Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Quand Tara interroge la banquise arctique.

news_img_1_fr.jpg

Tara dans la nuit polaire. ..

Bonjour,

Et pourquoi pas une petite expédition à bord du Tara, un bateau mythique parti explorer la banquise arctique ? C’est le moment d’embarquer pour découvrir les étendues immaculées, la solitude du Grand Nord, et les surprises de la nuit polaire. Dans un siècle, la banquise du Pôle Nord pourrait avoir disparu.

Tara pris dans les glaces.

En septembre 2006, Tara se laisse emprisonner par la banquise arctique, sur le rivage Pacifique. Protégé par une coque ronde et plate, qui lui permet de se laisser aller au gré des glaces et de résister à ses pressions, le bateau dérivera sur 1800 kilomètres. Au printemps 2008, Tara devrait atteindre la rive Atlantique, à l’Est du Groënland. L’équipage, absorbé par la nuit polaire, ne verra pas le soleil avant le printemps prochain. Deux mois après son amarrage à la banquise, Tara vit à son rythme. « La violence des éléments est telle que le silence n’existe pas. »…A lire dans Libération.

Une banquise malade.

Tara est une expédition scientifique, partie interroger une banquise malade. L’observation satellite a mis en évidence une réduction de 8 à 10% de la surface de la banquise au cours de l’été, pendant les 30 dernières années. Des scientifiques américains, immergés dans un sous – marin nucléaire, ont encore révélé une diminution de 40% de l’épaisseur de la glace pour la même période. Par ailleurs, au cours des 50 dernières années, la température annuelle a augmenté de 2, 1°C dans l’espace arctique, contre 0,6°C pour le reste du globe. L’eau, plus chaude et plus salée, provoque encore une embâcle retardée en hiver, et une débâcle de printemps en avance d’environ 3 semaines. (H. Reeves, 2005;Le Dessous des Cartes, Arte Editions, 2006) Le document scientifique de l’expédition prévoit une probable disparition de la banquise pendant l’été. Elle pourrait cependant résister pendant l’hiver, quand les températures atteignent les – 30°C. Le Pôle Nord n’a pas d’assise continentale. C’est une mer recouverte d’une banquise.

Un voilier mythique, un message écologique.

Le Tara est un voilier mythique, conçu par Jean Louis Etienne, qui a appartenu à Peter Blake. Etienne Bourgois, son propriétaire actuel, passionné de voile et fatigué des aéroports – il courait les capitales du monde pour monter des boutiques Agnes b., partenaire de l’expédition -, a décidé de se consacrer à l’avenir de la planète. L’expédition Tara est aussi un moyen de sensibiliser l’opinion à l’importance, et à la précarité, des équilibres écologiques de la planète. Prêts pour embarquer à bord du Tara ? Vous pourrez découvrir les caractéristiques du bateau, son équipage, sa mission scientifique, les artistes et les partenaires associés. Avec en prime un journal de bord, et de belles photos.

De belles croisières en perspective.

Si les températures moyennes continuent d’augmenter, avec des maximales autour des 7°C, l’Arctique pourrait devenir un « océan libre » avant la fin du siècle. Adieu les ours, et les phoques. Tous les résidents de la banquise, disparue, disparaîtraient à leur tour. Phénomène aggravant, si la calotte glaciaire située à proximité du Groënland venait aussi à fondre, le volume d’eau libéré pourrait élever le niveau des océans d’environ 7 mètres. De quoi noyer de vastes étendues continentales situées à basse altitude, importants foyers de peuplement. On peut quand même y voir quelques avantages géographiques. La perspective d’un « océan libre », ouvrirait la fameuse route Nord – Ouest, forcée plusiueurs fois par les explorateurs et les navigateurs depuis le XVI° siècle. Cette nouvelle voie de navigation, permettrait de « rapprocher » l’Europe de l’Asie, en évitant le Canal de Panama et de Suez, et donc de gagner entre 6.000 et 8.000 kilomètres. Cette éventualité permettrait aussi de raccourcir la distance entre New York et Tokyo de 5000 kilomètres. (H. Reeves, 2005 ; Planète Urgence, 11-12 2004 ; Le Dessous des Cartes, Arte Editions, 2006). De belles croisières en perspective.

M.J.

Le billet pour embarquer à bord du Tara: map_fix.jpg


Embâcle: obstruction du lit d’un cours d’eau par amoncellement de glace. (contraire: débâcle)


Publié par marlene le 8 décembre 2006 dans Comprendre
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

2 réactions à “Quand Tara interroge la banquise arctique.”

  1. […] Pendant ce temps, Tara , le bateau mythique parti explorer la banquise arctique, vient de sortir de la nuit polaire. Après une dérive de cinq mois dans les glaces et l’obscurité, l’équipage vient de retrouver la lumière. Quelques rayons de soleil pour regonfler le moral d’une équipe, très éprouvée après cette longue nuit. M.J. […]

  2. […] qui a occasionné une dérive plus rapide du bateau, a écourté de quelques mois la mission de Tara. Grant Redvers, le chef de l’expédition neo-zélandais qui a passé plus de 20 mois sur le […]

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.