Environnement
Un blog sur la géo-environnement

L’Australie rejoint Kyoto.

Hello,

Avec l’élection de Kevin Rudd, samedi dernier, l’Australie change de camp pour rejoindre celui de Kyoto. La signature du protocole de Kyoto est l’un des premiers engagements politiques du nouveau Premier Ministre travailliste, successeur du libéral John Howard, un « climate sceptic », un copain de Georges Bush. L’Australie, petite population mais grosse production de gaz à effet de serre par habitant, était encore le seul pays industrialisé à résister à Kyoto, aux côtés des Etats- Unis. Donc, c’est plutôt une bonne nouvelle.

Exit John Howard, le « climate sceptic ».

Exit John Howard, celui qui a toujours refusé de ratifier Kyoto sous prétexte que la Chine et l’Inde, gros pollueurs, ne participaient pas à l’effort international pour réduire les gaz à effet de serre. John Howard, qui misait sur l’efficience énergétique et la technologie, pour limiter les rejets polluants de son pays. John Howard qui défendait aussi l’industrie d’une économie libérale, et sa production de charbon, dont une grosse partie est exportée. John Howard, qui proposait encore le nucléaire comme une énergie propre – le pays dispose d’un quart des réserves mondiales d’uranium – à une population, largement opposée à l’atome. Parenthèse, il faut se souvenir de la réaction des Australiens quand Chirac, nouveau résident à l’Elysée, décide de reprendre les essais nucléaires à Mururoa. Aujourd’hui les Australiens, qui subissent sécheresse sur sécheresse depuis six ans, ont décidé de changer de « leader climatique ». Kevin Rudd a été élu avec plus de 53% des suffrages.

Kevin Rudd, CV impeccable, veut demander pardon aux Aborigènes.

Kevin Rudd, 50 ans, originaire du Queensland, CV impeccable, a étudié la civilisation chinoise à l’université, parle le mandarin, un poste de diplomate en Suède, puis en Chine dans les années 80, leader du Labour depuis décembre 2006 – Parti travailliste, la gauche australienne-, incarne le changement. D’abord sur le climat, où il répond à une opinion australienne de plus en plus inquiète du réchauffement climatique. Une dizaine de jours avant les élections, 150 000 personnes sont descendues dans la rue pour réclamer un engagement destiné à réduire les gaz à effet de serre de 30%, d’ici à 2020. Kevin Rudd, qui ne fera sans doute pas de miracle, a cependant promis une réduction des émissions de 60% d’ici 2050. (1) Changement encore, sur le plan international. Non content de lâcher Bush sur la question du climat, le nouveau Premier ministre veut rapatrier les 1500 soldats australiens, partis prêter main forte au GI’s américains, en Irak. L’Australie, qui ne rompt pas avec les Etats-Unis, est en train de prendre quelques distances. Autre évolution, la question aborigène. Au nom de l’Australie, Kevin Rudd devrait présenter ses excuses aux Aborigènes. Ce pardon s’adresse au Peuple aborigène, et à ses milliers d’enfants arrachés à leur famille pendant plus d’un siècle, pour être confiés à des institutions, ou à des familles européennes. Une politique d’assimilation qui s’achève dans les années 60.

« Le Géant Vert ».

La question aborigène et l’écologie introduisent autre carrure du Labour australien, Peter Garett. Peter Garett, c’est le « Géant vert », un type immense doublé d’un écolo. Peter Garett, c’est aussi le leader et la voix de Midnight Oil, un groupe de rock qui milite pour l’écologie, et les minorités. « Beds are burning », chanson dédiée aux Aborigènes, fait un tabac sur la scène internationale à la fin des années 80. Quand Peter Garett lâche le micro, en 2002, il s’est déjà taillé une belle réputation d’écolo. Après le refus des mines d’uranium, le soutien au Tibet, en passant par l’opposition au nucléaire et à Chirac qui relance les essais dans le Pacifique, il intègre Greenpeace. En 2004, il rejoint le Labour, et devient député. La même année, Midnight Oil remonte sur les planches pour un concert, en faveur des victimes du Tsunami. Puis Peter Garett, entre au cabinet fantôme du Labour – un gouvernement factice, spécialité des pays anglo-saxons, qui fait de la politique sans pouvoir de décision -, en charge de la culture, et la question aborigène. Entre-temps, Peter Garett, qui a approuvé la construction d’une grosse usine de pâte à papier en Tasmanie, l’île située au Sud de l’Australie, s’est mis quelques écolos à dos. (1) Mais, c’est aussi Peter Garett qui aimerait bousculer le Labour, et Kevin Rudd, pour aller beaucoup plus loin en matière d’environnement. (2)

M.J

Allez, un peu de musique pour se distraire...

(1) « Le réchauffement s’impose dans l’élection australienne », Marie – Morganne Le Moël, Le Monde 23-11-07 (2) Julian Glover, The Guardian, Friday, November 23, 2007 -http://www.guardian.co.uk/environment/2007/nov/23/climatechange.australia


Publié par marlene le 27 novembre 2007 dans Climat
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.