Environnement
Un blog sur la géo-environnement

L’ONU prédit un avenir sombre pour la planète.

PNUE- GEO-4

Bonjour,

Pause sur le Grenelle de l’environnement, engagement hexagonal en faveur de la planète, qui ne remet ni en cause le nucléaire, j’insiste, ni le dogme d’une croissance formulée dans un contexte d’après- guerre, éloigné de l’urgence climatique, et environnementale du moment. Pour creuser le sujet, en lien, Grenellorama, le blog de l’Alliance pour la Planète. Le sujet du jour, encore de mauvaises nouvelles, cette fois c’est l’ONU qui prévient.

Changement climatique, disparition des espèces, et famines annoncées pour une population mondiale croissante, mettent l’humanité en danger. Vingt ans après le rapport Brundtland, intitulé  » Notre futur commun », le Global Environment Outlook (GOE-4) publie « L’environnement pour le développement ». Ce rapport, dernière version d’une série du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement), dresse un état des lieux de l’atmosphère, de la terre, de l’eau, et de la biodiversité. Il signale les changements intervenus depuis 1987, et le rapport Brundtland. Et définit des actions prioritaires.

Depuis vingt ans, il y a quand même quelques bonnes nouvelles. On a réduit de 95% la production de produits chimiques, dangereux pour la couche d’ozone. Un traité de réduction des gaz à effet de serre, Kyoto, a été instauré. On a développé un marché du carbone, « innovant ». On a favorisé l’extension des zones terrestres protégées, qui couvrent aujourd’hui 12% de la planète. Et on a développé des outils pour préserver la biodiversité, ou pour lutter contre la désertification. Pas suffisant. Selon le GEO-4, « Aucun des problèmes majeurs soulevés dans Notre futur commun ne connaît de prévisions d’évolution favorables. »

Côté réchauffement climatique, la menace est telle que d’importantes réductions de GES sont impérieuses, d’ici le milieu du siècle. D’où la nécessité de bien négocier l’après – Kyoto, et d’y associer les grandes puissances émergentes (Chine, et l’Inde..), jusqu’alors exemptées. Autre avertissement, nous vivons au dessus de nos moyens. Le rapport population – ressources n’est plus viable. L’empreinte humaine est de 21,9 hectares par personne, pour une capacité moyenne de seulement 15,7 ha/personne. Epuisée également, la ressource halieutique. Les océans ont été sur-exploités, sans tenir compte du cycle de reproduction des poissons. Parmi les crises annoncées, l’eau, et l’agriculture. D’après le rapport, l’irrigation absorbe déjà 70% de l’eau disponible. Une consommation peu compatible avec une multiplication par 2 de la production alimentaire d’ici 2050, objectif annoncé du Millénaire. Dans le même temps, la ressource en eau douce diminue. Or, la consommation devrait augmenter de 50% dans les pays en voie de développement, et de 18% dans les pays développés. Alerte encore sur la biodiversité. L’extinction actuelle des espèces se produit 100 fois plus rapidement, que le rythme des changements indiqués par les fossiles. Et plus de la moitié des 6000 langues parlées dans le monde seraient en danger, la plupart devraient s’éteindre avec ce siècle.

« L’objectif n’est pas de présenter un scénario catastrophe, mais un appel urgent à l’action », précise le GEO-4. Selon le rapport, le seule façon de régler les problèmes les plus graves – qui peuvent encore l’être – est de mettre l’environnement au coeur du processus de décision: « ..l’environnement pour le développement, et non un développement obtenu au détriment de l’environnement ». Un avertissement qui a de plus en plus d’échos, même au Grenelle, reste à décider la nouvelle société qui va avec.

M.J.


Publié par marlene le 29 octobre 2007 dans Climat,faim
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Une réaction à “L’ONU prédit un avenir sombre pour la planète.”

  1. La planète va mal !
    14 février 2008

    […] L’ONU prédit un avenir sombre pour la planète, c’est le titre d’un des articles du blog Environnement. Un article à consulter pour savoir ce qu’il en est, pour savoir où nous allons. […]

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.