Logo du WebPédagogique Logo du WebPédagogique

Développement durable et finance

Quels liens entre les marchés financiers et le développement durable ?

A priori peu d’interactions : la finance est par nature une activité immatérielle qui devrait avoir un impact limité sur l’environnement, qu’il s’agisse de dégradation ou de préservation. Et pourtant, l’aspect social du DD intervient également dans cette relation avec la finance.

 

*

Le choix des entreprises à financer n’est pas anodin

  • L’actionnaire ou l’investisseur peut faire le choix d’investir et de soutenir une entreprise privilégiant la protection de l’environnement ou travaillant directement dans ce secteur, comme par exemple une entreprise de retraitement des déchets produisant de l’électricité verte en captant le CO2 et le méthane issus de la fermentation des déchets organiques. Les produits financiers à consonance verte sont d’ailleurs en plein essor. La notion de développement durable inclut également une dimension sociale et on trouve plus globalement sur le marché des fonds ISR, « Investissement socialement responsable« , qui dépendent notamment des politiques RSE des entreprises. Vous pouvez trouver sur le site de l’ORSE (Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises), un pdf  sur l’ISR, son histoire, les critères d’éligibilité. Novethic, qui est à l’origine d’un label ISR, rappelle que l’ISR peut prendre plusieurs formes (Source: pdf sur le label ISR Novethic) :

1. Sélection “Best in Class : elle consiste à sélectionner les entreprises ayant les meilleures pratiques sociales et environnementales de leur secteur.

2. Fonds d’exclusion : ils excluent les entreprises de certains secteurs comme l’armement, le jeu, le tabac, pour des raisons éthiques. Ils peuvent aussi refuser les entreprises qui ne respectent pas les grandes conventions internationales parce qu’elles violent les droits humains, font travailler des enfants ou sont responsables d’importantes pollutions.

3. Engagement actionnarial : en tant qu’actionnaires, les investisseurs font pression sur les entreprises pour qu’elles améliorent leurs pratiques Environnementales, Sociales et de Gouvernance.

  • En plus de l’ISR existe l’investissement solidaire : « Les investissements solidaires sont effectués dans des entreprises non cotées en bourse. A la différence, l’Investissement Socialement Responsable (ISR) désigne une méthode de sélection des placements dans des entreprises cotées en bourse, fondés sur des critères socio-environnementaux ou de gouvernance » (Source : pdf de Finansol sur Comment investir solidaire?). Ces entreprises solidaires non cotées peuvent exercer leur activité dans la filière biologique, le commerce équitable, le microcrédit, l’insertion par le logement…
  • Les produits dit « de partage », sont des livrets, des contrats d’assurances-vie ou encore des sicav dont la rémunération est partagée entre le détenteur et une ou plusieurs associations sous la forme de dons. La fiscalité est réduite sur ces types de produit.

Vous retrouverez de nombreuses informations sur la finance solidaire sur le site de l’association Finansol. Alternative channel, webtv spécialisée dans le développement durable, propose également une vidéo d’environ 4min sur l’épargne solidaire: Image de prévisualisation YouTube

*

L’envolée des cours en bourse de certaines matières premières ont une influence sur l’environnement

Par exemple, l’envolée des cours du pétrole rendent d’autant plus rentables l’exploitation de sables bitumeux (dont l’extraction est près de 20 fois plus onéreuse que celle du pétrole conventionnel), elle même énergivore et extrêmement polluante. A l’inverse elle encourage des comportements économes en terme de consommation de pétrole ou d’essence pour les ménages et les entreprises, qui peuvent perdurer au-delà d’une valorisation temporaire des cours.

*

Le développement de la finance a fait exploser les inégalités

La valorisation boursière sur le long terme creuse les inégalités entre les détenteurs d’actifs et les non détenteurs. Les compléments de rémunération par le jeu des stocks-options et la distribution d’actions favorisent également les salariés qui peuvent en bénéficier. Enfin le magazine Alternatives économiques, dans un article intitulé « Comment la finance fait exploser les inégalités » (numéro de juin 2011), pointe le fait que depuis 1996 les revenus des cadres de la finance ont été multipliés par 8.7, ce qui leur a permis de grimper à vitesse grand V dans la hiérarchie des plus riches. « Les salariés de la finance sont aujourd’hui 10 fois plus nombreux chez les 0.01% les plus fortunés qu’ils ne l’étaient au début des années 1980. » Le principe des bonus leur a été favorable mais les revenus des traders sont aussi liés à leur pouvoir important de négociation dû à leur carnet d’adresses et au fait qu’ils détiennent des informations particulièrement sensibles. Ce creusement des inégalités par la finance compromet la dimension sociale du DD.

*

Voici quelques liens qui peuvent être établis entre finance et DD. Ceux-ci peuvent être évoqués avec les élèves à différents moments des programme de SES :

  • en classe de Terminale ES lorsqu’il s’agit d’aborder les inégalités, dans le futur programme d’économie approfondie qui laisse une large place à la finance,
  • en classe de Première ES dans le chapitre consacré au financement de l’économie ;
  • enfin pourquoi ne pas évoquer ces notions de finance et d’épargne solidaires en cours d’ECJS, d’autant plus qu’une semaine de la finance solidaire est organisée par Finansol du 3 au 10 novembre prochain.
Mots-clef :
1 Comment » for Développement durable et finance
  1. Optionfair says:

    Le développement durable est devenu un argument commercial et si cette argument étais plus utilisé pour vendre plutôt que pour son vrai sens de respect pour la nature.

Laisser un commentaire

My Account