Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Santé: une tuberculose active et mutante.

108302951_c175072523.jpg
Afrique du Sud: tuberculose et Sida, une « urgence nationale ».

Photo camera rwanda, 5 mars 2006.

Bonjour,

Si les pays développées ont réussi à faire reculer la tuberculose, cette maladie reste un fléau dans beaucoup de pays pauvres. Malgré une stabilisation en 2005, elle reste l’une des principales causes de mortalité dans le monde. En Afrique du Sud, une forme plus résistante de la maladie, combinée au SIDA, ouvre de sombres perspectives.

Chaque jour, 4 400 personnes meurent de tuberculose.
Pour l’année 2005, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé ) estime à près de 9 millions le nombre de nouveaux cas de tuberculose dans le monde, dont 7,4 millions en Afrique et en Asie. Dans son rapport mondial de lutte contre la tuberculose, l’organisation signale une stabilisation de la maladie en 2005, après une embellie de l’épidémie en 2004. Près de 60% des cas sont diagnostiqués, et la plupart sont traités. Depuis une dizaine d’années, 26 millions de personnes ont pu être efficacement soignées. Mais cette stabilisation de la maladie dissimule une réalité encore sordide. Tous les jours, environ 4 400 personnes, meurent de tuberculose. Et au total, en 2005, l’épidémie a tué plus d’1,5 million de personnes. (1)

Une maladie très active en Afrique.

Globalement, si la prévalence de la tuberculose et la mortalité reculent depuis quelques années, la situation mondiale révèle des disparités. Dans certaines régions d’Afrique, de Méditerranée orientale, et d’Asie du Sud -est, la tuberculose continue de progresser. L’accès au diagnostic et aux soins portent ces inégalités. Dans la plupart des pays, la lutte contre la tuberculose n’est pas pleinement opérationnelle. Par exemple, malgré les efforts mis en place, seuls 73% des malades sont pris en charge au Sénégal, qui compte 12.000 cas de tuberculeux. Ce taux est inférieur à l’objectif fixé par l’OMS, qui est de 85%. (2)Cette maladie gagne encore du terrain en Côte d’Ivoire, pays d’Afrique de l’Ouest le plus touché. De 1995 à 2006, la tuberculose a progressé d’environ 5% par an. Plus de 21 000 nouveaux cas ont été enregistrés en 2006, dont la moitié de « cas contagieux ». Pauvreté, retard dans le dépistage, migrations des populations, ou le manque d’infrastructures sanitaires, expliquent cette évolution.(3) Egalement responsable d’une progression de la maladie, l’abandon des médicaments. En Angola, dans la province de Kwanza – Sul, le taux de contamination de la tuberculose a augmenté de 33% en 2006, car les malades interrompent leur traitement. (4)

Une tuberculose plus résistante.

Plus inquiétant, l’apparition d’une tuberculose plus résistante. Le Kénya, qui fait partie de l’un des dix pays les plus touchés au monde, connaît une forme résistante de la maladie, extrêment dificile à soigner. Depuis un an, les cas « multi -résistants », pour lesquels les traitement classiques ne sont plus efficaces, se multiplient. Dans un pays où la tuberculose sévit dans des zones à forte densités, on craint une progression dramatique de cette forme virulente de la maladie. (5) L’Afrique Australe est actuellement très menacée par une épidémie de tuberculose ultra – résistante, et qui ignore les 6 médicaments anti – tuberculeux les plus communs. Cette forme de tuberculose, extrèmement mortelle, est récemment apparue en Afrique du Sud. Elle résulte d’un traitement contre la tuberculose mal suivi, ou d’une contagion. Et les malades du SIDA sont les plus exposés. Dans une Afrique du Sud très touchée par le virus du SIDA, l’articulation des deux maladies pourrait être désastreuse. La tuberculose est la première maladie opportuniste au cours de l’infection au VIH/SIDA. (6)

Tuberculose et Sida: une perspective inquiétante.

Dans une Afrique australe, épicentre de la pandémie de SIDA, la perspective d’un développement de la tuberculose ultra-résistante, a de quoi effrayer. En Afrique du sud, cette tuberculose mutante a été identifiée au Kwazulu – Natal. Sur 53 personnes atteintes, 52 sont mortes rapidement. Or au Kwazulu – Natal, 80% des séropositifs sont porteurs de la tuberculose. L’Afrique du Sud, qui compte 5,5 millions de persones affectées par le VIH, détient encore le record des tuberculoses, déclarées ou non, soit environ la moitié de la population. Ces chiffres suggèrent un désastre humanitaire, si rien n’est fait pour contenir cette forme virulente. En septembre 2006, quelques centaines d’experts et de représentants de 14 pays d’Afrique centrale et australe, ont pris la mesure de la situation. Un vaste plan de surveillance, assorti d’une stratégie médicale, doivent répondre à cette menace. Actuellement, 300 cas ont été diagnostiqués, 30 nouveaux apparaissent chaque mois. Cette tuberculose tue 85% de séropositifs. L’Afrique du Sud, qui n’a tojours pas demandé l’assistance de l’OMS, envisage cependant d’importer des médicaments plus efficaces d’Amérique du Nord, pour enrayer cette nouvelle forme de tuberculose. Un effort notable pour un pays à la politique de santé timide, par rapport à la situation sanitaire. Un effort qui ne servira pas à grand chose si les personnes atteintes de tuberculose abandonnent leur traitement en cours, soit le quart. L’OMS invite vivement l’Afrique du Sud a faire de la tuberculose et du SIDA une « urgence nationale ».(6)

Pour ne pas anéantir les progrès accomplis.

Le milliardaire américain George Soros prend cette menace très au sérieux. Il vient de donner 3 millions de dollars pour combattre cette tuberculose très résistante, en Afrique. L’OMS estime à 650 millions de dollars annuels une intervention efficace. Faute d’une mobilisation active, tous les progrès accomplis ces dernières années pour lutter contre le Sida, grâce à la prévention et à la distribution d’antirétroviraux, notamment en Afrique subsaharienne, seront balayés. Environ 5000 cas de cette tuberculose ultra -résistante sont actuellement recencés dans 18 pays, hors Afrique du Sud. (7)

Un traitement lourd: une équipe de MSF sur le terrain (vidéo)

Je vous invite à visiter le site de MSF, et son dossier consacré à la tuberculose. La version multirésistante, très difficile à soigner, se développe aussi en Arménie, et en Georgie…
M.J.

(1) AllAfrica.com: Afrique, lutte mondiale contre la tuberculose 2007 -http://fr.allafrica.com/stories

(2) AllAfrica.com: Sénégal, journée de lutte contre la tuberculose – http://fr.allafrica.com/stories

(3)Jeuneafrique.com, la tuberculose gagne du terrain. http://www.jeuneafrique.com/

(4)AllAfrica News: Tuberculose -http://www.feedshow.com/

(5) Au Kenya, la tuberculose résiste, Stéphanie Braquehais, RFI actualités, 15 – 03 – 07 – http://www.rfi.fr

(6) Une nouvelle tuberculose mortelle en Afrique australe, Valérie Hirsch, RFI actualité, 08 -09 – 2006 – http://www.rfi.fr

(7), Afrique, Soros donne trois millions de dollars contre la tuberculose, 14 -03 -2007 -http://fr.news.yahoo.com


Publié par marlene le 26 mars 2007 dans Non classé
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Une réaction à “Santé: une tuberculose active et mutante.”

  1. naomed
    30 mars 2007

    chez moi au senegal la tuberculose se developpe a grande vitesse pourtant le traitement est gratuit. Mais après quelques semaines de traitement les symptomes disparaissent et les gens arretent souvent le traitement. la maladie devient resistante.

    Je sais, je suis d’ailleurs partie de cette info, une progression de la tuberculose au Sénégal. Je ne suis pas une « pro » de la santé, mais je pense que la dégradation des conditions de vie – sanitaires, malnutrition…-,  la difficulté d’accès aux soins – manque d’infrastructures, peut – être manque d’information sur la gratuité…-, l’arrêt prématuré des traitements – manque de sensibilisation sur l’importance du « suivi » du traitement…-, pourraient contribuer à expliquer cette évolution. Cette info m’a choquée, elle signale une dégradation des conditions d’existence dans un pays qui était, pourtant,  mieux parti…

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.