L'énergie sous toutes ses formes

Un petit bond pour Philae un grand pas pour L’IPAG

Aujourd’hui, mercredi 3 février, nous avons visité l’IPAG (Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble). Nous avons obtenu une rencontre avec des acteurs de la mission Rosetta (Pierre Pasquero et Remi Cote).

L’atterrissage

La mission Rosetta est une grande première dans la découverte spatiale (premières images du noyau d’une comète). Cette image est celle de la comète « churyumov-gerasimenko » (les deux scientifiques sont toujours vivants ce qui est très rare). Elle fait partie du programme « horizon 2000 » de l’ESA (agence spatiale européenne). Le satellite s’est d’abord mis en orbite en août 2014 puis a atterri le 12 novembre 2014 après un voyage de plus de 10 ans.
Pierre Pasquero nous a expliqué son ressenti sur l’atterrissage. Tous les scientifiques, réunis au LCC de Cologne, devaient éteindre tous les appareils électroniques, afin de ne pas perturber les modules d’atterrissage durant l’acomettissage. Malheureusement, celui-ci n’a pas eu lieu à l’endroit prévu, car le lander (module d’atterrissage) « Philae » a rebondit 3 fois, et c’est la rotation de la comète qui a rattrapé le module par miracle. Mr Pasquero et ses collègues ont donc dû retrouver le module qui s’était perdu .

Le rôle de l’IPAG
La mission avait pour but d’étudier les comètes afin d’en apprendre plus sur la création du système solaire. Les comètes n’ont presque pas évolué depuis leur création, elles peuvent donc nous en apprendre plus sur notre existence.
Il y a 11 instruments sur le satellite Rosetta. Les intervenants ont travaillé sur « CONSERT », c’est l’un des instruments principaux car il mesure la distance entre Philae et Rosetta lors de la phase d’atterissage et scanne le noyau de la comète grâce aux ondes radio une fois qu’il est posé à la surface. Il a également servi à trianguler Rosetta lorsque celui-ci s’est perdu.
« La mort » de Philae était prévue pour décembre 2015 à cause d’une vieillesse prématurée de l’électronique présente à bord. Lors de la mort de celle-ci, ils souhaitent faire atterrir Rosetta sur la comète pour avoir de nouvelles données.

pasquero

Voici une photo de Pierre Pasquero, acteur de la mission Rosetta chargé de l’analyse de données et du traitement du signal qui nous a reçu aujourd’hui au laboratoire.

Benoît, Anaïs, Rafaël et Maëlle