Archives

Compteur


2113343 visiteurs

Useful Links
“what’s the date today ?” ;)
September 2009
M T W T F S S
« Jul   Oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Proverb of the day

A thing of beauty is a joy forever

Quote of the day

Archive for September, 2009

Why the Irish dance that way

Thursday, September 17th, 2009

A short and funny video …

YouTube Preview Image

John Millington Synge

Thursday, September 17th, 2009

John Millington Synge ((1871-1909), poète, écrivain et accessoirement musicien, était aussi photographe. Issu de la bourgeoisie protestante irlandaise, il passa une partie de sa vie à voyager pour étudier les arts et la littérature.

En 1897, malade, il décide de vivre entre Paris et Inis Meàn, dans les îles d’Aran. Il y effectue un véritable travail d’ethnologue, sillonnant la campagne avec son appareil-photo, collectant récits et chansons à chacun de ses passages.

En 1907, il publie son livre Les Iles d’Aran, illustré par Jack Butler Yeats. Les photos prises par Synge dans les îles d’Aran entre 1898 et 1902 ne seront rassemblées et publiées qu’en 1971 dans un recueil intitulé My Wallet of Photographs aux éditions Dolmen Press.

Synges_wallet1.jpghttp://www.aran-isles.com/1224246671468_4.jpgSynges_wallet7.jpgSynges_wallet3.jpg

Synge was 27 when he went to the Aran Islands for the first time in l898, armed with l9th-century contemporary technology: a typewriter and a second-hand camera called a Klito he had bought from another visitor in Kilronan. Recovering from an operation for Hodgkin’s disease and a frustrated love affair, he was open, vulnerable and receptive. The images he took, record everyday island life – the women at the spinning wheels, the men gathering seaweed or hauling their currachs – but they also chronicle a dramatic news event, one of the last evictions on the island of an old woman turned out of her house after 30 years.

In his pictures of people, there’s an intimacy, a familiarity in the attitude towards the camera, a sense of ease in facing a friendly rather than an intruding lens. The photographs were used by Jack Yeats for his illustrations for a series of articles Synge wrote for the Manchester Guardian in June and July 1905 and the original sketch of the family on Inis Oírr now hangs in the Niland Gallery in Sligo.

“These photographs are important because they are among the first to portray the cultural revival in Ireland at the turn of the century and are among the most visual statements of Irishness from a cultural national perspective,” says Walsh, who first came across the photographs on a visit to Inis Meáin two years ago. “Synge was someone who believed that here was a reservoir of pure unadulterated Irishness, much more rooted and organic and, in a way, like an alternative lifestyle that came from the people and the elemental forces that surround them.” Other photographers of the time, he argues, did not have the same empathy, did not speak Irish, and were transients passing through with a camera, or scientists clinically recording what they perceived as a primitive way of life.

Synge was a close observer of nature and an accomplished musician who had ways of engaging with islanders and entertaining them. He could also be inconspicuous when he wanted to, and the portrait of the family on Inis Oírr, the man moving away from the woman and child, has a kind of epic grandeur, almost cinematic in its formality and setting.

He noticed details of island dress, “the local air of beauty”: the flannel trousers, the veists or báiníns, the pampooties, cowhide shoes and, of course, the red petticoats and indigo stockings “on the powerful legs” of the women. He certainly didn’t write about white cabled Aran sweaters, which did not exist then, and the idea of drowned fishermen being identified by their knitted jumpers was a later, mythical invention. Early visitors to the island were always impressed by the colour and unity of the dress, and the contrast between the farmers on Aran and those of their counterparts in Wicklow in their top hats, suits and boots could not be more striking.

L’Irlande fête les 70 ans de Seamus Heaney, poète et Prix Nobel

Thursday, September 17th, 2009

Seamus Heaney, né en 1939 en Irlande du Nord, a fêté lundi dernier ses 70 ans en compagnie du pays tout entier. L’Irlande, pays des poètes, a mis à l’honneur, lundi 13 avril, celui qui a consacré sa vie à la poésie – et a reçu le prix Nobel de littérature 1995 pour l’ensemble de son œuvre.

Elevé dans le milieu rural du nord de l’Irlande, il poursuit ses études à l’université de Belfast. Ce clivage entre racines gaéliques et culture britannique marquera profondément son œuvre.

Je vous joins une petite vidéo illustrant un de ses poèmes.

YouTube Preview Image

U2 Live at Croke Park

Thursday, September 17th, 2009

Juillet 2009: le groupe irlandais mythique joue à Croke Park à Dublin ses plus gros succès et ses nouveaux titres. Retour “à la maison” pour les Irlandais dans LE temple du football gaélique, un des sports les plus populaires en Irlande.

J’ai personnellement visité Croke Park et un stade de 80,000 places, c’est quand même impressionnant !

C’est quand même  le quatrième plus grand stade d’Europe, après le Camp Nou à Barcelone, Wembley en Angleterre et San Siro à Milan !

YouTube Preview Image

Times of Crisis

Thursday, September 17th, 2009

je vous invite à aller voir ce diaporama  interactif  réalisé par l’agence Reuters à l’occasion de cette première année passée dans la crise (à la suite, je vous le rappelle, de la faillite de la Banque Lehman Brothers)

Vous y trouverez la chronologie de la crise (Timeline).

Bonne visite !

Edward Hopper

Tuesday, September 15th, 2009

Edward Hopper fait indubitablement partie des grands peintres américains du 20ème siècle. Né en 1882, dans une famille de commerçants prospères, à Nyack dans l’état de New York, Hopper s’est passionné rapidement pour la peinture, en suivant les cours du New York Institute of Art and Design

Dans ses magnifiques tableaux, on retrouve d’une part la solitude du citadin, une solitude qui semble toujours choisie mais jamais accablante, comme en témoigne le désormais célèbre Nighthawks, qui, en 1923, fit vraiment connaître Hopper ; d’autre part la paisible harmonie de la nature que lui ont inspirée ses fréquentes visites à Cape Cod, symbole historique et littéraire des Etats-Unis, puisque c’est là que les premiers pèlerins arrivèrent sur le Mayflower, en 1620, et c’est là également, ainsi qu’à Nantucket, que Herman Melville situa le début des aventures du Captain Ahab, avant d’aller pourchasser la mythique Moby Dick. Symbole artisanal aussi, puisque Cape Cod c’est, littéralement le cap de la morue, la base de la pêche jusqu’au début du 20ème siècle.Edward Hopper: Night Hawks

Hopper est aussi célèbre pour ses scènes d’intérieur, intimistes mais reflétant la solitude et l’isolement des personnages qu’il dépeint.

Edward Hopper - Automat (1927) counterforce:susurroypienso:clairefisher:darkpassenger: expectingtofly: jacobcan:

Chop Suey (Edward Hopper, 1929), Collection of Barney A. Ebsworth

Découvrez Edward Hopper !

 

 

Les lueurs de la ville et les couleurs intenses et chaudes de Cape Cod ont été reproduites avec régularité et passion par Hopper et son épouse Joséphine, qui peignait avec lui. Les tableaux d’Edward Hopper sont saisissants de douceur, de sérénité  et de simplicité, comme on peut en juger sur le lien suivant. C’est à partir des années 1950 qu’Edward Hopper a commencé à atteindre une certaine notoriété dans son pays natal. L’Europe a attendu les années 1980 pour développer un engouement à la mesure du talent de ce peintre un peu misanthrope.

Obama’s Health Care Address to Congress

Tuesday, September 15th, 2009

Vous en avez entendu parler. Voici le discours en VO de Barack Obama sur l’assurance maladie au Congrès. Sur le site du New York Times vous pouvez, en plus lire, au fur et à mesure le transcript (les paroles prononcées) du discours. C’est donc plus facile.

Allez écouter et regarder !

Vocabulaire : présenter et commenter un texte

Tuesday, September 15th, 2009

Spécialement pour les Terminales en pensant au ratrappage éventuel. Je n’oublie pas les BTS qui doivent aussi présenter leur texte.

Fiche et TEST de vocabulaire ici.

Vocabulary : Link Words

Tuesday, September 15th, 2009

Les mots de liaison, à quoi ça sert ? En utilisant et en vous imposant d”utiliser des mots de liaison vous strucurez votre devoir et vous montrez à votre examinateur que vous ne lancez pas des idées en l’air mais que vous menez un raisonnement, que vos idées s’enchaînent.

Fiche + test ici sur les mots de liaison : pour toutes les classes. N’oubliez pas de consulter la rubrique METHODOLOGIE où des fiches téléchargeables vous attendent.

L’effort en vaut la peine !

Vocabulaire : work

Tuesday, September 15th, 2009

J’ai déniché pour vous LE site pour apprendre du vocabulaire !

Vous tapez votre liste (il suffit de vous enregistrer) et vous pouvez ensuite vous tester.

Un premier lien pour les BTSC1 et BTSC2 : le monde du travail.

A vos claviers !

Bon courage pour ce début d’année. Quel que qoit votre niveau, ne vous découragez pas et retroussez vous les manches !