin. Jour du Débarquement, jour de travail aussi. Hier comme aujourd’hui se joue peut-être l’avenir d’un pays, voire de plusieurs. Hier c’était l’Europe qui était concernée par la venue des Alliés sur le front occidental, permettant au front russe d’avoir moins de pression. Hier, ce sont les Alliés qui sont morts sur nos terres, plages ou autres, afin que l’on puisse siroter notre café en toute liberté. Et aujourd’hui, c’est l’Ukraine et aussi l’Europe qui jouent une partie de leur avenir. L’Ukraine, car son intégrité territoriale est menacée. La présence de soldats étrangers sur leurs terres est un danger. On peut retourner le problème dans tous les sens, si les Russes accusent l’Europe d’ingérence, on peut leur rétorquer que la présence de soldats russes sur le sol ukrainien est aussi une ingérence. L’Europe joue aussi son avenir. Elle qui a très mal tenue son étiquette et sa place depuis le début du conflit, car il ne fallait surtout pas froisser le voisin russe. Entre le choux et la chèvre, les représentants européens ont préféré perdre les deux. Vladimir Poutine est en  position de force. Mais il n’est pas infaillible (voir les articles de Libération, du Monde).

  • A suivre

– La réforme pénale et les problèmes soulevés, notamment les alternatives à la peine de prison. Voici quelques éléments, sans les polémiques qui vont avec : individualisation des peines ; fin des peines planchers ; aménagements des courtes peines ; la contrainte pénale, c’est-à-dire le contrôle de l’accusé sans qu’il soit en prison ; la libération conditionnelle, c’est-à-dire l’examen de la peine du prévenu aux deux-tiers de la durée de la peine et sur demande ; des aménagements automatiques plus difficile à obtenir (voir les articles du Monde, de l’Europe1 et de Wikipédia).

  • Valeur 0

Histoires de familles ; pourquoi pas ? ; une bonne initiative ; peut mieux faire ? ; la lutte contre l’extrémisme continue ; Ce n’est pas un criminel ; ce pays est malade ; Tizen arrive ; un droit nouveau ; du nouveau dans le dépistage ; une taxe pour les mégots ; toutes les idées sont bonnes à prendre ; une banque en difficulté ;  une banque en difficultés, tome 2 ; une manif de plus ; ça commence à être un vrai sac de nœuds cette histoire ;

  • En vidéo

Une compilation, celle des meilleurs bassistes selon une émission sur le Net, Mojo.com. Là on est loin de « Maître Gims » et outres chanteurs pour moutons.

Image de prévisualisation YouTube

Tiens, une autre chanson, pas pour les moutons, d’AC/DC : Stiff upper lip

Image de prévisualisation YouTube