Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Simone de Beauvoir aurait cent ans…

Bonjour,

Absorbée par la correspondance de Simone de Beauvoir avec Nelson Algrencadeau de ma mère, je commente : « Dis donc, Simone de Beauvoir, elle aimait bien picoler ». Commentaire maternel : « Oui, mais elle est morte à 78 ans. C’est relativement jeune. » Moi :« Ne pouvant plus courir le monde, qu’aurait-elle fait de ses 100 ans ». Suite à cette conversation matinale, je tombe sur l’annonce d’un bouquin édité par le National Geographic : « The Blue Zones: Lessons for Living Longer from the People Who’ve Lived the Longest. » Ou comment vivre très vieux, selon ceux qui y arrivent. Et pour percer les secrets de cette longévité, Dan Buettner, journaliste-exploreur, est parti enquêter dans les « Blue zones », ces repères de centenaires où la vie coule doucement. Sur une carte du monde, il a entouré d’encre bleue l’île subtropicale d’Okinawa au Japon, la région de Barbagia en Sardaigne, la péninsule de Nicoya au Costa Rica, et Loma Linda, petit fief adventiste de Californie.

Selon Dan Buettner, ces « Blue zones », réparties aux quatre coins de la planète, partagent 9 dénominateurs communs, résumés par une vie saine, équilibrée, et bien remplie. Première condition pour devenir centenaire, la nourriture. Direction Okinawa l’un des records mondiaux de longévité, l’espérance de vie tourne autour de 78 ans pour les hommes, et 86 ans pour les femmes. Peu de maladies et de handicaps perturbent cette vie qui se prolonge, moins de troubles cardiaques, de cancers de la prostate et du poumon, ou de troubles psychiques. Les secrets de cette vitalité, un régime à faible teneur en graisses, légumes, tofu surtout, et miso soup, cette soupe à base de pâte de soja fermentée. Un peu de poisson et de viande, mais pas trop. Complément de régime, un précepte confucéen, « Hara hachi bu », ou avale 80% de ce que ton estomac peut contenir. Les Adventistes de Californie consomment des noix, au moins cinq fois par semaine. Conséquence, deux fois moins de maladies cardiaques, et deux ans de vie gagnés par rapport à ceux qui n’en mangent pas. Au Costa Rica , c’est sans doute le maïs qui fait la différence, un régime testé depuis le XIV° siècle. Concernant la Sardaigne, cette longévité s’explique peut-être par une ascendance antique, un isolement insulaire, mais aussi par une alimentation homogène et sans excès, eau de source et air pur en prime. Une chose est sûre, quelle que soit la latitude, c’est la frugalité qui fait la différence. Dan Buettner confie d’ailleurs qu’il n’a jamais vu de centenaire obèse. Ou plutôt l’inverse.

Si le régime fait pour beaucoup, il ne fait pas tout. Dan Buettner souligne encore l’importance d’un environnement qui permet un « mouvement naturel ». Un environnement adapté à votre corps, et à vos aptitudes physiques. De l’exercice, oui mais sans excès, régulier, constant, quotidien. Et surtout, des activités qui vous épanouissent, jardinage, marche à pied, et du temps avec les enfants. Autre conseil de longévité, bien choisir son environnement humain. Un entourage familial et amical sympa, tant qu’à faire, et un intérêt pour les autres. Une vie sociale, en résumé. Un retour à la religion, ou au spirituel, serait un plus. Autre conseil de Buettner inspiré de ses observations de terrain, « écoutez-vous, et décidez de votre rythme », périodes calmes conseillées. Finalement, un tas de conseils anti-stress qui rejoint « l’ikigai » japonais, débrouille-toi pour que vie vaille la peine d’être vécue. Ce que les habitants du Costa-Rica appellent un « plan de vida ». Rien que du bon sens.

Et finalement, pour vivre centenaire, il ne faut pas croquer n’importe quoi. Okinawa, où les Américains ont débarqué avec leurs hamburgers et leurs portions géantes, compte désormais la plus forte proportion d’obèses du Japon, jeunes et hommes d’âge mûr. Morts prématurées causées par des maladies cardiovasculaires en prime. L’île aux centenaires, 25 000 « centième anniversaire » en 2004 quand même, commence à grignoter sa réputation. Autre constat, il ne faut pas non plus croquer la vie à pleines dents. Simone de Beauvoir aurait cent ans cette année.

M.J


Publié par marlene le 30 juillet 2008 dans Non classé
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.