Environnement
Un blog sur la géo-environnement

« Villes durables »: échantillons européens.

pano%2061.jpg20060401quartiervauban002.jpg
Vauban: un quartier durable équipé à l’énergie solaire.

Bonjour,

L’étalement urbain, qui renforce la dépendance aux transports, engloutit l’espace foncier, et multiplie les nuisances environnementales, s’oppose au modèle de « ville durable ». En Europe, cette ville respectueuse de l’environnement et de ses habitants, se décline surtout à l’échelle de quartiers.

Une ville écologique, sociale, et participative.

Difficile de saisir la « ville durable », les modèles font défaut. C’est un projet qui puise dans l’identité de chaque ville, compose avec son histoire et ses possibilités, pour inventer un urbanisme qui répond aux exigences du « développement durable », un héritage à léguer aux générations futures. C’est une ville qui impulse une dynamique écologique, sociale, et participative, inscrite dans la durée. Trois pistes pour esquisser ce modèle urbain.

La « ville durable » donne une réponse locale à un problème global. Elle optimise ses transports afin de réduire les émissions de CO², acteur principal du réchauffement climatique. Elle encourage les piétons et les cyclistes. Ce projet propose encore une rénovation d’un vieux parc de logements pour le rendre moins gourmand en chauffage, et donc en énergie. Elle envisage un habitat écologique. Ou elle développe la proximité, transports, services, commerces.

La « ville durable » concilie le social et l’écologie. Dans un contexte où les dégradations et les nuisances écologiques reflètent les inégalités sociales, elle offre un cadre de vie, et des conditions d’existence, comparables, à l’ensemble de ses citoyens. Elle réhabilite une cité exposée aux nuisances urbaines, bruit, pollutions. Elle s’attaque à la cause de pathologies environnementales, maladies respiratoires. Elle offre à l’ensemble de ses habitants un parc de logements sains, entouré de services et de commerces, à proximité de jardins, et d’espaces culturels. La « ville durable » mélange ses habitants, et estompe les inégalités. Elle procure un accès égal à l’éducation.

La « ville durable » invite encore ses citoyens à se prononcer, et à participer à son édification. Elle définit un projet politique, collectif. Elle sensibilise les habitants à ce projet, organise des rencontres avec les différents acteurs de la cité (associations, maisons de quartiers, services urbains, élus…). Elle invite tout le monde à se réapproprier l’espace urbain, et à le transformer, ensemble. Il y a l’idée d’une dynamique « participative ».

Après ces quelques exemples, je vous propose une définition plus aboutie

Des « villes durables » à l’échelle de quartiers.

De 1994 à 2004, la campagne européenne des « villes durables » a généré des expériences pilotes dans certaines grandes villes, Hanovre, en Allemagne, Malmö, en Suède, et Barcelone en Espagne. La Commission européenne a mis fin à une initiative qui se développait sur le registre de la compétitivité. Aujourd’hui, si nombre de cités européennes tendent à interpréter ce projet (optimisation des transports en commun, accès limité aux voitures en centre ville, plus d’espaces verts, meilleure gestion du foncier, de l’eau, de l’électricité..), la « ville durable » se construit à l’échelle de quartiers. En Europe du Nord, deux quartiers écologiques font école, Vauban, à Fribourg en Allemagne, et Bedzed, dans la banlieue de Londres. Kronsberg, dans la région d’Hanovre, tente encore ce modèle en Allemagne. En Suède, il se décline à Hammarby Sjöstad, dans la région de Stockholm. Près de Copenhague, au Danemark, il se développe à Versterbro. En Hollande, il y a Eva-Lanxmeer, et Breda, une ville de 170.000 habitants, très orientée vers le développement durable. En France, on peut citer Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. L’Europe du Nord, sensibilisée plus tôt aux questions environnementales, a aussi été plus réactive, et innovante. (Quartier durable, Piste pour l’action locale, Laurence Lambert, ETOPIA, coll. de Christine Dewart. Etude N°1, décembre 2006) Les auteures mettent l’accent sur le moteur de cette urbanisation engagée: une forte volonté politique, et une dynamique participative.

Vauban: une référence historique, une orientation écologique.

Revenons dans le quartier Vauban, à la périphérie de Fribourg, dans le Sud Ouest de l’Allemagne. Le projet, qui s’est installé sur une quarantaine d’hectares désertés par l’armée française en 1992, démarre six ans plus tard. Il se décline sur le modèle de la « cité-jardin », conçu en Grande Bretagne à la fin du XIX° siècle, dans un contexte de Révolution Industrielle. C’est un projet urbain qui associe logements sociaux, jardins, etaménagement paysagers. Les arbres centenaires ont été conservés.

Ce quartier écologique repose sur une maîtrise de l’espace foncier. Il obéit à des exigences architecturales, des bâtiments limités à quatre étages. Les eaux de pluies sont exploitées. La consommation énergétique, draconienne, est compensée par un travail sur les matériaux, l’orientation des bâtiments, ou la toiture. De nombreux panneaux solaires complètent ce dispositif. En matière d’énergie solaire, Vauban est un exemple européen.

Le quatier dispose d’un parking commun, avec une règle, une voiture seulement par logement. En contrepartie, les piétons et les cyclistes sont rois, une ligne de tramway relie le quartier au centre ville.
Une population mélangée, une impulsion participative.

Une population de 5000 habitants, origines socio – culturelles mélangées, principe de mixité sociale, habite de petits bâtiments colorés, aux jardins ouverts. L’intervention des habitants, des idées architecturales aux travaux, l’investissement financier de la commune, des échanges réguliers avec les services de la ville, et la mise en place d’un Forum Vauban, espace de rencontre entre les élus et les résidents, témoignent d’une dynamique participative, et d’une volonté politique d’accompagner le projet. Il y a eu des conflits, mais le projet livré en 2006, propose 200 logements, et un pôle d’activités de 600 emplois.

Visite du quartier Vauban. (historique, architecture, écologie…)
20060401quartiervauban050.jpg

Visite en photos, avec en prime un commentaire plus critique….

Vauban, un exemple de « ville durable » interprété à l’échelle d’un quartier. Face aux cités européennes qui continuent de s’étaler, ces petits périmètres écologiques apparaissent comme des échantillons de « villes durables ». Prochain blog, un autre échantillon, le quartier de Bedzed, en Angleterre.

M.J.


Publié par marlene le 31 janvier 2007 dans Développement durable,Economie d'énergie
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

2 réactions à “« Villes durables »: échantillons européens.”

  1. […] Et pour clore ce dossier… – Freiburg : la ville propre, – BedZed, un modèle de quartier durable, – Echantillons européens de “villes durables“, – La Terre vue du ciel. […]

  2. […] Et pour clore ce dossier… – Freiburg : la ville propre, – BedZed, un modèle de quartier durable, – Echantillons européens de “villes durables“, – La Terre vue du ciel. […]

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.