Logo du WebPédagogique Logo du WebPédagogique

Une sortie dans un parc aménagé par Gilles Clément

Cet article permet de réviser le programme d’Arts Plastiques du Bac L option Arts Plastiques (enseignement de spécialité) : L’art du jardin, du début du XXe siècle à nos jours.

C’est en préparant une sortie pour deux classes de 4e dans le parc de l’Espace de l’Art concret de Mouans Sartoux que j’ai découvert Gilles Clément, un paysagiste qui n’oublie pas d’être jardinier et engagé ; engagé pour une société respectueuse de la nature, qui redonne à la terre ce qu’elle lui prend sans chercher le profit et l’enrichissement matériel, une société où le partage des connaissances et des œuvres d’art participe à l’épanouissement de tout être humain (copyleft-attitude).

Cet article donne un aperçu de la pensée de Gilles Clément et propose un document de travail pour les élèves pour la visite du Parc de l’Espace de l’Art Concret de Mouans Sartoux.

*

« Nous sommes tous des jardiniers » est le leitmotiv de cet ingénieur agronome, écrivain et paysagiste, parce que le « jardin est planétaire« . Les trois concepts qui structurent la pensée de Gilles Clément sont de la philosophie appliquée à la réalité : « Tout est connecté et tout circule, grâce au vent, aux papillons, aux oiseaux ou à nous-mêmes lorsque nous nous déplaçons« .

La catastrophe de Fukushima est un exemple criant de ce jardin planétaire : un évènement qui se passe à l’autre bout de la planète n’est pas sans incident avec un autre qui se passe ici.

Ainsi, ce qu’on plante, déplace, détruit dans notre jardin, a des conséquences sur la vie du jardin de notre voisin. Le « jardin <est> en mouvement » : la nature n’a pas besoin de l’homme et si l’homme y participe, il faut « faire le plus possible avec – l’énergie, l’invention et le génie de la nature – et le moins possible contre. »

Comment exploiter la diversité sans la détruire

Dans son cycle de vie l’arbre restitue à l’environnement l’énergie qu’il lui prend. L’Homme symbiotique est celui qui , en épousant ce modèle fonctionnel répond à la question posée par le Jardin Planétaire : « Comment exploiter la diversité sans la détruire ? » .

Il faut conserver un « tiers-paysage« , une part de mise en réserve d’espaces dans lesquels l’homme n’intervient pas pour conserver la mauvaise herbe qui a sa place dans la biodiversité, le puceron qui gêne notre arbre fruitier, cette arbuste un peu laid qu’on ne veut pas (a)voir dans notre jardin… Il y a des monuments classés « monuments historiques » qu’on fait tout pour préserver, il faudrait des espaces laissés en friche. « Notre vie dépend beaucoup moins d’un bâtiment historique (…) que de la biodiversité » !

Vous cherchez une école pour devenir paysagiste ? Gilles Clément inaugure une « école du jardin planétaire » à Viry-Châtillon (Essonne).

Je vous propose les documents de travail élèves pour une visite du Parc de l’Espace de l’Art Concrêt de Mouans Sartoux.

'escalier vers le bois de chênes verts

L'escalier vers le bois de chênes verts : les inclusions (dessins) géométriques se réfèrent aux bâtiments et au musée. Les inclusions atomisées se réfèrent à la lumière du bois.

Sur le site de Gilles Clément, vous trouverez aussi de nombreuses vidéos intéressantes ; entre autres :

  • le Château toilettes, qui présente des toilettes sèches,
  • la biodiversité en ville, où l’on apprend que le miel en ville est de bien meilleure qualité que le miel des champs des monocultures grâce à la diversité des plantes en ville.

Pour compléter sur la biodiversité : la vidéo du CIDEM qui présente une interview d’Henri CLEMENT, Président de L’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française) pose la question simple et transposable en classe : et si les abeilles disparaissaient, que nous resterait-il au petit déjeuner ?

Vous pouvez organiser une sortie EDD dans un de ses parcs :

  • jardin du domaine, Rayol (Var)
  • Abords du Centre d’Art de Chateauvallon, Toulon
  • parc de l’Espace de l’Art Concret de Mouans Sartoux
  • Réhabilitation du Serre de la Madone, Menton
  • une section du parc André Citroën, Paris
  • jardin du musée du quai Branly, Paris
  • Réhabilitation du Jardin des Tuileries, Paris
  • Jardins du Crédit Foncier, Paris
  • Jardin de l’Hotel Rochechouart, Paris
  • Place Albert Cohen, Paris XVème
  • Parc du Chemin de l’Ile, Nanterre
  • Jardins de l’Arche, La Défense
  • Parc du château de Bénouville, Calvados
  • Aménagement de l’ensemble archiépiscopal et des abords de la cathédrale, Rouen
  • Jardin de l’Evêché, Amiens
  • Jardin des cinq sens, Poitiers
  • Accès N.33, Moselle
  • Carrières de Lazenay, Bourges
  • Jardins de l’Ecole Normale Supérieure, Lyon
  • parc Matisse, Lille
  • la Vallée, Creuse
  • le Champ, Creuse
  • Aménagement des abords de la Vienne (Jardin en mouvement), Aixe-sur-Vienne
  • Prison centrale des femmes, Rennes
  • Vulcania. Centre européen du volcanisme, Clermont-Ferrand
  • Lycée agricole Jules Riefiel, Saint Herblain, Loire-Atlantique
  • Jardin de la Chambre de Commerce, Châteauroux
  • Jardins Lamarck (Jardins de Valloires), Somme
  • Place Kléber, Strasbourg

PS : Gilles Clément n’est pas vraiment d’accord avec le terme Développement Durable qu’il qualifie d’oxymore. Rien n’est durable dans l’écologie. « Tout évolue et tout se transforme. »

Mots-clef :

Laisser un commentaire

My Account