Environnement
Un blog sur la géo-environnement

300 millions d’Americains qui abusent de la planète.

jams_1[1].miniature.jpg

Bonjour,  

Une pause "actu" avec la démographie américaine, devenue la troisième plus importante de la planète. Et ce qui semble une bonne nouvelle pour l'économie américaine ne l'est pas forcemment pour l'écologie.

300 millions d'Américains.  

Mi octobre, les Etats-Unis sont devenus la troisième puissance démographique mondiale. Avec 300 millions d’habitants, loin derrière la Chine et l’Inde, les deux pays les plus peuplés, les Etats Unis comptent  désormais 5% de la population mondiale. La nouvelle a été diversement accueillie. Le New York Times se réjouit de la vitalité démographique de la Nation américaine, face aux populations vieillissantes d'une Europe, confrontée au problème des retraites. A Londres, The Independant rappelle que l’économie américaine est portée par une population croissante. (Courrier International, 11 octobre 2006). D’autres s’inquiètent de cette démographie, écologistes en tête.  

Une nouvel Américain toutes les 11 secondes.  

Ce n’est pas forcément ce trois cent millionième citoyen américain qui va faire grimper la consommation inégalée de ressources naturelles, ni aggraver la pollution de la première économie mondiale, mais sans doute  tous ceux qui suivront. Aux Etats –Unis, un bébé naît toutes les 7 secondes,  tandis qu’un immigré débarque sur le sol américain toutes les 31 secondes. Total, toutes les onze secondes, il y a un nouveau citoyen américain dans un pays qui compte déjà 80% de citadins, et un parc automobile de 237 millions de voitures. Et c’est précisément ce qui inquiète les écologistes.  

Une population qui "surconsomme" et qui pollue.  

Les Américains consomment déjà plus d’un quart des ressources naturelles mondiales. Ils produisent près d’un quart des émissions planétaires de CO² et autres gaz à effets de serre. Un Américain emet en moyenne cinq fois plus de dioxyde de carbone qu'un Mexicain, et 20 fois plus qu'un Indien. Leurs maisons, plus grandes, sont devenues plus gourmandes en matériaux de construction, et donc en matières premières. Il faut plus énergie pour les chauffer ou les rafraîchir. Chaque Américain consomme encore trois fois plus d’eau que n’importe quel habitant du monde. Et jette plus de 2 kilos d’ordures par jour, soit  5 fois plus que n'importe quel habitant d’un pays en voie de développement. (AFP, Libération, 16 octobre 2006) Au niveau national, la mégalopole qui s’étire sur la côte Est de Boston à Washington, avec New York et Philadelphie, est la principale zone productrice de CO² du pays. De l’autre côté, sur la côte Ouest, la Californie, l’Etat le plus riche et le plus peuplé, arrive  en tête du palmarès de la pollution atmosphérique par Etat, avec 10% des émissions de CO² du pays. (Guillaume Serina, Le Monde, 12 octobre 2006)  

"Plus de sagesse"… 

Un éditorialiste du Los Angeles Times commente encore l’évènement : « La croissance de la population va nous apporter plus de tout : plus de gens, plus d’expansion, plus de créativité, plus de circulation, plus d’amour, plus de bruit, plus de diversité, plus de consommation d’énergie, plus de joie, plus de solitude, plus de fast –foods, plus d’art, plus de connaissance, et peut – être plus de sagesse. »(Courrier International, 11 octobre 2006) Et c’est peut – être cette « sagesse » qui va faire la différence. Face à George Bush, qui refute toujours la relation entre l'homme et le réchauffement climatique, 300 maires et gouverneurs américains se sont engagés à appliquer les recommandations de Kyoto dans leurs villes et les Etats. A la fin de l’été dernier, Arnold Schwarzenegger , le gouverneur de Californie, avait déjà défrayé la chronique en instaurant une loi sur la réduction des émissions de gaz carbonique, et en convoquant les grands constructeurs automobile devant les tribunaux. Greg Nickels, le Maire de Seattle, à l’origine de la fronde des élus américains contre George Bush, attend un changement à l’occasion des prochaines présidentielles américaines :« Tous les candidats aux élections primaires, dans les deux partis, devront annoncer un programme précis sur le réchauffement climatique. L’opinion publique attend cela. »,  rapporte Le Monde. (Guillaume Serina, Le Monde, 12 octobre 2006) Une opinion publique qui pourrait suivre l’évolution de la courbe démographique.

M.J. 

Voir aussi: "Al Gore met le réchauffement climatique à la Une" 


Publié par marlene le 20 octobre 2006 dans Comprendre
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.