Logo du WebPédagogique Logo du WebPédagogique

La montagne, un espace durable ?

Proposition d’une étude de cas pour la partie HABITER DES ESPACES À FORTES CONTRAINTES en classe de sixième en géographie.

« La montagne ça nous gagne ! » comme disait la fameuse campagne de promotion il y a quelques années, depuis 1985 une loi Montagne a même été faite pour prendre en compte cet espace si particulier…

Les instructions officielles nous demandent expressément de s’intéresser à la manière dont les contraintes naturelles fortes ont pu être « surmontées subies ou bien transformer en atouts » par les sociétés humaines dans un espace donné. Il s’agit « d’expliquer les transformations de l’espace » choisi, en l’occurrence l’espace montagnard, il est enfin demander de « réaliser un croquis simple d’un paysage ».

Courchevel me semble être un choix judicieux (mais il en existe beaucoup d’autres) pour expliquer au mieux l’évolution et la transformation d’un espace montagnard dans une logique de développement durable. Depuis plusieurs années la station s’est engagée dans une logique plus respectueuse des hommes et harmonieuse avec l’environnement(voir la page sur le DD à Courchevel) . C’est aussi l’un des sites pionniers à la pratique du ski à grande échelle, activité ayant débutée il y a de cela plusieurs milliers d’années dans les pays scandinaves !

L’histoire du ski est passionnante et met bien en évidence le passage de la montagne comme un espace subit et répulsif à un espace organisé et attractif. Le massif du Mont-Blanc (cliquer pour y voir des photos, des documents anciens)  et Chamonix en sont également un bel exemple avec le naissance de l’alpinisme moderne. Le site des 3 Vallées (la page du développement durable)  étant à ce jour le plus grand domaine skiable relié du monde…

Pour aborder Courchevel sous l’angle du développement durable on peut se poser diverses questions : Quels aménagements touristiques ? Quels impacts sur l’environnement ? Quelle maîtrise des contraintes naturelles par l’homme ? Comment s’adapte la population locale ?

Il est intéressant de coupler à cette étude Géoportail ou Google Earth pour mieux localiser la station, afin de bien voir les différents villages de Courchevel.

Partir de la confrontation entre une photo ancienne et récente (cliquez pour en savoir plus sur l’histoire du ski dans la Tarentaise) pour montrer l’évolution du paysage peut être utile pour familiariser les élèves avec cet espace et conserver comme fil rouge de l’ensemble de l’analyse ces deux éléments. Cette étude comparative de paysage nous permettant de mettre en évidence toute une série de notions : transport, habitat annuel ou saisonnier, aménagements de loisirs, activités agricoles, relief et pente, exposition…

  • L’étude peut ensuite s’axer sur les contraintes naturelles et l’évolution de leur adéquation avec l’homme. De négatives au départ (relief, température négative liée à l’altitude, de l’exposition versant Sud-Nord…) et limitant fortement les activités humaines, elles deviennent attractives dès les années 1930 avec le développement du tourisme (les premiers congés payés) et la pratique du ski (pistes, télécabine de Courchevel…)
  • Cette nouvelle activité touristique entraînant le développement de moyens de transport adaptés pour rejoindre la station (navettes, routes, voir la photo d’Yves Pébayle de l’altiport de Courchevel) et la prise en compte de l’aspect social pour répondre aux besoins de la population saisonnière ou annuelle. Population locale qui tire tout bénéfice du tourisme an occupant des emplois (technicien, moniteurs…) l’hiver en complément de l’activité agricole pour certains. D’autres récupèrent un revenu supplémentaire grâce aux locations saisonnières ou la vente de terrains constructibles pour y construire des résidences secondaires…
  • Terminer par la réalisation d’un croquis légendé (les photographies servent de support) avec une mise en évidence de Courchevel au début du XXe siècle et le site actuel.

Cette année Courchevel accueille encore une fois l’exposition unique au monde « les sommets de l’image » qui a pour thème la biodiversité

Je ne saurais trop vous conseiller d’aller visiter le site (Moutain-Riders) sur le développement durable en montagne qui propose toute une série d’outils ludiques et pratique pour les enseignants  ! Cliquez pour voir une vidéo de Mathieu Crepel (snowborder) sur sa vision de la montagne.

« Nul ne skie assez doucement pour glisser sans laisser de traces » (proverbe finnois). Nous laissons tous des traces de notre passage sur la neige, alors essayons que ces traces soient les plus douces possibles et puissent s’effacer assez vite…

Mots-clef :

Laisser un commentaire

My Account