Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Grenelle, dernière.

Bonjour,

Grenelle de l’environnement, performance finale. Deux jours de négociations pour « réconcilier l’écologie et le développement économique », promesse de François Fillon, qui a l’élégance de commencer par « l’écologie ». Nicolas Sarkozy, qui collecte les conclusions de chaque table ronde – changements climatiques, santé et environnement, biodiversité et ressources, démocratie écoligique – donnera le ton final de cette « révolution écologique ».

Avant de mettre la révolution écologique « en marche », il a fallu mobiliser sur la nécessité d’agir contre le réchauffement climatique. Puis, première étape du Grenelle, de juillet à septembre. Des groupes de travail, composés d’acteurs politiques, économiques, et membres d’organisations écologiques, se rencontrent, débattent, et proposent. Seconde phase, celle de la consultation, octobre. Les français sont invités à donner leur avis, via internet, ou lors de rencontres qui ont lieu dans une vingtaine de villes françaises. Troisième phase, celle du moment, celle des mesures. Avec une feuille de route finale, communiquée vers le 15 décembre.

Faute d’une révolution, Grenelle a déjà permis de formuler quelques décisions. L’habitat, secteur très énergivore, 42% de l’énergie consommée, sera soumis à un régime plus sévère. Les bâtiments neufs auront droit à une consommation maximale de 50 kwh par m², par an, d’ici 2012, contre 260 actuellement. Le bâti ancien, soumis à une réhabilitation thermique dès 2008, ne devra pas consommer plus de 80 kwh/m², par an. Changement de stratégie dans les transports, mais oubliée la réduction de vitesse de 10 km/H sur les routes. Des « écopastilles » signaleront les véhicules « propres », et les autres, taxés en fonction de leurs rejets. Les camions seront soumis à une « écoredevance », hors autoroute. Côté plus, Jean Louis Borloo souhaite développer le fret ferroviaire et fluvial, ajouter 2000 kilomètres au réseau TGV, et 1500 aux lignes de tramway. Borloo a encore promis un « gel » des autoroutes et des aéroports, et un ralentissement de la construction des routes. Côté déchets, 60% des rejets ménagers devraient être recyclés en 2015. En attendant un nouvel examen du dossier, l’incinération continue.

Aujourd’hui au programme, la taxe carbone, celle qui pénaliserait les produits les plus gourmands en énergie, l’agriculture et ses sujets qui fâchent, OGM, pesticides, et agrocarburants. Et, l’énergie? Pour info, la France s’est engagée à diminuer par 4 les émissions de gaz à effet de serre, d’ici 2050, le fameux « facteur 4 ». Et c’est surtout une reformulation de l’avenir énergétique français, moins de nucléaire, plus de renouvelable, et plus de sobriété, qui donnerait à ce Grenelle de vraies allures de « révolution verte ».

Nicolas Sarkozy, entouré de deux Nobel de la Paix, Al Gore (2007) et Wangari Maathi (2005), une Kenyane engagée contre la déforestation en Afrique, et de Jose Manuel Barroso, le Président de la Commission européenne qui roulait en 4×4 (peut – être a – t- il changé ses habitudes), doit conclure les travaux de Grenelle. Au programme de cette dernière représentation, la question nucléaire.

M.J.

Et puisque Nicolas Hulot est l’une personnalités les plus courtisées de ce Grenelle, j’ai décidé, moi aussi, de l’inviter.

Merci d'activer Javascript et Flash pour voir cette vidéo Flash.


Publié par marlene le 25 octobre 2007 dans Grenelle.
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Une réaction à “Grenelle, dernière.”

  1. stef
    28 octobre 2007

    Bonjour à tous
    Pour moi l’organisation même du grenelle de l’environnement est une avancée le fait d’organiser un tour de table pour parler des solutions envisagée pour l’avenir de la planète montre que les consciences avances. Pour moi s’informer parler c’est déjà faire un geste pour l’environnement.
    http://www.environnement-world.blogspot.com

    C’est vrai. Mais, je pense qu’il faut faire vite. Sous – entendu, il va falloir faire « rapide » sur la prise de conscience. Et plus « rapide » encore sur les moyens, politiques et économiques, pour mettre de vraies mesures en oeuvre. Donner de vraies perspectives à une société « alternative », encore à définir me semble – t- il. Le mot qui revient souvent est « urgence », urgence à agir. Ce qui renvoie pratiquement la question des débats, à hier. Mais, oui je suis d’accord, Grenelle a bousculé les mentalités…

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.