Citation: « . Qu’est-ce qu’une utopie traversée par l’altérité et le conflit ? Suivant Miguel Abensour et Tom Moylan, nous pouvons affirmer : c’est une utopie qui travaille à en rester une. Une utopie radicale. Pourquoi « radicale » ? Premièrement, parce que la Culture vise à toujours être utopique pour toutes et tous (et non pas pour une minorité seulement) en tous lieux, en toutes « circonstances » aussi « spéciales » soient-elles. Deuxièmement, parce qu’elle reste malgré tout un non-lieu (nomade et fictif à la fois) et un bon-lieu (de non-domination, de plaisir, d’humour aussi). Enfin, suivant la figure de Jerle Batra et les quelques caractéristiques citées, et dans une réappropriation de la définition de la « démocratie radicale », dire d’une utopie qu’elle est radicale « c’est affirmer qu’elle n’a pas d’autre racine qu’elle-même. Elle n’existe qu’à travers la praxis [utopique], cette action qui réalise l’essence de [l’utopie] « 

Carabédian, A. (2016). Circonstances Spéciales ou l’utopie radicale. Tumultes, 47, 123-144. https://doi.org/10.3917/tumu.047.0123