deuxième semaine de mars

Le pays de la poisse

On parle de beaucoup de choses sur la catastrophe nucléaire au Japon, une petite chronologie est à faire il me semble. Sur cette page, on peut recenser les faits. Premier point, tout commence par un séisme le 11 mars. Ce tremblement de terre est de magnitude 8.8 sur l’échelle de Richter, le plus fort jamais enregistré. Le Japon est coutumier du fait car il subit de nombreux séismes, c’est pour cette raison que beaucoup de leur bâtiments ont des normes asti-sismiques. On va faire un peu de géographie :

La capitale est Tokyo, située dans le cœur du pays. L’archipel nippon est constitué de quatre îles : Kyushu, Shikoku, Honshu, et Hokkaïdo. L’accident nucléaire se trouve à Sendai, en Honshu. Tokyo s’y trouve également. Les deux villes ne sont séparées que par 250 km.

Le Japon est un lieu où il y a beaucoup de séisme car plusieurs plaques tectoniques s’y trouvent. L’archipel nippon est au carrefour de quatre d’entre elles : la plaque eurasienne, la plaque d’Amérique du Nord, celle du Pacifique et celle des Philippines. Sur la deuxième carte, on s’aperçoit même que les plaques ne constituent pas un bloc uni, mais possède plusieurs petites plaques. Ainsi pour la plaque eurasienne, il y a quatre ensembles tectoniques : l’Okhotsk, l’Eurasie, l’Okinawa et L’Amour. Pour la plaque des Phillippines, il y a l’ensemble Phillippines et Mariannes. Bref, tout cela pour dire que le lieu est très instable. A l’heure actuelle, le Japon a été encore frappé par un séisme (mardi 16).

Le second élément est le tsunami. Arrivé peu après le séisme. Ce dernier provoque des vagues de 4 mètres de hauteur, s’abbatant sur le littoral nippon à une vitesse entre 50 et 100 km/h.

Ce sont ces deux premiers éléments qui provoquent le troisième : l’explosion nucléaire de la centrale de Fukushima, à Sendaï. Dans cette centrale, il y a six réacteurs, dont un en maintenance. Le réacteur 1 explose, faisant sauter son toit et la protection qui allait avec. Le samedi 12, les experts nippons ont des doutes sur la résistance d’un autre réacteur, le 3.

En même temps, dans un autre lieu de l’archipel, un volcan se réveille, le dimanche 13. C’est le quatrième élément. Comme pour les plaques tectoniques, le Japon est encore mal situé : il est placé sur la ceinture de feu du Pacifique. Cette ceinture est un ensemble de volcans, en activité ou qui peuvent se réveiller brutalement. Cet alignement correspond à celui des plaques, mais aussi des principales fosses océaniques, et l’archipel se trouve en plein dedans (voir la carte suivante).

Le lundi 14, le réacteur 3 cède à son tour. Les experts s’inquiètent de la solidité du réacteur 2, situé dans le même bâtiment que le réacteur 1. Le gouvernement nippon demande à ses habitants de se retirer de la centrale d’au moins 20 km, tout en excluant un accident de type Tchernobyl. Le lendemain, le réacteur 2 explose à son tour, le 4 lâche peu après. Celui(ci était en maintenance, car baigné dans une piscine d’eau pour le rafraîchir. La piscine se vide, laissant le combustible à l’air libre. on demande aux habitant de se retirer de 30 km, et de s’y calfeutrer. Les ambassades rappellent leur ressortissants, des japonais fuient vers le sud. On commence à parler d’un catastrophe de type Tchernobyl, car la puissance dégagée, si une comparaison pourrait être faite, serait de 70 fois celle qui avait été enregistrée en Ukraine.

Cinquième élément : les nuages toxique. Incontrôlable, ce nuage est rempli de particules nocives. Selon cette vidéo, la Russie s’apprête à faire évacuer les îles Sakhalines, voir la première carte, qui se trouve au nord de l’archipel nippon. On parle aussi d’un autre nuage qui pourrait toucher la capitale.

Avant-Dernier élément, le plus difficile peut-être à percevoir : le rejet de matière toxiques. Car qui dit explosion d’une centrale dit aussi que le confinement a lâché. Cela veut dire que les matières toxiques sont en contact avec l’air, avec les conséquences que cela pourrait avoir sur l’environnement et sur l’homme.

Dernier élément : la neige. Cet énième évènement pourrait retarder les secours, et la maintenance des réacteurs.

Le bilan : on dénombre environ 5000 morts, et 8000 disparus. Cela pourrait encore évoluer. Des secours aux abois, qui tentent de sauver la situation, une méfiance des autorités et experts nippons, et un problème sur les bras : comment s’assurer de la sûreté nucléaire, notamment en France ? En plus, le problème des centrales nucléaires nippones ne seraient pas une nouveauté … Pour mémoire, voici un lexique qui peut être utile. (Voir l’article de Sud-Ouest ; de Wikipédia ; du Télégramme ; rtbf.be ; de France-Soir ; du Monde ; de Challenges; de Libération ; et la vidéo d’Euronews, images prises sur Wikipédia ).

  • Infos essentielles

L’équilibre budgétaire : comme l’Allemagne le souhaitait, des pays de l’Union tentent de parvenir à un équilibre, et que celui-ci soit marqué par la loi. C’est le cas de la France, qui s’apprêterait à adopter ce système lorsqu’il sera voté. Il est stipulé que les finances doivent être équilibrées, et que le déficit doit être résorbé, avec l’aide d’éléments qui freineraient le remboursement de la dette. Contrairement à l’Allemagne, cette obligation législative ne met pas de date-butoir pour arriver à l’équilibre, mais compte sur plusieurs programme pluri-annuels pour cerner les dépenses et les amoindrir. Dernier élément : le Conseil Constitutionnel pourra la loi de finances ou la loi de financement de la Sécu, cela veut dire que ces lois devraient être revues à la baisse (voir la dépêche de l’AFP).

  • A suivre

L’intervention en Libye : Kadhafi reprend du terrain, avec l’aide de ses mercenaires. La communauté internationale se réunit pour pouvoir mettre en place un zone d’exclusion aérienne, ce qui pourrait provoquer une intervention, surtout si la communauté de l’ONU pense que Kadhafi pourrait commettre un génocide envers ses ennemis (voir l’article du Monde).

  • Valeur 0

Voilà ce qui est original ; défendre sa liberté d’expression ; un recours pour Florence Cassez ; mouvement d’armées an Côte d’Ivoire ; bonne prise de filet ; un jeu écolo sur FB ;

  • En extra :

A l’abri de rien : voici un site spécialement dédié au mal logement, sur un support qui prend de plus en plus d’ampleur : le webdoc.

La propriété intellectuelle : paru au B.O. il y a peu, ce texte fait le tour d’horizon sur cette question législative.

  • En vidéo:

Voici une vidéo dont je ne me lasse pas, les bons titres sont éternels …

Image de prévisualisation YouTube


Troisième semaine d’avril

Un volcan s’éveille et un ciel européen s’effondre.

Depuis le week-end dernier, le volcan de l’Eyjafjöll, en Islande,  a eu une irruption volcanique. Résultat: un énorme nuage de cendres, dont on ne sait si elles sont néfastes pour la santé des insulaires. On peut voir la chronologie des évènements en suivant la galères des compagnies ferroviaires :

– D’abord, une situation imprévisible ;

– les compagnies aériennes se retrouvent bloquées ;

– mais l’espoir demeure, car si les aéroports étaient fermés jusqu’à mardi cela ne veut pas dire que ce blocage s’éternisera;

– et en effet, la situation évolue du fait de la baisse de l’irruption volcanique.

Du coup, les internautes du monde entier ont vu défiler nombre de témoignages, comme celui-ci, et cela n’a pas empêché certains de faire des jeux de mots, des  blagues et même des jeux sur le volcan. Tout cela pour dire, que pour une fois qu’un évènement naturel n’a pas provoqué de morts, on peut le prendre avec un peu plus de légèreté. Tout ceci pour dire aussi que nous ne sommes que des hommes et femmes, et que ne nous sommes pas au-dessus de la nature (image prises ici).

  • A suivre

Le Stic impulsif : un commandant de la police passe prochainement au tribunal de Meaux. Son crime ? Avoir dénoncé l’inexactitude du fichier Stic. Durant son service en 2007, il interpelle ses supérieurs en mentionnant que ce fichier est « en dehors des clous, il n’est jamais mis à jour, et je ne vois pas quel est son intérêt policier » . En 2008, il va même jusqu’à démontrer sa thèse en fournissant à un journal des fiches de stars dont Johnny Haliday, en y montrant des faits dépassant le temps de conservation légal. Résultat : il est suspendu de ses fonctions puis réintégré par le tribunal de Meaux. L’affaire ne s’arrête pas là, car le commandant ne reçoit pas le traitement du à son service (il n’a pas les primes) et ne peut pas s’approcher du Stic (outil de travail quotidien). Le voici donc dans une situation un peu impossible car il ne peut exercer pleinement son activité  (à cause du Stic) et par conséquent ne reçoit pas l’intégralité de son salaire. D’où sa demande d’assigner le ministre de l’Intérieur de la République française, M. Hortefeux (Voir le long article mais passionnant de Libertés surveillées) 

In the mood from hell : le juge Garzon est plus que jamais dans la tourmente, et son cas divise l’Espagne. Balthasar Garzon est le juge qui a fait tomber Pinochet, qui a travaillé sur la dictature de Peron en Argentine, interrogé Kissinger sur ses relations sur les dictatures liées à l’opération Condor, a demandé l’exclusion du Conseil de l’Europe Silvio Berlusconi pour ses relations avec la chaîne de télévision Teleinco, sur le blanchiment d’argent de la plus grande banque espagnole BBVA, et a mené campagne contre les Etats-Unis sur la guerre en Irak. Le juge est assigné devant le tribunal sur deux affaires : la première concerne des malversations, mais surtout la deuxième porte  sur son activité contre les dictateurs. Le premier cas est assez simple : le juge aurait été liée à une banque, celle de  Banco Santander. Il aurait négocié  l’aide financière de la banque, alors qu’au même moment, il instruisait contre son président. Le deuxième est assez incroyable : des associations d’extrême-droite ont déposé plainte car le juge aurait créé un « artifice juridique » lui permettant de condamner ou de faire condamner des dictateurs dont Pinochet. Cet artifice reste à démontrer, et rien ne rpouve que ne sont pas les accusateurs qui montent un artifice pour s’attaquer au juge. Bref, on reproche au juge d’avoir fait son boulot, mais de manière inhabituelle… Des associations se mobilisent pour Garzon, alors qu’une troisième plainte contre le juge arrive. Cette dernière porte sur des écoutes téléphoniques d’un présumé réseau de corruption touchant des politiques du Parti Populaire espagnol… Verdict, le 22 avril (Voir les articles du Monde et de Libération).

« Je suis un homme pressé » (Noir Désir) : voici peut-être le prochain président de France Télévisions : Alexandre Bompard (photo prise à cet endroit) . De cet énarque, on retiendra qu’il est président d’Europe 1 (Lagardère en est le propriétaire), qu’il cultive l’analyse rapide et la décision, et qu’il a beaucoup changé d’entreprises avant le vent ne tourne… au vinaigre. De ses admirateurs, comme de ses détracteurs, on souligne sa capacité, son investissement. Ce qu’on supporte moins, c’est qu’il est très « froid »… D’autres soulignent le fait qu’il a été conseillé par Alain Minc, ce dernier étant l’un des conseillers de Nicolas Sarkozy. Ce même Minc qui presse le président de vendre la régie publicitaire de France Télévisions. Vente qui a été bloquée par le conseil administratif de la chaîne, dirigée par De Carolis, qui n’apprécie pas qu’on lui donne un successeur, nommé par l’Elysée… En fait, tout cela paraît compliqué, sauf si vous commencez par la vente de la régie et que vous remontez à la nomination de Bompard, l’enchaînement se tient, mais il est parfois bien difficile de comprendre le cours des évènements …  (Voir les articles de 20Minutes et de Rue 89).

Le téléchargement illégal : un plus ? Le GAO, ou Government Accountability Office, est l’équivalent de la Cour des Comptes aux Etats-Unis. Cette structure dénonce l’attitude des entreprises du divertissement et des logiciels envers les sites de téléchargement illégaux. Leurs agurments ?  Pour le GAO, la perte d’un pour un, c’est-à-dire que lorsque vous piratez un logiciel cela équivaut à une perte, est impossible à chiffrer. Pourquoi ? Parce que le bien substitué est moins cher que l’original. Deuxièmement, dans son rapport, le GAO énonce le fait que les industries extrapolent les données (faibles déjà) pour en faire tout un pataquès. Troisièmement, le GAO signale que les indudtries du divertissement se basent sur des études, or le GAO n’en trouve nulle trace … et Dernier point, le GAO réfute par avance toute existence d’une économie parallèle et demanderait plutôt une étude (sérieuse celle-ci) sur les impacts positifs du téléchargement illégal (Voir l’article du Monde et du rapport, en langue anglaise, du GAO).

Les chemises rouges ont défilé en Thaïlande. Leur revendication : faire chuter le premier ministre actuel, responsable selon eux, de la mauvaise situation du pays et des divisions internes. Ces chemises rouges sont aussi communistes.  Les mêmes chemises veulent aussi faire revenir l’ancien premier ministre, renversé par un coup d’Etat en 2006. Après cela se complique. Il y a a les chemises jaunes, radicaux de l’autre bord, près des chemises noires, groupe para-militaire qui met le feu aux poudres assez souvent. Puis il y a les chemises roses, des transfuges. Que fait le roi là-dedans ? Depuis qu’il n’a qu’un rôle honorifique, il est le premier spectateur des coups d’Etat de l’armée, qui le maintient sur son trône, tout en voulant faire ce qu’elle désire… Un tel galimatias, cela fait frémir, surtout que la situation continue de se durcir…(Voir les article du Monde et du Parisien).

– Du coup, l’exemple avec le Kirghizistan fait écho. Car le président de ce pays a été renversé. accusé de népotisme, il a été contraint à l’exil. Mais l’ancien chef de ce pays n’a pas pour autant jeté l’éponge… En plus une autre crise se profile … (Voir les articles du Monde, de Libération et du Nouvel Obs)

  • valeur 0

« Je suis le mal-aimé … » ; les bons, brutes et truands ; le coup de la panne coûte cher ; le classement des lycées ; la retraite en images ; la retraite en film ; tempête dans un bénitier ; le bénitier de la tempête ; une TVA pour les livres numériques ? ; des succès de la publicité : making off ? ; de la dénonciation citoyenne ? ; la réforme du permis de conduire ; en attendant le corpus de la loi et de son décret ; une étude intéressante sur les jeunes et Internet ; exemple d’une plate-forme éducative ; le délit d’usurpation numérique ; You Tube perd de sa liberté ; nombre de requêtes censurant des informations de Google ou de You Tube ; en attendant le corpus de la loi et de son décret (II) ; les FAI ne veulent pas être les dindons de la farce ; Google in fact ; un espace jeux vidéo dans une médiathèque ; de l’observation des pirates ; de l’observation des pirates (II) ; faire de la pub avec 0 € ; des conflits d’intérêts ;

  • En extra :

Cnaturel : un dailymotion sur la faune;

– Données de la Banque mondiale sur la France;

Zotero devient un logiciel;

– un web-documentaire sur la prison ;

– une image nous donnant une idée de l’utilisation du papier-toilette: