Environnement
Un blog sur la géo-environnement

BedZed: un quartier zéro émission

bedzed.jpg

Bonjour,

BedZed, au Sud de Londres, est devenu un modèle de quartier durable. Peu gourmand en énergie, il limite les dommages à l’environnement. Dans un contexte d’économie d’énergie, et de réchauffement climatique, ce village écologique pourrait faire école.

Pas d’énergie fossile, pas de Gaz à effet de serre.

Bedzed, le projet écologique est contenu dans le nom: Beddington Zero Energy Development, ou Développement sans recours à l’énergie fossile, en version française. Il ne rejette aucun gaz à effet de serre, c’est un quartier « Zéro émission ». Bedzed, qui impose ses sept bâtiments dans le paysage pavillonnaire environnant, propose 90 logements, accès à la propriété pour les plus riches, et location pour les autres. BedZed, qui offre encore 2500 m² de bureaux et de commerces, un espace communautaire, une salle de spectacles, un centre médico- social, un complexe sportif, un crèche, un café, un restaurant, des espaces publics et privés, est inauguré en 2000 à Sutton, dans la banlieue Sud de Londres. Il s’agit de construire un quartier agréable à vivre, en utilisant les matériaux locaux, et en limitant les ressources non renouvelables. « Les réserves de pétrole du Royaume Uni seront épuisées dans dix ans. Aussi devons nous préparer notre société à mieux gérer les ressources de la planète », commente Bill Dunster, architecte du projet. (Benoît Théau, Igapura, novembre 2006)
Une consommation énergétique maîtrisée.

BedZed est un petit consommateur d’énergie. L’orientation solaire des bâtiments, la qualité de l’isolation, et quelques innovations permettent d’optimiser la réponse énergétique. Les pertes thermiques des bâtiments sont réduites. La toiture, en partie recouverte d’un tapis végétal, constitue un premier isolant. Les murs, d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur, sont bourrés de matériaux isolants. Les fenêtres orientées vers le Nord, sont équipées d’un triple vitrage. Celles, offertes au Sud, sont doublées. Au total, l’isolation permet de réduire 90% des besoins en chauffage. Et en cas de gros coup de froid, nous sommes à Londres, une chaudière à bois collective prend le relais. Parmi les autres astuces pour récupérer la chaleur et la lumière du soleil, chaque logement dispose d’une serre, exposée au Sud. Certaines vitres sont équipées de cellules photovoltaïques. Et pour optimiser les bénéfices du soleil, 777 m² de panneaux solaires sont installés sur les toits, afin de produire de l’électricité. Des cheminées, où systèmes d’air chaud et d’air froid se croisent dans des conduits, permettent l’aération des logements, et apportent encore un peu de chaleur. Une partie de l’énergie électrique et thermique provient de bois de récupération. (B. Théau, 2006;L. Noualhat, Libération, 14 -01 -2006)

L’eau valorisée.

L’eau de pluie et les eaux recyclées assurent le cinquième de la consommation du village. L’eau de pluie est stockée dans des réservoirs situés dans les fondations du bâtiment. Une partie des eaux usées est traitée sur place par une « living machine ». Cette machine vivante se compose de sept bassins, reliés entre eux, où microbes et plantes travaillent à épurer l’eau souillée. Les nutriments récupérés sont destinés aux plantes, l’eau filtrée nettoie les toilettes et arrose les jardins. L’économie d’eau est d’ailleurs un parti -pris. Des appareils ménagers aux économisateurs d’eau installés sur les robinets, en passant par la fonction « double commande » installée dans les toilettes, tout est conçu pour limiter la consommation d’eau. Une règle de vie, pour les résidents. (B.Théau; L. Noualhat, 1996)
Oublier la voiture.

BedZed essaie de faire oublier la voiture à ses habitants. Rapporté au nombre de logements, peu de places de parking sont disponibles. Le stationnement y est limité. On y pratique le « véhicule en commun », dont deux sur trois sont électriques. Le village, qui est aussi un pôle d’emplois, permet encore de réduire les déplacements. Conséquence écologique, plus d’espaces pour les piétons, les cyclistes, et la verdure.

Les « BedZed » pourraient se multiplier.

Edifié grâce à des bois achetés dans les environs, des matériaux récupérés sur les chantiers, ou d’anciens rails de chemins de fer recyclés, BedZed a utilisé les ressources locales, et stimulé l’économie environnante. Le village, qui accueille des familles à bas revenus dans la moitié des logements, réussit encore son pari social. Les autres appartements ont été vendus au prix du marché tradirionnel. Contre – performance, un surcoût de la construction d’environ 30%, lié aux innovations. Un prix raisonnable pour une empreinte écologique maîtrisée: un chauffage réduit de 90%, une consommation énergétique de 70%, et 75% d’ordures en moins. Un prix dérisoire pour un fonctionnement « neutre en carbone ». Les nouveaux « BedZed », inspirés d’un village durable déjà rôdé, devraient côuter moins cher, à l’avenir. Le programme britannique de logements, un million prévus sur 10 ans, s’intéresse au projet. Et BedZed pourrait encore s’exporter en Suisse, en Afrique du Sud, en France, ou en Chine et en Australie. (B.Théau; L. Noualhat, 1996)

BedZed, un modèle de ville durable: vidéo (Le mieux, c’est de regarder la vidéo, version petit format…A l’échelle de l’écran, l’image perd beaucoup.)

M.J.


Publié par marlene le 5 février 2007 dans Développement durable,Economie d'énergie
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

4 réactions à “BedZed: un quartier zéro émission”

  1. […] Et pour clore ce dossier… – Freiburg : la ville propre, – BedZed, un modèle de quartier durable, – Echantillons européens de “villes durables“, – La Terre vue du ciel. […]

  2. cdf
    28 décembre 2008

    Bonjour,

    Une petite question pratique : quel est le moyen le plus simple de se rendre à Bedzed au départ de Waterloo station ? Y a-t-il un train direct ?

    Bonnes fêtes

  3. marlene
    9 janvier 2009

    Bonjour,

    Je n’en sais rien…Le mieux est de demander à Waterloo station. Je suppose que ce quartier du sud de Londres est bien desservi par les transports en commun. Pas mission impossible !

    Meilleurs voeux.

  4. valerie
    2 février 2010

    Bedzed est le modele d’ecoquartier du projet de developpement durable intitulé « One planet living » du WWF

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.