Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Pékin, ses canaux, et sa piscine.

Le cube d’eau.

Bonjour,

Pekin prépare ses jeux Olympiques dans un climat sec, mais orageux. La capitale chinoise, éprouvée par huit années de sécheresse, peine à trouver l’eau qu’il lui faudra offrir aux 2,5 millions de visiteurs attendus pour les Jeux Olympiques. Pékin, qui a grandi trop vite, connaît déjà des difficultés à approvisionner ses 14 millions d’habitants en eau potable, sans oublier ses 4 millions de travailleurs migrants. Faute de pluies, le niveau des nappes phréatiques est extrêmement bas. Quand ils ne sont pas secs, les réservoirs situés à la périphérie de la ville sont complètement pollués. La ville continue pourtant de puiser l’eau de son sous-sol. Sécheresse, pollutions, c’est la panique. L’eau du robinet n’est pas toujours bonne à consommer. Pendant les JO, les besoins en eau de Pékin devraient augmenter de 30%. Sans oublier la perspective d’une population supérieure à 20 millions de personnes, à l’horizon 2010.

Pékin assèche les provinces du Sud et du Centre.

En attendant, les JO approchent, et Pékin multiplie les solutions qui assèchent les provinces du Sud et du Centre. Dès 2002, la Chine a lancé un gigantesque projet hydraulique, visant à un transfert des eaux du Sud vers le Nord. Trois grands canaux artificiels devraient approvisionner Pékin en eau. En attendant la principale voie d’eau qui devrait couler en 2010, un premier canal de diversion doit être achevé pour les JO. Ce projet puise dans les réserves de la province du Hebei, également touchée par cette sécheresse. Selon l’agence Chine Nouvelle, 250 000 personnes de cette province sont actuellement exposées à une pénurie d’eau, chiffre qui pourrait rapidement doubler si la sécheresse perdure. Le Fleuve Jaune, déjà très pollué, vient d’être à nouveau d’être détourné vers la capitale olympique, c’est la seconde fois de l’année, au détriment de milliers de paysans. Pékin vient encore d’interdire la culture du riz autour de la capitale. Les agriculteurs sont invités par les Autorités à préférer des cultures moins assoiffées.

Un geste pour la planète.

Reporters Sans Frontières rapporte que An Qiyuan, un ancien représentant de la province du Shaanxi, province également affectée par ces projets hydrauliques, a donné une interview au Financial Times, daté du 26 février dernier. L’ancien dirigeant chinois s’est inquiété des conséquences sociales et environnementales de cette utilisation abusive des ressources en eau du pays. Il a demandé au pouvoir central que les provinces asséchées par le projet olympique obtiennent des compensations financières. Et quelques jours plus tard, Pékin a révélé l’un des joyaux de son espace olympique, un « Cube d’eau », quatre années de construction, 200 millions de dollars (environ 136 millions d’euros) envoyés par les Chinois de l’étranger, et trois bassins destinés aux épreuves de natation et de plongée. Selon le Comité d’organisation des JO, la structure, qui utilise l’énergie solaire pour chauffer et éclairer le site, devrait permettre de réduire de 30% les dépenses d’énergie. Les paysans chinois, privés d’eau ou déplacés pour la cause olympique, apprécieront ce geste pour la planète….

M.J

En lien, la chronique d’Axel de Tarlé sur Europe 1, « Les chinois manquent d’eau! », cliquez sur « écouter la chronique…


Publié par marlene le 12 mars 2008 dans Chine,eau
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Une réaction à “Pékin, ses canaux, et sa piscine.”

  1. Demeter Pogar
    13 mars 2008

    Hi!
    Good story.
    That means that you are still alive.
    🙂

    Still alive, and ready to pinch you, asshole. Nice to read you…

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.