Deuxième quinzaine de juin

Donner

 

Les dons sont rares.  Non pas ceux de l’argent, mais du sang. Ils sont rares, même s’ils augmentent. Beaucoup d’idées fusent autour de ce type de don. Alors que l’on en manque, la possibilité de donner donne plus d’angoisses que de raison. Vouloir aider est-ce si difficile ?

D’un côté, nous avons tout un tas de critères à respecter, afin de pouvoir donner sans problème. Le fait de ne pas être malade, ou de ne pas être transfusé donne la possibilité à chacun de pouvoir remplir ce devoir. On est assez nombreux, si l’on compte uniquement les actifs, pour remplir les établissements spécialisés sur le don du sang. Pour mémoire, nous sommes 43 millions d’actifs environ, si on enlève ceux qui ne peuvent pas donner pour raison X ou Y, il doit bien nous rester plus de la moitié de disponible. Or, selon l’OMS, si 1% des habitants d’un pays donnent leur sang, le besoin serait comblé. cela veut dire qu’en France, où nous sommes 60 millions, il n’y a que 600 000 personnes qui donnent régulièrement.

De l’autre côté, il y a le manque d’information, le manque de temps, la peur de la seringue. Le manque d’information est contradictoire. Nous avons l’accès à tous type d’informations, diverses et variées. Seulement, il y a à boire et à manger sur Internet, et les rumeurs sur tous sujet circulent. Le don du sang n’est pas épargné (faites « don du sang rumeur » sur Google et vous verrez même une petite vidéo comique sur le sujet). Bref, les habitudes ont la vie dure. Les rumeurs aussi. Le manque de temps est plus difficile à régler, quand trouver le temps d’y aller, il y a pourtant beaucoup d’EFS (Établissement Français du Sang). Malheureusement, ils ne sont pas tous ouverts les week-end. Beaucoup de donneurs potentiels sont des actifs, et être ouverts durant le samedi pourraient aider les EFS à recueillir plus de dons. Pour la peur de la seringue, et bien, c’est difficile aussi à gérer, surtout que cette peur est infondée (soit sur la taille de la seringue, ou sur la douleur qu’elle est censée causer).

Le don est difficile à faire mais nécessaire, mais il est de moins en moins difficile. Les dons sont plus nombreux à chaque fois. Le bouche-à-oreille permet de convaincre de plus en plus d’individus. Le problème est que le nombre de dons reste en-deçà des besoins. Nous avons une population qui vieillit, qui a de plus en plus de cancers, et donc qui aura besoin de plus de sang. Alors doit-on rendre le don obligatoire, ou le rémunérer ? Ou les deux ?

  • Infos essentielles

Va boire, ça va te donner des ailes (peut-être pour le septième ciel). L’ANSES (l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) annonce qu’elle examine les effets des boissons énergisantes sur l’organisme. Non interdites au mineurs (car pas d’alcool), ces boissons, remplies pour certaines de taurine, ont provoqué des décès suspects. C’est à la suite de ces disparitions que l’ANSES s’est penchée sur le sujet. Faisant remonter les dangers par les médecins généralistes, l’agence compte bien démontrer la nocivité des boissons, si nocivité réelle il y a. Et si la nocivité est démontrée, va-t-on vers une interdiction ? Et si oui, comment l’expliquer à Bruxelles, qui avait obligé la Ministre de la Santé de l’époque a accepté l’entrée de ces boissons énergisantes sur le marché français sous peine d’amende ? En tous cas, l’enquête de cette agence est suivie en dehors de nos frontières (Voir les articles du Monde, de la RTBF et du communiqué de l’ANSES).

  • A suivre

L’illimité ? Vraiment ? L’UFC en doute. Pas par simple idée de complication, ou envie d’emmerder le monde, mais de comprendre pourquoi un illimité , ou présenté comme tel au consommateur, ne l’est pas en réalité. Le problème : les petites clauses écrites en bas, en petit et mal imprimés (je caricature là). en tous cas, l’UFC se veut radicale là-dessus : les 10 opérateurs sont assignées. Pourquoi ? parce que l’UFC avait demandé aux opérateurs de modifier ou de préciser les clauses générales de vente (ou CGV) sur les notions floues comme la « mauvaise utilité » , ou utilisation « inappropriée » ou encore le terme d' »abondance ». A l’époque l’UFC avait juste demandé, en l’absence de réaction, l’association agit. (Voir l’article de Challenges).

Protéger ses données, c’est important, mais en plus si la CNIL se penche sur le problème cela devient intéressant. Alors c’est tout nouveau, la CNIL donne des labels sur des formations et une procédure d’audit protégeant la vie privée. A quoi ça sert ? lorsque vous ferez une formation continue, on ne vous demandera pas des données privées, qui ne regardent que vous, et vous ne serez pas ciblé selon ces informations. Quant à l’audit, protéger son anonymat lors d’un audit peut s’avérer crucial pour mesurer la qualité d’un service, surtout s’il marche mal. L’absence de représailles de collègues ou de supérieurs bloque souvent la volonté d’améliorer l’environnement professionnel (voir l’article de ZDNet).

Une nouvelle campagne sur la contraception d’urgence (Voir l’article de la Dépêche).

  • Valeur 0

Les Maldives : une réserve ; une attaque, une tension, un pays ; scandale au Cambodge ; raser le passé ; tout n’est pas si rose dans un monde vert ; nul n’est prophète en son pays ; les ventes dématérialisées de plus en plus populaires ; le radicalisme séduit ; du désespoir ; du coût (ou coup ?) de la technologie ; de la chasse aux 1000 ; souriez vous allez être filmés ; malheureusement ; de l’avenir ; de la neutralité du Net ; à savoir ; de la paranoïa ? ; de l’inconscience ; autant tenter le coup ; une pensée pour toutes les infirmières de garde ; le régime de l’été.

  • En vidéo

Des clips originaux je pense :

– un tube de house avec le groupe français Cassius pour See me now. Un clip de house, non rempli de boum boum, mais de musique funk, et cela change !

Image de prévisualisation YouTube

– Parmi tous les tubes possibles de l’été (disponibles ici, liste non-exhaustive), j’ai choisi celui de Shakira Addicted to you. Mélange de variétés et de musique sud-américaine, voici un cocktail plutôt bien réalisé. Juste une chose, Shakira devrait juste ne pas imiter Madonna dans ses clips, cela ne donne pas forcément un bon résultat.

  Image de prévisualisation YouTube