Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Santo: un catalogue de la biodiversité.

img_santo2166.miniature.jpg Bonjour, 

Aujoud'hui, une petite pause pour oublier les catastrophes environnementales,  cap sur Santo. Santo, c'est l'île principale de l'archipel des Vanuatu, situé au coeur du Pacifique Sud. Depuis aoùt dernier, des scientifiques explorent cette île isolée pour y faire l'inventaire de la biodiversité. Cette expédition, qui s'appelle "Santo 2006", devrait s'achever en décembre prochain. C'est le catalogue le plus ambitieux de la biodiversité jamais entrepris. 

                                 

Santo, riche de son isolement. 

L'archipel de Vanuatu, une douzaine d'îles, quatre vingts ilôts, et quelques opportunités d'îles désertes, s'étire sur 800 kilomètres dans le Pacifique Sud, et l'espace mélanésien. Nous sommes à 500 kilomètres au Nord – Est de la Nouvelle Calédonie, et au Nord – Ouest des îles Fidji, distantes d'un millier de kilomètres. Le nom de Vanuatu, qui signifie  "l'île qui s'élève au dessus de la mer", esquisse la géograhie de Santo . Santo est une île de 4000 km², au relief montagneux, de type volcanique et corallien. Cette île isolée, difficile d'accès dans sa partie occidentale, montagneuse et inhospitalière, a conservé son formidable patrimoine écologique. Santo présente les écosystèmes les plus riches, les plus méconnus, et les plus menacés da la planète. Les forêts tropicales et les récifs corralliens y présentent donc un intérêt particulier. 

 

4oct_2_gen.miniature.jpgL'inventaire du vivant.   

L'expédition "Santo 2006" vise à faire l'inventaire du vivant. Elle est organisée par le Museum d'Histoire Naturelle, l'IRD (Institut de Recherche pour le  Dévelopement), et par l'ONG Pro-natura international. Pendant cinq mois, 160 scientifiques, originaires de 25 pays, vont sillonner Santo et son littoral, pour interroger cette biodiversité insulaire. Ils vont passer en revue les fond marins, les récifs, les grottes, les zones d'eau douce, les montagnes, et la canopée forestière, pour y découvrir leurs habitants. Une méthodologie pointue devrait révéler les composantes de cette biodiversité. Elle devrait notamment permettre d'approfondir la connaissance des petits animaux marins et terrestres, qui constituent l'essentiel du vivant sur la planète. Mais les scientifiques s'interesseront encore aux habitants de Santo, mémoire de cette biodiversité, et source de savoir. Santo représente un capital humain et culturel de 400.000 habitants, qui parlent 40 langues. Autant de connaissances traditionnelles destinées à enrichir ce tableau du vivant.

 

2oct_1_genS.jpgQuelques échantillons du catalogue.  

Le site de "Santo 2006" vous invite à faire un petit voyage sur cette île du Pacifique, à la recherche des curiosités de cette biodiversité. Ce site présente l'expédition, ses acteurs et ses moyens, et détaille ses objectifs. Mais surtout, ce site ouvre trois espaces:

-Un espace "scientifique" lié à un blog montre des "échantillons" de petits mollusques et crustacés, déjà collectés.

-Un espace "expédition" qui vous permet de visiter l'île de Santo. Il  propose encore sous la rubrique, "envoyé spécial", un carnet de route illustré de l'expédition (image, audio, vidéo…).

-Un espace "contact" , qui ouvre les portes du Palais de la Découverte de Paris. 

Quiros, un navigateur espagnol, rêve de découvrir la Terra Australis Incognita, cette terre australe qui habite l'imaginaire des grands navigateurs. En 1606, Quiros débarque sur une terre qu'il prend pour la côte Nord du continent austral. Il l'appelle "Australia del Espiritu Santo". Quiros vante tellement les richesses de cette île, que pendant plus d'un siècle, tous les voyageurs scrutent les amas de nuages pour y lire la proximité de Santo. 

M.J. 

La canopée forestière, c'est l'étage situé au sommet de la forêt tropicale humide. C'est ici que vivent la majorité des espèces.  


Publié par marlene le 6 octobre 2006 dans Comprendre
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.