Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Angola: une BD pour protéger la couche d’ozone.

Bonjour,

Une petite info, en provenance d’Afrique. Le gouvernement angolais vient de lancer une bande dessinée pour sensibiliser sa population, notamment les jeunes, aux problèmes liés à la couche d’ozone. Cette BD, intitulée « Ozone: la protection qui engage la terre », examine la relation entre le soleil et la terre. Elle prévient les petits angolais sur les risques d’une exposition prolongée aux ultra-violets, et leur demande de se protéger. Un conseil prudent dans un environnement où le soleil est déjà violent. Cette BD, tirée à 5000 exemplaires, salue le 3 mars, et la journée africaine de l’environnement. Une initiative annuelle lancée en 2002 par l’OUA (Organisation de l’Unité africaine).

L’Angola, comme plus de 80% des pays africains, a signé le Protocole de Montréal, engagement international qui vise à restaurer la couche d’ozone. Ce filtre naturel, qui absorbe la plupart des radiations ultraviolettes émises par le soleil, protège la terre et ses habitants. Cette couche d’ozone a des ennemis appelés « SAO », ou substances appauvrissant la couche d’ozone, CFC, HCFC, halons, bromure de méthyl. On les trouve dans les réfrigérateurs, les climatiseurs, les mousses, et les aérosols. La question de l’ozone, vue d’Afrique, mobilise les organismes internationaux. Le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement) y développe depuis 2000 le programme ActionOzone, pour tenter de réduire les SAO, souvent importées et illégales, dans le quotidien des Africains. Les vieux appareils utilisant les SAO, rejetés ailleurs, atterrissent souvent sur le continent. Les SAO ont encore leur place dans nombre d’activités informelles, dont les utilisateurs ignorent souvent les dangers. Les SAO font aussi l’objet d’un commerce parallèle, où codes illégaux, fausses licences, ou étiquettes tronquées, permettent d’introduire et d’échanger des produits dangereux. Plus grave, l’agriculture de beaucoup de pays africains emploie du bromure de methyle. Mais ces préoccupations pour la couche d’ozone, noyées dans une nébuleuse de problèmes environnementaux et sanitaires au moins aussi graves, ont du mal à pénétrer sur un continent qui produit peu de SAO. Et où la consommation de produits néfastes reste dérisoire comparée au reste de la planète.

Cette année, l’Angola accorde une attention particulière à l’ozone, d’où cette BD. Le pays souhaite participer pleinement au programme d’élimination progressive de ces substances qui détruisent la couche d’ozone. Et souhaite éviter à sa population mélanomes, et autres cancers de la peau, et de la cataracte. Je n’ai pas trouvé la BD, en lien, le rapport du PNUE sur l’Afrique et le Protocole de Montréal, un peu long à arriver, version PDF….

M.J


Publié par marlene le 5 mars 2008 dans Afrique - Environnement.
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.